Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Tangit, & admiffus circum præcordia, ludit,

Callidus excuffo populum fufpendere nafo.

115 Men' mutire nefas, nec clam, nec cum fcrobe? A.

Nufquam.

P. Hic tamen infodiam, vidi, vidi ipfe, libelle.
Auriculas afini quis non habet? Hoc ego opertum
Hoc ridere meum, tam nil, nullâ tibi vendo
Iliade. Audaci quicunque afflatæ Cratino,
120 Iratum Eupolidem prægrandi cum fene palles;
Afpice & hæc, fi fortè aliquid deco&tius audis.
Inde vaporatâ lector mihi ferveat aure:

Non hic, qui in crepidas Graïorum ludere gestit
Sordidus, & lufco qui poffit dicere, lufce,
125 Sefe aliquem credens, Italo quòd honore fupinus
Fregerit heminas Aretî Ædilis iniquas :

Nec qui abaco numeros, & fecto in pulvere metas
Scit rififfe vafer: multùm gaudere paratus,
Si Cynico barbam petulans Nonaria vellat.
130 His mane Edictum, poft prandia Callirhoën do

rient

tient eux-mêmes: Il pénétre en badinant jufqu'au fond de leur cœur : Il en donne adroitement à tout ce qui fe préfente, & fe divertit des fottifes du temps. Et moi je n'oferai dire un petit mot? tout bas? dans quelque petit trou, comme le barbier de Midas?

A. Non, ne vous y jouez pas.

P. Vous avez beau faire, je le dirai. Ecoutez mon petit Livre, je l'ai vû, oui je l'ai vû. Tout le monde a des oreilles d'âne. Hé bien, ce fecret, ce petit mot fatirique, ce rien s'il en fut jamais ; je ne le donnerois pas pour toute l'Iliade de Labéon. Vous qui êtes tout rempli de ces grandes idées qu'on voit dans les Comédies de Cratinus, qui avez pâli fur les écrits fatiriques & mordans d'Eupolis & d'Aristophanes, jettez auffi les yeux fur mes fatires, vous y trouverez peut-être quelque chofe d'affez folide & d'affez fenfé. Je voudrois que ceux qui liront mes ouvrages euffent un peu pris l'air, le génie & le goût de ces grands homnies. Loin d'ici ces petits efprits, qui fe font honneur de leur mal-propreté, & mettent toute leur science à faire une pointe fur la chauffure des Grecs, & à railler de leur politeffe: Loin d'ici ces efprits groffiers qui reprochent .impudemment aux autres leurs défauts naturels ; qui nomment un borgne, un borgne : s'imaginant valoir quelque chofe, parce qu'ils ont été Meffieurs les Ediles à Arezzo, où, de leur pleine autorité, ils ont fait brifer les fauffes mefures des marchands: Loin d'ici les gens qui n'ont que du mépris pour la Philofophie, & pour les Mathématiques; qui font des plaifanteries fur les nombres, les fupputations, & fur les figures que l'on trace fur le fable: qui ne cherchent que l'occafion de rire, voyant une courtisane effrontée arracher la barbe à un Philofophe Cynique. Que tous ces Meffieurs-là s'en aillent, le matin au Palais & le foir, à la Comédie.

B

[ocr errors]

SATIRA II.

E facrificio, quo Macrinus natalem fuum diem celebrabat, ac vot Superis faciebat, occafionem fumit Perfius infectandi varia hominum vota, quorum alia funt impia, alia levia, alia inter fe pugnantia : fub finem, quænam bona & facienda fint, docet.

Ho

UNC, Macrine, diem numera meliore lapillo,
Qui tibi labentes apponit candidus annos.
Funde merum Genio : non tu prece pofcis emaci,
Quæ nifi feductis nequeas committere Divis.

5 At bona pars procerum tacitâ libabit acerrâ.

Haud cuivis promptum eft murmúrque humilésque

fufurros

Tollere de templis ; & aperto vivere voto.

Mens bona, fama, fides, hæc clarè, & ut audiat hofpes Illa fibi introrfum, & fub linguâ immurmurat : O fi 10 Ebullit patrui præclarum funus ! &, ô fi

Sub raftro crepet argenti mihi feria, dextro

Hercule! pupillúmve utinam, quem proximus hæres
Impello, expungam! námque eft fcabiofus, & acri

[ocr errors]

**

SATIRE II.

A l'occafion du Sacrifice que Macrin offroit aux Dieux le jour de fa maiffance, & des vœux qu'il leur adreffoit, Perfe reprend les hommes de l'impieté, de la légereté, & de la contrarieté de la plupart de leurs vœux : & fur la fin il leur apprend à n'en former. que d'utiles & de louables.

ACRINUS, célébrez ce jour-ci avec plus de réjouiffance que les autres jours, puifqu'il eft l'heureux commencement d'une nouvelle année que vous allez ajoûter à celles que vous avez déja paffées. Contentez-vous pour cela de répandre fimplement du vin fur. l'Autel de votre Génie : car vous ne prétendez pas acheter, fi j'ofe parler ainfi, par de fomptueux facrifices, certaines graces qu'on ne demande aux Dieux qu'après avoir tâché de les corrompre. La plupart de nos grands Seigneurs ne vous reffemblent pas ; ils viennent préfenter de l'encens aux Dieux : mais leurs vœux & leurs prieres se font fans que perfonne fçache ce qu'ils difent; ils ont pour cela leurs raifons. Hélas! Il n'eft pas facile de bannir des Temples ces fortes de prieres, qui se font à voix baffe & à petit bruit.

Voici ce qu'ils demandent tout haut, & ce que tout le monde entend. Grands Dieux, donnez-nous de l'efprit; du crédit, de la réputation. Et que demandent-ils tout bas, & marmottans entre leurs dents? Ah! dit l'un, fi mon oncle mouroit fubitement ! que je plaindrois peu la dépenfe d'un fuperbe convoi! Ah, dit l'autre, fi je pouà la faveur d'Hercule, trouver un tréfor en labourant ma terre ! Si je pouvois, dit celui-ci, fupplanter ce pupille, fubftituer dans ce teftament mon nom à la place du fien! Je fuis le premier après lui; auffi-bien

vois,

Bile tumet. Nerio jam tertia conditur uxor. 15 Hæc fanctè ut pofcas, Tiberino in gurgite mergis Manè caput bis, térque, & noctem flumine purgas. Heus age, refponde: minimum eft quod fcire laboro. De Jove quid fentis ? éftne ut præponere cures

Hunc cuiquam? Cuinam? Vis Staio ? an fcilicet hæres ? 20 Quis potior judex, puerífque quis aptior orbis?

Hoc igitur, quo tu Jovis aurem impellere tentas,
Dic agedum Staio proh Juppiter! ô bone, clamet,
Juppiter! at fefe non clamet Juppiter ipfe?

Ignoviffe putas, quia cùm tonat, ocyus ilex:

25 Sulfure difcutitur facro, quàm túque, domúfque ? An, quia non fibris ovium, Ergennâque jubente, Trifte jaces lucis, évitandúmque bidental;

Idcireo ftolidam præbet tibi vellere barbam

Juppiter? aut quidnam eft, quâ tu mercede Deorum

30 Emeris auriculas ? pulmone, & la&tibus unctis?

Ecce avia, aut metuens Divûm matertera, cunis
Exemit puerum, frontémque, atque uda labella

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »