Imágenes de páginas
PDF
EPUB

me

2

bon camina ; il fait beau mar. les fosfés, les haies sont appeilts
cher dans ce chemin ; & non, des séparations,
bon , &c. On dir de même, la Dans le langage ordinaire on
vie est à bon marché dans ce dic, les limites d'un champ;
pays ; & non il y fait bon les confins d'un diocese, d'une
vivre.

paroisse ; les frontieres d'un BO, ou bos. v. I. Bon. Maestrë Royaume & de tout autre État bos ; ( magister bone.) Bo, ou con Gidérable ; & les lifieres d'un bos bar ; ( vir bonus.)

bois ; en b. lat. bodula , en espgl. B A B Â O U-LUZE N. Voy. bolas. Voy. Counfroun & termë. Luzëto.

BÔMI ; Vomissement. BOBOU l'âou; Le suin de farias vëni lou bômi; vous la toison.

feriez rendre gorge. Aco fâi vëni BOC. v. I. Bouc. C'est de boc lou bômi ; cela fait foulever le que dérivent bokier, ou bou- ceur. kier; boucher , & bocarié, ou BONAOURA, bonaura , bo boucarié. Voy. Boucarié.

nãourado. V. t. Bienheureux BÔCHO; Boule à jouer : grosse bienheureuse. Bonaoura ë boule. Jhouga á las bôchos į nom de Deu ; (Benedi&us qui jouer à la boule & proprement , venit in nomine Dei.) à la courte boule. En ital. boca BONO-FOUS. n. pr. qui técia. = Bôcho. Voy. Sâco. pond à, bonne fooraine. On a

BOCO. v. l. Morceau. En ital. dit autrefois, fous, & même, boccone, lat. bucella.

fou, pour fontaine , du lat. fons. BODA; Niece.

BÔNOS. Ës din sas bônos ; il Disem, li hom d'efta villa eft en goguettes ; c'eft-à-dire , francamen é sës contracts prënou de bonne humeur & sur son mollers d'on si volran ; & las bon dire, ou cette humeur gaie , fëmnas maris puescon prënrë; dans laquelle on en dit de ëls pâiron lieurar lur fillas é bonnes. lur bodas à cui si vollon sës con- BÔOU ; De l'ochre. = Du trads dels Seingrs. Cost. d'Al. bol, ou terre bolaire. pr. ocre. BÔJHO. Voy. Saco.

L’ochre est la rouille du fer, & BÔJHOS, terme de tripiere & principalement de la mine, qui de boudiniere; poches , ou sacs en fournit abondammenr. Cette de la partie inférieure d'une des terre jaune , qui deviene rouge grofles tripes du pourceau, ap- quand on la mer au feu, a do pellée en termes d'anatomie, le corps , & les peintres l'emploient colon. Ce boyau , qui a d'efpe- à l'huile, comme à la détrempe. ces de poches ou cellules sépa- Le Bol est une terre absorrées par des étranglemens , fert bante & un peu grase de fac pour faire de la morta- ployée en médecine & chez les delle , ou de gros faucissons. dégraisseurs.

BOLLADA, ou boullada. v. BỘOUDRÔI. Voy. Báoxdrôi. 1. Tripaille.

BÔOU TO ; Façon qu'on donne BOLOS ; Les limites d'un à la terre. champ, d'un héritage.

BORAL. v. l. Une bagarre. = Les limites sont fixées, ou par Un entretien bruyant. la nature ; telles qu’un ruisseau,

BORC ,

ou bourc. y. 1. une riviere une fuite de ro- bâcard. chers , la cime d'une colline , &c. BÔRDO ; Un féru. âi uno ou bien, c'est une ligne immagi- bordo din moun iuel ; j'ai un née d'une borne à une autre féru dans l'æil, ou bien, ik entre deux possessions limitro- m'est tombé une ordure dans phes, ou cơnrigues. Les mots l'æil ;

8C non a

dans : mox

2

em.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

vil. Fétu , du laciu festuca. fices noms éroient écrits de

BORDO, ou bôrio, en b. lat. cette façon-ci , bori-e , gripi-e, borda ; métairie. Borderie, du &c. & cela leur est li naturel faxon, bord ; maison dont le qu'il leur semble de ne pouvoir diminutif écoit bordel.

prononcer autrement. BORDEL, b. lat. bordellum ; Cependant la diphthongue io, petite maison. On appliqua dans telle que nous la prononçons la suite ce diminutif aux maisons n'est pas étrangere au françois , de débauche.

témoin ce vers & leux ou trois La licence des meurs étoit autres pareils de l'écourdi de montée à un tel point au XIII. Moliere : fiecle qu'on étoit obligé de tolérer ces lieux daus les plus Zenobio Ruberti

dans Naples petites villes , où ils étoient re

Citadin. légués dans des rues écartées qu'on appelloit, carieras caldas. où il faut prononcer Zénobio

BORGNO, féminin de borni; comme nous, ou de trois fylFemme ou fille borgoe. Une labes, pour la mesure du vers, borgnefse est du ft. b. & un & par conséquent prononcer io terme injurieux. Une méchante, en une diphthongue. une vilaine borgnesse. Côntës BORM; Morve. Bourmous ; ma gran la bôrgno; contes de ma morveux. mere l'oie.

BÔRNI , borlhë, ou borli , BORGNO, ou bougno ; Bosse, masculin de bôrgno, terme pris contusion à la tête.

vulgairement pour le fr. borgne, BORGNO, fujhido, ou fus dc d'après la fignification de borni , mouli; La fuite ou le déchargeoic dans le languedocien des villes , d'un moulin à farine. On appelle où l'ancien langage est beaucoup auffi ce canal par où l'eau s'ea dégénéré, & qui signifioit autrechappe au-dessous d'un moulin, fois, aveugle au propre , & obfle radier, ou le coursier d'aval. cur au figuré. On dit de même, le courger du De là l'expreffion, borni d'unt côté d'amon, ou le canal par inel , familiere à nos campagnards ou l'eau va sur la roue , & dont qui ont peu fréquenté les villes : la baie l'ouverture est expression ridicule , lorsqu'on bouchée par une vanne , fi l'ou- en juge d'après signification verture est considérable , ou par courante du françois, borgne uu lançoir , ou palâtre , si l'ou- qu'on croit y répondre , & qui verture est étroite, comme l'est ceffe de l'être ; & l'on rappelle , celle des moulins à tourille. borni à son sens primitif, d'a.

BÖR10, bôrdo , granjho, bas veugle clairement marqué dans tido , mas, &c. synonymes des d'anciennes façons de parler lan. noms françois , ferme, mécai. guedociennes & provençales. rie, cenfe, masure , ménil , ma- Telles sont celles-ci. Siés bôrnoir mense , closerie & de ni, n'i vëzës pa , qu'on dit dhe ville en langage normand , & de ceux qui heurténe imprudemment, ker en b. br. en b. lat. boria ; contre quelque chose, comme fonds de terre , maison de cam- feroic un aveugle , & ou borni pagne. Borio est dit du lat. boa. eft expliqué par, n'i vëzës pa ; ria ; étable à bæufs.

& lorsqu'on désigne l'argent par, Les Parisiens prononcent les aco fâi canta lous börnis, ou mots terminés en io, tels que le mot bôrni signifie sûrement borio , gripio, olimpio, &c. en aveugle les borgnes n'ayant faisant la tenue suçli, & chan- jamais fait métier de chantee geanc l'o en e féminin; comme dans les rues pour gagner leur

ou

[ocr errors]
[ocr errors]

comme on

vie , ou pour de l'argent. & ce terme est pris dans certa

On donne la même lignifica. lignification primitive dans le rion à borni , en appellant de ce nom d'une ville des pays-bas" nom les vers à soie, qui dans le Hollandois , appellée Bos-le-Duc, préjugé généralement répandu ou Forêt du Duc. C'est de bos , par tour, passent pour être aveu- ou bosc, qu’ont été formés les n. gles. On la donne dans la maxime pr. boscos , 'd'al.bos , chalbos, &c. connue , qu'il y a des occasions BOS, ou vés, préposition de où il faut faire, lou bôrni é lou licu ; vers. Bos ën ; vers de mau, qui répond certainement au ce côté-là. Bos ën amoun ; làfrançois, aveugle & muet. baut.

Ajouсons encore que les an- BOS-COUMU; Un communal ciens Poëces Provençaux appellent des communes

friche commucommunément Cupidon, lou pi. ne, plus usités que communaux: cho borni fîou púto ; parce pâturages où tous les habitans que le bandeau allégorique qu'il d'une communauté ont droit de porte sur les yeux est destiné , faire pairre ; & non, faire dé.

en convient , à le paître leurs troupeaux: Eendre aveugle. Deux di&tons BOSTIA. v. 1. Boîte , vase. enfin de ces mêmes Poëtes vica. Frais bostia ëscampec sobrët Rent à l'appui de ce sens de, börni. cap.dë lui ; & cassant le vase, Un avůglë en Frânso, n'ës bôr. elle lui répandit le parfum sue ni ën Prouvanfo ; & l'autre plus la tête. déciGf encore , d'aici à cent ans BOT ; Væu. = Bur. = Forsërën tourës bornis.

sette. Bos jhoughën al bola Il paroîc donc prouvé que , Veux-tu quc nous jouions à la borni d'un iuel et le même qu'a. fofsecte ? veugle ; & non ,

borgne d'un BOT ; Outre , cil, ce qui n'est pas plus étrange bouc préparée. Nëgus no mët lo que l'expression françoise , lourd vi novel®ëls bors vels; a certas. d'une oreille, dans laquelle on

romp lo vi novel los bots; el vis voit seuleinent que le françois ëscampa é li bors son përduts ; on n'est pas moins défc&ueux que le ne met pas du vin nouveau dans Jauguedocien , dans celle de, de vieux vailleaux ; autrement borri d'un iuel.

ces vaisseaux se rompent, le vin Nous avons ajouté que bôre se répand & les vaisseaux sont gna, féminin de börnis, lignifioit perdus. obscur ; ce qui paroît justifie par BOU, ou bôou. y. I. Un bæuf. börgno mouli ; ou fuite de BOU; Un brin. = Un bout. moulin : passage de l'eau ordinai. Débassës dous , ou rrës rement fort obscur ; & par le n. bous; bas à deux à trois pr. val bôrgno, le même que celui brins , ou fils.

Nouza lous de val ëscũro, ou vallée obscure, dous bous ; joindre les deux ou très-peu éclairée par les rayons bouts, ou mettre bout à bout de du soleil.

quoi aller à la fin de l'année. BÔRO. Voy. Sågno.

BOU, ou bo ; Bon. Voy. Bou BOS, ou bosc; Un bois , one à l'article Chanbou. forêt ; celle-ci a beaucoup plus

BOUĀLIO ; To d'étendue ; c'est la seule diffé- bêves aumailles, ou de bæufs rence de bois à forêt. Bos vaches, caureaux. fufil; l'affût d'un fusil. Bos vëfti; BOUBINA terme de manu. du bois en grume , ou avec l'é- fa&ure ; voluter dévidec corce.

