Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

doute les loix du costumé; fi heureux, qu'il évita même car il a habillé ses Vierges, dès ses commencemens le toutes les femmes de ses ta- goût national; il réuslit prirbleaux, & les Juifs mêmes, cipalement dans la repréà la maniere de son pays. Il fentation d'une danse de mourut en 1528.

Paysans qu'il peignit dans le Ses desseins faits com- marché au poisson , & dans munément à la plume, font celle de fon tableau appellé beaux; mais on y remarque la danse de la mort, qui atla même fécheresse que dans taque indifféremment toutes ses tableaux,

les conditions de la vie.
Ses
ouvrages

de Peinture La réputation de Holbein
ne sont pas en grand nom- augmenta à mesure que les
bre, parce qu'il a plus gravé tableaux fe multiplierent ,
que peint. Le Roi a trois & il parvint à s'élever au
tentures de tapisserie d'après rang des plus grands Artis-
fes desseins, & l'on voit au tes. Les deux plus beaux,
Palais Royal un portrait tableaux qu'il ait faits, font
d'homme à mi-corps, qui le triomphe des richesies,
tient un papier ; une Nati- & l'autre l'état de la pau-
vité, une Adoration des vreté. Ses portraits font ad-
Rois , & une fuite en Egyp- mirables. Dans le tems qu'il
te. Albert Durer a gravé étoit le plus occupé à Lon-
en bois & en cuivre un dres, une maladie conta-
grand nombre de morceaux, gieuse l'enleva à l'âge de
tant de la composition, que 56 ans,
d'après d'autres Peintres ou Ce Peintre est vrai dans
Graveurs, & l'on a beau- ses portraits ; ses carnations
coup gravé d'après lui. sont vives, son ton de cou-

HOLPEIN (Jean) né à leur vigoureux. Il travailloit Basle en Suisse, vers l'année également bien en migna1498. On l'a nommé Hol- sure, à gouache, en détrembein le jeune , pour le dif- pe & à l'huile. tinguer de son pere & de On ne trouve guéres en fon frere , qui l'un & l'autre France d'autres defleins de étoient aufti Peintres, mais

ce Maître , que des têtes beaucoup moins habiles que destinées à la pointe d'arcelui dont il est question, gent sur des tablettes. Ses Son genie & son bon goût draperies font séches & boului firent faire des progrès dinées,

Ses principaux ouvrages composition de ce tableau'; font à Bafle & à Londres. les figures gracieuses, le Le Roi a neuf tableaux de beau ton de couleur & le lui, dans le nombre def- beau fini, lui mériterent quels est un facrifice d'Ac beaucoup d'élogès. Le bal braham; les autres sont des des Nymphes, qu'il peignit portraits. M. le Duc d'Or- pour Ferdinand, Duc de leans en a quatre, entr’au. Mantouë , & fon tableau tres le portrait de Cromwel, de tous les Saints, qu'on ayant une robe fourrée & yoit à Augsbourg , l'ont touun bonnet de Docteur. jours fait regarder comme

SCHWARTZ (Christophe) un Maître distingué. nâquit à Ingolitad environ

Sa maniere quoiqu'Allel'an 1550. Il étudia à Ve- mande, tient beaucoup du nise lous le Titien, & de- goût Vénitien. Ses tableaux vint fi habile, qu'on l'appel- font extrêmement recherloit le Raphaël d'Allema- chés. Le Roi a un portes gne. Il se rendit célebre par ment de croix, de ce PeinTon genie dans les grandes tre, & M. le Duc d'Orcompositions, par la bonté leans un Christ mort, sur les de son coloris & par la fa- genoux de la Vierge & Da; cilité de son pinceau ; mais nas couchée sur un lit. il lui manquoit la noblesse

Malgré le grand nombre & la correction. On dit qu'il & la beauté de ses ouvrages, mourut en 1594. Ses prin- il fut réduit avant de mourir cipaux ouvrages sont à Mur à une si grande indigence, nich.

