Imágenes de páginas
PDF
EPUB

tau

[ocr errors]
[ocr errors]

communément ce nom à une au cou ; & non , badine. On autre espece d'huile, ou de réline appelle badines , des pincettes liquide. Voy. Ëspi.

légeres. BADAIRÉ ; Un criard. En V. B Å DO, di bado ; Sur le fr. Un huard.

champ. BADAL ou badaliol ; Bâille- BADO-BÉ; Un bâillon. ment, ou l'action de bâiller. - BÂDO-MAN; Un empan. Voy. Badals ; soupirs qui précedent la Pano mort : les derniers coupirs. A fa BADÔRCO ; Cabanne , lou ,dargné badal; il a rendu le dis. =Grotte, taniere, du grec, dernier soupir.

bathos, (profunditas. ) BADALIA ; Bâiller, = Rendre BÂGA , ou baghës. v. 1. Hardes. les derniers soupirs. Nës pa mor, En v. fr. Bagues ; dont il est badâlio ; il n'est pas niort , refté , 'Bagues-Tauves. mais il est aux abois. L'a de BAGADELO, ou bagado ; Vista bâiller & de bâillement est long: soud coulant. c'est par là qu'on le distingue du BAGANS; Pâtres ou paysans verbe bailler, ou donner. qui gardent le bétail dans les

BADALIA ; s'entr'ouvrir , le landes avec une charrette , sur crevasser.

laquelle ils portent ce qui leue BADALIOU, ou bado-; Un est nécessaire pour vivre ; ils ne bâillon ; petit bâton qu'on met se retirent que rarement dans les dans la bouche de quelqu'un pour maisons. C'est aussi la vie que l'empêcher de parler ; & dans la menent, à l'extrémité de notre gueule de certains animaux, pour

émisphere les tartares Monles empêcher de mordre.

gouls. Bagans eft dit pour vagans. BADALIOU; Un petit bâille- BAGAR. v. I. n. pr., & celui ment, bâillement étouffé à dessein d'anciens soldats Gaulois. daus une compagnie , où il n'est BAGHIÉ ; Un écrin : coffret pas décent d'être pris de ce mou. ou boëre à mettre des bagues vement convulff & involontaire, des pierreries, parce qu'il est quelquefois un BÅGHIÉ į Le laurier mâle. symptome d'ennui;, & que la po. qui dans le vrai est le femelle , litesle ne permet pas d'en mar. puisqu'il porte les baies. quer dans les compagnies les plus BAGNA; Mouiller, jeter ou cnnuyeuses.

répandre de l'eau fur quelque BADALÛGO; La chasse , ou chose , & non baigner : ce derla pêche aux flambeaux , appellée nier terme ne signifiant que dondans quelques endroits , Fuée. ner ou prendre le bain. On prend

BADAR UC; Un niais, un im- le change presque toujours làbécille.

deffus. BADÉ. v. I. & n. pr. dérivé de Je vais me mouiller, dit-on, båda ; Sentinelle qu'on plaçoit au lorsqu'on va se baigner à la rihaut d'une cour, ou d'un clocher viere. Je me suis bien baigcé dans des temps de trouble, pour lorsqu'on a été mouillé , ou tout découvrir l'ennemi de loin & trempé par la pluie. pour faire le tocau , ou sonner On ditau figuré : Qan vëjherë le coclin.

lou bas bagpåvo ; quand je BADÊRLO, badiol, badobec ; vis qu'il y avoit de l'abus, ou du Un badaud.

risque, ou de la perte à ce marBADÊSSO. v. 1. Abbesse. En ché, à cette entreprise ; ou bien ital. Badeffa.

qu'on me poussoit à bout, qu'on BADINO; Une brantante : ne gardoit point de mesure avec terme de jouailler : ornement en noi, que les choses alloient de pietreries que les femmes portent mal en pis, &c. Bagna coum'un

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

ra; mouillé comme un canard. (Bajulus ; ) Agent chargé autreAco's uno caro - bagnâdo ; c'eft fois de percevoir les droits d'un une chate-mite. Rëzouna coum'un seigneur, ou d'administrer les tambour bagna; raisonner comme domaines des grands vassaux. Il un coffre.

y'a eu des cemps' où ils exerBAGNADOU. Voy. Nadadou. çoient la justice au nom des BAGNADÛRO; Mouillure. mêmes vassaux. C'est de là qu'est

BAGNÉ; Bannal. Four bagné; venu le nom de Bailli & celui de four banpal.

