Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

l'Approbation y aura été donnée , ès mains de notre très-cher & féal Chevalier , le Sieur Daguesseaa, Chancellier de France, Commandeur de nos Or dres, & qu'il en fera enfuire remis deux exemplaires dans notre Bibliotheque publique, un cn celle de notre Château du Louvre , & un en celle de notretit très-cher & féal Chevalier, te Sicur Da gueffeau, Chancelier de France , le tout à peine de nullité des Présentes ; du contenu desquelles vous mandons & enjoignons de faire jouir le fit Expofane & fes ayant caufes. pleinement & paisiblement, fans soulfrir qu'il lui foit fait aucun trouble ou empêchement. Voulons qu'à la copie des Préfertes qui fera

imprimée tout au long au commencement ou à la fiu dudit Ouvrage, toi foit ajoutée comme à l'ori ginal. Commandons au premier notre Huiffier ou Sergent sur ce requus, de faire pour l'exécution d'is celles, tous actes réquis & nécesfaires , fans demander aurre permission , & nonobftant Clameur de Haro, Chartes Normrandes , & Lettres à ce contraircs. Cartel est notre plaisir. Donne à Paris, le vingt-iroifenre jour du mois de Septembre de l'an de grate mit fent cens cinquanre , & de notre Regre te venrt-fixieme. Par le Roi en son Confeil.

SAINSO X.

Regitré fur le Registre douze de la Chambre Royabe des Libraires Imprimeurs de Paris , num. 518. fol. 388.conformement aux anciens R«glemens confirmeris par aidi du 28. Février 1723. À P's, ce poze mier Desembre 1750.

LEGRAS, Syndice

[ocr errors]

I l'on vouloit afgner ici l'origine des Almanacks

pers-être feroit-il besoin de remonter à celle des Dictionnaires : les uns les autres ne contiennent la le plus souvent que des noms de des dates avec de coure res explications : ils ne peuvent être perfectionnés qu'au vec le tems , & à force de travail : jamais siecle nie

peu plus fertile en Dictionnaires en Almanacbs. (a) Telle eft l'analogie qui paroit d'abord entre ces deux Ouvrages. Mais dans quelle fource les François en ontu ils puisé le goût ? Est-ce dans le carattere de leur Now sion Dans ce desir insatiable de sçavoir fuperficielles ment un peu de tout , fans beaucoup de peine ? Ou bien est-ce dans cet esprit d'ordre de d'analize qui aime à voir

sous un même point de vue des faits curieux, rassemblés avec exaftitude ? Ce n'est pas à nous à des cider ce problème. Ce qu'il y a de certain , c'est que l'on silité de l'agrément de ces fortes d'abreiges Je renouvelis tent sans ceffe , & que le Philofopbe comme l'ignorant y trouve des secours prompis faciles

. On paroissoit fouhaiter depuis longtems un Almanach du Languedoc, mais la difficulté

de l'entreprise en avoit retardé l'exécution : nous ofons aujourdhui préfenter celui-ci qu'on trouvera sans doute encore bien imparfait ; mais le peu de Mémoires qu'on a reçu , bien d'autres raisons , pourroient servir d'excuse aux Farstes qui s'y renconiteront , fi nous cherchions à les justifier , plútôt

qu'à nous soumettre aux critiques qu'on daignera nous faire.

(a) On en a imprimé l'année derniere à Paris de douze efpeces nouvelles toutes différentes , dont te Mercure faie mention ; & il n'y a pas aujourdhui de Province du Royaume , ni de Ville considérable qui d'ait le fien,

[ocr errors]
[ocr errors]

Le Languedoc a souffert un si gran l nombre de revolutions ; il offre tani d'evonemens intéressans ; & il renferme tant de choses remarquables , qu'on ne sçau, roit se flater d'avoir die ou indiqué tout ce qui devoit

