Imágenes de páginas
PDF
EPUB

la chaleur exceffive; & dans ce cas on n'auroit pas befoin de recourir à la fable voir l'univers embrafé.

pour

D'un autre côté, s'il avoit été placé dans l'orbe le plus élevé, ou dans celui de la huitiéme Iphere, il n'y auroit eu que des années platoniques, & les faifons auroient été moins variées encore; & cet orbe ne faifant fon cours qu'en plufieurs milliers d'années, aucun homme n'auroit vêcu affés pour en faire le calcul. Voilà quels eussent été les inconveniens, fi le foleil avoit été placé dans les orbes extrêmes, & s'il l'avoit été dans l'orbe mitoyen des planetes, les inconveniens n'euffent été moindres que de moitié.

Or foit que nous adoptions le fyftême de Copernic qui établit la terre mobile au tour du foleil, foit que nous embraffions le fyftême de quelques modernes, qui à caufe de certaines taches, lefquelles paroiffent & difparoiffent dans cet aftre, foutiennent qu'outre les révolutions de fon orbe, il a encore un mouvement particulier fur fes poles; les mêmes confequences fuivent toujours. Mais finiffons ce chapitre; auffi bien la fageffe de Dieu étant infinie, il faudroit des expreffions qui l'égalaffent pour en faire la defcription; & qui le peur que lui-même ?

[ocr errors]

CHAPITRE

V I.

On examine l'opinion commune qui veut qu'avant te deluge, la terre ne fût que médiocrement habitée.

'Eft une idée prefque generale que la CE terre étoit peu peuplée avant le deluge, ou que l'on n'avoit cultivé que les parties les plus voifines du paradis terreftres. Cependant quelques auteurs ont prétendu le contraire, & ces deux opinions Le croifant mutuellement, nous allons examiner de nouveau la queftion, toute épineufe qu'elle eft. On ne peut en trouver la folution dans l'hiftoire facrée & proque fane; car les traditions humaines fur le deluge de Deucalion font fi remplies de fables qu'elles ne meritent pas la moindre

attention.

Les payens, au témoignage de Varron, partageoient le tems en trois âges differens. Le premier qui s'étendoit depuis le commencement du monde jufqu'au deluge d'Ogygés, ils le nommoient adnou, ou inconnu, parce qu'il n'en reftoit aucune tradition claire; car bien que certains auteurs ayent fait mention du deluge, comme Manethon prêtre égyptien, Xenophon dans fon traité de aquivocis, Fabius Pictor dans celui du fiécle d'or, Caton dans ses origines; Archiloque qui dans un fragment

touchant les tems cite le témoignage de Moyfe; il eft certain pourtant qu'aucun d'eux ne parle de ce qui a précedé le deluge. Il eft vrai que Jofeph dans fon livre contre Appion fait remonter l'origine des juifs jufqu'au deluge, & même au delà, & qu'il fe fonde fur l'autorité des auteurs profanes comme Mafcus de Damas, Hieronyme l'égyptien, & Berofe. Il eft vrai encore qu'il confirme la longue vie des patriarches par leurs témoignages, & par ceux d'Hefiode, d'Hellanicus, & d'Agefilaus. Berofe prêtre chaldéen s'explique le plus clairement de tous; car il fait mention de la ville d'Enoch, il parle de Noé & de fes fils, de la conftruction de l'arche, & du lieu où elle s'arrêta. On trouve auffi dans Diodore un paffage qui à le bien examiner remonte jufqu'au premier homme. Les chaldéens, dit cet auteur, portent leurs obfervations aftronomiques, & l'invention de leurs lettres jufqu'à quarante-trois mille ans avant la monarchie d'Alexandre le grand. Or les années de ce calcul étant, fuivant Xenophon, des années lunaires, elles remonteront jufqu'à Adam. En effet 43000 années lunaires font environ 3634 années folaires : ce qui quadre avec la chronologie ordinaire depuis la création du monde jufqu'au regne d'Alexandre.

Le second âge renferme les tems qui

[ocr errors]

fe font écoulés depuis le deluge d'Ögygés jufqu'à la premiere olympiade, laquelle tombe fur l'année du monde 3174, au tems à peu près du prophete Ifaïe, & environ vingt ans avant la fondation de Rome. Ils appelloient cet âge uxor ou fabuleux, parce que les commencemens fur tout en font mêlés de fables. On a des histoires abregées de ces tems dans les auteurs dont nous avons parlé, & fur tout dans Herodote, Diodore de Sicile, Troge Pompée &c. Les plus celebres poetes grecs vécurent dans cet âge; tels font Orphée, Linus, Homere, Hefiode. Ce fut auffi l'âge des auteurs des fables poetiques, efquelles furent copiées par des hiftoriens: ce qui jetta une grande confufion dans les memoires des égyptiens & des chaldéens, auxquels ils ajouterent ces tiffus fabuleux.

Le troifiéme âge qu'ils faifoient defcendre jufqu'à leur tems, ils l'appelloient hiftorique, parce que les faits y font plus conformes à la verité; & par cette raison ils meritent plus de créance. C'eft dans cet âge qu'ont écrit Herodote, Thucydide, Xenophon, Diodore &c. & ceux qui en ont écrit des hiftoires univerfelles ou chronologiques, font Eufebe, Julien l'africain, Orofe, Adon de vienne, Scot, Carion ; Pineda, Salien, & parmi les anglois le chevalier Walter Raleigh.

Or des premiers tems dont nous aurions befoin de connoître l'hiftoire, il ne nous refte que quelques fragmens peu confiderables, & qui ne peuvent nous être ici d'aucun fecours.

Les auteurs du fecond âge n'ont point un rapport immediat à notre fujet ; cependant nous ferons obligés de nous en fervir, parce que cet âge a quelque liaison avec le premier, & qu'il y peut répandre de la lumiere.

Pour les auteurs du troifiéme âge il eft évident que nous ne pourrons en tirer aucun fecours, non plus que de ceux qui de nos jours ont auffi écrit du premier, comme tous les chronologiftes.

Je dis le même à peu près des livres faints. Nous n'avons fur ces premiers tems que la narration de Moyfe, laquelle eft très fuccincte, & ne peut, ce femble, nous mettre en état de rien établir de certain. Nous n'y trouvons que deux genealogies, celle de Caïn, & celle de Seth. Il ne nomme que dix generations de celle-ci, & fept feulement de celle de Caïn; encore ne parlet'il que des defcendans en ligne directe. Lamech eft le feul dont il nomme les femmes, le fils & la fille. Cependant fi l'on examine bien la narration de Moyfe ; fi l'on fait attention aux confequences qui en peu vent refulter, on aura des argumens affés

« AnteriorContinuar »