du fil sur des bobines, ou sur BOS se prenoit ea v. f. comme des fusées. chez vous pour bois, ou forêts, BOUBOURÂDOVapeuis

ou peau de

ou

upeau de

ou

Chaude & étouffante, qui s'exhale BOUCARU, boncarúdo; Lippu, d'un endroit chaud & renfer- lippue. D'autres noms se termimé. = Bourbourâdo , synonyme nent de même; tel , entre autres, de , coûfo ; coup de chaleur : que loungaru. effervescence d'un air renfermé BOUCHA ; Terme de jeu de & mêlé de vapeur ,

occafionéc boule ; tirer une boule : on lance par un teinps couvert & orageux. pour cet effet une boule contre Ces coups de chaleur , li on ne une autre qu'on veut déplacer ; & les prévient, sont mortels pour elles sont d'un poids égal , & les vers à foie. Voy. Toúfo. qu'on tire juste, la boule lancée

BOUBOÛZO. A la boubouzo; perd tout son mouvement, & le à la volée, écourdiment.

communique à l'autre qui part; BOUC; Figue-fleur, ou figue tandis que la premiere reste imprécoce.

mobile à la place de celle qu'elle" BOUCA , boulca ablaca ;

en a challé. Verser, coucher. La plėjho bouco BOUCHAR, masculin de bou. lous blas ; les longues pluies ver

cho ; anciens noms du bouc & de sent les bleds.. Dës blas boucas; la chevre. Le premier n'a retenus des bleds versés. On le dit aufc que fes lignifications figurées de des foins que les pluies versent, sale, puant, & mal propre. Siés ou de ceux qu'on couche en s'y tou bouchar ; tu es tout barbouillé, roulant, ou en les foulant. tout sale, cout crasseux, en b.

BOUCA, boucasa, ou bachu. br. bouck. cha (); se rouler à cerre, ou La boucharde, en françois ; fur l'herbe , se vaurrer dans la outil d'un sculpteur en marbre. boue, ou sur le sable, les cochons BOUCHARDA ; Sali , bar& les ânes se vaurrent pour des bouillé. motifs différens.

BOUCHIN-BÂRBO , ou bout. BOUCAL; Le goulot d'une chigos ; La barbe de bouc des cruche, d'une bouteille, &c. prés à fleur jaune : celle dont la

BOUCARAN; Du bougran: fleur est purpurinc eft le farcifi forre de toile gommée.

que les jardiniers de Paris appela BOUCARIÉ , & v. l. Bocarié; lene artifis. La fcorsonere, du boucherie, & proprement celle même genre que les deux précéoù l'on tuoit principalement les dentes, a le calice écailleux : c'eft boucs & les chevres, viandes par-là principalement qu'elle difqu'on tuoit autrefois plus ordi- fere du farcif. Les racines de ces Dairement dans les villages & les trois plantes sont un fort bou petites villes; comme on le voit mets en sauce & en friture. par l'article suivant de las Coftu. BOÛCHỌ ; Ancien nom de la mas d'Alest.

chevre. Vëdam ël famëns ën carieras BOÛCHOS ; Ampoules qui publicas li boqiers lo fanc dels viennent aux mains peu accoutubocs no jhiécon ni avêiffon (tuent) mées à manier de gros outils Los bocs ën las plaisas.

& d'un travail pénible. En ital. C'est de Boc, ancien nom du boccia, bouc , qu'ont été formés les noms BOUCI, mos, ou tros. py. boqier, ou bokier , & bokerié, ou Flo. boucarié, d'où le fr. boucher & BOUCINAT; Entamure faire boucherie dérivent évidemment. avec les dents, ou chose à quoi Les termes mazel & mazëliër ; l'on a mordu. qu'on rend aulli par boucher & BOUCINËJHA ; Couper en boucherie , ont une autre origine pieces, ou en morceaux. & sont d'un autre diale&e. Voy. BOÚCO-FËNDÛDO ; Va bes Mazel.

de licyre.

