Imágenes de páginas
PDF
EPUB

& fourdement fur l'o final, qui prend un fon moyen entre l'o ouvert & l'e féminin françois. C'eft proprement l'o bref italien dans, fatto, petto, que nous prononçons dans, fênno, föfio, câbro, farlôco, ĉouzino, ënco, interigo & femblables fubftantifs féminins dont la pénultieme eft longue.

en

Les termes de l'efpece précédente étant très-fréquens dans le difcours; il n'eft pas étonnant que nos Languedociens portent par habitude cette prononciation dans certains mots françois, dont la pénultieme est breve; & qu'ils allongent cependant mal à propos, paffant rapidement & fourdement fur la derniere, quoiqu'elle foit longue en forte qu'ils renverfent la mesure ou la quantité de ces mots; tels font entre autres les mots, cancer, crédit, créfus, David, brocoli, abdomen, examen, factoton, foetus, galbanum, roffolis, l'Angelus, Cadix, Croix de Jéfus, phénix, un Pater, &c. qu'ils prononcent comme fi leur pénultieme fut longue; & que ces termes fuffent écrits ou accentués ainfi, câncer crêdi, Dâvi, brocôli, exâmen, factôton, l'Angélus Croix de Jefus, &c. au lieu qu'il faut au contraire appuyer fur leur derniere fyllabe & rendre breve la pénultieme, ou la paffer rapidement.

[ocr errors]

La prononciation du latin fe reffent chez tous les peuples de celle de leur idiôme; nous en avons déjà cité des exemples, par rapport au languedocien la voyelle finale dont nous avons parlé ci-devant, nous en fournit un nouveau. Nous la prononçons à la languedocienne & fort mal dans les mots latins tels que, credò diftingò, primò, fecundò, in octavò, in foliò & femblables, en donnant à cet o final un fon foible qui approche de l'e muet françois : au lieu du fon plein & élevé qu'il doit avoir en y appuyant; felon la maniere de prononcer en ufage dans l'Univerfité de Paris. (a)

(a) Un françois qui veut parler & lire correctement le latin ne fauroit fuivre fans doute de meilleur modele que celui de cette célebre école; & l'on ne peut regarder que comme une fingularité qui ne doit pas tirer à conféquence l'affectation de ceux qui empruntent des étrangers la maniere de prononcer le latin.

Telle eft celle de quelques gens de lettres qui prononcent à la maniere des Allemands, ou des Italiens les mots fuivans caufa, auctor, autem, aufin, & femblables; comme s'ils étoient kerits, cdoufa, doutor, doutem, dousim, &c. au lieu de prononcer,

Ce qu'il y a de plus dans notre profodie, dont nous u'avons donné qu'une ébauche informe, n'eft ni affez conqu, ni affez débrouillé pour que nous nous y arrêtions plus long-temps outre que la féchereffe du fujet ne feroit pas fuffifamment rachetée par l'utilité qui en pourroit revenir.

Nous ne poufferons pas plus loin ces remarques. Nous craindrions de fatiguer en pure perte le Lecteur,

nous infiftions plus long-temps fur des chofes dont F'Abbé de St. Réal dit, qu'il y a autant de honte de les ignorer, que peu de gloire à les favoir: mais, ajoute-til, parce qu'il y a peu de gloire à les favoir, ceux qui font des livres où ils en devroient parler, tiennent audeffous d'eux d'en écrire : & parce qu'il y a de la hontę à les ignorer, bien des gens les ignorent toute leur vie, de peur de faire connoître en s'en inftruifant, qu'ils ne les favent pas & faute de livres qui en parlent.

otem, cofa, otor, &c. On peut en dire autant des mots fuivans, quidem, quibus, &c. que quelques-uns prononcent, couidem, cauibus; au lieu de cuidem, cuibus, &c."

It n'importe guere que leur maniere de prononcer foit plus conforme à celle des anciens Romaius; parce qu'en fait de langage c'eft à l'ufage de donner le ton; s'il eft d'ailleurs autorifé par le plus grand nombre de ceux qui font en réputation de bien parler.

Cet ufage ne paroît pas encore bien décidé fur la maniere de faire fonner l'i fuivi d'une n au commencement & au milieu d'un mot latin; tel que dans infra, princeps: la plus faine partie des gens de lettres donnent après le célebre Rollin à l'i de ces fyllabes le fon qui lui eft propre. Le plus grand nombre prononce ces mots comme, enfra, engens, prenceps, &c.

[ocr errors]

C'est par une mauvaise imitation de cette derniere façon de prononcer, que certains Languedociens font fonner les fyllabes in & im, comme ain, ou ein, ou en, 1o. dans la préposition in ; 2o. dans les mots latins qui commencent par im, fuivi d'un autre m, tels que immitis, immorus, &c. 3°. dans les mots hébreux, Cherubim, Seraphim. Ces Languedociens prononcent ainfi ces mots en nomine, emmitis, emmotus, Cherubem, Seraphem ; qui font autant de fautes groffieres.

Il y a cependant quelque exception à faire fur la prépofition in; J'Académie dit qu'il faut prononcer, en folio, en quarto, en douze, en vingt-quatre, &c. mais in-8°. qui eft la feule de ces expreffions où cette préposition conferve fa prononciation latine.

<

TABLEAU

De nos Diphthongues & Triphthongues appliquées à des mots Languedociens; fur lefquels on pourra s'exercer pour fe familiarifer avec notre orthographe, réglée fur notre maniere de prononcer. Quelques-unes de ces Diphthongues paroiffent les mêmes au premier coup-d'œil que les Diphthongues françoifes; mais la prononciation y met une grande différence : c'est pour la faire mieux fentir, qu'à côté des mots Languedociens nous avons joint les mêmes mots rendus felon la prononciation françoife.

DIPHTHONGUES LANGUEDOCIENNES. PRONUNCIATION

[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

aujourd'hui

juel.

icou dans digherë-iêou dis-je

iâi. dans bidi .

iáou dans fiâou

iêi. dans niêiro

idou dans mioou

iué dans jhiuel

oući dans ouêi.

ioué dans ajhinouliouer prie-dieu

TETRAPHTHONGUES.

iudi dans iuêi; aujourd'hui, & dans cadiueiffo ; coffe de légume.

uiti dans cuitio; cuiffe, & dans cuiciffur cuiciffãou.

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Ital.
Acad.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Efpagnol.

Italien.

Académie, ou ce qui eft cité d'après le Dictionnaire de l'Académie Françoise.

Extrait d'un ancien titre languedocien du XII. fiecle intitulé, Eftatus e Coftumas d'Aleft. Accent de l'ë très-fermé. Voy. le fecond §. des remarques ci-devant.

Accent circonflexe & profodique. Voy. le qua
trieme 5. des remarques.

L'ễ très-fermé marqué de l'accent circonflexe.
Divifion qui fépare les différens fens d'un même

mot.

Voyez.

DICTIONNAIRE

DICTIONNAIRE LANGUEDOCIEN-FRANÇOIS.

A B A.

A., Prépofition de v. 1. à la gos; conjurer les Chenilles, out

për fi; enfin. A la vëâgda; Autrefois, un jour.

AB. v. 1. Avec. Ab ël; avec lui. Ab më; avec moi. Ab fi; avec foi. Velhats ab më; veillez avec moi. No podeft hom ab demonis los ulhs dels cex abri ; un homme ne fauroit ouvrir les yeux d'un aveugle par la puiffance des démons.

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

les challer. s'Abali fignifie auffi quelquefois, s'effrayer s'étonner pâlir d'effroi. Dễ bous âouzi crida më foûi tour* abalidó; aux cris que vous avez fait j'ai été tout émue.

ABALISCO, ou Avalifco maou; forte d'imprécation, ou interjection d'impatience, d'hor reur, de terreur qui felon le ton & les circonstances, fignifie, fi fi au diable! oh fi donc ! Ou bien, le diable l'emporte &c. Si vous êtes de l'autre, dis Panurge, avalifco fatanas. C'est le, dit te perdant, des Latins..

ABALSES. Voy. Agôouffes. A BÂNDO; à part, à l'écart loin d'ici, laiffons cela. Fdiffous abândo; trève de cérémonies. ABAOUCA; Calmer.

ABAOUCHA (s'); Tombe fur le nez, ou fur le vifage.

ABAOUTI; Pâmer, tomber en défaillance. s'Abâoutis d'aqi-a-qiz il s'évanouit à toute heure, & hon, il évanouit.

ABAOUZA; Retourner un vafe, un vaiffeau, les tourner deffus-deffous lorfqu'ils font tette,

« AnteriorContinuar »