Imágenes de páginas
PDF
EPUB

quelques-uns de chaque famille à errer sur la terre. Mais, selon Avantius, ils donnent une autre raison de leur vie vagabonde ; c'est, disent-ils une punition que Dieu imposa à leurs peres, parce qu'ils avoient refusé l'hospitalité à Jesus & à la Vierge, lorsqu'ils s'enfuirent en Egypte.

Mais la plupart des auteurs qui ont recherché leur originė, rejettent ces raisons comme frivoles, & les font descendie de plusieurs autres nations. Polydore Virgile les croit syriens d'origine. Philippe Bergamasque les fait venir

de Chaldée ; Æneas Sylvius de quelques endroits de la Tartarie; Bellon de la Valachie & de la Bulgarie ; Aventinus des frontieres de la Hongrie. Bellon

prouve clairement qu'ils ne sont pas égyptiens ; car il en rencontra plusieurs troupes près du Caire, & dans les villages situés sur les bords du Nil ; & là comme parmi nous ils étoient reputés étrangers. Il est encore probable qu'ils ne sont

pas sortis de l’Egypte, en ce qu'ils parurent d'abord en Allemagne vers l'an 1400 : & qu'alors on n'en avoit vû dans aucune partie de l'Europe , ainsi que l'assurent Munster, Genebrard, Crantzius & Ortelius.

Mais il n'est pas moins probable que leur origine n'est point allemande, puisqu'ils parlent l'esclavon, & que quand ils se répandirent dans la suite en France, ils

Tome II,

X

[ocr errors]

furent nommés bohêmiens, comme ils le sont encore aujourd'hui,

Ainsi, lorsque Crantzius dit qu'ils commencerent à paroître sur les bords de la mer Baltique, lorsque Bellon les fait venir de la Valachie , & de la Bulgarie, & que d'autres les font sortir de la Hongrie, ils ne sont pointen contradiction ; car la langue de ces peuples est l'esclavone, ou quelqu'un de ses dialectes. Mais de quelque nation qu'ils tirent leur origine , on peut dire qu'ils sont maintenant de toutes les nations, parce qu'ils se sont mêlés avec tous les peuples chés qui ils ont passé ; & il est fort douteux que cette race puisse jamais s'éteindre. Car il n'est pas sans exemple que des nations errantes ayent

subsisté plus long-tems que telle autre qui avoit des demeures fixes ; & quoi que les bohêmiens ayent été bannis de presque de toute la chrétienté, ils ont trouvé de la protection dans l'empire des turcs : le grand seigneur leur permet de demeurer à Pera , & d'y tenir publiquement des lieux de prostitution. Souvent il en tire des avantages politiques, parce qu'il employe ces miserables à espionner les autres nations ; & c'est ce qui détermina Charle-Quint à les bannir.

dels

CHAPITRE XIV.

N

De quelques autres points concernant la cosmom

graphie ou l'histoire. Ous accusons communément les an

ciens “d'avoir donné des noms ridio cules, & des figures peu convenables aux differentes constellations dans les sphéres soit greques,

soit barbares. Cependant les historiens & les geographes ne sont pas moins reprehenfibles, lorsqu'ils attribueno à certaines parties de la terre des ressemblances qui n'ont aucun fondement. Tite Live, & Jule Rustique dans la vie d’Agricola

comparent la grande Bretagne à un plat ovale, ou bien à une double hache. Rutilius Numatianus compare l'Italie à une feuille de chêne , & l'Espagne à une peau

à de boeuf, Strabon compare à un manteau les parties de la terre habitées de son tems, & Denys l’Africain les compare à une fronde. On trouve encore en de bonis auteurs bien d'autres comparaisons qui ne font pas mieux fondées

;
&
par

là ils semblent justifier le choix que les astro- .. nomes ont fait de leurs figures du zodiaque. Ceux-ci au reste n'ont jamais prétendu y trouver une ressemblance réelle, mais feulement une analogie entre ces figures , & les influences particulieres de chaque cond

tellations, ou les differens effets du soleil & de la lune dans les diverses régions de l'air.

Or une longue prescription ayant rendu authentiques ces figures , il peut arriver que les ignorans en abusent, & les prennent litteralement. C'est ce qui a donné lieu au sçavant Heyelius de transferer dans son exacte selenographie les noms connus de plusieurs régions, mers, & montagnes aux differentes parties de la lune. Et plus tôt que d'employer des noms inventés ou fabriqués par les hommes, il a fort ingenieulement trou vé dans la lune un mont finai, un mont taurus, des palus mæotides, une mer Mediterranée, une Mauritanie, & une Alie mineure.

Nous aurions de la peine à découvrir dans les cieux certains mots hebraiques composés de grandes & de peţites étoiles, qu'y découvrent les spectateurs cabalistiques, où ils prétendent lire les événemens futurs. Ainsi, des étoiles qui sont dans la tête de meduse ils composent le mot charab, & y trouvent la désolation de Javan, ou de la Grece. Mais de pareilles visions ne méritent pas d'être relevées

Il n'est pas facile de concilier les diffe rentes supputations des longitudes, puisque dans les calculs modernes le 180 degré est 30 degrés au delà de celui que Prolomée compte le 180. Et l'on ne peut se sauver en disant que les modernes ont fait leur premier meridien plus occidental. Les anciens commençoient à compter l'eurs longitudes des îles Fortunées ou Canaries ; les

; modernes commencent à les compter

des îles Açores ou de S. Michel. Mais puisque les Açores ne font que de 15 degrés plus occidentales, pourquoi les modernes en comptent-ils 180 ? ou pourquoi Prolomée en compte-il plus de 2 20 ? & prenant is degrés à l'occident, pourquoi comptent-ils 30 degrés à l'orient au delà de la même longitude : C'est ce qui reste encore à déci. der; & les modernes ne se tirent pas d'af- . faire en disant que le calcul de Ptolomée convenoit moins aux canaries qu'aux îles du cap verd.

On pourroit douter si la maniere que plusieurs nations ont pratiquée de compter les mois par la premiere apparence de la lune n'entraîne point plus de confusion que la maniere de les compter par la conjonction de ce même astre. Car non seulement son apparition est incertaine ; mais il varie encore en tout tems, & se montre plus tôt ou plus tard selon qu'il se trouve,

dans les poissons, le belier, le taureau , dans le perigée ou le mouvement le plus rapide, & dans la latitude septentrionale ; de là vient qu'on peut le voir quelquefois le jour

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »