Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

АСА

ACASSAT ; Propre, fringant, rétapé.

ACATA ; Couvrir , couvert. Gna ter acatado; la terre en cf jouchée. Acata , au figuré, caché, dissimulé, sournois. ës un acata ; c'est un rusé, un fin matois.

ACATA ; Abbaisser. S'acata; s'abbailler ; s'humilier. Acas ta ; courbé, bas, humble.

ACATÂJHË ; Couverture de lit : terme colleâif qui se dit égalemeor de la couverture de laine , de la courte-pointe & de tout ce qu'on met sur le lic pour se couvrir. N'ai pas prou d'acarajhë ; je ne suis pas allez couvert.

ACÂTO; Terme de maçon ; pierre de couronnenient; celles qui forment le cordon d'un mur de clôture, ou de terrasle: on le fait avec de grandes & larges pierres ; sur-tout , pour affermir les murs à pierre leche.

ACATOULA ; Couvrir légérement, =cacher sous les pans de sa robe.

ACATSA; Ajuster, égaliser,

ACAVI ; Placer , mettre en sûreté. Voy. Cabi,

ACAZA ; (5) s'établir, se marier.

ACAZI, ou Cabi"; établi, marié. S'acazi ; se retirer ,

fe loger , se marier.

ACËN, Accent. Faites conner le premier C d'accent com, me un K, ou comme s'il étoic écric akcent. Voy. le

commincement de la lectre, C.

Ceux qui disent , que pour bien parler françois il ne faus point avoir d'accent , ignorens sans doute la lignification de ce terme , selon que nous le prenons ici.

L'accent est selon l'Acadéinie la maniere de prononcer les voyelles, soit en les faisant longues , soit en les faisanc breves: or on ne sauroit bien par. ler françois sans cette attention,

ACH 7 l'accent y

est donc nécessaire Que li on entend par accent la prononciation réguliere des mots marquée pač l'élévation, ou par l'abaillement de la voix; les personnes de la Cour & de Paris qui parlent le mieux au. ront encore de l'accent ; puis. qu'elles ne manquent point ces inflexions de la voix qui sont l'ame de la parole, l'expression naturelle des passions est une des choses qui donnent le plus de grace au discours,

Il faut donc de l'accent, de quelque façon qu'on l'entende ; mais il y en a un bon de la Cour & des honnêtes gens de Paris ; il y en a de vicieux, qui sont propres aux

Provinces.

ACERTAS. vi. l.'. Certes même. Adverbe qui' répond au latin, quidem

ACHÀ ; Particule réduplicative. Acha trës.; trois à trois. Acha qatrë ; quatre à quatre &c. Acha pâou; peu

à

peu. ACHÂIRË ; Couperet de cuiline.

ACHẤOURA s'achâoura. Voy. Amaga.

ACHAPTË ; Amphitéose, oy bail emphiteotique.

ACHẾTO;, Ah ! cri de douleur.

ACHOU ! Foin de moi ! intera je&tion de dépit pour témoigner qu'on est fâché d'avoir manqué quelque coup.

ACHOÙNCËS. Voy. Câncës. ACIOUT ; A&if alerte.

ÀCIPÂDO; Prise , capture = Choc.

ACLAPA , ou roulèga ; Couvrir, recouvrir. = Eprasser : aclapa lou bla ; couvrir le bled qu'on a semé; lou fën ; le fue mier qu'on a répandu dans un champ. Aclapa pêiros; entafser des pierres. Ce terme propre à ce dernier exemple dérive comme le suivant de , clap.

[ocr errors]

dispos,

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

ga

[ocr errors]

Ça ; in.

و

au COU.

[ocr errors]

ACLAPASSA , ou acoumbli ; S'ës acouchâdo d'un ëfan; elle Combler de pierres.

est accouchée d'un garçon. ACLATA ; bailler, courber , ACOUCHÂLIOS ; les cou. s'incliner. Qan l'aouzighêri rënë. ches d'une femme : Le temps

m'aclateri tou ; lorsque pendant lequel elle demeure au je l'entendis jurer & renier , lic à cause de l'enfantemene. je fus saisi d'effroi.

ACOUCOULAT ; Choyer, ACLENCAT ; Perché in: dorlorer, mitonner. cliné.

ACOUDIT. Pêous acoudits ; ACO; Cela & non ,

Cheveux par toupets ; gras, terje&tion qui ne répond pas au huileux. Voy. Amëchi. pronom, aco. Ainsi c'est mal

ACOUDIT; ou acoudat. parlé de dire , ça va bien ; au Voy. Amari. Jieu de ; cela va bien, ça va ACOUFIGNA ; Acculet , pour fans dire , au lieu de, cela va ser dans un lieu étroit & fermé. sans dire. q'ës aco ? qu'est-ce S'acoufigna ; se blotir dans un que c'est ? aco's aco ; c'est cela. coin. Aco's p’aco ; ce n'elt pas cela. ACOULA ; Embrasser , dons Aco's; pour aco ës.

ner l'acolade ; fauter , ou failir ACO, ou anco ; Chez, aco d'un tâou; chez un tel.

ACOULAT ; Compagnon , ACO - CO ; Interjedtion qui camarade , associé à une bande répond à; peste ! Ce n'est pas d'ouvriers. Dérivé de, Cólo. peu de chose. Aco-co fou cott- ACOULOUBRI. Voy. Coulorâjhë; voilà du courage, c'est brë , s'acouloubri s'effarơu ce qu'on appelle du courage. cher comme une couleuvre.

ACOITAR ; v. l. Se hâter. ACOUMENSA ; Attaquer le Acôitatë ab vënir viazamën; premier : ës ël q'a acoumënja ; tâchez de me venir joindre au c'elt lui qui est l'aggressour. plutôt.

ACOUMPAGNA; Oa acomo ACOL; Mur de terrasse à

pagne, ou on reconduit par ció pierre seche.

vilicé' les personnes qui sont veACOMUNALAR. V. 1. Faire nues nous faire, ou nous renpart, participer. i

dre visite : avec cette différence ACOR , fa l'acor , Faire la qu’on dit à ses égaux ; j'aurai paix, se réconcilier.

l'honneur de vous reconduire ACOSSELH ; v. 1, Secré,

& à quelqu'un qui est au detsus tement , en silence.

j'aurai l'honneur de ACOU , ou cout ; Pierre à ai. vous accoinpagner. guiser. En lat. Cos.

ACOURA; Sans force , sans ACOUCARA , ou acoucari ; vigueur. Dérivé de, cor, avec acoquiner.

l'a privatif. = Acoura ;-tranu ACOUCARDI ; Cagnard , fai- de froid. néant. Dérivé de, Coucârou. 'ACOURCHA ; Accourcir le

ACOUCHA (5') accoucher ; chemin,' raccourcir 'un bâton, & non , s'accoucher. Cette fem- &c. Ce sentier ; ce faux-fuyant me est accouchée avant erme ;

accourcit le chemin d'une lieue. & non, s'est accouchée , &c. Acourcha uno râoubo ; rapetifNi, 'elle a accouché, &c. Elle ser une robe. S'acourcha; s'acó est accouchée d'une fille ; & courcir , devenit court. Les non, elle a accouché, &c. Mais grardes chaleurs foar accouc. on dit très bien , une telle sage- cir les vers à foie. L'on s'aa femme a accouché madame une courcho për aki, oni accourcić telle, ou bien c'est une telle par-là , en montrant un fenfage-femme qui l'a wccouchéc.

ciec ; & non

on s'accourcie,

Les

de nous

[ocr errors]

les jours s'accourcilrent après ACROUCHOUNI. Voy. Amou. l'équinoxe ; & non, accourcir- touna. fent.

ACROUSTI ; Encroûté. Une On a observé qu'un homme plaie encroûtée , ou sur laquelle eft plus court de quelques lignes il s'est formé une croûte , une gaà la fin de la journée que le' le, ou une escare. On dit une matin en sortant du lit. Obser- croûte pour les plaies proprement vation qui peut être de pratique dires ; une gale pour les pustules ; dans le tirage de la milice. une escare, terme d'art ; pour

ACOÛ Ř CHO; Voy. Coûr- les plaieś où l'on a appliqué le cho.

feu. ACOURCOUSSOUNI; Courbé ACUPA; Blâmer , accuses de vieilletle. Voy. Agrãoutouni. d'une faute.

ACOUROUCA ; Glouffer, fe ACUPÂJHË; équipagě. On n'atdit do cri de la poule qui veur téle point les chevaux à l'équipa. couver , ou qui appelle ses pour. ge; inais à la voiture. Quand on lins.

dit, mon équipage eft mauvais ACOUSSA, Exciter à courir. cela ne s'entend pas des seuls cher

ACOUSSA ; En hâte. Vén vaux, ou de la voiture ; mais tout acoussa ;'il vient en hâte , des deux ensemble. en courant.

ACÛRNI. Voy. Côrgno , acura A COUS SË GR Ë; Attra- gné. Voy. Courgné. per , atteindre

ADALI ; S'adali; s'affoiblit, ACOUSSËJHA. Voy. Cour. se dessécher , devenit fec. Adasëjha.

lit., Sec, foible , excénué. ACOUSTÊIRA; Mettre de ÂDË, Agde ; Ville du bas côté.

Languedoc. Faires sonner le G ACOUTA; Caler, mettre une d'Agde , & ne prononcez pas cale , ou un coin sous le pied Ade. d'une rable chancelante. Acou- ADËBOU; Tout de bon. ta ; écayer.

ADÉJHA ; Presque. 1-aduzë ACOUTA las rôdos ; Enrayer adëjha ; l'y atteinis presque, ou une voiture, ou passer une piece peu s'en faut. de bois dans les roues, pour les

ADÊLI. Voy. deglëzi. empêcher de rouler dans une der A DËMÂLOS; Malicieulea cente, & en retarder le mouve- ment. ment, en les faisant glisser. ADËNAN. v. l. Daici adënan,

ACOUTÂIRË , Acourarelo ; désormais, à l'avenir. Têtu, têcue.

ADËRË, dërëc, ou adarë ; de ACOUTI; Amener à bien, éle. fuite, pié à pié. Acampa adërë; ver avec succès les jeunes enfans, cueillir , ramasser de suite , fans ou les jeunes animaux.

rien laisser en arriere. En ElACOUTI. Voy. Campëjha. Ce pagnol, Arreo. terme viendroic-il du grec, aco- ADÉS, ou àdés-åro į tout-àlouteo suivre ? En Espagnol , l'heure. Tantôt, = toujourse acudir.

Adės eft l'abrégé de l'Iralien ades ACOUTRA , & en v. 1. acotra; lo; à présent. Ades-aro est donc Ajulté , paré, armé , équipé. un composé de l'Italien, ades ou Au figuré , completement ivre. adesso & du Languedocien , dro ,

ACOUTSA , ou coussčjha į l'um & l'autre synonymes. Voy, Chaffer, mettre en fuite. Mecári. ACRẤOUMIT ; sale, gluant. ÅDESMAR. V. l. Voy. Aëf

ÂCRO; Fer, acier. An d'oûn- mar. glos dûros coumo d'acro; avec des ADËZA, ou adupa ; Atteindra ongles durs comme du fer. à quelque chose 'élevée OW

B

ز

[ocr errors]

taine

[ocr errors]

mets.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

hors de portée. Li podë pa adëza; Adouber , qui étoit autrefois je n'y saurois atteindre. Le Re- françois, l'est encore dans ces nard' de la fable ne pouvoic ac• expreflions

adouber une fonteindre aux railins. En b. br.