Bailliage: BAGNÉ, ou banié; Un mef- BÂILË, bâilët, ou vâilët, v. l. Ger : homme gagé pour garder Valet. Ce nom, aujourd'hui fyla vendange. b. lat. ('Bannerius,) nonyme de serviteur, ou domesdérivé de ban; cri public, dé- tique, fut autrefois un titre hofense.

norable écant dérivé de vaffelec, Les melliers, en b. lat. (mef- ou fils de grand vassal, c'est-àJarii , du lat. meffis, ) étoient dire, des premiers seigneurs de proprement les gardes de la mois. la cour. Ces valselets n'étoient Ton. On les appelloit aussi, ser- pas encore parvenus au grade de gens messiliers ; & ceux de la la ceinture inilitaire. On les apvigne, qu'on devroit appeller plu- pelloit en b. lat. (Valetus. ) En tôt garde-vignes, portoient en fr. valer, ou vaslet. Un ancien v. fr. le nom de vignau. Voy. poëre dit au sujet de Guillaume, Vignãou.

Duc de Normandie :
BAGNIOUS; Bains d'eaux
chaudes, ou thermales : en v. l. Guillaume fut valet perit,
Bagnoou, bagnols; l'un & l'autre A Falaise pofé & norit,
devenus n. pr. de lieu. Ana as
bagnîous; aller aux bains. Bagnou,

BÂILËN. Voy. Ballën.
ou bagnoun , en est le diminurif. BÂILIA. V., I. Garde, tue

BÂILA; Donner , & non bail. telle. = Baillage. ler qui n'est reçu qu'en style de

BÂILON. v. I. Bailli. pratique : on dit cependant dans BẠIÓCOU; Niais, fot. le style fam., vous me la baillez BÂIOS; Des baies , trompebelle

ries. Paroles frivoles. Douna BÂILAR. v, 1. Louer , donner bâios ; le jouer de quelqu'un à loyer , ou à louage.

par de fausles nouvelles. Un tel BÂILË, päirë, ou ramounët; est un donneur de baies. Maître - valet : journailler qui

BAIOUCÂDO ; Sortise, niai. conduit l'ouvrage, qui loue les serie ouvriers, & qui est à leur tête. · BẬIROULA. Voy. Vêira. BÂILË ; Le coq du village ;

BÂISSA. v. I. Tondre les draps. celui des paysans d'un village qui Baissairë ; tondeur. a le plus d'autorité,

BÂISSAR. v. 1. Descendre', BÂILË; Le Bailli , le Viguier laisser échapper. En lat. (dimird'un village qui rend la justice tere.). aux causes Commaires.

BÂISSOS; Les branches balles. BÂILË la rëndo ; Maitre- Acampa de las baissos ; cueillir valec qui fait la levée des fruits des branches basses. d'un bénéfice.

BÂITO, ou badôrco ; Une BÂILË das abëliés ; Maiere- 'feuillée, une hute, une baraque, Berger qui conduic les troupeaux petite loge, construite de torchis, de plusieurs particuliers à la mon- dans une vigne, & couverte de tagne, pour y passer les chaleurs paille , de branches, &c. En ande l'écé.

glois. To bait; fe loger en pala B Â IL Ö. v. I. en b. lat. Capt.

[ocr errors]

termc

[ocr errors]

BÂIZADÛRO ; Le biseau, ou BALAFI ; À foison. la baisure du pain , le côté par BALAJHA. Voy. Ëscouba. où les pains le couchent & se BALÂJHO, ou ëngranêro. Voy. collent au four.

Ëscoûbo. BAJHANA, ou cousina ; Du BALAJHUN ; Bruit broubajana : potage aux châtaignes. haha ; bruit Courd d'applaudissebajanes ; mets très-commun dansment ou d'improbation. les Cevennes , & d'une grande BALAN, ou bandoul , ressource pour le paysan à qui de fonneur; Branle , volée. Soung cette nourriture tient souvent lieu à balan ; sonner à volée, sonnet de route autre.

une volée. Très cos à balan; trois BAJUANADO ; Bouillon de volées. Boura à balan, dooner bajanes: excellent incrassane dont le branle à une cloche, la mettre on voit de bons effets sur des en branle. Boura águ gran balan; poitrines délabrées , lorsqu'elles sonner à toute volce : cette der. se rencontrent avec un estomac piere expression fignifie aulli , robuste ; ce qui est souvent une mettre toutes les cloches d'une. rencontre rare.

sonnerie à volée. BAJHANÂDOS. Voy. Nisar- BALAN; Branle. Les furailles dariés.

vides & enrassées sur une charBAJHÂNO, ou castagnou; La fette , ont un grand branle ; fan bajane , ou la châtaigne-bajane: un gran balan. On dit auffi , lc châtaigne blanche, ou dépouillée branle de cette cloche à éconné de sa coque & de la pellicule, cette tour. après qu'elle a été séchée à la BALANDRA ( së); Se balanfumée & à la chaleur d'un suoir cer à une balançoire. à châtaignes.

