Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

Un

tonneau.

roue.

très-françois dans celles où ils rue du hari ; & non , la rec sont en 'usage dès que la Capi- du rampart ; terme qui n'est tale, ou ses environs n'en four applicable d'ailleurs qu'aux murs nissent point d'autre.

d'une ville de guerre. BARDOC ; Le bondon d'un BARICO , ou bariélo ;

baril, unc caque aux anchois. BARDOÊLIO ; Trouble , di- Uno barico bônos anchosos; vision , dissention.

un baril de bons anchois. On fe BARËJHA ; Mêler, mélan- ferc des barils à anchois pour ger , joindre avec. = Se con- les chapelets de nos puits à dulre, gouverner.

BARËJHADIS ; Mệlange. De Barique , en françois , est un là l'expression. A baréjho ; pêle- tonneau qui contient trois muids mêle.

de Paris. Le terme tonneau dit BARËNC ; Ahyme.

ordinairement un rapport à une BARËS. n. p. en v. fr. Bi- certaine mesure de liquide que garé, bariolé de différentes cou- le conneau contient , ou qu'il leurs. Barés écoit l'ancien nom peut contenir : au lieu que , 'fudes Carmes, dont la robe étoic taille elt un vaisseau de cetce' ainsi bariolée , lorsque St. Louis espece, sans aucun de ces rap. les amena de la Terre Sainte en ports. Voy. Fûfto. France.

BARIÉ ; ou vëlié ; Barcule BARGA. Voy. Barjha. de puits de campagne, qui est

BARGÂIRË ; Un chanvrier, un levier de la premiere espece. un broyeur. = Un babillard. Dérivé de bâro.

BARGATIÉ. Voy. Manjho- BARJHA , barga , ou cacha ; favos.

Briser , broyer , ou broquer le BARGAZOUS ; Saison où l'on chanvre. Au figuré , babiller, broie le chanvre.

jabotter, it. fam. Barjha coumo BARGUN. Voy. Barjhilios. la bëlo jhâno ; babiller comme

BÂRI , lou bari coumu ; Le une commere. mur de ville dans le b. lat. BARJHALÂDO, ou mëndits ; vara , ou barum; enceinte, ou de la bisaille ; mélange de páų. baricade faire avec des poutres, melle, ou escourgeon, avec de ou des barres posées à plat l'unc la vesce par égales portions : sur l'autre : premiere enceinte mêlange qui donne un pain des villes (ou plutôt des hameaux grossier & indigefte, qui devinrent villes ) dans les BARJHÂOU, ou barjhảiré ; temps où tout étoit couvert de Babillard, grand causeur. forêrs. On dit dans la suite, BARJHEIRÍZE , ou barjhdiro; en latin de ce temps-là, barium, Une broyeuse, une chanvriere, pour mur de ville fait de barres, une briseure. Elles brisent à ou poutres,

diverses reprises leur botic de On ac donne point en Pro- chanvre ; laquelle étant dépouil. vence d'autre lignification au lée par ce moyen des plus granmot bâri; comme il paroît par des chenevotes , comience le proverbe. A bari bas , ëscalo devenir une poignée de filaire, noun fáou , & les expretions. que la broyeuse acheve de nerSãouta lou båri, jhita d'âou foyer avec son espaiton de bois. bari, lou miliou bari de la vilo BARJHËTOUN. 0. pr. Voy. es la pés.

Barjhilios: BARI est pris aulli pour faux- BARJHÍLIOS , bargun , bare bourg. Cependant, lorsqu'il eft jhëtoun , ou ëjtëlious ; Chenevonom propre d'une rue l'on tes : débris du chanvre builé doit dire, il loge au bari. La ou erpadé , ou fait des allumettes.

[ocr errors]
[ocr errors]

non )

em

avec les plus longs bâcons de þaradis, baradaro , barok, bári chenevores. Fio de barjhilios; baroul, ou bëroul, baroulia fea de chevenotes, feu de paille. pu bëroulia , buricó , barãou

BÂRJHOS , bârgos , barga- baralë, baralié, baralia, barás doậiro ; Une broje, un banc à lio, barågno, &c. &c. & les broie ; un brisoir , upe maque : mots françois barrer , barriere, instrument pour rompre le chan. un barreau, le barreau, barrivre roui & féché.

cade , enibarras, embarrasser, La maque est composée de deux &c. &c. On dic d'un capricieux, mâchoires, l'une inférieure & ëntra vësa coum'uno baro

de immobile qui fait partie du pôrto ; & jouer aux barres , &* banc ; l'autre, supéricure & mo

à barte, Baro. Voy. bile , que la broycuse tient par Fail Baro de porto. Voy. un manche pour la faire jouer. Ëspencho.

