Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ayant l'un & l'autre travaillé avec fuccès à faire le bonheur des nations qui leur étoient foumifes, ils méritent dès-lors un tribut de reconnoiffance & de juftes éloges. Antonin régna près de vingt-trois ans ; on ne le vit jamais fe démentir, il fe montra toujours le même. Marc-Aurele fut vingtdeux ans Céfar, & dix-neuf ans empereur; il marcha conftamment fur la même ligne, au premier comme au fecond rang. Je doute que des vertus feintes (a), & qui ne font

(a) Marc-Aurele condamnoit l'oftentation, & regardoit la renommée comme une frivolité indigne d'un philofophe. Quand même, dit-il, dans fon quatrieme livre, la réputation feroit immortelle, que feroit-ce? pure vanité. Qu'y a-t-il donc qui mérite nos

que dans l'efprit fans être dans le cœur, puiffent fe foutenir : fi long-tems; & plût à Dieu que l'exemple de la conduite & du gouvernement de ces deux fages, de ces deux bienfaiteurs du genre humain, eût pu fixer pour toujours l'acception des termes de héros & de philofophe (a), deux expreffions dont on a tant abufé, & auxquelles le langage vulgaire donne fouvent un fens fi impropre.

Soins & notre application? trois chofes feulement; d'avoir l'ame pure & équitable, de faire de bonnes actions, & d'être toujours prêt à dire la vérité.

(a) Platon, dans fon dialogue intitulé Théetete, dit que le titre de philofophe ne convient qu'à ceux qui fentent toute l'étendue des engagemens que l'on contracte par ce titre même.

Les leçons de vertu que M. Aurele fe faifoit à luimême font entre les mains de tout le monde. Cette collection de pensées (a) fans fuite, fans liaison, fans ordre de matieres, eft le fruit des momens qu'il pouvoit fe ménager au milieu des embarras de la guerre & des foins du gouvernement, pour fe demander un compte exact de fa conduite, & pour réfléchir fur fes obligations. On voit dans tout cet ouvrage, un homme

(a) Cet ouvrage, divifé en douze livres, a été traduit en latin par Xilander, en Italien par le Cardinal Barberin, neveu du pape Urbain VIII, & en François par M. Dacier, avec des remarques. M. de Joly fe propofe de donner inceffamment une nouvelle traduction du même ouvrage, diftribué par ordre des matieres.

auffi inftruit de fes devoirs & de fes engagemens envers la Divinité, envers la fociété envers lui-même, que difpofé à faire fes efforts pour les remplir. On peut dire que ce recueil eft, malgré les erreurs qui s'y rencontrent, le chefd'œuvre du ftoïcisme (a), &

(a) Nous avons actuellement des ouvrages des Stoïciens, 1°. les célébres maximes dont nous parlons, écrites avec majefté & précifion; 2°. les œuvres de Séneque, dont ordinairement le style ne répond pas à la grandeur & à la gravité des fujets qu'il traite, parce qu'il avoit la foibleffe de préférer, felon la remarque d'un judicieux écrivain, la gentillesse de l'expreffion à la dignité; 3°. l'Enchiridion, ou manuel d'Epictete, qui contient quatre-vingt trois maximes; 4°. quelques fragmens des autres ouvrages de ce philofophe, & de quelques autres de la même fecte, répandus dans les differtations d'Arrien, dans quelques anciens auteurs, & particulierement

qu'il anéantit le ridicule qu'ont fouvent fait jetter fur toute la fecte, les abfurdités de Chryfippe (a) & de quelques autres ftoïciens. Marc- Aurele avoit auffi compofé les mémoires de fa vie pour l'inftruction de fon fils: ils ont été en

dans les recueils de Stobée, ce laborieux écrivain du quatrieme & cinquieme ficcle; c'eft dans fa collection que fe trouve l'hymne de Cléanthe, que je viens de rapporter.

(a) Chryfippe étoit plutôt un bel-efprit & un dialecticien, qu'un philofophe, car il se jouoit de la philofophie: jaloux de faire briller fon imagination, il foutenoit le pour & le contre fuivant les circonftances; auffi les célebres ftoïciens ne l'ont-ils jamais eftimé. Il eût fans doute mérité de l'être, tous fes ouvrages euffent été auffi bien faits que l'étoit fon traité de la Providence, à en juger par le fragment que nous en trouvons dans le ch. 3. du liv. ş、 d'Aulu-Gele.

« AnteriorContinuar »