. l'être ; peutêtre même aurions - nous mieux fait de bor ner cet Almanach à une simple liste de noms do de da es , comme le font la plupart des Ouvrages de ce genre ; mais nous avons pensé au contraire qu'un iel Catalogue fec do décharné, seroit un corps sans ame qui ne sçauroit longtems subsister ; ( nous avons eu la satisfaction de voir applaudir à notre dessein le petit nombre des Sages dont les Jugemens sont des Oracles , cau dont nous ambitionnons uniquement le Juffrage. C'est uniquement aussi , pour nous en rendre dignes, que nous avons ajoûté deux articles à cette nouvelle Edition ; l'un sur les Conciles qui se font tenus dans le Languedoc i de l'autre sur le Commerce général du particulier de cette Province : Nous esperons d'en pouvoir ajoûter bientôt deux autres qui ne font pas moins interessans.

Enfin , faivant les Mémoires qu'on nous fournira , nous esperons encore de donner un nouvel ordre à ces Ouvrage, en mettant dans un Article separé tout ce qui concerne chaque Ville en particulier : soit pour l'Ecclésiastique, le Civil ou le Littéraire ; & en ra

ralfemblant ce qu'on sçait d'Historique sur les Villes les plus considérables, comme on le verra à l'article de Toulouse.

Caton, ce Vieillard respetable , à qui tous les bons Patriotes doivent des home ages, avoit commencé l'Histoire de toutes les Villes d'ltalie : Erroche-Flavin , cet Historien fidelle , qu'aucun motif bumain ne put déterminer à retraster des verités utiles à sa Patrie , traça le plan que nous avons vu , d'une Histoire sur l'origine di sur les principales Curiosités des Villes du Languedoc.

ce travail , non pour acquerir de la gloire , car cet Ous vrage , quoi qu'on falje , ne sera jamais qu'un Alma, nach ; mais pour nous acquitter en quelque forte

.de

се que nous devons à notre Patrie ; heureux si nous pouba vions faire revivre dans tous les cæurs cet amour qu'on lui doit , & ce zele desinteresé, qui fut toujours la vertu des grandes Ames, qu'on ne voit presque plus sur la terre.

a

Au reste , l'Académie Royale des Sciences de Toulouse, pour rendre cet Almanach plus intéressant, vient de nous communiquer l'Extrait d'un Ouvrage qui lui a été présenté par M. Joly, Prêtre , Chapelain de l'Hôtel-Dieu St. Jacques , que nous avons imprimé tel qu'il l'a rédige lui-même ; on y verra l'état actuel du Ciel , le lieu de la Lune avec ses Phafes , pour chaque jour au Méridien de Toulouso ; le lieu die Soleil de dix en dix jours ; celui des auires Planettes, de

15. en 15. jours ; le lever do coucher du Soleil ; le lever & coucher de la Lune ; ce qui peut servir pour tout le Languedoc, sans erreur fort considerable , sure tout pour Montpellier, Nimes , & autres Villes de cette Province , qui font presque à la même élévation du Pole que Toulouse ; de maniere qu'on pourra regler exačtement les pendules de les montres sur le lever coucher de ces Planettes.

On y trouvera encore la mediation ou passage de la Lune par le Méridien ; ce qui sert à faire découvrir l'heure qu'il est pendant la nuit , sans auire fiwurs que celui d'un Cadran solaire. Cela se comprendra

par l'exemple suivant.

Le 18. Septembre , je suppose que la Lune marque une beure 30. minutes Jur un Čadran solaire ; l'heurë du passage de la Lune par le méridien , eft ce jour-de 8, beures 26. minútes ; joignez ces huit heures 26. minutes à une heure trente minutes marquées sur le Cadran folạire , de l'on trouvera qu'il est 9. heures 36. minutes du foir.

Les calculs de cor Ouvrage font très - exalts eu l'Auteur , qui pour une opération auffi difficile , & mérité l'approbation de l'Académie , est bien digne des éloges du Public.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »