Imágenes de páginas
PDF
EPUB

POUR SERVIR

A L'HISTOIRE

DES

HOMMES

ILLUSTRES DANS LA REPUBLIQUE

des Lettres ; Avec un Catalogue raisonné

de leurs Ouvrages.

FREDERIC

SPANHEIM.

HEIM.

REDERIC Spanheim F. Srans

naquit à Amberg dans le F haut Palatinat le 1. Jan

vier 1600. de Wigand

Spanheim, Docteur en Théologie , & Conseiller Ecclesiastique de l'Electeur Palatin , & de Renée Toffan, fille de Daniel Toffan, Tome XXIX.

A

HEIM.

و

F. Sran- Professeur en Théologie à Heidel;

berg.

Après avoir étudié dans le College d'Amberg jusqu'en 1613. il fut obligé de l'abandonner à cause de la peste , qui attaqua cette ville. Re. tiré alors dans la maison paternelle, il continua ses études sous les yeux de son pere, qui le trouvant l'année suivante en état d'entrer dans une Academie, l'envoya à celle d'Heidelberg, qui étoit très-floriffante.

Il y fit tant de progrès dans les langues & dans la Philofophie, qu'on jugea bientôt qu'il deviendroit un grand homme. Il fut reçu Maître-ès-Arts au mois de janvier 1619. & passa aussitôt après à l'étude. de la Théologie. Mais fon pere le rappella la même année, & l'envoya à Geneve , où il apprit en peu. de mois la langue Françoife. Il s'y appliqua avec beaucoup d'ardeur á la Theologie fous Jean Diodati, Jean Tronchin , & Benoît Turretin.

Les malheurs du Palatinat le dea terminerent à épargner à fon pere les frais de fa pension ; il alla pour

cela dans le Dauphiné en 1621. & F.ŠPAN demeura pendant trois ans en quali- HEIM. té de Précepteur chez Jean de Bonne, Baron de Vitrolle, Gouverneur d’Anbrun.

Ce temps écoulé, il retourna à Geneve, & vint ensuite à Paris, ou il trouva un de fes parens , nommé Samuel Durant , qui étoit Ministre de Charenton, & qui lui conseilla de ne point accepter une chaire de Philosophie à Lausanne , qu'on lui offrit alors.

Au mois d'Avril 1625. il fit un voyage en Angleterre , & y apprit la langue Angloise. La peste l'ayant chassé d'Oxford âu bout de quatre mois, il revint à Paris , & il eut le chagrin d'y voir mourir Samuel Dwrant , qui lui laissa fa Bibliotheque.

Tout le temps qu'il passa à Paris, depuis fon retour, fut employé à apprendre les langues Chaldaïquc & Syriaque.

Ses amis l'ayant engagé à aller disputer à Geneve une chaire de Philosophie qui étoit vacante, il s'y rendit au mois de May 1627. & l'ob. tint.

[ocr errors]

F. SPAN- Il se maria au mois de NovemHEIM.

bre de l'année suivante 1627. & épousa Charlotte du Port, fille de Pierre du Port, Conseiller du Roi, & Commissaire des vivres dans les Armées de Sa Majesté, dont il laissa sept enfans, entre lesquels les deux aînés ont été illustres dans la République des Lettres; Ezechiel, & Frederic. J'ai parlé du premier dans le fecond volume de ces Mémoires p. 222. Je parlerai plus bas du second.

Quelque temps après il se fit recevoir Ministre , & prêcha depuis tous les dimanches en François dans le temple de 3, Gervais jusqu'à l'an 1631. que Benoît Turretin étant mort, il fut choisi pour remplir la chaire de Théologie qu'il laissoit vacante.

Il s'acquitta des fonctions de cer emploi avec une réputation, qui le fit rechercher par plusieurs Academies. Celles de Lausanne, de Groningue & d'Heidelberg se donnerent bien du mouvement pour l'avoir , mais il refifta à toutes leurs instan, ces. Celle de Leyde fut plus heureuse , & il en accepta la vocation. On fit à Geneve tous les efforts imagina

ce,

ble pour le retenir , & lorsqu'on vit F. Srans que la chose étoit impossible, on ne HEIM. le congedia qu'avec des marques fingulieres d'estime & d'affection.

Avant que de se rendre à Leyde, il alla se faire recevoir Docteur en Théologie à Base , pour se conformer aux ufages du Pays où il alloit , & où ce degré est necessaire ; au lieu qu'à Geneve , & dans les Academies que les P. Reformez avoient en Fran

les Professeurs en Théologie ne le prenoient point, parce qu'il leur étoit inutile.

Il partit de Geneve en 1642. après y avoir professé la Théologie onze ans de suite , & y avoir été Recteur depuis 1633. jusqu'en 1637. temps auquel on celebra l'année seculaire de la P. Reforme; ce qui lui donna occasion de faire un discours sur cette matiere. Il arriva à Leyde le 3.

Octobre у

fourint & y augmenta même la réputation , qu'il avoir euë jusques-là ; mais fes grands travaux abregerent sa vie. Les leçons & les disputes Academiques, les prédicacions, les livres qu'il compofoit;

1642. Il

« AnteriorContinuar »