Imágenes de páginas
PDF
EPUB

quels furent trouvés surnageans, comme s'ils avoient eû la liberté de nager. Ce mê. me fait est rapporté par d'autres d'une ma- . niere toure differente. Aristote au 2 de ses meteores dit a ce fujet, ώσπερ μυθολογεσι, & par ce mot les uns conçoivent qu'il traite cette tradition de fable; & les autres veulent qu'il en falle un discours populaire. Biddulphus anglois qui partage son voyagede la Judée en trois parties, dont l'une , dit-il, contient des vérités manifestes, l'autre des faufferés évidentes, la troisiéme des choses douteuses, mer dans cette derniere ce que l'on raconte du lac de Sodome. Thevet qui en parle dans sa cosmographie comme témoin oculaire , dit qu'il y a vů jetter un âne avec son baft, & que cet animal y fut noyé. Or de toutes ces relations celle-là me paroît plus recevable, qui dit que les animaux vivans ne s'y enfoncent pas fan cilement. Et l'on doit s'y tenir jusqu'à ce quel'on ait d'autres éclaircissemens, parce qu'elle est mieux assortie au fair, & à la raison que l'on en donne.

Pour ce qui regarde la cause, fuivant l'opinion generale, comme nous l'avons dit; c'est l'épaisseur Caline & bitumineuse des eaux de ce lac. Ceci est probable dans la seconde relation ; car il est constant que l’eau salée porte un fardeau plus pesant que l'eau commune ; & l'on voit tous les jours .

ce que

qu’un cuf s'enfoncera dans l'eau de mer, ou une aurre eau legerement salée ; tandis qu'il surnagera dans la faumure. Mais ort ne conviendra pas si aisément qu'il en soit de même du fer ; car les corps pesans ne furnagent dans les Auides qu'autant que leur poids n’excede pas celui du volume d'eau qu'ils occupent. Or il n'y a cercainer ment point d'eau qui soit plus pesante que le fer; ainsi ce mécal s'enfoncera dans toutes fortes d'eaux,& ce fut un vrai miracle

que fir Elisée en ce genre. Les corps surnagent ou s'enfoncent dans les fluides, à proportion de leur solidité. AinG l'eau salée supportera tel corps qui enfoncera dans le vinaigre; le vinaigre en soutiendra tel autre qui enfoncera daris l'eau ordinaire ; l'eau ordinaire en soutiendra tel qui tombera dans l'esprit de vin, & l'esprit de vin tet aurre que l'huile ne pourra soutenir. Nous avons fait ces diverses experiences avec des boules de cire traverfées par de petits bâtons. L'or tombe dans le mercure qui foue tient le fer & les autres métaux ; car l'or a plus de poids que le volume de' mercure qu'il occupe;

la même raison que l'ambre, la corne, & les pierres legeres & fpongieuses sarnagent dans une solution d'une once de mercure dans deux onces d'eau forte, comme nous l'avons experimenté nous-mêmes.

c'est par

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Mais Strabon rapporte une autre raison que quelques-uns ont adoptée en ces derniers tems, C'est, die cet auteur, non l'épaisseur des eaux qui fait surnager les corps dans ce lac, mais une ébullition bitumineule du fonds , laquelle soutient les corps que l'on y jerre , & ne permet pas qu'ils s'enfoncent aisément. Ce sentiment n'auroit besoin

que d'être appuyé de l’experience: il paroît affés vraisemblable; car on observe qu'il est difficile de toucher avec les pieds le fonds des bains près de leur source, & que des balles posées immediatement sur un jet d'eau y demeurent comme sufpendues. C'est

pour cela

que nous n'ajoutons pas entierement foi à ceux qui disent que les corps ne vont absolument point au fonds de ce lac, jusqu'à ce que des témoins oculaires & judicieux attestent ce fait; d'un autre côté nous croirons facilement que les corps

solides ne pénetrent ces eaux qu'avec peine ; mais conclure de cette difficulté qu'il est impossible qu'ils s'enfon. cent, ou bien assurer qu'ils ne s'enfoncent point, parce qu'ils surnagent quelque tems, c'est un sophisme familier aux voyageurs qui ne passent que trop souvent d'un degré de vérité, à un autre dégré qui s'en éloigne. C'est ainsi

que

les anciens ayant conçû que la zone torride avoir des chaleurs brû. Lantes, en ont conclu trop legereincat

Tome II.

[ocr errors]
[ocr errors]

Dd

[ocr errors]

qu'elle étoit inhabitable. De même parce qu'il n'y a point de loups en Angleterre , & que depuis plusieurs génerations on n'y en a point vû, le peuple , & des personnes même sensées se sont imaginé que les loups que l'on y transporteroit d'ailleurs n'y pourroient vivre. On assure encore géneralement, & peu d'anglois croyent le contraire, qu'il n'y a point d'araignées en Irlande ; mais nous y en avons vû, & bien qu'elles y soient rares, nous trouvons des toiles d'araignées attachées aux bois qui nous viennent d'Irlande. Et, parce que les crocodiles quoique sortis d'un aufparviennent à une grandeur extraordinaire ; on s'est persuadé, & quelques auteurs le soutiennent, que les crocodiles ne cessent point de croître tant qu'ils vivent. Ainsi les hommes passent-ils presque toujours les bornes de l'exacte vérité, & donnent à leurs idées une extension qui n'est point dans la na ture des choses.

On voit dans les cartes geographiques du lac de Sodome , les villes qui périrent; & dans plusieurs de ces cartes la ville de Sodome est placée au milieu du lac, ou loin de ses bords; mais cette position ne paroît pas exacte; car il est dit que Loth étant parti de Sodome au point du jour arriva au lever du soleil à Segor ; donc So. dome n'étoit pas fort éloignée de Segor, autrement il n'auroit pû faire ce chemin en si

peu de tems. Or Segor étoit certainement située au pied des montagnes sur les bords de ce lac qui a sept ou huit lieues de large.

C С

[ocr errors]

CHAPITRE XVI.
De quelques autres traditions.
E
que

Lucitlius raconte de Crassus

grand pere de Marc Antoine, qu'il ne rit qu'une seule fois en toute sa vie , & cela à l'occasion d'un âne qui mangeoic des chardons , me paroît fort extraordinai. re. Car si un spectacle aussi indifferent puc le tirer de la gravité, quelle apparence qu'elle ait tenu contre tant d'autres objets plus risibles sans comparaison ? car le ris n'est pas toujours en notre puissance ; il peut être forcé quelquefois , & des personnes mourantes entendant des faceties singu. lieres, de ces faceties qui peuvent remuer les ames les plus insensibles, n'y ont pas refifté. Les hommes alors devoient être moins disposés à la joye que nous ne le sommes aujourd'hui, puisqu'ils pouvoient conserver des dehors si austeres, lors même que l'on s'efforcoit de les égayer. Pluton que Lucien fait rire des choses humaines condamneroit ces hommes taciturnes, & tourneroit en ridicule le fameux Heraclite

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Dd jj

« AnteriorContinuar »