Imágenes de páginas
PDF
EPUB

veldrghë ; & cene autres feroient rennc, dour les feuilles , tsükteer les mêmes qu'en larin ; ( Junii- en cæur, font roides & tiffes, & ger, Flavii-ager, Cail-Marii« ne tombent qu'à mesure qu'elles ager, Manlii-ager, Salvii ager, font remplacées par de nouvellese Porcii-ager , Valerii-eger c'est- Cetre plante , demi - ligneuse. à-dire , champs ou maifon des donne de petites grappes de fleurs champs de Junius, de Manlius, blanchâtres qui répandenc de Marius ; & Co.

loin une odeur très - suave , & ÄRGNA. Voy. arno.. qui four suivies de baies rouges.

ARGOULË; Un arquebufier à Notre falsepareille ell easployés cheval. Argoulë ou gringaté; aux mêmes usages que celle d'Ahomme de pecite & de barro mérique, mais en plus forte dose. inc.

ARIÉS, ou ës-ariés; en arARGUMENTA. On ne dit pas riere , & non érriére. argumencer quelqu'un , aj argu- ARIGOT, ou larigot ; Socce menter une chele, mais argué de ffre. menier contre quelqu'un & con- ARIGOU. Voy. Fanabrégot. fre une there, ou contre une relle ARIGOULA, ou rigoula ; position : aind. c'est un gasco: Gorger, Couler. = S'erigoula ; nisme de dire, je l'ai argumenté le régaler. fur une celle these, ou, ai argu- ARIGOULA ; Ennuyer , démenté telle question ; au lieu de, plaire , incommoder. l'ai argumenté, & fur celle ques. ARISCA , ou alifce; Joli, tion,

propre, paré. En grec, aresköin; ÅRI, ou & très long; Har: cri plaire, le rendre agréable. qu'on fait aux ânes pour les faire

ARJHÊ IR ÓLÓ, L'azéroles avancer. Rabelais dit fans façon, fruit bon à manger de l'azéro, ari bourriquet. Les Italiens le di- lier : arbre du genre des néfliers, sent de même. En elpyl. harre. comme on peut le voir par les En celrique ,, ari; âne.

offelers de son fruit. Celui de ARIAT; Âne, baudet. Dé- l'alifier a des pepias pareils à rivé d'ari.

ceux de la forbc. L'alilier d'ail. ARIBA , ou apapaifouna ; leurs & l'azérolier vulgaire, le Donner à manger aux animaux ; ressemblent un peu par la feuille. jeter aux vers à foie la ration ou ARJHELAS, ou aljhelas; Le le repas de feuille. Apârer un gener épineux: 1ous-arbriseau qui cafanc, un vieillard, un para. donne des fleurs jaunes léguni. lyrique', qui ne sauraient s'aider neules. Il vient dans nos landes de leurs mains. Il est la vieux, &. sert à faire des boucherores dir-on, qu'il faut l'apâter. pour les clôtures des vignes. Ce

ARIBÂDO; Repas, ration terme eft , dit-on, acabe d'oriqu'on donne aux animaux, & gine. en particulier aux vers à faie. ARTHÉLAS, augmentatif d'arDouna un'aribâda ; jeter la feuille jhêlo ; Terrein argilleux dans les d'un sepas, jeter une ration. quel.croît la plaute précédenie Qan dounas

. d'aribâdas? Combien & qui en fait ordinairement conde fois donnez-vous de la feuille?' noiire la qualité. ou donnez-vous à manger, ou

ARJHELIÊRO; Une glaisiers combien de repas font vos versi d'où l'on tire l'argile. ARIBÂIRË ; Celui qui:Cére les ARJHËNTARIÉ.

n. pr. de rue repas.

