Imágenes de páginas
PDF
EPUB

lui dit alors M. de Chevert , qui vous conviendroit parfaitement. Voulez - vous que vous faisant oublier le chagrin de tant de refus, je demande ce détachement pour vous ? Vous m'obligerez beaucoup, dit l'Officier Général ; de quoi est-il donc question , quel est l'objet de ce détachement? Le voici , dit M. de Chevert. On veut surprendre un poste important , attaquer & emporter indispensablement un certain ouvrage. Pour y parvenir , il faut défiler long-tems fous le feu d'un retranchement un à un', & presque toujours circulairement, se former ensuite sous un bastion placé sur un rocher, gravir sur ce rocher vivement, & ne pas perdre un inftant à pénétrer par une brêche qui se trouve à la muraille , par

les embrasures, par une poterne, que l'on enfoncera à coups de hache, & même par les crenaux. Le succès dépend de la vigueur de l'attaque, ainsi vous voyez que cette action sera glorieuse. A mesure que M. de Chevert parloit, l'Officier Général pensoit ,

rêvoit ,

pays; enfin il

révoit , s'attriftoit , & finit enfin

par

lui dire que ce n'étoit pas à son tour à marcher, qu'il falloit laisser ce détachement à quelqu'un qui connût le n'en voulut plus , il le refusa. Alors M. de Chevert lui dit : Eh bien, Monsieur, ce détachement m'est destiné ; c'est par des entreprises périlleuses , & que vous refuseriez , que j'ai acquis les grades où je suis parvenu ; je sçais ce que vous avez dit de moi, & combien vous avez cherché à me déprétier ; mais à présent je suis bien vengé.

On plaça , il y a déja quelques années, dans l'église de S. Euftache à Paris, le médaillon en marbre de M. de Chevert, avec une épitaphe que la noble simplicité a fait remarquer. Quoique le Mercure de France l’ait déja rapportée comme un excellent modele en ce genre, on la reverra avec plaisir à la suite d'une anecdote qui semble devoir l'amener naturellement. On attribue cette épitaphe à plusieurs

S

de MM. de l'Académie Françoise. La

voici :

FRANÇOIS DE CHEVERT,

COMMANDEUR-GRAND'CROIX DE L'ORDRE
ROYAL ET MILITAIRE DE SAINT-LOUIS;

CHEVALIER DE L'ORDRE ROYAL
DE LAIGLE BLANC DE POLOGNE;
GOUVERNEUR DES VILLES DE GIVET

ET CHARLEMONT ; LIEUTENANT-GÉNÉRAL DES ARMÉES DU ROI.

SANS AYFUX, SANS FORTUNE, SANS APPUI,

ORPHELIN DES L'ENFANCE,
IL ENTRA AU SERVICE A L'AGE D'ONZE ANS,
IL S'ÉLEVA, MALGRÉ L'ENVIE,

A FORCE DE MÉRITE :
ET CHAQUE GRADE FUT LE PRIX

· D'UNE ACTION D'ÉCLAT. LE SEUL TITRE DE MARÉCHAL DE FRANCE, A MANQUÉ, NON PAS A SA GLOIRE,

MAIS A L'EXEMPLE DE CEUX
QUI LE PRENDRONT POUR MODELE.

Il étoit à Verilun-fur-Meuse,

le 2 Février 1695;
Il mourut à Paris, le 24 Janvier 1769.

Quel modele en effet pour la nation,

[ocr errors]

pour l'espece d'hommes qu'elle reproduit sans cesse ! & si l'on a vu des carabiniers, des grenadiers courir , voler au Temple Saint-Thomas pour y aiguiser leurs sabres sur le tombeau du vainqueur de Fontenoy, que de soldats, que de héros

peut

maintenant enfanter le nouveau marbre de S. Euftache !

Que de récompenses les loix de Solon ne décernent-elles pas aux soldats !

Que de distinctions, que d'honneurs que de récompenses pour les soldats, dans les conseils , dans les sages avis de Thémiftocle !

Que de soldats parvenus , que d'élévations, que de récompenses dans Thucidide, pour tous ceux qui servirent la patrie dans la fameuse guerre du Péloponese , laquelle seule, & bien plus que toutes les autres, augmenta si fort la valeur & l'expérience des Grecs , & rendit cette nation la Reine du monde !

Que d'éloges , que de décorations, que de triomphes , que d'honneurs de

[ocr errors]

toutes les especes , rendus au soldat intrépide dans les armées de Scipion & de César ! Ausli, disoient-ils l'un & l'autre, qu'il ne tient qu'à un Général de faire des heros de ses soldats par la récompense.

Enfin la bienfaisance attentive & éclairée du feu Roi, du meilleur des Rois, de Louis le bien-aimé, couvrit d'une gloire immortelle la nation & le Monarque. Les distinctions honorables que Sa Majesté accorda aux soldats , qui, dans ses troupes, ont mérité le titre de vétérans par ans de service, désignés dans l'art. XIII. de l'Ordonnance du 16 avril 177.1 ,

af surent à la postérité la plus reculée, avec le plus ancien lustre du nom François , toute la gloire de Lacédémone & d'Athenes, les vrais , les anciens" foldats des Marius , des Fabius, des Césars & des Scipions.

Qu'on juge de ce que peuvent exciter dans l'ame du soldat François l'amour de son Souverain , la reconnoissance, l'honneur , l'idée, l'espoir de la récompense,

les 24

« AnteriorContinuar »