Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[blocks in formation]
[ocr errors]
[ocr errors]

BARGUN. Voy. Barjhilios. BARI, lou bari coumu; Le mur de ville dans le b. lat. vara ou barum; enceinte, ou baricade faite avec des poutres, ou des barres pofées à plat l'une fur l'autre premiere enceinte des villes (ou plutôt des hameaux qui devinrent villes ) dans les temps où tout étoit couvert de forêts. On dit dans la fuite, en latin de ce temps-là, barium, pour mur de ville fait de barres, ou poutres.

On ne donne point en Provence d'autre fignification au mot bari; comme il paroît par le proverbe. A bari bas, efcalo noun fåou & les expreffions. Saouta lou bâri, se jhita d'âou bari, lou miliou bari de la vilo es la pés.

BARI eft pris auffi pour fauxbourg. Cependant, lorsqu'il eft nom propre d'une rue, l'on doit dire, il loge au bari.

La

rue du bari; & non, la rue du rampart; terme qui n'eft applicable d'ailleurs qu'aux murs d'une ville de guerre.

BARICO, ou bariêlo ; Un baril, une caque aux anchois. Uno barico dë bônos anchôtos; un baril de bons anchois. On fe fert des barils à anchois pour les chapelets de nos puits à

roue.

Barique , en françois, est un tonneau qui contient trois muids de Paris. Le terme tonneau dit ordinairement un rapport à une certaine mesure de liquide que le tonneau contient, ou qu'il peut contenir : au lieu que, futaille eft un vaiffeau de cette efpece, fans aucun de ces rapports. Voy. Fûfto.

BARIÉ, ou velié; Bafcule de puits de campagne, qui eft un levier de la premiere efpece. Dérivé de bâro.

BARJHA, barga, ou cacha; Brifer, broyer, ou broquer le chanvre. Au figuré, babiller", jabotter, ft. fam. Barjha coumo la bělo jhâno ; babiller comme

une commere.

BARJHALADO, ou mëndits; de la bisaille; mêlange de paumelle, ou efcourgeon, avec de la vefce par égales portions: mêlange qui donne un pain groffier & indigefte,

BARJHAOU, ou barjháiré ; Babillard, grand caufeur.

BARJHEIRIZE, ou barjkdiro; Une broyeufe, une chanvriere, une brifeufe. Elles brifent a diverfes reprises leur botte de chanvre; laquelle étant dépouillée par ce moyen des plus grandes chenevotes commence à devenir une poignée de filalle, que la broyeufe acheve de nertoyer avec fon efpadon de bois.

BARJHETOUN. n. pr. Voy. Barjhilios.

BARJHILIOS, bargun, barjhëtoun, ou ëftëlious; Chenevotes débris du chanvre brifé ou espadé, ou fait des allumettes. avec

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

avec les plus longs bâtons de chenevotes. Fio de barjhilios; fea de chevenotes, feu de paille. BÂRJHOS, bârgos, bargadoûiro; Une broie, un banc à broie; un brifoit, une maque : inftrument pour rompre le chanvre roui & féché.

La maque eft compofée de deux mâchoires, l'une inférieure & immobile, qui fait partie du banc; l'autre, fupérieure & mobile, que la broyeufe tient par un manche pour la faire jouer.

[ocr errors]

BARJHO; au figuré, Babil. Na pa që dë bârjho; elle n'a que du babil, ce n'eft qu'une caufeufe. BARLAC; Un gâchis d'eau qu'on a répandu. BARLACÁ; dérivé de barlac. Mouillé, tout trempé percé jufqu'aux os par la pluie. Foughé bë barlaca; il fut bien faufié, ou faucé, ft. fam.

em.

BARNAJHË; Fouillis barras. Hardes, meubles entaffés fans ordre & hors de place. Levas tout aquël barnajhë; ôtez de là tout ce fouillis. L'ouftaou es tou plë dë barnâjhë; la maifon eft pleine d'embarras. Fa barnajhë; faire du défordre.

BARNAJHË. v. 1. & en v. fr. Barnajhe, dit par corruption de, baroundjhë, ou baronage; l'ordre des batons, ou de la haute noblefle. = L'équipage d'un grand Seigneur.

Nos Rois appelloient barons leurs vallaux immédiats qui te noient le premier rang dans l'Etat. Le terme Baron, dérivé de bar, fignifioit, homme. Le Roi difoit indifféremment, mon homme ou mon baron; les fils de France te trouvoient honorés de ce titre. C'eft de Baronage qu'a été formé par corruption le n. pr. Bernage.

[ocr errors]

BARNIE. n. pr. dit par fyncope de, berounié, baronie." BARO; Barre d'où dérivent comme de leur racine, bara,

.

baradis, baradûro, baron, bári, baroul, ou beroul, baroulia ou bëroulia, bartco, bardou baralë, baralié, baralia, barálio, barâgno, &c. &c. & les mots françois barrer, barriere, un barreau, le barreau, barricade, embarras, embarraffer. &c. &c. On dit d'un capricieux, entravelsa coum'uno bâro de pôrto; & jouer aux barres, &* non, à barte. Bâro. Voy. Fái. Baro de porto. Voy. Espêncho.

