Imágenes de páginas
PDF
EPUB

communément ce nom à une autre espece d'huile, ou de réfine liquide. Voy. Efpi. BADAIRE; Un criard. En v. fr. Un huard.

BADAL ou badaliol; Bâillement, ou l'action de bâiller. Badals; foupirs qui précedent la mort les derniers foupirs. A fa lou dargné badal; il a rendu le dernier foupir.

[ocr errors]
[ocr errors]

BADALIA; Bâiller. Rendre les derniers foupits. N'ës pa mor mé badâlio; il n'eft pas mort, mais il eft aux abois. L'a de bâiller & de bâillement eft long: c'est par là qu'on le diftingue du verbe bailler, ou donner. BADALIA; S'entr'ouvrir, fe crevaffer.

BADALIOU, ou bado-bé; Un bâillon; petit bâton qu'on met dans la bouche de quelqu'un pour l'empêcher de parler; & dans la gueule de certains animaux, pour les empêcher de mordre.

BADALIOU; Un petit bâillement, bâillement étouffé à deffein dans une compagnie, où il n'est pas décent d'être pris de ce mouvement convulfif & involontaire, parce qu'il eft quelquefois un fymptome d'ennui; & que la politeffe ne permet pás d'en marquer dans les compagnies les plus ennuyeufes.

BADALUGO; La chaffe, ou la pêche aux flambeaux, appellée dans quelques endroits, Fuée. BADARUC; Un niais, un imbécille.

BADÉ. v. 1. & n. pr. dérivé de bada; Sentinelle qu'on plaçoit au haut d'une tour, ou d'un clocher dans des temps de trouble, pour découvrir l'ennemi de loin & pour faire le tocan, ou fonner le tocfin.

BADERLO, badiol, badobec; Un badaud.

BADESSO. v. 1. Abbeffe. En ital. Badeffa.

BADINO; Une branlante: terme de jouailler: ornement en pierreries que les femmes portent

[blocks in formation]

Pan.

BADORCO; Cabanne, taudis. Grotte, taniere, du grec, bathos, (profunditas. )

BAGA, ou baghës. v. 1. Hardes. En v. fr. Bagues; dont il eft refté, Bagues-fauves.

BAGADELO, ou bagâdo; Un nœud coulant.

BAGANS; Pâtres ou payfans qui gardent le bétail dans les landes avec une charrette, fur laquelle ils portent ce qui leur eft néceffaire pour vivre; ils ne fe retirent que rarement dans les maifons. C'eft auffi la vie que menent, à l'extrémité de notre émisphere, les tartares Mongouls. Bagans eft dit pour vagans. BAGAR. v. 1. n. pr., & celui d'anciens foldats Gaulois.

BAGHIÉ; Un écrin : coffret, ou boëre à mettre dés bagues des pierreries.

BAGHIÉ; Le laurier mâle, qui dans le vrai eft le femelle, puifqu'il porte les baies.

BAGNA; Mouiller, jeter ou répandre de l'eau fur quelque chofe, & non baigner: ce dernier terme ne fignifiant que donner ou prendre le bain. On prend le change prefque toujours làdeffus.

Je vais me mouiller, dit-on, lorfqu'on va fe baigner à la ri viere. Je me fuis bien baigré lorfqu'on a été mouillé, ou tout trempé par la pluie.

On dit au figuré : Qan vëjhêrë që lou bas së bagnavo; quand je vis qu'il y avoit de l'abus, ou du rifque, ou de la perte à ce marché, à cette entreprife; ou bien qu'on me pouffoit à bout, qu'on ne gardoit point de mesure avec moi, que les chofes alloient de mal en pis, &c. Bagna coum'un

2

ra; mouillé comme un canard. Aco's uno câto - bagnâdo; c'est une chate-mite. Rezouna coum'un zambour bagna; raifonner comme un coffre.

BAGNADOU. Voy. Nadadou. BAGNADURO; Mouillure. BAGNÉ; Bannal. Four bagné; four bannal.

BAGNÉ, ou banié; Un meffier homme gagé pour garder la vendange. b. lat. (Bannerius,) dérivé de ban; cri public, dé

fenfe.