ou boucher les voyesTiza.

d'eau de la conduite. Adouber' ÅDIÔ ; Particule affirmative, les dames au jeu de tric-crac; qui selon le ton dont on la pro. ou remettre en place celles qui nonce répond à; oh oui, vrai.' étoient dérangées. Radouber ne ment, sans doure, je crois que le dit que du radoub des vais. oui, oh mon Dieu oui. Lors- seaux. que adió eft interrogatif , il se ADONCS. v. 1. Alors. rend par , tout de bon ? Adió ADOR DËNAR. v. I. Deftiner, eft mot à mot ; à Dieu eui; déterminer , résoudre. disso co étant un abrégé de, à Diou 0,ou oc. adordër.ec ën so cor ; comme il

ADÍOU , adiou sias ; adverbe; avoit résolu en lui-même. Adieu : mais il est convenu qu'a. ADOU ; Lessive de Taneur. diou, ou jhôio ne se disent ADOUBA ; Affaisonner un qu’entre égaux , & en les tu

Racommoder des souroyant ; & que l'adiou-fias est liers, des soufflers , des parale seul respectueux.

pluies , &c. Adouba boûtos ; Le terme adiou-fias qui carac: rélier des tonneaux. L'an pa térise la langue & le pays où mâou adouba ; on l'a ajusté de Cette expression eli en usage, se toutes pieces. dit égalemene & très-correcte- ADOUBADOU ou tuiadou, ment en languedocien , soit ou assachomën ; une tuérie : lieu qu'on quitte quelqu'un, ou qu'on où les Bouchers cuent, écorchent l'aborde : parce qu'elle lignifie & habillent leurs béres , l'écororiginairement, je vous recom- cherie ; & non, l'écorchoir , ne mande à Dieu; ou bien , Dieu se dit que du lieu où l'on écore soit avec vous : au lieu qu'eu che les chevaux. françois on ne dit adieu qu'en ADOUBÂJHË boûtos ; Ré. prenant congé : c'est donc une liage de tonneaux. faute & faute très fréquente A DOUBÂIRE boûtos; Ton. parmi les Languedociens , de dire nellier ; rélieur de tonneaux, adieu Mr. à celui qu'ils abor. Adoubâirë soulies ; savetier de dent dans le moment & avec

campagne , savetier des coins des qui ils s'arrêtent ; au lieu de, rues. Adoubáirë pels ; un bon jour

ou bon soir. paullier = un mégillier. AdouCe n'est pas tout ; ils disent bâirë , ou rispët , un bailleul qu'ils vont prendre congé de un renoueur de membres démis quelqu'un qui va partir ; à qui ou disloqués , ou d'os cassés. ce feroit plutôt le cas de lou- ADOUBUN; Assaisonnement, haiter un bon voyage. Voyez tout ce qui sert à assaisonner. Counjhë.

ADOUL. n.pr. en v. fr. AdouAVOBÂDO. v. I. Ajusté , pa- le ; triste. ré. = Assaisonné.

ADOUMPLIR. . v. 1. AccomADOBAMEN. v. 1. Accom- plir. modement , satisfaction.

ADOUN ; Alabëts , aleras , ADOBAR. v. l. Satisfaire , ou laras ; alors , en ce temps-là.

En v. fr. Adalonc. A DOBAR. v. 1. Armer un che- ADOUZILIA ; tirer du vin du valier de pied en cap.

fauller , tirer le fauller. Voy. ADOBAR los afas. v. 1. Accom- Man , & bouta-man. moder les procès, les différens. ADRACA, ëndraca, ou issãou. Adobar, meubler.