[ocr errors]

BAROU; diminutif de bâro ; bâton de chaife. Traverse, ou perche qui fert à foutenir les tables des vers à foie, & qui porte elle-même fur les chevilles des montans, ou pieds droits.: Barou; boulin, perche pofée horizontalement, qui foutient un échafaud de maçon.

--

BAROU; Puftule qui vient au vifage. =Trou de ver par où s'enfuit le vin d'un tonneau.

BAROUL; Autre diminutif de báro; un vérouil, qui n'étoit autrefois qu'un bout de bâton, ou de petite barre. Voy. Bëroul.

un

BAROULIA. Voy. Bëroulia. BARQE; Un batelet bachot de paffeur de riviere ou d'un pêcheur. On dit fur mer, un canot, un efquif, les uns & les autres beaucoup plus petits qu'une chaloupe.

BARQETO; Un petit bateau. Une barquette ef pece de gaufre, en forme de gondole, ou de petit bateau. = Barqêto d'esclo, ou grozë; talon de fabot.

BARQIE; Un paffeur de riviere, un batelier, le maître ou le patron d'un bac.

BARTABELO. Voy. Cadaoulo. BARTABELA, ou cadâoula; Fermer au loquer.

[ocr errors][ocr errors]

BARTA9; Un hailler: buiffon épais touffe de ronces " d'épines. Ce lievre s'eft fauvé parmi les haillers. Au figuré, on dit d'un homme qui fe trouve

K

fouvent mêlé dans de mauvaises affaires; es toujhour për lous bartafsës.

Au temps du Poëte du Bartas, qui (pour le dire en paffant) étoit fûrement originaire de nos Provinces méridionales, comme fon nom en fait foi, on n'étoit pas dans l'ufage, comme aujourd'hui, de défigurer fon nom, pour le mettre en françois; car il fe feroit fait appeller, M. du Hailler, ou de Buiflon.

BARTASSADO; Grande touffe de buiffons.

BARTASSËJHA; Terme de chaffe; quêter, ou chercher un lievre. Un Epagneul qui quête bien. Bartafsëjha; remuer au milieu d'un buillon, ou d'un hailler.

BARTASSIE. Voy. Poudar. BARTASSOU; diminutif de bartas; petit hailler.

BARTISSADO. Voy. Bara

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

BAS, de vi dou bas; De fa bailliere, du vin au bas.

BAS, un de-bas; Un rez-dechauffée.

[ocr errors]

BASSAC bouta à baffac Mettre à bas, mettre en défordre, ou fens deffus-deffous.

BASSACA; Cahoter. On dit, les cahots & le cahotage d'une voiture; & non, le cahotement. Les cahots font les fauts que fait une voiture fur un chemin raboteux. Le cahotage font les mouvemens fréquens qu'on éprouve, caufés par les cahots.

Les cahots font bons pour la fanté. Au contraire, les branles d'un carroffe, ou d'une litiere, & le tangage d'an vaiffeau donnent fouvent des maux de

cœur.

BASSACA; Ballotter.,

BASSACO, ou marfego; Une paillaffe de lit; la toile, ou le fac de la paillaffe. La paillaffe fait partie de la baffe garniture de lit. En v. fr. baffaque. Ce terme eft corrompu de bisfac ou double fac, de même que le fr. beface.

[ocr errors]

BASSÉGOU de poufaranco; Le brancard d'un puits à roue: longue barre, où lévier, auquel on attele un cheval, pour tourner la roue. Il eft fixé à l'axe vertical de la lanterne.

BASSI. Në coum'un baffi dễ barbié; Net comme une perle.

BASSIBIE; Le berger en fecond d'un troupeau de brebis, fous les ordres, ou l'infpection du maître-berger.

Dans les grandes fermes de campagne, où il y a un nombreux troupeau de bêtes à cornes, il y a un berger en chef appellé majhourâou, qui a infpection fur les différens troupeaux, & fur ceux qui les gardent: en fecond lieu, le baffibié, ou celui fur qui roulent la garde & les détails du troupeau des brebis: troifiémement, le couaffer, ou berger des agneaux appellés, bédigos; & enfin le

[ocr errors]
[ocr errors]

cabrić, ou chévrier & differens, goujhar, ou aides de berger. BASSIRIO; brebis qui n'a pas porté.

BASSINADO; Une cueillerée. BASSINË. v. 1. Et nom d'anciens foldats qui portoient un chapeau de fet en forme dé baffine , & qu'à caufe de cela on appelloit des Baffinets.

BASSINIE; Un quêteur. BASSINO, ou cafseto; Une cuiller à feau: uftenfile de cuifine, qu'on nomme dans quel ques Provinces françoifes, une couffole. Baffine en fr. eft un grand bafin de cuivre à deux anfes, qui fert aux Apothicaires & aux Confiseurs,

BASSIOUS, ou vassious, ou bëdigafsës; Vaffivaux, ou agneaux d'un an. Voy. Bëdigas.

