Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

BẢOU ; Et selon l'orthographe BẢOUDR!; Foulé, écrasé. ancienne & ordinaire, ( qui ré- BAOUDRÔI, ou galanga ; Le pondoit à la prononciation , sans baudroi, ou piéchetaụ ; poislon la rendte ), Bau, aŭ pluriel de la méditerranée sans écailles, baux , ou bãous į viais , nigaüd; & qui a une large gueule. De là imbécille.

l'exprellion, gorjho galanga ; BẢOU" BÂOU; Mors pour gueule-fraiche. = Large bouche exprimer le cri du chien" qui bien fendue. Le baudroi fait un aboie. C'est à ce propos que très bon potage. En lat. (rana Merlin Cocaye dit en parlant de piscarrix cet animal:

BAOUFERO,00 valféro. n.

př. lat. (vallis fera.) Fert inter gambas caudam, zelo BẢOU FIGO. Voy. Boufigo. tamque revolians,

BÀOUJHARIÉ baoujhun candentes singir dentes, bou-bou- bãoujhiệiro , 01 bảoujhiệirado ; que frequentar.

Niailerse, fadaise. = Vanité BÂOUBÊLO. v. 1. & ni pri

vent. Dérivé de bảou.

BÀOUJHO , féminin de Joyau. = Babiólé.

bãou. Cougourlo-bãouj no i le BÂDUCÂDO ; Jonchée de potiron. Voy. Boutëlio. Aeurs devant la porte d'une mais, BÂOUJHOULA ; Bouchonner treffe.

un enfant le cajoler, = Le BÂOUCAN, ou baucant. n. porter , le mener , du lac. (baju. pt. en v. 1. Cheval de petite lare); porter un fardeau. caille.

BÂOUMELU,

ou vâoumari BẢOUCHINAR , bãouchinar. Creux , caverneux. Le loir faic do ;. Folâtre.

son nid dans le tronc d'un arbre BÂOUCO; Du verdage : espece creux. bãoumelu ;- rocher d'herbë 'graminée ; foin grossier creux, ou caveinçux, qui poufle sur les taluts de ter- BÂOUMO, ou óalma;; Grotte, reins en pente & disposés en ter- ou cavité naturelle des rochers. ralle. La saiche est une espece de Il n'y en a guères que dans ceux verdage , ou mauvais foin qui de nature calcaire les seuls coupe la bouche des chevaux. dans les groties desquels il se

Le meilleur foin des prairies forme des congélations des devient du verdage, dans les ftalaatites, des Italagmires ; purs terres fortes & lans culțure, jeux de la nature. Caverne & BÃOUDAN, ou baudana ni angce funt plus du fyle soutenu.

en v. l. Boyau , tripé. On diš Báoumo lapin ; lo retrier d'un les boyaux de l'homme , les tri

lapin, pes des animaux. C'est de báu. On dit en fr. Ia Ste. Baume ; dan qu'ont été formés les termes Chapelle dans une grotte formée françois , baudruche ; feuille de naturellement dans le roc. boyaux, pour les batteurs d'or,

Du mot, bgoumo derivent les & baudroyeur, ou l'ouvrier qui a.,pr, bãoume 8c baoumelo i fabrique les cordes à boyau , ou féminin de bãoumel ; nom qui de boyau.

liggifioit, habitant de grotte ; BAOUDANÃIRO; Tripiere. premiere habitation de l'homme BÂOUDÂNOS Tripailles", & des animaux à portée des tripes de bąuf.

rochers cavesneux , & qu'on a BẢOUDOMËN; Joyeulement. appellés pour cette raison, d'un

BÂQUDRAGO ; Désordre. Le mot, grec, troglodites. n. pr. bãoudran, ou baudran y BAOURI; Précipice, frondiere, a du rapport , & aura Ggnifie, ravin profond & escarpé, creure celui qui cause le désordre.

par des cavines, ou formé pacu.

[ocr errors]
[ocr errors]

ne

ou

[ocr errors]

rellement entre deux collines, fed mulier propter virum.) Las Abyme foriné par un tremble- femnas sio Joijmëssas à los baros ment de terre, par une fouille ën aillo, co al jenhor ; que les souterraine , &c.

femmes soient soumises à leurs BẢOURICHO. Voy. Boudiflo. maris comme au Seigneur. Ël cap

BÂOUZAR , ou bauzar. v. I. tot baro, Crist; mas lo cap Frauder, tromper. Baouzado ; la femna , bar. Baros pritrompé. Bâouzanos; fraudans. mers ëls fráirës ; ( viros primos ir

1. Bar për nom Ananias ab na fratribus. Voy. Barnájhë. Safira fa moler, vendec 1. camp BAR ; Une dalle ; pierre plate, é baouzec d'ël prets colabënt la large & ordinairement carrée sua moler. (Vir quidam nomine pour carreler les églises, les apAnanias' cum Saphira uxore fua partemens : c'est aing que le sont vendidit agrum & fraudavit de les rues de Florence , de Livourpreria agri confcia uxore fua.