Les meffiers, en b. lat. (meffarii, du lat. meffis, ) étoient proprement les gardes de la moiffon. On les appelloit auffi, fergens meffiliers; & ceux de la vigne, qu'on devroit appeller plutôt garde-vignes, portoient en v. fr. le nom de vignau. Voy. Vigndou.

BAGNIOUS; Bains d'eaux chaudes, ou thermales : en v. 1. Bagnôou, bagnols; l'un & l'autre devenus n. pr. de lieu. Ana as bagnious; aller aux bains. Bagnou, ou bagnoun, en eft le diminutif.

BAILA; Donner, & non bailler qui n'eft reçu qu'en ftyle de pratique: on dit cependant dans le ftyle fam., vous me la baillez belle

BAILAR. v. 1. Louer, donner à loyer, ou à louage.

[ocr errors]

BAILË, pâirë, ou ramounët; Maître valet journailler qui conduit l'ouvrage, qui loue les ouvriers, & qui eft à leur tête. BAILE; Le coq du village; celui des payfans d'un village qui a le plus d'autorité.

BAILE; Le Bailli, le Viguier d'un village qui rend la justice aux caufes fommaires.

BAILE de la rendo; Maîtrevalet qui fait la levée des fruits d'un bénéfice.

BAILE das abëliés; MaîtreBerger qui conduit les troupeaux de plufieurs particuliers à la montague, pour y paffer les chaleurs de l'été.

BALLË. . I. en b. lat.

[ocr errors]

(Bajulus ; ) Agent chargé autrefois de percevoir les droits d'un feigneur, ou d'adminiftrer les domaines des grands vaffaux. Il y a eu des temps où ils exerçoient la juftice au nom des mêmes vaffaux. C'eft de là qu'est venu le nom de Bailli & celui de Bailliage.

BAILË, bâilët, ou vâilët. v. 1. Valet. Ce nom, aujourd'hui fy. nonyme de ferviteur, ou domestique, fut autrefois un titre honorable étant dérivé de vaffelet, ou fils de grand vaffal, c'est-àdire, des premiers feigneurs de la cour. Ces vaffelets n'étoient pas encore parvenus au grade de la ceinture militaire. On les appelloit en b. lat. (Valetus. ) En fr. valet, ou vaflet. Un ancien poëte dit au fujet de Guillaume, Duc de Normandie :

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

ferie

BAIROULA. Voy. Vêira. BAISSA. v. 1. Tondre les draps. Baifsâirë; tondeur.

BAISSAR. v. 1. Defcendre', laiffer échapper. En lat. (dimittere.)

BAISSOS; Les branches baffes. Acampa de las bâiffos; cueillir des branches baffes.

BAITO, ou badôrco; Une feuillée, une hute, une baraque, petite loge, conftruite de torchis, dans une vigne, & couverte de paille, de branches, &c. En anglois. To bait; fe loger en pafCapt.

BAIZADURO; Le biseau, ou la baifure du pain, le côté par où les pains fe touchent & fe collent au four.

BAJHANA, ou coufina; Du bajana potage aux châtaignesbajanes; mets très-commun dans les Cevennes, & d'une grande reffource pour le payfan à qui cette nourriture tient fouvent lieu de toute autre.

BAJHANADO; Bouillon de bajanes: excellent incraffant dont on voit de bons effets fur des "poitrines délabrées, lorfqu'elles fe rencontrent avec un eftomac robufte; ce qui eft fouvent une

rencontre rate.

BAJHANADOS. Voy. Nissar

dariés.

BAJHANO, ou caftagnou; La bajane, ou la châtaigne-bajane: châtaigne blanche, ou dépouillée de fa coque & de fa pellicule, après qu'elle a été féchée à la fumée & à la chaleur d'un fuoir à châtaignes.

On dit en lat. (Baianus ou bajanus, ) qui est de baies: fi l'on a commencé à apprêter ainfi les châtaignes aux environs de cette ville d'Italie, comme il y a quelque apparence, on les aura dèslors appellées en lat. caftanea bajana) châtaignes de baies, ou abfolument bajana, des bajanes.