ra; lécher à demi , ressuyer x

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

accorder , payer:

ge; essorer

[ocr errors]
[ocr errors]

ar

faire refluyer ce qui étoit mouillé. AËRA , ou dourëjha; Aérer un On ne peut sémer & labourer que appartement, y donner de l'air ; la terre ne soit ressuyée ; noun & non , aérier. Mais si l'on fiégo adracado,

parle de l'exposition d'une maiADRACA , En parlant du lin. Ion; on dit , qu'elle est en bel

elloré. Faire ef- air ; & non, qu'elle est bien forer le linge qu'on vient de la aérée. = Aëre ; ellorer le linge. ver. On ne le fait sécher qu'à A ËSMÂNSA. y. I. Opinion, demi , pour le pouvoir repasser. elime , avis, pensée , bruit Les lavandieres dérirent , ou de- réputation. Aëlmansa , o azëza sident le gros linge dès qu'il est manfa lui ; la réputation. eToré ; ce qui les dispense de le AESMAR o azësmar. v. l. repasser.

Elimer , croire , penser , juger, ADRAIA , adralia , ou abia ; être d'avis , comparer. No battu , frayé, fréquenté , en par. yen azësmar la cãousa divina ësJant d'un chemin. Et si l'on parle Sër sëmblants d-q-aour , d-z-ardes personnes , adraia se dit de jhën; non debemus estimare dicelui qui eft en chemin, ou en vinum effe fimile auro , aut route , & en train d'aller.

gento. Azëfmei caufa bëzonhofa ; ADRAIA , eft encore synony. je crus qu'il étoit nécessaire. me d'afrisca ; & le dit de celui Azësmei mi ësër bënaurat ; je qui aborde quelqu'un , ou qui me crois heureux. và quelque part avec un air , Les 2 , qu'on trouve dans les ou délibécé, ou emprese. L'ai mors précédens , azësmanja , anavo rout adraia ; il y alloit azësmar, au lieu de aësmanja, touc empressé ; & dans le It. fam. .&c. font une lettre euphonique, il y alloit la gueule béante, ou pour éviter l'hiatus des deux enfarinée. En Espagnol. Trile voyelles , A, E, qu'on lie par lado; battů. En b. br. Druilla ; le 2 , 2.3-6. barere. En grec drameïn, cur- AFA , afan , o fazënda ; Affai

re , soin, sollicitude ADRË. Voy. Avés.

Lous afas .; les affaires les ADRÊLO ou anëdo. Voyez soins. 6. lar. Afarium. coutélo.

AFACHA ; Peter des châtaignes ADRÊSSO; Une drefie, une rôties. hausse : petite pièce de cuir fort AFACHÂDO ; Châtaigne rôque les savetiers attachent , soit tie, maron rôti. Padêlo las au talon, soit au bord usé d'une afachados; la poële aux châtai. semele de soulier.

gnes. On pourroit cirer l'étymoloADUÊCH ; Adroit.

gic de ce singulier termede l'italien, ADUR. v. I. ou adürë ; Ame- afaciato ; effroncé, sans pudeur ; ner, conduire , faire venir, d'autant que les châtaignes qu'on Apporter. Co vos aduran ëlas fi- fait rôtir , ou griller , petent dans nagogas, no vulhas ë sër coffirosi les meilleures compagnies. qual câoufa rëfpondrëts; (cum in- AFACHOMËN; une cuerie : ducent vos in Synagogas , nolite Lieu où l'on égorge les bêtes d'une Solliciti eße quid refpondearis. ) boucherie. Aduisero lo ëntro ad u sobrë cil AFÂISSAR. V. l. Charger , puit , fobrë qual quël jhitesso accabler. D'où est formé le fri aval ; ( adduxerunt eum ufque Affailfer, dérivé de , Fâi. ad supercilium montis

AFALIOUCA , faliouce , facipicarent illum.)

lucar, ou afistoulit. Ces exprefADUZA. Voy. Adëza. fions marquent un état de foi

ADVERISSION. Voy. Advë- bleffe , d'inanition faute de rallion.

pourriture. Soủi roue afaliguce

Tere.

, peine.

[ocr errors]

1

ut pre

« AnteriorContinuar »