Imágenes de páginas
PDF
EPUB

APPROBATION:

[ocr errors]

'A Y lû par ordre de Monseigneur

le Garde des Sceaux,un manuscrit intitulé : Elay sur la Poësie Epique, Traduction de l’Anglois de M. de Voltaire. Et je crois qu'on peut en permettre l'impression. A Paris ce 23. Avril 1728.

LANCELOT,

PRIVILEGE DU ROT.
OUIS par la grace de Dieu Roy de France &

, Gens tenans nos Cours de Parlement, Maîtres des Requestes ordinaires de notre Hôtel, Grand Conseil, Prevôr de Paris, Baillifs, Senechaux , leurs Lieutenans Civils, & autres nosJusticiers qu'il appartiendra, SALUT. Notre bien amé HUGUES - DANIEL CHAUBERT , Libraire à Paris, Nous ayant fait remontrer qu'il lui avoit été mis en main un Ouvrage qui a pour titre : Ejay sur la Poësie Epique praduir de l'Anglois par M. de Voltaire, qu'il souhaiteroit faire imprimer & donner au Public, s'il nous plaisoit lui accorder nos Lettres de Privilege sur ce neceflaires, offrant pour cet effet de le faire imprimer en bon papier & en beaux caracteres , suivant la feuille imprimée & attachée pour modele sous le contre-scel des presentes. A CÊS CAUSES, vouLant traiter favorablement l'Exposant,Nous lui avons

permis & permettons par ces Presentes de faire ime primer ledit Livre ci dessus specifié, en un ou plusieurs volumes, conjointement , ou séparément , & autanc de fois que bon lui semblera , sur papier & caracteres conformes à ladite feuille imprimée & attachée pour modele sous nogredit contre-scel, & de le vendre,faire vendre & debiter par tout notre Royaume pendant le tems de fix années consecutives, à compter du jour de la date desdites presentes. Faisons défenses à toutes sortes de personnes de quelque qualité & condition qu'elles soient d'en introduire d'impression étrangere dans aucun lieu de notre obeillance ; comme aussi à tous Imprimeurs-LibraiTes & autres d'imprimer, faire imprimer , vendre, faire vendre , debiter ni contrefaire ledit Livre en tout ni en partie , ni d'en faire aucun extrait sous quelque pretexte que ce soit , d'augmentation correction, changement de titre, ou autrement , fans la permission exprefle & par écrit dudit Expofant ou de ceux qui auront droit de lui ; à peine de confiscation des Exemplaires contrefaits de quinze cens livres d'amende contre chacun des contrevenans, dont un tiers à Nous, un tiers à l'Hôtel-Dieu de Paris, l'autre tiers audit Exposant, & de tous dépens , dommages & interêts. A la charge que ces presentes seront enregistrées tout au long "fur le Registre de la Communauté des Libraires & Imprimeurs de Paris, dans troiss mois de la date d'icelles ; que l'impression de ce Livre sera faite dans notre Royaume , & non ailleurs, & que l'Impetrant le conformera en tout aux Reglemens de la Librairie, & notamment à celui du 10. Avril 1725. & qu'avant que de l'exposer en vente, le Manuscrit ou imprimé qui aura servi de copie à l'impreffion dudit Livre , sera remis dans le même état où l’Approbation y aura été donnée, és mains de notre très-cher & féal Chevalier Garde, des Sceaux de France , le sieur Chauvelin ; & qu'il en sera ensuite remis deux Exemplaires dans notre Bibliotheque publique, un dans celle de notrç Château du Louvre , & un dans

celle de notre très-cher & féal Chevalier Garde des Sceaux de France le sieur Chauvelin ; le tout à peine de nullité des presentes; du contenu desquelles yous mandons & enjoignons de faire jouir l'exposant ou ses ayans cause , pleinement & paisiblement , sans souffrir qu'il leur foit fait aucun trouble ou em pêchement: Voulons que la copie desdites presentes, qui sera iimprimée tout au long au commencement ou à la fin dudit Livre , soit tenue pour duement signifiée, & qu'aux copies collationnées par l'un de nos amés & féaux Conseillers & Secretaires , foi soit ajoûrée comme à l’Original ; Commandons au premier notre Huissier ou Sergent de faire pour

l'execution d'icelles, tous A&es requis & neceflaires,fans demander autre permisfion , & nonobftant clameur de Haro, Charte Normande, & Lettres à ce contraires : CAR tel est notre plaisir. Donne' 3 Paris le fixiéme jour du mois de May, l'An de grace mil sept cèns vingt-huit , & de notre Regne le treiziéme. Par le Roy en son Conseil.

DE S. HILAIRE.

Registré sur le Registre V 11. de la Chambre Royale des Libraires et imprimeurs de Paris, 19. 122. F.. 109.conformement aux anciens Reglemens , conformés par celui du 28. Fevrier 1723. A Paris le 19. Alay 1728.

Signé, COIGNARD, Syndic.

De l'Imprimeric de GISSBY, ruë de la

vieille Bouclerie,

ESS A Y

SUR

LA POESIE EPIQUE.

Traduit de l'Anglois de
M.DE VOLTAIRE, &c.

N

OUS avons dans chaqueArt plus de préceptes que d'exemples;

car les hommes ont plus de passion pour enseigner que de talent pour executer; ainsi il y a plus de Commentateurs que de Poëtes, & plusieurs Ecrivains incapables de faire

A.

deux vers, nous ont accablés de Traités de Poëtique.

Cependant tous ces discoureurs n'ont fait , par leurs définitions & par leurs distinctions, que répandre une profonde obfourité sur des choses , qui d'elles-mêmes étoient très-claires. Il n'est donc pas surprenant, que de tels Législateurs trop foibles pour le fardeau dont ils s'étoient chargez , ayent rempli de trouble & de confusion les Etats ausquels ils prétendoient donner des loix.

La plâpart des Critiques ont puisé les regles de la Poësie Epique, dans les liyres d'Homere , suivant la coûtume , ou plûtôt suivant la foibleffe des hommes, qui par un travers ri. dicule prennent

communément les coinmençemens d'un

« AnteriorContinuar »