BAJHÔCOU, ou bajhôco; Sot, niais, imbécille. BAJHOUCADO, ou bajhoucarié; Sottife, niaiferie.

BAJHULIA. v. 1. Bailliage. b. lat. (Baliagium.)

BAL, forte de contrat; Bail, qui fait baux au pluriel; faites entir l'i de bail, comme ceux de mail, émail, détail, &c. Un bail à ferme, un bail à loyer, &c.

BALACH. Voy. Rafpal. BALACHA, balaga, balajha, Engrana; Balayer. Voy. Efcouba. Câro balachádo; beau teint, vifage d'un beau teint.

BALACHOU, ou baléchou. n. pr. Petit balais. ́

[ocr errors]
[blocks in formation]

BALAJHUN; Bruit haha; bruit fourd d'applaudiffement ou d'improbation.

terme

BALAN, ou bandoul, de fonneur; Branle, volée. Soung à balan; fonner à volée, fonner une votée. Três cos à balan; trois volées. Bouta à balan, donner le branle à une cloche, la mettre en branle. Bouta âgu gran balan; fonner à toute volée : cette derniere expreffion fignifie auffi, mettre toutes les cloches d'une. fonnerie à volée.

BALAN; Branle. Les futailles vides & entaffées fur une charrette, ont un grand branle; fan un gran balan. On dit auffi, le branle de cette cloche a étonné cette tour.

BALANDRA (së); Se balancer à une balançoire.

BALANDRÁN; Le plateau d'une grande romaine, ou balance, pour pefer des matieres d'un grand volume.

BALANDRAN; Bafcule d'un puits de campagne. Balandran en françois, ancienne cafaque pour la pluie.

BALANSADOU; L'efcarpolette, proprement dite, bout d'ais carré fur lequel on s'affied & qui eft fufpendu par deux cordes à une haute branche d'arbre.

BALANSADOU; Une bafcule ou branloire : ais pofé en travers fur une poutre & aux deux bout's defquels les enfans fe balancent, en fe faifant hauffer & baiffer alternativement; ce qui leur donne autant de peine que de plaifir.

Balanfadou, une brandilloire, ou longue branche qui fort horizontalement d'un tronc d'arbre & au bout de laquelle les enfans fe mettent à cheval pour se faire brandiller.

BALARU, ou Baleru. n. pr. abrégé du lat. (Balneoregium.) Bagnere,

2

Bagnere, qui a la même origine, fe rapproche davantage du latin. BALASIÉGNA; Intrigant qui fe mêle de tout, fait l'empreffé, le bon valet. C'est l'ardelio des

latins. BALASIÉGNA; Homme de peu d'efpric,

BALAT. Voy. Vala. BALDI. n. pr. Dériveroit-il de (baldinus) b. lat. bai, ou de couleur baie ?

BALË, ou balễn; Un auvent: petit toit de planches en faillie au-deffus de la porte d'une bou tique, pour mettre les moutres à couvert de la pluie, & pour garantir l'intérieur des rayons du foleil, dont la trop grande lumiere éclaire trop les défauts des marchandifes.

BALËSTER. v. 1. Tireur d'arc. Voyez acubalëftrié.

BALËSTO; Arbalète, du grec, ballo.

BALIN-BALAN ana balinbalan; Aller à l'aventure à droite & à gauche, fans fuivre de route

certaine.

[ocr errors]

BALLËN ou bailen. Voy. Drapet, en b. br. ballen, couverture de lit.

BALMA. v. 1. Grotte, antre, caverne.

BALO de cebos; Une balle d'oignons; il y a douze treffes à la balle. Voy. Rés.

BALOUÁR; Un boulevard. Foffé de place forte. Voirie BALQUARD; Guêtres, gros bas fans femelle, de paysan. BALOUNIE. Sa balounié; Sac à farine.

BALZIER; Tas de javelles. BAMBÓRLOS; Filamens, fétus, brins de quoi que ce foit, qui pendent à la barbe, ou ailleurs.

BAMBUALIOS; Des effilures. Voy. Biélios.