que fes amis furent obligés ROTHEMANER (Jean) de faire les frais de fa lépulné à Munich en 1564, fut ture. Ses desseins tiennent étudier en Italie. Il s'y for un peu du goût du Tintoret; ma une maniere assez bon- la touche en est légere, mais ne; mais sa réputation eut les têtes se ressemblent prelpeine à percer. Dès qu'il fut que toutes , & ne sont pas connu, l'Empereur Rodol- assez correctes. phe lui commanda le ban, ELSHAIMER, (Adam) quet des Dieux, où l'on voit connu sous le nom d'Adam un grand nombre de figu- Tedesco, ou d’Adam de res, avec une table servie Francfort , naquit dans la magnifiquement, ornée de Ville de ce nom en 1974, vales d'un bon goût ; la & surpassa bientôt son Mai

و

tre Offembach, quoique bonhomme ; mais il y conserva Dessinateur, & bon Peintre. toujours son goût allemand. Il se renidit ensuite en Italie, Ses figures , quoiqu'un peu où il se perfectionna. lourdes, ont un feu surpre

Ses tableaux sont en petit nant & une expression charnombre , & presque tous de mante. chevalet; il employoit beau- Il s'adonna particuliérea coup de tems à les finir ; ils ment au Paysage & à l'Aront cependant beaucoup de chitecture, qu'il a fait avec force ; le clair-obscut y est une grande finesse. En tratrès-bien meragé, sa touche vaillant il parloit continuel. spirituelle est accompagnée lement entre les dents, tande gracieux, & ses figures tôt Espagnol , tantôt Italien ont beaucoup de vie & de ou François, comme s'il eût vérité. Il n'a guères fait que tenu une conversation fuis des nuits & des clairs de vie avec les figures qu'il peiLunė. Il mourut en 1620. gnoit, afin de mieux expri& eut pour Eleves, Saló- mér les différens caracteres mon, Moyse, David, Te- qu'il vouloit leur donner. Il hiers le vieux, Jacques Er- eft mort en 1640. neft, & Thoman de Lan- Guillaume Bawr n'a peint deau, qui imitoit la manière qu'en petit & à gouache d'Adam au point de trom- & eut pour Eleve François per d'habiles Connoisseurs. Goubeau , qui a peint dans

On trouve dans le cabi- le goût de Jean Miel & de net du Palais Royal un petit Bamboche: sa maniere est tableau d'Elshaimer , peint plus élevée que celle de fon sur toile ; ce font des gens Maître , & a donné des lequi se chauffent pendant la cons à M. Largilliere. nuit au bord d'un canal , un NETSCHER, (Gaspard ) autre paysage ou clair de naquit à Prague en 1636.& Lune, peint sur bois. peut pafler pour un des

BAWR (Guillaume ) na- meilleurs Peintres Alle- . quit à Strasbourg en 1610. mads. Il imitoit jusqu'au luiFrederic Brendel, Peintre à fant des fatins & au velouté gouache , cultiva les heu- des tapis de Turquie. Il joireuses dispositions de Bawr, gnit au talent d'imiter les & en fit un Eleve digne de étoffes , une touche délicate lui. Bawr fut ensuite en Ita- & moelleuse , un pinceau lie, où il se montra habile frais & un ton de couleur

[ocr errors]

2

avec

trouvent ac

admirable. Il entendoit par- monde convient qu'il a été faitement le clair-obscur & surpassé par R. Ruisch, fille les couleurs locales. Il mou- très - habile &

par

Juste tut de la gravelle en 1684. Van-Auifum. Le Roi possede deux ta- MERIAN (Marie Sibylle) bleaux de ce Maître , & M. née à Francfort en 1647. d'Orléans en a fix.

s'est aussi rendue célébre MIGNON, ( Abraham ) par son goût pour l'histoire né à Francfort en 1640. s'est des insectes, qu'elle a desfirendu célebre

par

l'art nés & peints avec une granlequel il a imité la nature de intelligence; elle fit pour dans toute sa vérité. Les

cet effet un voyage dans les fleurs de Mignon ont tout Indes à Suriman, & a fait le délicat & le brillant des imprimer l'histoire des infleurs naturelles ; les fruits, sectes qu'elle y avoit dessitoute leur fraîcheur. Le beau nés. choix, la maniere de les L'ECOLE FLAMANgroupper, fe

DE a toujours été célebre compagnés d'insectes, de par une grande intelligence reptiles , d'oiseaux ; tous y du clair-obscur, par un pinparoissent vivans; 'la rosée

ceau moëlleux, par un trasur les fleurs , les gouttes vail fini fans sécheresse, & d'eau qu'elle y forme , fem- par une union très-étendue blent si naturelles, que l’il- de couleurs bien assorties. lusion est entière. Ses ouvra- On souhaiteroit généraleges enfin sont extrêmement ment dans cette Ecole un précieux. Le Roi en possede. meilleur choix de la nature un , où l'on voit plusieurs & une imitation moins ferplantes, des poissons avec vile de ce que les objets un nid d'aiseau & quelques réels ont de défectueux. insectes : il en a un second C'est à cette Ecole qu’on qui représente un bocal rem- a l'obligation de la Peinture pli de fleurs.

à l'huile. Un nommé Jean Un travail trop afsidu é- de Bruges, ou Jean Vanpuisa Mignon, & lui causa Evck, trouva ce secret adune maladie dont il mourut mirable dans le xiv. siécle; en 1679. & lailla deux filles & l'ayant communiqué à qui furent ses Eleves. Antoine de Messine, celui

Quelqu’habile cependant ci le porta en Italie , d'où il qu'ait été Mignon , tout le s'est divulgué par-tout,

pere

De Vos , ( Martin ) né Maître ; l'un représente les à Anvers environ 1534.

Il

principaux fleuves de l’Afie étudia d'abord sous son pere & de l'Afrique, avec des Pierre de Vos, & puis sous Nayades, des tigres & des Franc-Floris. Martin fe ren- crocodiles; l'autre Pan apdit ensuite à Rome, où il ne puyé contre un arbre, prêt tarda pas

à se faire distin- à combattre trois tigres reguer. Le Tintoret ayant fait tenus par Syrinx. connoissance avec lui à Ve. STRADAN (Jean) nanise , ils travaillerent de con- quit à Bruges en 1536. Après cert; Martin faisoit le pay- avoir reçu de son les fage des tableaux de son premiers principes, il se mit ami, & acquit une grande dans l'école de Maximilien réputation, qui lui rendit Franc, & ensuite dans celle l'histoire & le portrait fami- de Pierre Lungo, Peintre liers.

Hollandois : il fut de-là en Après ces grandes études, Italie, où il donna des defde Vos retourna dans son seins de tapisseries , & peiPays , où il fit beaucoup gnit une salle à Regio. Il trad'ouvrages qui soutinrent vailla à Rome avec Daniel très-bien fa réputation. de Volterre, & ensuite avec

Martin traitoit bien l'hif- François Salviati , dont il toire ; sa veine étoit extrê- prit la maniere. Jean d'Aumement féconde , son pin- triche le manda à Naples, ceau facile , son dessein cor- pour peindre ses actions mia rect , son coloris fort bon, litaires , & il s'en acquitta affez gracieux, mais un peu

en grand Peintre. froid dans ses expressions. Ce Maître avoit autant de Ses portraits en grand nom- génie que de facilité dans bre font fort estimés, & la Pexécution : il faisoit les aniquantité d'estampes gravées maux & les chasses dans la d'après lui, prouve la fécon- plus grande perfection; on dité de son génie. Il mourut lui reproche seulement d'êà Anvers en 1604.

tre un peu lourd & manieré. L'a touche de les desseins Il mourut à Florence en est légere, les figures y ont 1605. Ses desseins sont des une coëffure finguliere , & plus finis. les têtes se ressemblent prer- POURBUS ( François ) que toutes. M. le Duc d'Or- né à Bruges vers l'an

1540, leans a deux tableaux de ce surpassa bientôt & son pere

« AnteriorContinuar »