qui répondoit autrefois à ce qu'oa ARIÊJHË, ou saliêjhë.; La appelle à présent, rue des orféfalsepareille du Languedoc à baies vres. rouges : plante farmenreure des ARJHËNTIÉ. On appelloit ca haies, rampante, épincule, poe vi fr., argentiers, ceux qu'on a depuis' appellé orfévres , parce d'homme; il signifioit autrefois qu'au temps de la prémicre déno- tireur d'arc ou archer. En lat. mination on travailloit fans (Sagitarius ou arcarius. ) C'ek comparaison beaucoup moins d'or du nom arqié que s'est formé qu'à présent, où ce dernier mé- peut-être par corruption, arghie cal devenu plus commun , le nom ou l'arghie. qui eu dérive a plus facté les ar- ARKIÊIRO, ou archếiro; Une tistes qui le travaillent.

barbacane ou chantc - pleure , ARJHENTIËRO. v. 1. Mine cerine do maçonnerie : égouts d'argent. C'est d'une mine de qu'on pratique dans les murs de cette espece que tire son nom terrasle, pour l'écoulement des une petite ville du Vivarais.

caux, lesquelles occasionnent des ARJHEN-VIOU; Du vif ar- éboulemens qu'on prévient par ce gent, & non de l'argent.vif; certe moyen. transposition du substanrif avant ARKIÊIRO ; Soupirail d'un l'adjectif, dans les termes qui suoir à châtaignes pour l'échaples liene en un seul mot, en pement de la fumée. = Lucarne change quelquefois la significa- pareille à la précédente , longile tion; ainsi lage-femme & mort & étroite , pour éclairer quelque bois ne sont pas les mêmes que endroit d'une maison. femme-lage & bois mort : il est Les arkieres ou archieres rer. très - vrai aussi qu'on peut être semblent aux meurtrieres d'où les un homme mal-honnête, & n'être archers tiroient sur l'ennemi : cependant pas un mal-honnête c'est de là que ce terme dérive. hoinme ; ce qui est fort différent: On disoit en v. fr. archiere, técette derniere injure érant tout moin ce distique du roman du autrement grieve que la premiere. Renard.

il faut dire de même , blancfcing, blanc-manger , blanc-bec, Les archieres sont à quarniaux , folle-avoine, blanc-manteau ; & Par ils craient les quariaux. non seing-blanc, Irfanger-blanc, avoine-folle, bec-blanc, &c. ARIALA; Nettoyer un canal

ARJHILIÉ, ou arjhëlié. n. pr. pour faciliter le cours de l'eau. d'homme, & masculin d'arjħi- ARISCLË. Voy. Arėsclë. liêiro, ou arjheliêiro. Arjhilié au- ARLAN ; Cri des soldats pouc roit. il fignifié ceux qui travaillent s'exciter au pillage, d'oek formé en grand sur l'argile , tels que les arlandie , pillard. fuiliers, les briqueciers', &c. ? ARLÊRI; Du fretin, du rebut,

ARKÂ 1. n. pr. d'homme. chose vile. Volë jhës d'aqëlës Arcài en grec, ancien.

arlêris ; je ne veux point de ces ARKE, ou arcoula ; L'arc- guénilles. = Arleri ; attirail. Aqi en-ciel : l'iris des poëtes & de la i-a foss'arlêris ; voilà bien de l'atfable. On dit au masculin un iris tirail. en parlant des couleurs qui imi. ARMAGNA ; Un almanac. teni celles de l'arc-en-ciel. Ce ARMAS, trëfcan ou garigo ; non eft féminin fi l'on parle de Une lande, une friche, terra la déesse Iris.

vacante ou déserte , qu'on appelle ARKË de voulan; Archet ou aussi dans quelques endroits, terres étui de faucille. On dir auf un vagues & vaines, où il ne croît archet de violon, le jeu des ar. que des bruicres, du genêt , du chets, &c.

thin, de la lavande. On ne trouve ARKËMİNO; L'alchimie, la point dans ce sens le terme, vaphilosophie hermétique. ARKËTA; Ajuster, parer. On disoit autrefois erme, dé. ARKI É, ou arquiè. a. pr. rivé, de même qu'armas, du lat.

( eremus);

cant.