[ocr errors]

;

BỘUCO lëstouma ; Le à crever d'embonpoint. creux de l'entonac. Il est immé. BOUDIFLA ; S'enfer , re hour: diarement au dessous du brécher, Coufler. Moun sës boudifla ; ou l'os fourchu de la poitrine. il m'est venu une ampoule, ou

BOÚCOS ; Les levres. L'on une cloche au doigt. Il en vient entend dire par des personnes qui aux pieds pour avoir rrop mac. ignorent cette lignification, l'ai ché. mal à mes bouches , au lieu de , BOUDİFLO, boudoúflo , boij'ai mal aux levres, en omet:ant to, bourrigo ; Vellie urinaire d'un le pronon, mes ; parce que ce animal, la vellie roufflée d'un n'est pas des levres de son voisin porc. dont on se plaint. On fait la même

BOUDÍFLOS ; Les cloches, les faute lorsqu'on dit, j'ai mal à ampoules qui s'élevent sur l'eau ma tête, j'ai mon bras droit plus par la chûre de grosses gources de gros que le gauche , &c. au licu pluie, celles qu'on fait avec l'eau de , j'ai mal à la tête , j'ai le de savon. Les vésicatoires probras droit, &c.

duisent des ampoules pleines On die aufli les levres d'un che. d'une eau claire. val ; mais les babines d'un chien, BOUDIN ; nous pourtan pa d'un chat, d'une guenon , &c. boudins ; nos chiens ne chassent

BOUCOS, ou sãouto.bouc. Voy. pas ensemble, nos flûtes ne s'acLëngoûsto.

cordent pas. On dit , faire du BOUCOÛIRAN. n. pr. de lieu, boudin , manger du boudin ; & qu'on diroit composé de deux non , des boudins. mors grecs; savoir, bous; bauf, BOUDISSOU , boudollissou & & côiros; pourceau.

boudout fou. v. l. Un bouchon. BOU-D'AOU - MOUNDË Les écoliers disent à un certain L'intestin cæcum , en terme d'a. jeu où ils forment des calottes natomie : boyau en forme de d'argile , gna pa ni trãou ni boucu-de-sac , placé entre l'inteftin disou ; ce que les enfans des appellé, iléum, & le rectum, ou provinces françoises rendent Loyau gras.

dans le même jeu par , il n'y a BOUDEFLA ; S'enfler. =

ni trou ni perce. Tourner. Aco fai boudëfla las BOUDÔLI

nanët , ou bouboucos ; cela fait enlever les le dourla ; un bout d'homme, un vres. Cette ébullition lui a fait nabot, un ragottin : petit homme colever toute la peau. Las figos gros & trapu. boudëflou ; les figues commencent BOUDÔLI ; Un outre, à tourner ;, c'est-à-dire, à mûrir. bouc à huile.

BOUDËFLË, ou boudoúflë ; BOÛDOS; Une bosse. Enflé, bouffi, boursoufflé ; & BOUDOUFLË. Voy. Boudéflë. non , enfle, barbarisme. ai mas BOUDOÙFLO. Voy. Boudiflo. gãoutos boudëfos; j'ai les joues BOUDOUGNA ; s'élever enfiées. Soun visajnë vén boudės s'eufler , grossir. flë ; le visage lui bouffit. BOUDOÙGNO; Uue loupe ;

BOUDËFLË; Tourné : on ne & non , loupie : excroissance le dit que des figues qui ont pris charnue & arrondie qui se forme la grosseur, & pour ainfi dire, sous la peau. Il en vient de pal'enfure de la maturité.

reilles für la tige des châtaigners. BOUDËFLIJHË Bouffisfu- On appelle , brouffin d'érable de re. = Hydropisie.

pareilles excroissances employées. BOUDËNA ; Crever d'embon- dans la tabletterie. point. Ës gras boudëno; il est BOUDOÛGNO ; Bolle gras à lard; & non, au latd. fure, élévation sur quelque para Ic proprement il eft gras tic du corps, causée par une

contufiou,

ou un

[ocr errors]

en

« AnteriorContinuar »