BALANDRÁN; Le plateau On dit en lat. (Baianus ou d'une grande romaine , ou babajanus , ) qui est de baies : si l'on lance, pour peser des matieres a commencé à apprêter ainli les d'un grand volume, châtaignes aux'environs de cette BALANDRAN; Bascule d'un ville d'Italie , comme il y a quel- puits de campagne. Balandran en que apparence , on les aura dès. françois, ancienne casaque pour lors appellées en lat. ( castanea la pluie. bajana ; ) châtaignes de baies, BALANSADOU ; L'escarpoou absolument bajana , des ba. lette , proprement dice , bout janes.

d'ais carré sur lequel on s'assied BAJHÔCOU, ou bajhoco; Sot, & qui eli suspendu par deux niais, imbécille.

cordes à une haute branche BAJHOUCADO, ou bajhou- d'arbre. carié; Sortise, niaiserie.

BALANSADOU; Une bascule BAJHULIA. v. I. Bailliage. b. ou branloire : ais posé en travers lar. ( Baliagium.)

sur une poutre & aux deux bouts BAL, sorte de contrat; Bail, desquels les enfans se balancent, qui faiçi baux au pluriel ; faites en le faisant hauffer & baisser alGentir l'i de bail , comme ceux ternacivemepi; ce qui leur donne de mail, émail, détail, &c. Un autant de peine que de plaisir. bail à ferme , un bail à loyer , &c. Balansadou, une brandilloire,

BALACH. Voy. Raspal. ou longue branche qui sort hoBALACHA, balaga , balajha, rizontalement d'un tronc d'arbre ängrana; Balayer. Voy. Ëscouba. & au bout de laquelle les enfans Cåro balachado ; beau ceint, le mettent à cheval pour se faire visage d'un beau teint.

brandiller, BALACHOU, ou baléchou. n. BALARU, ou Baleru. n. pr.

abrégé du lat. (Balneoregium. )

Bagnere,

pr. Petic balais.

[ocr errors]

ou

Bagnere, qui a la même origine, ché ; un écau de boucher. On dic se rapproche davantage du latin. aulli , l'écau d'un serrurier , d'un

BALASIÉGNA ; Incrigane qui saverier des rues. Ban bugase mêle de tout , fait l'enipreflé, diéiro ;. felle, ou bạcte de lavad. le bon valet. C'est l'ardelio dęs diere. Ban marghiliés; l'æuvre. larins.

Ban, terme de meûnier ; le paBALASIÉGNA; Homme de peu lier , ou la braie, piece de chard'esprit.

pente sur laquelle porte l'axe de BALAT. Voy: Vala.

la meule tournante. Viel coum'un BALDI. n. pe. Dériveroit-it de ban ; vieux comme les rues. Le ( baldinus ) "b: lat. bai , ou de "terme françois, banc eft improcouleur baie ?

pre dans les acceptious précéBALË, ou balën ; Un auvent : centes. petit toit de planches en l'aillie BAN, ou van. D'ël ban d'él au-dellus de la porte d'une bou: bras; De toutes les forces. Del tique , pour mettre les montres ban dél câis; de toutes ses dents. à couvert de la pluie , & pour Bouta tout ën ban ; necire' touc garantir l'intéricur des rayons du en train. Mettre iour cuire. toleil, dont la trop grande lu- Voy. Van, miere éclaire trop les défaurs des

BANA ; Pousser des cornes. marchandises.

Aquël agnel a bana ; les cornes BALËSTËR. v. I. Tireur d'arc. "sont venues, ou ont poussé à cet Voyez gácubalëftrié.

agneau. BALËSTO; Arbalére, du grec,

BANÂCHO. n. pr. dit pac ballo.

corruption du v. fr. panage, en BALIN-BALAN , ana balin. b. lat. (panagium) ; cens balan; Aller à l'aventure à droite rente qu'on payoit au Seigneur & à gauche , sans suivre de route d'un Domaine, pour le droit de

paître les cochons fous les chênes BALLËN ou bâilën. Voy de la forêt. Dérivé de, pan; pain, Drapet, en bi br. ballen , cou- le gland écant comme le pain des verture de lic.

pourceaux. BALMA. y. l. Grotle, ancre , BANAR ; Cornu encorné; caverne.

bêre qui a des cornes. BÂLO cêbos ; Une balle BANAR; Le cerf - volant d'oignons ; il y a douze celles à gros insecte écailleux, ou scarala balle. Voy. Rés.

bée ; qui porte à l'avant de la BALOUÁR ; Un boulevard. rête deux cornes osseuses, qui Fossé de place forte. = Voirie. imirenc un bois de cerf.