&c. Un bar de Mus; unc BÂOÜZÉLI ; ( Sën) St. Bau- dalle du village de Mus. = Bar, dile : mais en tant que n. pr. St. pan sabou ; une cable de Bauzéli.

savon, qui a comme les dalles BÁOUZËTA , ou bauzëra. vi ordinaires, environ trois pouces 1. Dol, tromperie.

d'épailleur sur un pied & demi BÂOUzia. v. 1. Fraude. En carré de largeur , & du poids v.fr. bois die. Ën bãouzia de la de 2s livres. lêi ; en fraude de la loi. On disoit

BAR , ou bart; Fange, limon. dans les actes , fine inganno , sine Bar, en françois ; Civiere reobauzia:

forcée pour transporter la pierre Përqë maier mën no sufrets la de taille sur l'atelier. bauzia ? Pourquoi ne souffrez- BARÂ ; Bacler une porte; la vous pas plutôt qu'on vous falle fermer par derriere avec

barre. = Bara; Fermer ; bouB Â O'U ZIOL, ou baufiol; cher. baras lou jhour'; vous Traître, pernicieux, insidieux , me' bouchez le jour. S'ën fãou perfide. Coffel baufiol ; confeil bara lous iuels ; il faut s'en conpernicieux.

soler , ni plus penser. baro Si alcuns hom tot lo poder lëstouma ; re saisir. Cette femme de la villa d'Ales manifest bau. le Saisit, elle a un ferrement de fiol collel als seinors d'Aleft do- caur au moindre contre-temps.

é për ocasion d'aqël , dan, A co baré leslouma ; cet acci. o anda dëvënran : aqël mal dent me causa un serreinent de vast conseiler sia tënguts lo dané cæur , j'en eus le cæur serré. l'anéta rëftorar; é ëstiers aisso On ferine une porte , daia "ë mërcë det seinor. Cost. fenêtre ; on bouche un crou. d'Ali

Le terme, barâ indique l'anBÂOUZIOZAMËN. v. l. ( dolo- cienne & probablement la presè.) Ab lor linguas faziam bãou. miere façon de fermer les portes, ziozamën ; ( linguis juis dolose avant l'invention des serrures agebant.)

au moyen d'une barre en travers : BAR, baró. v. l. Ces termes ce qui se pratique chez les paurépondent au latin , ( vir), affe&é vres ens de la campagne, chez au sexe masculin ; on s'en a qui l'on trouve ,

plus que dans poine de propre en françois : le les villes , les vestiges des mæurs ternie , homme se dic des deux & des usages antiqués. sexes.

BARABASTA; Tomber avec Lo bar no ës criat për la fëmna; fracas. mas la fëmna për lo baró; (non BARACAN ; Le bouracan ; eft crcatus yir propter mulierem, étoftc qui rejette la pluie.

unc

tort ?

nara

une

aux

BARÁCÂou, ou crebo-cabals; en d'autres peu apalogues. Une voirie : lieu où l'on porte BARAGÓGNO, popôou , roue les bêtes mortes, les charognes, mêco , babãou , &c. La bête noire, & les vidanges d'une ville. le moine bourru;êtres imaginaires

BARADIS ; Fermé , ou fer- dont on fait peur aux petits enmant. Pugné baradis ; panier à fans, & auxquels une certaine couvercle, ou pour ainli dire , antiquité, foutenue par des ré. fermable. Courel baradis ; cou- cits, donne du crédit auprès (cau fermant, ou pliant, qui est des personnes simples & crédules. opposé à , couteau à gaine ; Il y a des baragôgnes , ou des l'Académie appelle nos couteaux épouvantails de plus d'une espe. beradis ; des jambettes.

ce : tel elt, entre autres, celui Nous avons, comme les Espa- d'une prétendue hérélie qu'on ne gnols, d'autres noms terminés peut définir, ni montrer dans de même; tels que counfessadis, aucun livre, dont on n'a pu påouzadis , lëvadis , &c.

convaincre personne , qui n'existe BARADISSO ; L'adion fré- enfin nulle part , & qui n'est quence de fermer, d'ouvrir & de qu'un non faii à plaisir ; ou. refermer. Aqêlo baradisso fenira plutôt une méchanceté réfléchie, pa? Finira-t-on d'ouvrir & de pour en imposer au peuple , pour fermer cette porte ?

décrier des gens de bien , par BARADŪRO; Boucheture : haine , par envie, par ignoranfagots d'épines pour boucher les ce, par espris de parti, & dont bords d'un champ, & en défen- par ce même esprit on a peine dre l'entrée au bêtail & de revepir. paslans. Baradüro en général ; BARÃIRË. Voy. Debanairë. toute sorte de fermeture ; & non, BARAL ou varal ; Bruit , fermature.

confusion mouvement. Voy. BARAGNA; Garnir d'épines Veral. les bords d'un champ, ou la crête

BARALË ; Un bariller. d'un mur de clôture.