BARJHO; au figuré , Babil. BAROU; diminutif de baro ; Na pa barjho; elle n'a que bâton de chaile. =. Traverse, du babil, ce n'est qu'une cau- ou perche qui sert à soutenir les seure.

tables des vers à foie , & qui BARLAC ; Un gâchis d'eau porte elle-même sur les chevilles qu'oa a répandu.

des montans, ou pieds droits. BARLACA ; dérivé de barlac. Barou ; boulin , perche posée Mouillé ,

tou trempé , percé horizontalement qui soutiens jusqu'aux os par la pluie. Foughé un échafaud de maçon. barlaca; il fut bien faudić, BAROU ; Pustule qui vient au ou faucé, st. fam.

visage. = Trou de ver par ou BARNÂJHË ; Fouillis s'entuir le vin d'un tonneau. barras. =

Hardcs, meubles err BAROUL ; 'Autre diminutit tassés sans ordre & hors de de bâro ;. un vérouil , qui n'éplace. Lëvas toui aquël barnajhë; toit aurrefois qu'un bout de ötez de là ce fouillis. bâcon, ou de perice barre. Voy. L'oustaou és tou plë barnájhë; Bëroul. la maison est pleine d'embar: BAROULIA. Voy. Bëroulia. ras. Fa barnájhë ; faire du

BARQE ; Un bacelet désordre.

bachot de passeur de riviere BARNÂJHË. v. 1. & en v. fr. ou d'un pêcheur. On dit suc Barnajhe , dit par corruption dey mer, un canot, un esquif, les barounajhë, ou baronage ; l'or- uns & les autres beaucoup plus, dre des batons, ou de la haute petits qu'une chaloupe. nobletle. L'équipage d'un BAR QË TO ; Un petit grand Seigneur.

bateau. = Une barquette : era Nos Rois appelloient barons pece de gaufre, en forme de leurs valaux immédiats qui te gondole, ou de petit bateau. noient le premier rang dans l'Etat. Bargëto d'ësclo, ou grazë; taLe terme Baron , dérivé de bar, lon de sabor. lignifioit , homme. Le Roi difoit BARQIÉ ; Un passeur de tia indifféremment, mon homme, viere , un batelier, le maître ou mon baron ; les fils de France ou le patron d'un bac. de trouvoient houorés de ce ti: BARTABÊLO. Voy. Cadãoulo. tre. C'est de Baronage qu'a été BARTABELA, ou cadãoula ; formé par corruption le n. pr. Fermer au loquet. Bernage.

BARIAS ; Un hailler : buisson BARNIÉ, n. pr. dir par syn- épais touffe de ronces , 0 cope de , barounié, baronic. d'épines. Ce lievce - s'eft sauvé

BÂRO; Barre : d'où dérivent parmi les haillers. Au figuré ,, comme de leur racine , bara , on dit d'un homme qui se trouve

K

tout

un

[ocr errors]

1

[ocr errors]
[ocr errors]

ceur.

souvent mêlé dans de mauvaises BAS, de vi đou bas; De to affaires ; ës toujhour për lous baissiere , du vin au bas. barrassës.

BAS, un -bas; Un rez-deAu temps du Poëte du Bar- chauffée. tas , qui (pour le dire en par- BASSAC bouta à ballac ; sant) étoit sûrement originaire Mettre à bas, mettre en désorde nos Provinces méridionales, dre, ou sens delsus-dessous. comme son nom en fait foi , BASSACA ; Cahoter. On dit , on n'étoit pas dans l'usage , les cahots & le cabotage d'une comme aujourd'hui de défi- voiture ; & non, le cahotement. gurer son nom, pour le mettre Les cahots sont les saurs que fait en françois ; car il se seroit fait une voiture sur un chemin raboappeller, M, du Hailler , ou de teux. Le cahocage sont les mou. Buillon.

vemens fréquens qu'on éprouve, BARTASSADO ; Grande rouffe causés par les cahots. de buissons.

Les cahors sont bons pour la BARTASSËJHA ; Terme de santé. Au contraire, les branles challe; quêter, ou chercher un d'un carrosse, ou d'une liriere, lievre. Un Epagneul qui quêre & le tangage d'on vaisseau , bien. Bariassëjha; remwer au donnent souvent des inaux de milieu d'un buillon , ou d'un hailler.

BASSACA ; Ballotter. BARTASSIÉ. Voy. Poudar. BASSÂCO, ou marf égo; Une

BARTASSOU ; diminutif de paillaffe de lit ; la coile, ou le bartas ; periç hailler.

lac de la paillalle. la paillasse BARTISSADO. Voy. Bara fait partie de la balle garniture gnado.

de lit. En v. fr. baffaque. Ce BARULA, ou rulla ; Rouler, terme est corrompu de bislac courir , roder. Li faghé barule ou double fac, de même que le lous ëscaliés ; il lui fit sauter, fr. besace. ou rouler les montées.

