Imágenes de páginas
PDF
EPUB

quer par là-même la production 'des jela meaux?car bien que la matiere seminale se partage dans la matrice, l'agent invisible s'évertue à rendre le tour fécond , & de ces matieres dispersées, il en fait autant qu'il est possible des êtres parfaits. C'est pourquoi les histoires

que

l'on raconte d'une comteffe de Hollande, & d'une autre femme, qui selon Albert le Grand, fit d'une seule couche iso enfans, ne sont peut-être pas impossibles, toutes merveilleuses qu'elles paroissent. Si nous considerons jusqu'à quel point multiplient certains animaux, nous ne nierons pas facilement que d'autres puissent multiplier à peu près de même , & nous ne révoquerons pas si légerement en doute , ce grand ouvrage, qui est si éloigné de celui de la création. Et peut-être qu'une idée juste de l'un nous feroit entrevoir l'autre.

CHAPITRE III.

De Mathusalem.
E qui a été genéralement crû pat

tout , & dans tous les siécles, ne pae roit pas susceptible de contradiction : dea là vient que nous croyons sans peine que Mathusalem est celui de toute la posterité d'Adam qui a vécu le plus long-tems. Mais d'un autre côté, la raison ne nous oblige point' à croire que le fait soit nécessairement vrai : car le texte sacré ne dit autre chose, sinon que sa vie a été plus longue que celle des autres patriarches, dont l'âge est marqué dans l'écriture. Mais suit-il delà que depuis la création nul homine n’ait autant vecu ? Des neuf patriarches qui moururent avant le déluge, le texte dit bien qu'Enoch vêcur le moins, & qu'il ne passa pas 365 ans; mais on seroit mal fondé à en conclurre , qu'aucun de ceux dont l'âge n'est pas marqué, ne mourut plus jeune. Il y en a d'ailleurs un grand nombre dans ces siécles de longue vie, dont l'écriture ne détermine-point l'âge, comme tous ceux de la race de Cain, les femmes de ces neuf patriarches , & leurs fils & leurs filles, donc il se peut que plusieurs ayent plus vêcu que Mathusalem ; le texte ne s'attachant qu'à la ligne de Seth, & cela par rapport à Jefus-Christ. Nous ne pouvons donc pas conclurre du silence de Moyse, que ceux dont il n'a point parlé ont vêcu moins que les autres. L'écriture ne marque pas même l'âge d'Abel , qui semble pourtant avoir plus vêcu que l'on ne se l'imagine ordinairement. On ne doutera point de ce fait , fi l'on en croit l'épitaphe qu’Adam lui dressa, selon Salien : Pofuit mærens pater, cui à filio juftius pofitum foret , anno ab ortu rerum 130 ab Abele nato i 29. Cajetan embrasse ce mê. Tome II,

Y

me sentiment, lequel est très probable , fi Abel nâquit la seconde année d’Adam, & Sech un an après la mort d’Abel. Puisqu'il eft dit qu'Adam étoit âgé de 130 ans, lorsqu'il engendra Seth, il faut necessairement qu'Abel soit mort l'année d'auparavant, c'est-à-dire , l'an 1 29.

Si nous avions le dénombrement des fils de Cain jusqu'au déluge, il est encore trèsprobable que nous en trouverions dont la vie fut plus longue que celle des enfans de Seth. Il se pourroit même que ceux dont la félicité ne devoit point s'étendre audelà du trépas , ont eu une plus lon

& reçû plus de bénédictions temporelles, que ceux qui attendoient un genre

de félicité. Car nous remarquons que tandis que la race de Jacob étoit dans la captivité & dans l'affli&ion, celles d'Ismael & d'Efau étoient florissantes, l'une ayant produit douze princes ou chefs de nations, & l'autre huit'rois, & quatorze princes.

L'âge de Cain & celui de ses descendans n'étant point marqué dans l'écriture, il у a des critiques qui croyent que cela s'est fait à dessein, parce qu'elle détermine ratement la durée de la vie des méchans ou des impies, comme on peut le remarquer dans l'histoire d'Esau, & celle des rois de Juda & d'Israel. Delà vient que l'Ecriture

gue vie

[ocr errors]

autre

>

marquant l'âge d'Ismael , on a crû qu'il adoroit le dieu d'Abraham, comme firent quelques autres qui n'étoient

pas

defcendus de Jacob ; Job entr'autres, qui suivant. l'opinion commune, étoit iduméen, & de la race d'Efau.

Enfin nous n'omettrons pas ici le sentiment de plusieurs sçavans, qui veulent qu'Adam' ait vêcu plus long-tems que Mathusalem, puisqu'il fut créé dans l'âge d'une parfaite virilité , qui n'arrivoit alors qu'à so ou 60 ans. En effet nous lisons que c'étoit à peu près à cet âge qu'ils commençoient d'engendrer : ensorte que si à 930 ans nous ajoûtons ces so ou 60, il aura plus vecu que Mathusalem ; & que s'il n'a point surpassé tous ses descendans par le nombre des jours, il les a pourtant surpassés en vieillesse, quoiqu'il n'eût point passé par l'enfance & par l'adolescence ; & à prendre les choses à la rigueur, il n'avoit encore qu'un an , lorsqu'il engendra. Et s'il est vrai que tous ceux qui sont nés dans la même année soient du même âge, il sera vrai qu'Eve fut aussi âgée que son époux Adam , & que leur fils Cain fut aussi âgé

qu'eux.

.

Pour cette opinion qui veut qu'aucun homme n'ait vécu mille ans, afin qu'il n'y en eûc aucun qui pût dire : j'ai vécu un jour devant le Seigneur , aux yeux de qui,

[ocr errors]

felon l'expression de David, mille ans nie font qu'un jour ; c'est une opinion populaire, & qui ne inérite pas d'être réfutée, Car on peut dire également que mille ans ne sont qu'un instant devant Dieu, & par conséquent Mathusalem n'approcha pas plus de ce jour qu'Abel, parce que toutes parties du tems sont égales devant celui que le tems ne peut mesurer, & à qui toutes choses , soit pallèes, soit futures, sont toûjours présentes. Ainsi quoique nous foyons sujets à la mesure du tems, & à la fucceflion de tous ses momens, nous ne pouvons pas cependant mesurer la sphere de Trismegiftes, ni calculer la durée immuable de l'être souverain.

[ocr errors]

& que

CHAPITRE IV. l'on examine s'il n'y eut point d'arc en ciel

avant le déluge. U'il ne doive point y avoir d'arç ett ciel 40

ans avant la fin du monde, la sécheresse qui précedera l'embrasement de l'univers, doive consumer la mariere de ce mecéore , c'est une opinion qui n'a point de fondement légitime. Il n'en est pas de même da sentiment qui veut qu'il n'y ait point eu d'arc en ciel pendant les seize cens ans qui s'écoulerent avant le déluge. Il paroît fondé sur le chap. 9 de

« AnteriorContinuar »