Imágenes de páginas
PDF
EPUB

hab peut confulter Camerarius dans fon Livre de vita Elia.

Si quelqu'un veut trouver ici un fens emblematique, parce que la corne eft un fymbole de la puiffance & de l'autorité, & que cette metaphore eft frequente dans les livres faints; j'avouerai qu'en cela on ne fait aucun tort ni à Moïfe, ni à la. verité & l'on voit fur d'anciennes medailles Alexandre le grand & Attila reprefentés avec des cornes. Mais fi l'on veut avec le peuple, que Moïfe ait été réellement cornu, on lui ôte une prerogative précieuse, je veux dire cet éclat myfte rieux.

CHAPITRE X.

Des armes des tribus d'Ifrael.

Nou

Ous ne conviendrons point que les armes ou fymboles que l'on affigne d'ordinaire à chaque tribu fur les cartes de la Palestine & ailleurs, foient veritablement leurs caracteres diftinctifs. On donne à Ruben trois barres ondoyantes; à Juda un lion rampant ; à Dan un ferpent entortillé ; à Simeon un glaive la pointe en haut &c. & tout cela fondé fur la derniere benediction de Jacob, qui tire des comparaifons de ces mêmes objets.

Nous fommes à la verité difpofés à

[ocr errors]

croire qu'une partie de cette tradition n'est pas fans fondement; mais nous doutons avec raifon que telles fuffent en effet les armes de chaque tribu, & qu'elles euffent le fens emblematique qu'on a coutume de leur donner.

Car 1° on ne les trouve point exactement dans la benediction prophetique de Jacob. Simeon & Levi y ont des armes differentes, quoique Jacob les ait reunis dans la même prédiction, fçavoir un glaive & les deux tables : Simeon & Levi font freres; Les inftrumens de cruautés font dans leurs taberna cles. Ainfi on donne à Jofeph un bœuf pour arme, quoiqu'il n'en foit point fait mention dans cette prophetie, dont voici les propres termes. Jofeph eft une branche fertile, une branche fertile près d'une fontaine. Repetition qui présageoit les deux tribus qui devoient defcendre de lui, Ephraim & Manaffé, dont il n'y a qu'Ephraim à qui on donne un bœuf pour armes. Il eft vrai que long-tems après, Moïfe dans fa benediction dit de Jofeph, que fa gloire est comme les premiers nés d'un jeune taureau; c'est pour cela comme nous en convenons avec le fçavant Voffius, que les Egyptiens reprefentoient jofeph par le fymbole du bœuf: ce qui répondoit parfaitement au fonge de Pharaon qu'il expliqua, & fignifioit auffi l'abondance que fes foins

[ocr errors]

procurérent à l'Egypte; c'eft pour cela encore qu'ils mettoient un boiffeau fur la tête de Serapis.

2o Les bénédictions de Jacob ne s'accordent pas avec les bénédictions de Moïse par rapport à ceux qui en font l'objet. Ce que Jacob dit de Juda qu'il eft un jeune lion, Moife le dit de Dan: Dan eft un jeune lion, il fautera de Bafan, & l'applique encore à Gad en ces termes; fa demeure eft comme celle d'un lion,

3° Suppofé que le lion fût affecté à Juda, ce ne feroit pas un lion rampant comme on le reprefente d'ordinaire; mais un lion couchant fuivant le fens litteral du texte : recumbens dormifti ut leo. Il eft couché comme un lion, comme un jeune lion, qui ofera l'éveiller?

Enfin ce qu'on lit au fecond chapitre des Nombres, que les enfans d'Ifrael cam peront chacun autour de leur étendard, & qu'ils porteront les armes de leur maison, n'eft pas fi clair qu'on fe le perfuade; & ceux qui examinent ce texte n'y trouvent pas toujours la prédiction de Jacob. Nos interpretes font obligés de s'en rapporter aux Rabbins; or ceux-ci ne s'accordent que rarement fur leurs traditions, & ne con firment point l'idée que l'on a de ces armoiries. Quant aux marques inferieures qui diftinguent les familles, ils n'en difent

tien. Et pour les quatre étendards militaires de Juda, de Ruben, d'Ephraim & de Dan, fous chacun defquels fe rangeoient trois tribus, ils s'expliquent differemment. Jonathan compilateur du targumconçoit que ces étendards imitoient par leur couleur celle des pierres précieufes qui étoient fur l'ephod, & portoient les noms des tribus.Le P. Fagi eft dans le même fentiment. Ainsi l'étendard de Juda étoit de trois couleurs qui répondoient à celles de la chalcedoine, du faphir, & du fardonix qui portoient les noms de Juda, dIffachar, & de Zabulon, & au milieu avec la figure d'un lion, cette infcription: Levez-vous Seigneur, que vos ennemis foient diffipés, & que ceux qui vous haiffent fuyent devant vous, num. 10. L'étendard de Ruben étoit auffi de trois couleurs, & fur le fardonix, le topafe, & l'amethyste étoient gravés les noms de de Ruben, de Simeon & de Gad; puis on voyoit au milieu avec la figure d'un cerf cette infcription: Ecoute Ifrael le Seigneur notre Dieu, le Seigneur eft un. Deut. 6. Mais Aben Efra, & quelques-uns encore ajoutent d'autres figures aux couleurs du champ. Dans celui de Ruben la figure d'un homme, ou une mandragore; dans celui de Juda un lion; dans celui d'Ephraim un bouf; dans celui de Dan la figure d'un aigle.

Il eft vrai que les quatre figures des ban

nieres répondoient ainfi aux chérubins de la vifion d'Ezechiel, chacun reprefentant un de ces animaux. Pour ce qui eft de la forme qui y paroiffoit, ils avoient tous quatre une face d'hommes tous quatre à droite une face de lion; tous quatre à gauche une face de bœuf; & tous quatre au-deffus une face d'aigle. Ezéch. 1. C'est là fans doute qu'on a puifé les marques diftinctives des Evangeliftes; car on donne le bœuf à S. Mathieu, le lion à S. Marc, l'ange à S. Luc, & l'aigle à S. Jean. Et ceux-ci reprefentent fymboliquement l'office des anges ou des miniftres des volontés divines; ils doivent avoir de l'intelligence comme l'homme; du courage comme le lion; de la docilité, comme le bœuf; & de l'activité comme l'aigle.

On peut donc remarquer que les plus authentiques de ces defcriptions ne s'accordent ni entr'elles, ni avec les armoiries dont il eft question. Celles-ci y répondent au bœuf & au lion dans les armoiries de Juda & d'Ephraim; mais dans celles de Dan & de Ruben elle different autant qu'une aigle differe d'un ferpent, & que. la figure d'un homme, d'un cerf ou d'une mandragore differe de trois barres ondoyantes. Ce que nous remarquons pourtant, moins pour rendre fufpecte l'antiquité des armoiries, que pour montrer le peu de certitude qu'il y a dans ces matieres. On

« AnteriorContinuar »