BAN; Banc, dont le nom change felon les ufages auxquels il fett. Ban dë lië, ou bankë; un treteau. Ban dë mënufié; un établi de ményfier. Ban dë bou

che un étau de boucher. On dit auffi, l'étau d'un ferrurier, d'un favetier des rues. Ban de bugadieiro; felle, ou batte de lavaddiere. Ban dë marghiliés, l'œuvre. Ban, terme de meûnier; le palier, ou la braie, piece de charpente fur laquelle porte l'axe de la meule tournante. Viel coum'un ban; vieux comme les rues. Le terme françois, banc eft impropre dans les acceptious précéCentes.

BAN, ou van. D'ël ban d'ël bras; De toutes les forces. Dél ban del cais; de toutes fes dents. Bouta tout en ban; mettre tout en train. Mettre tout cuire. Voy. Van,

BANA; Pouffer des cornes. Aquel agnel a bana; les cornes font venues, ou ont pouffé à cet agneau.

[ocr errors]

BANACHO. n. pr. dit par corruption du v. fr. panage, en b. lat. (panagium); cens ου rente qu'on payoit au Seigneur d'un Domaine, pour le droit de 'paître les cochons fous les chênes de fa forêt. Dérivé de, pan; pain, le gland étant comme le pain des

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Grande manne; en v. 1. balefta. Una plëna balesta de pardos; une panérée de pardons.

BANASTOS, ou bandftros; Paniers à fumier, paniers de bât, jumeaux qu'on nomme des baftes dans quelques provinces: deux grands paniers en carrélong faits d'ofer, ou de côtons, qu'une bête de fomme porte fur un bât.

d'un locataire, &c. & non ba

[merged small][merged small][ocr errors]

BANKË; Diminutif de banc;
tréteau de lit, de table à manger,
de théâtre de bateleur. De la le
françois banquet; feftin ou
repas; ainfi appellé, foit parce que
les tables font des fortes de
bancs
qui
" ou parce qu'elles en
étoient autrefois entourées pour
faire affeoir les convives, com-
me elles le font encore chez nos
payfans cette efpece de fiege,
moins ancien que les lits, a pré-
'cédé les fauteuils, & même les
chaifes les plus communes.

En efpagnol, banafta, dérive du celtique, benna. Les Efpagnols difent comme nous, dezem banafta; tirer les paniers de deffus le bât.

BANASTOU; Un mannequin, ou petite manne.

BANCAL; Plate - bande de jardin.

BANCILIOU. n. pr. en v. fr. Bancillon, petit banc.

BANCO, bouta tout en banco; Mettre tout en train, donner le branle.

BANDELO, ou ourjhoulë. Voy.

Dourke.

[ocr errors]

BANDI; Banni. = Bannir. bandi.

BANDIÊIRO; Enfeigne de bouchon. Voy. Lounjheiro.

BANDINO; La bistorte: plante des haures montagnes, dont la racine eft employée en médecine, comme un bon aftringent.

BANDOULS; Volée. Voy.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

BANKIE; Un baigneur, ou maître de bains d'une fontaine *thermale; & non, banquier • très-impropre,

BANO; Corne de bœuf, de mouton, &c. bois de cerf, bois de chevreuil, &c. On dit, les cornes pouffent à cet agneau; & non, il commence à mettre des cornes. Au figuré, baro, ou bachoiou; une boffe au front, caufée par une chûte, ou par un coup.

au

Ce qu'on appelle le bois de
certains animaux, tels que le
cerf, le renne & le chevreuil,
eft d'une fubftance offeufe, &
leur tombe chaque année:
lieu que les cornes des boeufs &
autres animaux appeilés, bêtes à
cornes, font pérennes & croif-
fent d'année en année en lon-
gueur & en groffeur.

BANS; Bains d'eau froide,
d'eaux chaudes; ces dernieres
du grec,
appellées thermales
thermos; chaleur.

[ocr errors]

BANTAL, ou davanıáou. Voy.
Fandâou.

BANTALOFO; Un vantard,
un bavard. Voy. Boulofos.

BANTAT; Vanterie.

BANU, banúdo; Cornu, bête cornue. Satyre cornu, ou encorné, haut encorné ; & dans le ft. b. cornard,

[merged small][ocr errors][merged small]
« AnteriorContinuar »