Abrégé des vies des anciens philosophes: avec un recueil de leurs plus belles maximes

Portada
La Veuve Estienne, 1740 - 495 páginas

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 183 - Périclès n'en eut pas toute la reconnoissancc possible, et fut accusé d'avoir un peu négligé son maître sur la fin. Anaxagoras se voyant vieux, pauvre et abandonné, s'enveloppa dans son manteau, et résolut de se laisser mourir de faim. Périclès en fut averti, et il en parut extrêmement affligé ; il s'en alla en grande hâte trouver Anaxagoras ; il le pria instamment de changer de résolution. Il déplora le malheur de l'Etat, qui alloit perdre un si grand homme , et le sien en particulier,...
Página 422 - ... fromage mou avec un hameçon. Quand on lui parlait de la peine des Danaïdes , qui tiraient perpétuellement de l'eau dans des paniers percés, il disait : Je les trouverais beaucoup plus à plaindre si elles étaient obligées d'en tirer dans des vases qui n'auraient point de trous. Pendant son séjour à Rhodes , il débaucha quantité de jeunes gens pour s'appuyer de leur autorité dans ce pays-là. Enfin, après avoir mené une vie infâme, il tomba malade à Chalcis, et languit pendant longtemps....
Página 428 - ... tant soit peu de vin ; mais tous les autres ne buvoient jamais que de l'eau. Epicure ne vouloit pas qu'ils fissent bourse commune, comme les disciples de Pythagore, parce que, disoit-il, c'est plutôt une marque de la défiance qu'on a les uns pour les autres, que d'une parfaite union. Il croyoit qu'il n'y avoit rien de plus noble que...
Página 214 - ... ne croyant pas qu'il convînt à un homme d'honneur d'aller contre son serment pour complaire au peuple. Nous ne savons point qu'il ait été en charge hors cette unique fois; mais, tout particulier qu'il étoit, il s'attira tant de considération à Athènes par sa probité et par ses vertus, qu'il y étoit plus respecté que les magistrats mêmes.
Página 110 - ... déjà, il ne différât point à répudier sa femme, et à tuer tous les enfans qu'il avoit d'elle. Hippocrate se moqua de cet avis ; cela ne l'empêcha point de se marier, et il eut de sa femme le tyran Pisistrate, qui usurpa la souveraineté d'Athènes sa patrie. Chilon, une autre fois, après avoir exactement remarqué la qualité du terroir et la situation de l'île de Cythère, s'écria devant tout le monde : Ah ! plût aux dieux que cette...
Página 314 - C'est ainsi qu'il soutient que , nonobstant ces vicissitudes et ces révolutions, la machine du monde demeure toujours incorruptible. Aristote examine soigneusement ce qui peut rendre les hommes heureux dans ce monde. Il réfute premièrement l'opinion des voluptueux , qui mettent la félicité dans les plaisirs corporels. Il dit qu'outre que les plaisirs ne sont pas de durée , ils causent du dégoût, qu'ils affaiblissent le corps et abrutissent l'esprit.
Página 165 - Héraclite, pourquoi vous étonnez-vous de me voir jouer avec ces petits enfans? Ne vaut-il pas beaucoup mieux faire cela, que de consentir avec vous à la mauvaise administration que vous faites des affaires de la république ? Les Ephésiens le prièrent un jour de leur donner des...
Página 262 - Il croyoit que si on étoit obligé de choisir, il vaudroit beaucoup mieux devenir corbeau qu'envieux, parce que les corbeaux ne déchirent que les morts , au lieu que les envieux déchirent les vivans. Quelqu'un lui dit un jour que la guerre emportoit bien des malheureux. « Cela est vrai , « répondit Antisthène , mais elle en fait beau...
Página 273 - Socrate qui commença d'exiger certaine rétribution de ceux qu'il enseignoit; et, pour autoriser cette coutume, un jour il envoya lui-même vingt mines à Socrate. Socrate ne les voulut point recevoir, et fut assez mécontent, pendant qu'il vécut, de la conduite que tenoit son disciple; mais il ne paroît pas qu'Aristipe s'en mît en peine.
Página 120 - Parlez peu et écoutez beaucoup. Ne dites jamais de mal de personne. Conseillez toujours ce que vous croirez de plus raisonnable. Ne vous abandonnez point à vos plaisirs. Accommodez-vous avec vos ennemis, si vous en avez. Ne faites rien par violence. Appliquez-vous à bien élever vos enfans.

Información bibliográfica