ARNO ,

(eremus ) ; défett. Ne confondez l'argalou pour les échaliers & les poine lende avec lente.

boucheures. On assure que la ti ARMAZI. Voy. Placar. sane de ses coques est très bonne ARMĘTELO. Voy. Pimpanêlo. contre la gravelle & pour les ma

ARMËTO; Une ame du pur- ladies de la vessie. gatoire ; & dans le styl. fam., Un habile Bocaniste Suédois , unc ame en peine. Armëto est le qui avoit voyagé en Palestine , diminutil d'armo.

dont il connoilloir tous les arÂRMO ; L'ame. N'aouzo pa bustes épineux dit qu'il n'y dirë l'ârmo fié ou siégo sîouno; avoit aux environs de Jérusalem il n'ose pas souffler. Aourias-ti qu'une espece particuliere de pal'armo tan nëgro ? Seriez-vous liurus qui eût pu servir à faire capable d'une telle noirceur, de la couronne de notre Sauveur au ceice actrocité ? Scriez-vous assez temps de la passion. imprudent , assez effronté ? Fésto ARNIÉ. Voy. Vërdié. d'armos ; le jour des morts ou

ou årgno. en v. 1. des trépassés.

argna ; La teigne ou la gerce : On ditoit en v. l. arma. Ai insecte qui ronge les étoffes de dounar é aoutourgat moun cor é laine & les pelleteries. M. de ma arina à Déou. Arma écoic Reaumur a appris à s'en garantic autsi françois & l'on disoit, en mettant , dans les plis des s'arma , au lieu de, la arma , habits qu'on quitte , du papier pour éviter l'hiatus , c'est pour frorté d'elprit de thérébentine. cecie raison qu'on a dit dans la ÅRNO; au figuré, un couun suire, son ame ,

quoique son & ou un hôte importun qui, sous ame soient de différens genres. prétexte de parenté ou d'amitié,

ARMO-LÂSSO. Vái à l'armo. viene, sans être prié ou desiré, lafo. On le dit d'une personne loger chez quelqu'un & le gruger. qui va à pas lents, qui semble Un tâou a un'arno; un tel a chez avoir peine à mettre un pied de- lui un cousin ; c'est-à-dire, un vant l'autre , comme si elle sortoic paralite. d'une longue maladie.

ÂRO, aras ou ôros ; À présent. ARMOL, ou armôou ; La A për åro! Ah pour le coup ! bonne-daine ou l'arroche des jac. Vënién un âro l'âoutrë piêi; ils 'dins, toure forre d'arroche. la arrivoient tantôt l'un tantôt l'au'bonne-dame est une plante éinol- tre ou à différens intervalles. lience : elle est excellente pour le Pago un paou âro un påou piếi ; pocage, qu'elle dore. En espgl. il paie par parcelles. Travalia un armuellas.

pãou aro un pãou piệi ; travailler ARNÂ ; Rongé, percé par les par échappées. D'aro ni d'aro ; teignes, piqué des vecs. = ärna ; de long-temps. D'arënla; doré. y. I. reigne. Voy. Rozil. navant, & non d'hors en avanr,

ARNADÛROʻ; Mangeure de du lat. hora. en ital. aora, en vers, de reignes.

v. fr. aras. ARNAVÉS, arnives ou arna- AROBAS; Reste à savoir. vềou ; L'argalou, en lat. paliu- ARÓFO; La balle de l'avoine: rus : arbrisseau door le port Voy. Poúfçës. extérieur differe peu du jujubier : ÁRO-MËMO, aromëtis , aroleurs Aeurs sont les mêmes : sa mëten ou adesáro; tour à l'heurc. rige est hérissée de deux fortes Aromëmëto ; dans l'instant. Arode piquans. De là on donne le mëtis fe rapporte davantage au nom d'arnavés à un homme d'une lac, hora metipfa. humeur difficile , acariâtre , hé.

ÂROS; Arches, substantif fe. Tissé de difficultés.

minin, & non érrhes : on proOn emploie les branches de nonce & on écrit arrhes au propre Tome I.

