Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

PREF A C E.

JE

E n'aurois point pensé à donner ces

Lettres au Public, si les Personnes à qui je les ai écrites, ne m'y avoient engagé. Elles m'ont persuadé qu'elles pouvoient fervir à désabuser bien des gens qui donnent trop legerement à la Diablerie, & à déterminer les Ecclefiaftiques, les Juges & les Medecins, qui se trouvent embarrassez dans ces occasions , sur le parti qu'ils doivent prendre.

J'ai consideré d'ailleurs, qu'il étoit de l'interest de la Religion de s'opposer aux erreurs populaires , dans les choses qui la regardent essentiellement , & qui menent infenfiblement à la superstition , à l'impieté & à l'idolâtrie.

C'est veritablement insulter à la Divinité, que de donner aux Démons un pouvoir absolu sur les Elemens; de les rendre maîtres de chánger, quand

[ocr errors]
[ocr errors]

bon leur semble, la disposition du tems & des faifons ; d'exciter des tempêtes, des tremblemens de terre, des inondations, des incendies , &c. de détruire les biens de la terre ; de faire mourir les Hommes & les Animaux; de bouleverser les Empires, &c. pouvoir qui n'appartient qu'à Dieu seul.

C'est faire tomber le Peuple dans l'idolâtrie, & l'engager par la crainte qu'on lui donne de ces intelligences, à leur rendre un culte qui ne leur est point dû.

C'est encore insulter à la Religion, & à tout ce qu'il y a de plus Saint & de plus Sacré, que de les faire adorer dans les prétenduës assemblées de Sorciers, d'y faire renier Crême & Baptême, & renoncer à Jefus - Christ & à fon Eglise.

C'est pareillement faire insulte à la nature des Anges, que de rabbaisser le Démon jusqu'à servir de monture aux Magiciens, aux Sorciers, & à tous ceux à qui il prend fantaisie de courir dans les airs, de passer les mers, d'aller de Province en Province, &c. de s'y faire voiturer d'un tems de pluie, de neige, de

[ocr errors]

vents, frimats, &c. de l'assujettir au caprice d'un malheureux, qui le traite en esclave, qui lui commande & lui fait faire les choses les plus viles & les plus extravagantes, telles que sont toutes celles que nous lisons dans les Livres des Démonographes , qui font passer des visions, des rêves, des imaginations de gens foibles d'esprit, de Fanatiques, pour des choses réelles.

Toutes ces considerations m'ont déterminé à reprendre ces Lettres que j'avois abandonnées, à les revoir, & à les donner au Public.

Quoique je n'aye rien avancé dans les Matieres de Foy, qui ne soit conforme à la croyance de l'Eglise; & que je ne me fois point écarté de l'esprit de la Déclaration du Roy contre les Magiciens, Sorciers, & Émpoisonneurs, du mois de Juillet 1682.

Cependant , s'il se trouve quelque chose dans ce que j'ai dit , qui fasse quelque difficulté, & qu'on puisse blâmer justement, je suis prêt de le corriger, & même de me dédire.

Si ces Lettres se trouvent du goût des Personnes curieuses , j'en pourrai donner d'autres dans la suite sur les Spe&res , les Fantômes , l'Astrologie judiciaire, les Talismans, la Pierre Philosophale, la Sympathie, l'Antipathie , & quelques autres matieres de cette nature.

A MONSIEUR

« AnteriorContinuar »