BASSÉGOU poufaranco ; Le BARULÂIRË; Vo vagabond. brancard d'un puits à roue

BARUTA , ou barutela; Blu- longue barre , ou lévier , auquel ter la farine ; dérivé de bâro. on atrele un cheval , pour tour.

BARUTEL , baçêlo, ou tara. ner la roue. Il elt fixé à l'axe vel; Un claquet , ou craquet de vertical de la lanterne. moulio : inftrument qui marque BASSI. coum'un baffi da par le bruit qu'il fait à chaque barbié ; Net comme une perle. tour de la meule, la lenteur , BASSIBIE ; Le berger en fécond ou la vitesse de celle-ci. = Ba- d'un troupeau de brebis , sous 'Tutel , un bluccau ; dérivé de les ordres , ou l'inspection du baro.

maître-berger. Au figuré, barutel; Un babil. Dans les grandes fermes de Jard éternel. Aco's un barutel; campagne , où il y a un nomc'est un vrai elaquet de moulin ; breux troupeau de bêtes à corou bien, la langue lui va comme nes, il y a un berger en chef un claquet de moulin.

appellé majhourãou , qui a info • BARUTEL A ; au figuré , pection sur les différens troue Brailler , ou parler haut & mal. peaux, & fur ceux qui les gar

BARUTELÃIRË ; Un blateur dent : en fecond licu , le ballide farine. Un braillard. bié, ou celui sur qui roulent la

BARUTËLIÊIRO , ou barůto; garde & les décaifs du troupeau Une blutoire : grand coffre qui des brebis : troisiémement, le Ienferme le bluteau ; dérivé de couaffier , ou berger des agneaux háro, comme les quatre précédens. appellés , bédigos ; & entin, le

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

11011

un

[ocr errors]

cebrić, ou chévrier & diffe- BASTİDO ; Bâtiment , maison cens, goujhar, ou aides de berger. bâuje.

= Maison de campagne, BASSÍRIO ; brebis qui n'a pas ou bastide ; celle que celles des porté.

environs de Marseille. BASSINADO; Une cueillerée. On appelloit au XIll. fiecle,

BASSINË. v. l. Et nom d'an- dans notre Province bastida, cicos soldacs qui portoient un les villes nouvellement bâties ; chapeau de fer en forme de

entre autres celles qu'Alphonse bafine , & qu'à cause de cela on de Poitiers , & la Comcefsc appelloit, des Ballinecs.

Jeanne la femme, firent conf. BASSINIÉ ; Un quêyeur. truire dans leurs domaines ; c'est

BASSINO, ou casséro ; Une ainsi qu'on disoit, la bastida cuiller à feau : ustensile de cui. Villa Franca en Rouergue ; la fine, qu'on nomme dans quels bastida de Ste. Foi, de solmiques Provinces françoises, une niac , &c. coussole. Balline en fr. est un BASTISSO; Un bâtiment ; & grand ballin de cuivre à deux une bâcisse. On dit anses, qui fece aux Apothicaires atelier lorsqu'on eft après à & aux Confireurs,

faire bâtir. Je vais à l'atelier BASSIOUS, ou vassious, ou voir travailler les maçons. dimo bëdigassës; Vassivaux, ou agneaux la bastiso ; il aime à bâtir. Fai d'un an. Voy. Bëdigas.

uno belo bastifo ; il fait une belle BASSO-COUR ; Une cour, maison ; & ai c'est un ouvrage une baise-cour. Le terme lan: public & conGdérable, on dir, guedocieą lę die de l'une & de on construir un bel édifice. l'autre ; ce qui est une occalion Bâtille est cependapc françois ; de les confondre fréquemment en lorsqu'on entend par ce terme fr. Une cour est , 'à la vérité, l'écai , ou l'entreprise d'un bâti. un terrein enfernué de murs, & meor, quant à la maçonnerie : à découvert comme la base- exemple. L'emplacement de ce cour : mais la cour fait partie bâtiment coûte tanc , & la båd'un logis ou d'un hôtel, & de tisse, ou les frais de bâtisse leurs commodités ; au lieu que la balle.cour fert au ménage de BASTOS, ou panels ; Les bar.

ville , ou de la campagne , ques d'un habit d'un corps de pour les bæufs, les moutons , jupe ; les barques dc devant , la volaille, les outils de labour, ou de la poche; les basques de le fumier, les pailles , &c. derriere.