G

S

[merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

& au figuré. Donner des arthes ARRACA bi ; Transvaret le
ou arrher , les arrhes ou les gages vin.
de la vie érernelle.

ARRAJHA, s'arrajha dou fourël;
AROUKI ; Pétrifié. S'aroukı ; Se chauffer au soleil , &

proprefe pétrifier, se grumeler. Cero ment aux rayons du soleil ; dé. taines chaux maigres n'ont besoin rivé de rájho ; rayon. que de peu d'eau pour être étein. ARROUI; Maigre , extépué. tes : li l'on en met autant que ARRUCA ; Appuyé, soutenu , pour les grasses elles forment affermi. S'arruca ; s'appuyer , des grumeaux qui ont la dureté s'adosser contre quelque chose de la pierre.

pour dormir , pour reposer, pour ARPA, ou grâoupigna. Voy. rêver. Arpi.

S'arruca; Se ranger , se collec ARPÂDO ; Coup de griffe. contre un inur pour laisser passer

ARPATEJHA ; Sc démener , une voiture. = s'attacher, se se débattre des pieds & des prendre à quelque chose. mains. = Tâtonner marcher S'arruca ; Se retrécir , s'enen tâtonnant, chercher à se casser en soi même , s'amonceler, prendre à quelque chose , comme plier les épaules de crainte, de un homme qui se noie.

frayeur. Voy. Amouchouna. ARPËJHA ; Chercher à se ARSA. v. 1. & n. pr. Brûlé, prendre des mains , ou se griffer fait au pluriel, arsi. De là le nom à quelque chose. = Arpëjha. d'une paroille de Paris , appelée Voyez , Arpi ; dérivé d'árpo. St. Pierre des-Arlis. En v. fr.

AKPËTO, diminutif dârpo; ars, atsé. Croc de batelier.

ARSAR, V. I. Brûler. en v. fr. ARPI, arpëjha ; Saisir , em- ardre. poigner.

ARSENÍZO ; L'armoire ARPI, ou graoufigna ; Égra- herbe de St. Jean : plante antia tigner , donner des coups de hystérique. Sa déco&tion provoque griffe , le prendre aux cheveux les évacuations des femmes. Arsëavec quelqu'un. fou arpis ; nizo, corrompu, du lar. Arteils se sont harpés ou harpillés. misia ; ou Artemise , Reine de Acad. en lat, arripio. De là, Carie, qui l'employa , dit-on , arpo; griffe.

la premiere pour les maladies des ARPIAN. Voy. Câbro.

feinmes nouvellement accouchées. ARPIOU ; Ongle d'oiseau , ARSI ; Soif , altération. les ongles du lion, les griffes ARTËL, artëou ; Doigt du des chats, les serres des grands pied. On dit orteil, pour le gros oiseaux de proie. Ongle est mas- doigt, pr. doi, ou plutôr, douè. culin. Un ongle long & crochu. ARTËLIA (s'); se heurtec

ÂRPO ; Griffe. La griffe ou les doigts du pied contre quelque la parte de certains animaux , chose , fe blesser aux doigts du tels que le chat & le tigre, eft pied par quelque choc. armée d'ongles aigus & crochus, ARTËLIADO, pêirado, artëpour faisir leur proie & la dé: liãou ; Heure, coup, blessure Chirer. A bon'ârpo

dit-on au

aux doigts des pieds : ce qui n'ar. figuré ; il a la serre bonne. I-a rive guere qu'à ceux qui vont boura l’arpo ; il s'en est saili , il nu-pieds. s'en est emparé.

