Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Ibid. même ils sont joints au væu du

Sacrement, ne supposent pas toujours, lorsqu'on les reçoit actuellement, que la grace & la justice ayent été déja reçues. Les sentimens contraires à ces trois articles sont opposés à la doctrine du Concile de Trente.

IV. C. 18. 19.

Les dispositions necessaires pour obtenir la

de la justification dans le Sacrement de Pénitence ne cedent en rien aux dispositions requises de la des adultes, lorsqu'ils reçoivent le faint Barême. Le sentiment contraire choque de front & la doctrine du Concile , & la saine Théologie.

grace

V. Nous avons dans le Concile d'Orange un Canon précis chap. 25. sur la necessité de l'amour de Dieu dans le Sacrement de

la part

1

Batême. Le voici : Nous confeffons ausji pour le salut, er nous croyons que Dieu, sans qu'aucun de nos merites ait precedé, nous inspire d'abord la foi, e Son amour , afin que nous demandions avec foi le Sacrement de Batême ; & qu'après l'avoir reçi , nous puissions accomplir ce qui lui est agréable avec le secours de sa grace. Voilà l'amour du moins commencé aufsi précisément requis par le Concile d'Orange que par le Concile de Trente pour recevoir le Batême.

VI. Il faut donc supposer & reconnoître comme une prépara- c. 9.10.1!. tion necessaire à ces deux Sacre. 17. mens, outre les actes de foi & d'esperance , des actes propres 85 particuliers de cette dilection par laquelle nous commençons à ai

[ocr errors]

C. 12, 18.

mer Dieu comme la fource de toute justice.

VII. Il est neceflaire dans l'un & 19. 21. 22. dans l'autre de ces deux Sacre

mens d'avoir un bon & ferme propos d'accomplir tous les commandemens de Jesus-Christ; & par consequent le premier de tous qui nous ordonne d'aimer Dieu de tout notre cœur & de toutes nos forces, c'est-à-dire , par-dessus toutes choses.

VIII. Même obligation dans ces deux Sacremens de demander la foi qui opere par la charité.

IX. Dans l'un & dans l'autre l'hom. 6.13. 18.

me est également obligé de recevoir librement la grace & les dons , qui d'injuste & d'ennemi de Dieu qu'il étoit , le rendent juste & l'ami de Dieu. Dans

C. 16,

19.

les deux le consentement à la justice habituelle qui n'est autre que la charité mêine , est également necessaire. Et dans l'un & dans l'autre il faut également que l'homme cherche, qu'il veuille, & qu'il se procure l'amitié de Dieu

par un mouvement libre & volontaire. Tout sentiment opposé à ce que nous disons ici, combat les decrets du Concile.

X. Tout amour de Dieu pour lui- c. 3. 8. 27. même ne donne pas cependant 34.41. la grace de la justification, quand il n'est que commencé ; & cet avantage n'appartient qu'à la conarition pfaite en charité.

XI, Celui qui détruit l'obligationc. 1.23.24. d'exercer des actes particuliers25.32.33. de l'amour que nous devons à Dieu par-dessus toutes choses ;

ou qui réduit ces actes à un nombre déterminé, enseigne l'héré. fie, ou du moins y conduit.

XII. c. 23. 24. Celui qui diroit que

les

pe25. 33 cheurs & les pénitens ne sont

pas

soumis à cette loi, rameneroit la même hérésie.

XIII. 6. 33. 34•

On ne doit pas exempter les pénitens de faire du moins leurs efforts pour

s'élever jusqu'à cet amour ; puisqu'il leur est commandé, & qu'ils font avertis de faire ce qu'ils peuvent , & de demander se qu'ils ne peuvent pas, dans l'esperance que Dieu les aidera , afin qu'ils le puissent.

XIV. 6. 26. 27. Ceux qui enseignent aux Pé28.29. 30. nitens que l'attrition conçiie par 31.35. 36.

la seule crainte non seulement dispose ou prépare la voie à la

37:

}

« AnteriorContinuar »