BARALË ; Un capron,

fraise BARAGNADO,

?, baragno des champs d'un rouge, sale , rândo, ou bartis ado ; Clorure ou foncé , fermé au toucher faire de baics ; une haie vive, dans la maturité, moins parfum un échalier, la premiere formée mée, moins délicate que la fraise de plants enracinés de différentes ordinaire. épines. L'échalier est une haie BARALI. n. pr. b. lat. (sbarafaite de branches, de fagots liés, lium); Baricade. & autres boucherures seches. En BARALIA ; Enrourer espgl. brégna; haie.

clorte d'une palillade de bûches BARAGNOU, ou baragnoun ; refendues, où de barres de quaDiminutif de barågno ; pecite tre à cinq pieds de long, & haie.

serrées entre elles. = Baralia. Les jardiniers donnent le nom

Voy. Varalia. de brisevent à une espece de haie BARALIÉ ; Un boiflelier. Voy. faite de glui, de bárons de maïs, Broukiés. &c. foutenue par des pieux qui BARÂLIO ; Palissade , telle portent des perches en travers , que celle de l'article baralia. pour mettre à l'abri de la bise BARAMËN d'ëstouma; Crêveles plantes hâtives qui commen

Saifissement , serrement cent à lever,

de ceur. BARAGNUÉ ; Terme corrompu

BARÃOU; Un barau. Un de bono gnué, ou bonne nuit. barau de vin : mesure qui change Exemple des changemens bizar. d'une ville à l'autre. Elle conses d'une , ou de plusieurs lettres tient à Alais 27 pinces , où il

ou

ceur ,

égale un solide de crois pieds accellibles : de plus, il ne laille cubes & un tiers. Environ huir qu'un petit trop pour entre de ces baraux font le muid de dans son nid. Le martiner ; & Paris. De même qu'environ 4 non, cublanc , arrivé en Lanbaraux en font le demi-muid, guedoc environ vingt jours avant ou la feuillette,

l'hirondelle. C'est l'hirundo BARÂOU , & baralé. Le baril, agrestis. Plinii.) le bariliet, à l'usage des joue- BARBAL ; Babil. Barbalia ; paliers, qui portent dans ces parler à tout propos, vaisseaux, sans aucun risque ,

BARBALÍÉ, barbaliairë ; le vin de leurs repas. En b. br. Grand parleur. baras; baquer. Li parlas bouto, BARBASTA ; Faire, ou tom. you rëspor barãou ; il tourne ber de la gelée blanche. la truie au foin.

BARBASTO , barbarüfto , od BARÂOU-LON.Vóy. Boutêrlo. doubiêiro ; Gelée blanche. A fa

BARAT, barasel i Fraude, barbasto; il est tombé de la dol, troniperie.

gelée blanche. BARATA ; Tromper ,

frau- Les Aureurs du Dictionnaire der.

= Baratët ; tricherie. de Trévoux font le mot, frimas BARATIÉ ; Fripon.

fynonyme de gelée blanche , & BARBACÂNO. V, 1. Fortin en le définitlent; vapeur condensée forme de tambour , ou retran- qui s'attache aux herbes ; il chement circulaire pour défen- paroît cependant que l'acception dre une porte de ville , ou de la plus ordinaire de ces termes place forte.

est, d'appeller gelée blanche , BARBAJHÔOU, ou gloujhou; la rosée convertie en une espece La grande joubarbe, l'artichaut de neige ; & en second lieu de muraille : plante rafraîchil- que, frimas est un terme généSante vulnéraire

très-propre rique qu'on s'emploic guères lorsqu'on l'applique en cataplar- que dans le fiyle soutenu de la me, à appaifer les douleurs in- poésie ; & que, lorsqu'on s'en fiammatoires de toute sorte d'ab- sert dans la conversation , on cès qui commencent à se for- l'entend des petits glaçons qui se mer , ou à apostumer is vér forment sur le poil des chevaux, coumo dc barbajhôou ; il est verd fur les cheveux , les fourcils comme poireau. Du lat. barba des voyageurs. Enfin le frimas & jovis; barbe de Jupiter.