Si les paysans des environs de ÂRPOS, ierme de maçonnerie; Paris n'avoient pas d'autre chaufpierres d'attente pour 'faire la fure , ou s'ils avoient moins d'ailiaison d'un mur avec un autre. fance , ils se heurteroient quel

ARQUARS. v. I. Trésorier, en quefois les doigts du pied, & lat. Arcarius.

nous aurions des termes françois

ou

ou

propres qui répondifsent à s'ar: coupable d'allaliin, mais d'aitariëlia & à artëliado; & il y a finat. Atfallin se dit des persontoute apparence qu'on auroit mis nes; assallinar de l'action de ruer dans le di&ionnaire de l'académie de guet - apens , ou d'attaquer s'orteiller & orreliade, termes fimplement avec avantage & de très-françois en Picardie. On peut son autorité privée , quoique la en dire autant de beaucoup d'au. mort ne s'en soit pas fuivie : čar tres, qui , pour n'être pas ulités celui qui à l'improvifte aura reçu ou connus à Paris , manquent des coups de bâron , & sur-tout dans ce dictionnaire.

des coups de coureau, dira trèsARTÊ RO, arterou ; bien qu'il demande justice de l'afAdroit à quelque chose, ou qui fassinat cominis en la personne. tire droit.

ASSATA; Affaifler ; barrre , ARTIZOUS. Voy. Arcijous. fouler. La cerre s'affaille d'elles ARUZA (5'); Êure fâché. même. On la bat pour la faire.

ASCLA , Fendre. = Fendu. entaffer. = Alsata la pôrto; poufAu figuré, un afola, une têre fer la porte sans' achever de la fêlée, un homme qui a le cimbre fermer. = Alata ou affiéta la bua felé.

gådo ; encuver le linge de la lerASCĻAIRË ; Fendeur de bois. five & l'abreuver d'eau pour le ASPÂDO. Voy. Ancädo. faire entaffer. On dit audi d'une

ASSA; çà, ou oh çà, or çà. voûte ou d'un bâtiment fairs réOn le dit au commencement du

cemment, S'ës afsata ; il a pris discours. çà dites-moi. Ob çà, són faix. que faut-il faire; or çà, contez- ASSATA un cop ; , Afséner un nous cette histoire. L'r d'or-çà coup. Asfata un fouflé ; appliquer cft muer. Le peuple dit ça pour un souffier. cela. On doit dite, cela va bien , ASSËC, ën miech afsëc; Au & non, çà va bien , &c. Arilieu de l'olarage.

ASSACHOMËN, Voy. Adou. ASSEGNORIR. v.1. Maitriser, badou.

fe rendre maitre. Cëls fon vist ASSADOULA ; Souler un cor assegnorir las shënts ; ceux chon, rafsafier la faim.

qu'on regarde comme les maîtres ASSAIAR. v.l. Tenrer, tâcher, du monde. fe disposer. Përqë alaiars ën- ASSEGUTA. Voy. Agâira. ganadors ? ( Quid me tentatis hy. ASSEIRË. v. 1. Se mettre for pocrite.) Afaiavo anar ? Bitinia; fon l'éant. É vise Pèirë afsëć ; ils se disporoient à parler en Bio (& viso Perro resedit.) cinie ; affaiavo se aiustar ab los A S SË MA; Aslaifonner une descipols ; il cherchóit à se joinviande ou' toute autre chose dre avec les disciples.

bonne manger. ASSAIGNOURI, ou affignouri -ASSEMBLAR. v. I. Comparer. v. 1. Rendu ou devenu maître. A cu assemblarei ; ( cui affimiS'asaignourir , se rendre maître, labo?) à qui comparerai-je ?

A SSA LË JHA, ou falëjha; ASSËNCIAT, affienfa ; Savant, Donner le fel au bétail.

ou qui fait l'entendu. = IndusASSANA ; Cicatriler, cicatrifé. trieux , adroit. Plago affanado ; plaie cicatrisée. 1. ASSENTAMEN. v. l. Consen,

ASSÂOUVAJHI; Devenu' fa. cemenc. rouche. S'assaouvajhi ; prendre "ASSENTAT, ou sënu ; Sage; un air, une humeur (auvage, poré, lensé. contracter des manieres dures & ASSËNTI ; Felé. Ce por s'est agreftes.

fêlé au feu. La fêlure elt moindce A SS ASIN. On ne dit pas, que la, Fenre. commettre un affatlin, ni este ASSËRO, ou disêro ; hier au

« AnteriorContinuar »