BAST; Durillons.Voy. Collissis. : BAT. Duber batën. bar ,

BASTË, Se rend selon les cir- 'ou duber de bat-ën-goulo ; Tour constances par , plut à Dieu , battant ouvert , ou entiérement , i'en serois bien aise , je ferois & des deux batrans. fort beureux.

BATACLAN , ou frusqin ; Ce Balte en françois Sgnifie , qu'une personne a d'argent & palle pour cela, j'en suis con- de nippes.

BATACO. Voy. Galarásirë. BASTËJHA ; Porter le bat. Et BATADOU ; Une hie l'on dit du bất lui-même, baf- demoiselle de paveur. sējho ; il est bien assis sur le BATAKIOULO ; Selle dos du mulet.

cassc.cu. Douna la bacakżoulo; BASTI. Cảou m'a basti un donner la lelle : ce qui se praticougi coum'aco ? Qui m'a amené que en faisant donner du der. yn caquin comme cela ? riere à quelqu'un sur une selBASTIAN. 4. pr. Sébastien. lette, ou sur une pierre. S'ës

[ocr errors]

tant.

[ocr errors]

tent.

[ocr errors]

ou

ou

[ocr errors]
[ocr errors]

douna unó bôno bataktoulo ; il tier. La barre-beurre avec quoi on s'est donné et tombant un terrible bac la crême , pour la condenser catle-cuo

& la convertir en beurre eft Ceux qui par jeu rerirent une construite comme la bacté préchaise derriere celui qui étoit cédente. prêt à s'y aiseoir , lui font don- BATOUL , qu borlhë ; Botner sur le carteau un caffe-cu, gne. = El baroul ; xil poché. dont op a vu des personnes mou- Les yeux sont pochés par un rir presque subitement ou ne coup ; ils font bartus par malafaite que languir le reste de leur die, par indifpofition. = loou vie.

baroul ; cuf gåré. La selle est en Lombardie le BÂTRE ; Écalage. Faun gran fupplice des banqueroutiers, & bâtrë; faire un grand étalage. la pierre sur laquelle on les fait Cette bourgeoise porte un aufli tomber en les hissant & en les grand état qu'une femme de lâchant de fort haut ( au moyen qualité ; fai un tar bel-báerë. d'une corde & d'une poulie ); BATÚDO ; Terme de chasseur; est appellée, pierre d'ignominie. une barcue : l'action de chasser

BATAL. Voy. Matablë. dans une certaine étendue de BATALIA. Voy. Abatalia. pays. * =Batůdo , terme de pê

BATALIA ; Clabauder ba: cheur. Voy. Fialas.' ; varder, ou se répandre en longs BATÛDO; Terme de tireur, propos qui, nc concluent rien. 5 ou fileur de foie ; une batcae ,

BATALIÂIRË ; Bavard , ba ou la quantité de cocons mise en billard.

une fois dans le bailia, & reBATAN; Mailler de moulin muée avee te balais à battre. à foulon. = claquet ou cliquet BATŮDO; Terme de journade moulin à farinc.

lier, une séance de travail. BATANÂIRË'; Un foulon. On dit en fr. la barrée d'un

BATË DIS ; Un pauari. Le cardeur de faine d'un matefecond a de panari eit bref. Jallier & d'un telieur ; ou fa

BATËDOU , ou bacel; Battoir quantité de laine , ou de feuilles de lavandiere.

que ces artisans barrent à la fois, BATEGA ; Trembler, frisson- BATUMA , ou prējëri z Enduipalpiter.

re. en ital, abicumaré. en espgot. BATÈIRE ; Batteur de laine abësunar.

BATËJHA; Un baprême , un BAVA ; Baver. au figuré convoi de baptême.

bava bou roújhë; avoir la bouche BATËJHÂLIOS; Un convoi ensanglantéć. farái bave lou de baptême, la fêce qu'on donne ruaj ne ; je te 'catferai la gueule, à cette occafion.

ft. b. BAT-ËN-GOULO, ou badaoua

BAVADO

og anftë i va Voy. Bar.

soufflet, & dans le tt. b. ude BATÊSTO ; Une rixe bat. morniffe. cerie où il y a des coups donnésa BÂVO. Têndrë couro bávo'; BATIOU ; Tout battant ouvert. Tendre comme sosée : c'est ce

BÂTO ; Le pied , la corne qu'on dit des alimens d'ung du pied des boufs , des bre- grande rendreté (plutôt que d'un bis , des pourceaux ,

&c. Le grand tendre. ) Lous nougalious sabor du cheval, de l'âne , &c fou pa ërcare biåvo ; les vira bâros ; trépasser.

cerneaux ne sont encore que de La barte en françois : inftru- la morve. Lou bla ës ën caro ëne ment pour battre une allée bêvo; les épis de bled font ca pour affermir un corroi des

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

lair.

2 mor

« AnteriorContinuar »