le givre ont une consistance roIl paroît , d'après les noms , lide, & la gelée blanche ressembarbajhôou , .dijhôou & bien ble davantage à de la neige. d'autres , que jhộou éroit chez Quelques Dictionnaires con. nous l'ancien nom de Jupiter. fondent aulli , le grelil avec le Ceux qui ont traduit le 1. pr. frimas į le premier cependant mounjhôou par., monjoie, n'aa' est un corps arrondi comme un voient pas fair attention à cette grêlon qui ne tient à rien , & origine", ils auroient préféré le qui tombe comme la grêle ; au Bom , mont-jove, ou monjo, lieu que le givre & le frimas, comme plus propre. Voy. les qui n'ont aucune forme déterarticles jhôou, & mounjhôou. minée, se collent sur un autre

BARBAJHÕOU ;. Le petit corps , & font le produit d'une martinet : espece d'hirondelle vapeur ,

d'un brouillard con. qui a tout le dessous du corps denrés. Le frimas en particulier, & le croupion blancs. Le relte sc dir des croûtes de glace for: du plumage est noir. Cet oiseau mées sur les arbres des forêts bátit en torchis, comme l'hiron- du nord du royaume, & le delle, mais dans des licux peu givre en pargiculièr , fait des

[ocr errors]

nous

dinceaux de glace sur les vitres BARBÔCHO; 'Un barbichon, d'un appartement habité. diminutif de barber. = Un chica

La barbásto forme sur les métif, demi-barber. plantes une sorte de barbe, d'où BARBO-DIOU ; Priere (uce météore paroît uirer son nom persticieuse dont le sens eft im. Sanguedocien.

pertinent & impie. Elle est cicée BARBATA , ou barbouta ; dans l'examen de conscience du Во

llir à gros bouillons. On P. Amila. le dit auili du bruit particulier

BARBÔLO ; Virolle. S que fait le potage qui mitonne Fraile , ou barbe de coq. Voy. sur un fourneau.

Galiëtos. BARBATA; Parler ay hazard BARBỘTO. Voy. Trinėjhéro. & sans jugement.

BARBOULIA ; Bredouiller BARBAT AIRË ; Grand par- parler d'une maniere peu disleur , & difeur de rien.

tincte & mal articuliće. BÁRBËJHA ; Fáire la barbe. barboúlio ? Qu'eft-ce qu'il breAu figuré , l'avén barbëjha ; douille? On n'entend pas ce Dous lui avons eu du poil ; bredouilleut. c'eft.à dire

lui avons

BARBOUTI, barbourina , gagné son argent.

barbourinëjha; Marmorier, pare, BARBËTO ; Terme de ler entre les dents & à part loi. nageur. Fa la barbéro ; Toutenir Marmotter ses patenôtres. par le menron un apprenti na- Chuchoter à l'oreille ; & non geur, pour l'empêcher d'enfoncer. chuchuter, En ital. barbatare,

RARBIÉ ; Nom que portoient BARBOUTINOMËN ; Brco autrefois ceux qu'on a depuis douillement, marmortement. appellés chirurgiens : témoin cet BARCADO; Une bateléc, ancien proverbe

viel mejhë,

BÂRCO; On appelle. bac jhoûvë barbić, é richë bouticâiri; un grand bateau plat qui sert à & cet autre barbié piétadoux passer une riviere avec des voi. fái la plago vërmënouso.

Les opérations de chirurgie, BARD ; Boue, limon , bauge qui alloient de pair avec celles qu'on emploie au lieu de more de la barberie, n'étant pas aufli tier dans les lieux où la chaux fréquentes que ces dernieres ; est rare. ceux qui les exerçoient prenoient BARDA ; Carreler tune cham. leur nom de l'art qui les occu- bre avec des dalles. pant le plus, leur donnoit plus BARDA; Barder , ou mettre à gagner, & que pour cette sai la barde, ou la bâtine à un chea son ils n'avoient garde de dé. 'val, 'ou à un âne. Barder daigner, dans un temps où l'ou une volaille pour la broche. étoit moias glorieux qu'aujour- BARDA, bardassa; Plaquer, d'hui.

ou jeter contre. barda le reste La raison qui a dû engager à për las parës; se donner de la féparer de nos jours ces deux tête contre un mus. profeflions ; c'est que la chirur- BARDISSA, ou barda ; En. Bie , qui est devenue d'une toute duire de boue, espalmer, ou quire conséquence pour l'hyma. calfeutrer les fentes, les joints nité, que son ancienne compa- des ruches à miel, avec de la gne est d'une a grande érendue, glaise , ou de la boufe de bæuf. qu'elle demande un homme

BÂRDO - Une barde , une tout 'eutier, pour y exceller bardelle , une bâtiere, une bâ. dans une de ses parcies , & pour tinc. Ces différeus synonymes y réullir médiocrement dans tou. sont de différentes provinces les à la fois,

francoises , & font cux-mênics

[ocr errors]

tures.

« AnteriorContinuar »