BASSO-COUR; Une couro une balfe-cour. Le terme lan guedocien le dit de l'une & de l'autre; ce qui eft une occafion de les confondre fréquemment en fr. Une cour est, à la vérité, un terrein enfermé de muts, & à découvert comme la baffe cour: mais la cour fait partie d'un logis ou d'un hôtel, & de leurs commodités au lieu que la baffe cour fert au ménage de la ville ou de la campagne, pour les bœufs, les moutons, la volaille, les outils de labour, le fumier, les pailles, &c.

BAST; Durillons.Voy. Coûiffis. BASTË, Se rend felon les circonftances par, plut à Dieu j'en ferois bien aife, je ferois fort heureux.

Bafte en françois fignifie, paffe pour cela, j'en fuis con

tent.

BASTËJHA; Porter le bat. Et l'on dit du bât lui-même, baftêjho be; il eft bien affis fur le dos du mulet.

BASTI. Câou m'a basti un couqi coum'aco? Qui m'a amené un coquin comme cela?

BASTIAN. u. pr. Sébastien

[ocr errors]

BASTIDO; Bâtiment, maifon bâtie. = Maison de campagne ou bastide ; telle que celles des environs de Marseille.

[ocr errors]
[ocr errors]

On appelloit au XIII. fiecle, dans notre Province baftida, les villes nouvellement bâties; entre autres celles qu'Alphonfe de Poitiers & la Comteffe Jeanne fa femme, firent conftruire dans leurs domaines; c'est ainfi qu'on difoit, la bastida dë Villa-Franca en Rouergue; la bastida de Ste. Foi, de Solminiac, &c.

BASTISSO; Un bâtiment; & non une bâtiffe. On dit, un atelier lorfqu'on eft après à faire bâtir. Je vais à l'atelier voir travailler les maçons. dimo la baftiffo; il aime à bâtir. Fai uno bêlo baftiffo; il fait une belle maison; & fi c'est un ouvrage public & confidérable, on dir, on conftruit un bel édifice.

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

BATAKIOULO; Selle ou caffe-cu. Douna la batakioulo; donner la felle : ce qui se pratique en faifant donner du derriere à quelqu'un fur une fellette, ou fur une pierre. S'ës

douna unó bôno bataktoulo

il

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

BATAN; Maillet de moulin à foulon. Claquer ou cliquet de moulin à farine.

BATANÂIRE; Un foulon. BATEDIS; Un pauari. Le fecond a de panari eit bref. BATEDOU, ou bacel; Battoir de lavandiere.

BATEGA; Trembler, friffonner , palpiter.

BATEIRE; Batteur de laine. BATËJHA; Un baptême, un convoi de baptême.

BATEJHALIOS; Un convoi de baptême, la fête qu'on donne à cette occafion.

BAT-EN-GOULO, ou baddou. Voy. Bat.

BATÊSTO; Une rixe, batterie où il y a des coups donnés. BATIOU; Tout battant ouvert. BATO; Le pied, la corne du pied des bœufs, des brebis, des pourceaux, &c. Le

fabot du cheval, de l'âne, &c. vira batos; trépaffer.

La batte en françois : inftrument pour battre une allée pour affermir un corroi de mor

[ocr errors]

tier. Labatte-beurre avec quoi on bat la crême, pour la condenfer & la convertir en beurte, eft conftruite comme la batte précédente.

BATOUL, ou borlhë; Borgne. El bacoul; œil poché. Les yeux font pochés par un coup; ils font battus par maladie, par indifpofition. Iôou batout; oeuf gâté.

BATRE; Etalage. Faun gran bâtrë; faire un grand étalage. Cette bourgeoife porte un auffi grand état qu'une femme de qualité; fái un tan bel-batrë.

BATUDO; Terme de chaffeur; une battue : l'action de chaffer dans une certaine étendue de pays. Barudo, terme de pêcheur. Voy. Fialas.

BATUDO; Terme de tireur', ou fleur de foie ; une battue ou la quantité de cocons mife en une fois dans le bailin, & remuée avec le balais à battre.

BATÛDO; Terme de journa lier, une féance de travail.

On dit en fr. la battée d'un cardeur de laine, d'un matelather & d'un relieur; ou la quantité de laine, ou de feuilles que ces artifans battent à la fois,

·BATUMA, ou prējëri ; Enduire. en ital. abitumare. en efpgnt. abētunar.

BAVA; Baver. au figuré bava bou roûjhë; avoir la bouche entanglantée. Të farai bave lou roújhë; je te callerai la gueule, ft. b.

·

BAVADO ou anfle; Un foufflet, & dans le ft. b. une mornifle.

BÂVO. Tổndré coumo để bivo; Tendre comme rofée : c'eft ce qu'on dit des alimens d'une grande tendreté (plutôt que d'un grand tendre.) Lous nougalious fou pa encare që de bâvo; les cerneaux ne font encore que de la morve. Lou bla ës ëncaro ën bâvo; les épis de bled font en

lait.

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinuar »