Imágenes de páginas
PDF
EPUB

fantia alligati tutelam habere creduntur,

6° C'est une espece singuliere de rhabdos mance que la maniere dont on prétend découvrir les mines avec la baguette fourchue du coudrier , que l'on nomme ordi- . nairement la verge de Moyse. On la presente sans la contraindre ; & d'elle-même, dit-on, elle se dirige vers l'endroit où il y a des mineraux. Quoique plusieurs se soient efforcés d'accrediter sa vertu, nous embrassons en attendant que l'on soit mieux informé, le sentiment d’Agricola , qui soutient que cette pratique est frivole. Il est vraisemblable que la baguette doit son origine à la virgula divina , si celé. bre dans l'antiquité,& qui vient elle-même des verges magiques des poetes, comme dans Homere la verge de Mercure qui rendit inutile la vigilance d’Argus ; & celle de Circé qui put transformer les compagnons d'Ulysse ; & toutes peuvent bien tirer leur origine de celles de Moyse & d'Aaron. Mais la baguette dont nous parlons ne devoit point porter le nom de Moyse; car la verge de Moyfe & celle d'Aaron durent être celébres parmi plusieurs nam tions, puisqu'elles furent conservées dans l'arche jusqu'à la destrụction du temple de Salomon.

On decide encore aujourd'hui en Angleterre les choses douteuses par l'ouver

ture

ture d'un livre , ou par la chute d'un bâton : ce qui est un reste des divinations de l'ancien paganisme. La premiere maniere est une imitation des forts homeriques ou virgiliens ; & c'étoit sur les vers que le hazard presentoit que l'on decidoit en ce cas. AinG Severe espera de monter à l'empire, parce

à qu'il avoit tiré ce fameux vers de Virgile:

Tu regere imperio populos, romane, memento. Et l'on crur que Gordien ne regneroit pas long-tems, parce qu'il avoit tiré cet au

1

tre vers:

oftendent terris hunc tantum fata , nec ultra

Eße finent. Et l'on a cherché ausli ces prédi&ions dans les livres saints, ainsi

que

le

raconte Grégoire de Tours dans la vie de l'empereur Heraclius à l'occasion de son expedition dans l'Asie mineure.

Pour ce qui est de la divination par la chute d'un bâton, c'est un reste des cérémonies augurales ; Dieu s'en plaint luimême par le prophete Osée 4 : Mon peuple à consulté un morceau de bois , & des verges de bois lui ont prédit l'avenir. C'est de cette espece de rhabdomance que se sei vit Nabuchodonosor, comme le reproche Ezéchiel aux chaldéens. Le roi de Babylone se tint sur l'extrêmité de deux routes differentes; il Tome II.

I

fit apprêter deux fléches; il consulta des images, il observa les foyes des animaux, & ce qui répondit à sa droite le détermina pour Jerusalem , c'est-à-dire , selon Estius, que la route qui étoit à la gauche condui. fant à Rabbah capitale des Ammonites, & la route qu'il avoit à sa droite menant à Jerusalem, il consulta les idoles , & les entrailles des animaux, il jetra des fléches en l'air, & parce qu'elles tomberent à la droite , il se détermina à marcher contre Jerusalem. Ce genre de divination

par

les Héches étoit ausi d'usage parmi les scythes, les alains, les germains , les africains, & surtout les algeriens. La divination d’Elisée fut d'une autre espece ; lorsqu'en tirant une fléche par une fenêtre située à l'orient, il prédisoit la ruine des syriens , l'esprit de Dieu le conduisoit ; & lorsque par les trois coups dont Joas frapa la terre avec une fléche, il prédisoit le nombre de ses victoires, reg. 13. IS.

8° Je ne puis approuver que l'on donne encore aujourd'hui aux differens jours de la semaine les noms que les payens leur avoient donnés. Il faut en chercher l'origine, jusque chés les anciens égyptiens, suivant la remarque de Dion. Ces peuples imposerent donc aux jours de la semaine les noms des sept planetes qu'ils regardoient comme des divinités. Ils consacrée

[ocr errors][ocr errors]

rent à chacune fon jour particulier non suivant l'ordre où elles sont placées dans le firmament, mais suivant une inesure de musique appellée diatessaron. Car en commencant par Saturne la plus élevée des planetes à qui le samedi étoit conlacré, ils laissoient Jupiter & Mars pour venir au soleil, à qui ils avoient consacré le di. manche ; & pour venir au lundi, ou jour de la lune, ils laissoient encore Venus & Mercure ; & ainsi des autres. Ils conferverent le même arangement en partageant le jour en 24. heures selon l'ordre naturel des planetes. Car commençant leur calcul par Saturne, Jupiter , Mars, &c. jusqu'à 24, le jour suivant tomboir sur le soleil, d'ou comptant encore le même nombre de 24. le jour suivant tomboit sur la lune qui faisoit le lundi , & ainsi du reste, fui vant ce qui se pratique encore aujourd'hui.

Les juifs observent le même ordre sur des fondemens à peu près pareils, comme on peut le voir dans leurs ouvrages aftro. nomiques touchant les heures planetaires & les nativités. Car ils tracent á intervales égaux sept triangles, dont les bases sont les sept côtés d'une figure septilaterale décrite dans un cercle. Les noms des planetes font placés aux angles selon leur ordre naturel : en sorte qu'en commençant par Saturne, & tirant des lignes d'un angle a l'autre , jusqu'à ce que l'on ait décrit sept triangles sur les bases des sept côtés de la figure feptilaterale, il se trouvera que les triangles se succederont dans l'ordre suivant : le premier étant fait pour Saturne, le soleil & la lune, c'est-à-dire pour le samedi, le dimanche, & le lundi, le reste suivra

pour les autres jours de la semaine. On trouve cette figure dans Gaffarelle chap. 11.& dans Fabric. Paduan.

Mais quoiqu'ils eussent suivi l'ordre érabli des planetes , il est à remarquer qu'ils leur avoient attribué d'autres noms , & leur en avoient imposé qui designoient leur principale vertu, comme on l'observe sur tout dans leurs planetes rouges & éclatantes qui sont celles de Mars & de Venus. Mais ce changement dans les noms ne les empêcha pas de leur attribuer des vertus, & ils n'oublierent pas ces planetes remarquables que Dieu lui-même admit dans le tabernacle, si l'on peut admettre ce que l'on a conjecturé du chandelier d'or; & dont ils ont dit que la tige designoit le som leil, & les branches les planetes qui sont autour de cet astre. 90

Nous éviterons de nous étendre dan vantage sur des articles de même nature; nous demandons seulement quels effets na

. turels on doit attendre d'une pierre creuse que l'on aura suspendue dans une écurie,

« AnteriorContinuar »