BALQUARD ; Guêcres , gros Le Rhinoceros, compris sous bas sans femelle , de paysan.

le même nom, est un autre gros BALOUNIÉ. Sa balounié; Sac insecte d'un brun noit & tuilant à farine.

comme le précédent ; dont il BALZIỆRO; Tas de javellos, differe principalement par une

BAMBORLOS ; Filamens, fé- corne relevée sur son front, de la tus, brins de quoi que ce soit, forme de celle du quadrupede de qui pendent à la barbe , ou ailleurs.

Ces insectes proviennent d'un BAMBUÂLIOS ; Des effilures. gros ver blanc & court , appellé Voy. Biélios.

Turc , qui se nourrir dans le fu. BÀN ; Banc, dont le nom mier & dans le tronc pourri des change selon les usages auxquels vieux arbres. il rett. Ban lié, ou bankë; BANAST ÂDO; Plein une un creceau. Ban nënusie; un établi de ményGcr. Ban bou. BANÁSro, ou taráiróc* *

1

certaine.

[ocr errors]

ce nom.

manne,

[merged small][ocr errors]

ou

[ocr errors]

Grande manne; en v. I. balesta. d'un focaraire , &c. & non ba.
* Una plëna balesta pardos ; une niment.
panérée de pardons.

BANIMËN ; Bannissement, ou
BÁNASTOS, ou banástros ; condamnaţion à être banni hors
Paniers à fumier , paniers de bât, du ressort d'une Jurisdi&ion.
jumeaux ; qu'on nomme des BANKË ; Diminutif de banc ;
baftes dans quelques provinces : tréteau de lic, de table à manger,
deux grands paniers en carré- de théâtre de bareleur. De dle
long faits d'osier , ou de côrons, françois banquet"; feftin
qu'une bête de sonime porte sur repas; ainfi appellé, soit parce que
un bât.

les tablcs sont des fortes de En espagnol , banasta , qui bancs ou parce qu'elles en dérive du celtique, benna. Les étoient autrefois entourées pour Espagnols disent comme nous , faire affeoir les convives, comdëzëm banasta; tirer les paniers me elles le sont encore chez nos de dessus le bât.

paysans : certe espece de liege, BANASTOU; Unmannequin, moins ancien que les lics, a préou pecite manne.

'cédé les fauteuils, & même les
BANCAL ; Plate - bande de chaises les plus communes.
jardin.

BANKIÉ ; Un baigneur , ou
BANCILIOU. n. pr. en y. fr. maître de bains d'une fontaine
Bancillon, petit banc.

thermale ; & non, banquier
BÂNCO, bouta roue en banco; très-impropre,
Mettre tout en train, donner le BÄNO; Corne de bouf, de
branle.

mouton , &c. bois se cerf, bois
BANDÊLO, ou ourjhoulë. Voy. de chevreuit , &c. "On dit, les
Dourke.

corncs poussent à cet agneau ; &
BANDI ; Banni. = Banair. non, il commence à mettre des
pr.
bandi.

cornes. Au figuré,

baro , qu 'be-
BANDIÊ IRO ; Enseigne de choiou ; une boffe au front
bouchor. Voy. Lounjheiro. causée par une chûte", ou par

BANDINO; La bistorte:
plante des haures montagnes, Ce qu'on appelle le bois de
dont la racine est employée en certains animaux tels que le
médecine , comme un bon afrin. cerf, le renne & le chevreuil,
gent.

est d'une subltance' offeuse , &
BANDOULS ; Volée. Voy. leur tombe chaque année :
Balán.

lieu que les cornes des boeufs &
BANÊLO, ou gaféto; La grande autres animaux appcilés, bêtes à
mouette blanche , oiseau palmi- cornes ; font pérennes & croic-
pede, oji aquatique, de la grof- sene d'année en année en lon-
leur d'une poule. En lat. (larus gueur & en grosseur.
ou gavia.) La banélo l'a touca; il BANS ; Bains d'eau froide ,
a cu une atteinde de parelle. d'eaux chaudes ; ces dernieres

BANĮ ; Terme de pratique ; appellées thermales
saisir entre les mains de quel- thermos; chaleur.
qu'on, & non banir.

BANTAL , ou davantãou. Voy.
BANILIOU ; Un cornichon Fandaou.
ou petite corne. = L'os du crâne

BANTALÔFO ; Un vantard,
des bæufs, des chevres , &c. un bavard. Voy. Boulofos.
qui remplit le creux de leurs BANTAT ; Vanterie.
cornes. C'est le cornichon olieux

BANU, banúdo; Cornu, bere
de ces animaux.

cornue. Sacyrecornu, où enBANIMËN ; Saisie d'une fom- corné, haut' encorné & dans me entre les mains d'un fermier, I A. bi comard,

[ocr errors]

un coup:

2

[ocr errors]
[ocr errors]

au

du grec,

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »