Imágenes de páginas
PDF
EPUB

1

Sur ce. Théâtre orné & varié à l'in: fini, il faut des Acteurs qui agissent, ou qui racontent des actions. Sans quoi toutes les descriptions d'Arbres, de Fleurs , de beaux Jours, feront inanimées; les sentimens mêmes sont froids dans le recit, c'est à l'action à les échaufer; on s'endort auprès de deux Bergers qui s'épuisent à louer chacun leur Bergere , & qui ne celo fent que faute d'haleine ; on laisse aux Echos à répondre au Berger qui les entretient de la Beauté ou de l'ingratitude de celle qu'il adore. On veut des témoins plus interessez à ces nar. rations,

L'action qui fait le fonds de l'Eglogue la rend vive & vraisemblable. D'une part, les faits soûtiennent l'a: tention du Lecteur : de l'autre , ils lui dérobent le faux du masque Pastoral. Les faits que le sentiment amene sont du ressort de toutes les conditions ; c'est un Amant jaloux, c'est une Maîn tresse irritée. La Bergere a le même interêt de se vanger que

l'Amazone. Les démarches pour satisfaire une passion ont un côté qui ressemble à tout , & un autre qui les détermine au Genre Pastoral. Le Lecteur se reconnoît & trouve son Portrait dans ces Tableaux.

Ces actions doivent être ménagées & conduites avec une adresse imperceptible. Je leur souhaiterois une exposition , un naud, un dénouement. Enfin je voudrois que ce fussent autant d'esquisses y

éomédie. Et il a telle Eglogue de Virgile , que les Romains firent chanter sur le Théâ

la fameuse Actrice Cytheride. Le fonds de ces intrigues est inépuisable. Les stratagèmes d'un Amano pour déclarer sa tendresse, ou pour ti

[ocr errors][ocr errors]

tre par

rer

rer le secret de fa Bergere , l'adresse de celle-ci pour le retenir ou le laisser entrevoir , l'innocence de l'un & de l'au. tre,qui leur fert quelquefois d'interprete, une occasion qui les instruit de ce qu'ils n'ofoient se dire, l'inquietude de se voir, les obstacles à se rencontrer, les ressources pour y réüllir , la crainte d'y manquer , la jalousie des Rivaux, le dépit des Rivales, les broüilleries, les racommodemens; voilà des ressorts infinis pour faire jouer l'Eglogue.

Après Racan & Segrais, qui les ont si bien maniez, je citerai une heu. reuse invention de Ménage. Qui le croiroit de ce sçavant fi profond, & fi éloigné de la galanterie : Mais malgré ses Vers forceż , il a réüfli dans une Pastorale , comme Chapelain fit je ne sçai comment une affez. belle Ode. * * Boilean , Preface: Edit. de 1694.

Tome I.

* *

1

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

a

[ocr errors]

Il introduit un Amant qui a instruit un Perroquet* à prononcer ces mots j'aime Amarante. L'Amant en fait présent à la Maîtresse , qui donne à l'Oi. seau une pareille leçon , j'aime Silvandre. Il faut avouer que cer interprete de leur Amour a quelque chose d'agréable & de naturel , tout singulier qu'il paroît. C'est le fond d'une intrigue assez jolie ; & l'on fent combien cela est préférable aux Eglogues, où le niême Auteur loüe sur un ton héroïque le Ministre Servien, le Président de Bellievre, le Grand Guf

& la Reine Christine. L'Eglogue de Pollion avoit séduit Ménage.

Les Aureurs Grecs avoient même donné mauvais exemple à Virgile ; Bion par les fureurs des Atrides, & toute l'Asie en feu ; qu'il peint dans

* Loyseleur, Idile de Menage , à M. La Fayete, page 169. Edicion de Cramois].

[ocr errors]

tave,

son Idile 7. & Theocrite qui rem. plit sa dix-huitiéme Idile des Exploits d'Hercule.

Ce n'est pas que je prétende exclure tour Panegyrique de Heros. Pourquoi interdire aux Bergers le langage de la reconnoissance, & priver les Heros d'un homage d'autant plus interessant , qu'il paroît plus sincere : Mais des Bergers doivent louer à leur maniere, ils ne parlent que de ce qui est à leur portée, ils ne décrivent point les Batailles , mais les douceurs de la Paix, & les fruits de la Victoire. S'ils élevent un peu le ton , ce doit être avec une adresse nouvelle. Il faut regagner par le choix des circonstances, le naturel qui manque au fonds des choses. Ce n'est point dans des Vases d'or, mais dans des Corbeilles de Jonc qu'ils présentent aux Dieux les Fleurs & les Fruits. Si le Poëte amene un

« AnteriorContinuar »