Recueil de poésies francçoises des xve et xvie siècles morales, facétieuses, historiques, réunies et annotées par A. de Montaiglon, Volumen10

Portada
Anatole de Courde de Montaiglon
1875
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 18 - On les vend à Paris, en la rue neufue nostre dame : à l'enseigne sainct Jehan Baptiste, près saínete Geneuiefue des Ardens : en la bouticque de Denys lanot , 1541, p.
Página 238 - Ton esprit, je l'avoue, est bien matériel. Je, n'est qu'un singulier; avons, est pluriel. Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire ? MARTINE Qui parle d'offenser grand'mère, ni grand'père...
Página 97 - Solitaire, facheux, taciturne et songeard, Mais nostre courtisan est beaucoup plus gaillard. Pour un vers allonger ses ongles il ne ronge, II ne frappe sa table, il ne resve, il ne songe, Se brouillant le cerveau de pensemens divers Pour tirer de sa teste un miserable vers, Qui ne rapporte, ingrat, qu'une longue risée Par tout ou l'ignorance est plus authorisée. Toy donc...
Página 116 - Le bufel était, dans le principe, une sorte de table placée près de la porte, à laquelle on admettait les pèlerins, ménétriers, etc., qui réclamaient l'hospitalité. Les gens de cette espèce étant doués d'un bon appétit, tout ce qui venait du dois ou grande table, passait et disparaissait à l'endroit qu'on nomma bufet par opposition au dois, c.-à-d.
Página 99 - Et entre les sçavans seras comme un Monarque : Tu seras bien venu entre les grands seigneurs, Desquelz tu recevras les biens et les honneurs, Et non la pauvreté, des Muses l'héritage, Laquelle est à ceux-là...
Página 109 - De pouvoir acquérir la Science nourrice, Par un moyen plus court que n'ont pas faicttous ceux Qui ont laissé l'amour du loisir paresseux, Et, pour tant que je sçay qu'en vain tu te...
Página 41 - Catalogue .raisonné des manuscrits conservés dans la bibliothèque de la ville et république de Genève, par Jean Senebier , bibliothécaire de cette république.
Página 212 - Chascun fit 5 feu de tripper 6 et saillir, Chascun fit feu de frapper de la botte, Chascun fit feu de sa dame assaillir, Chascun fit feu de mener sa mignotte ; A tant arrive, à tout sa belle 7 cotte, Ly maufourbis 8 Gombault à ce bedon, Qui à Gontier aporte moult 9 beau don. Trop feust la court joyeuse 10 en son venir, Car de tous lez recommence la joie. Chascun y queurt ; nul ne se u peut tenir 1.
Página 107 - Ces deux dernières propriétés sont vraisemblablePour en fin du repas le présenter à table, Et te monstrer ainsi honneste et serviable, Avec une cuillier en donner à Monsieur Et à sa mieux aimée, affin qu'en sa faveur Tu sois le bien-venu, quand tu auras affaire De l'argent et support de son Prothenotaire. Si tu es appelé pour aller visiter Un malade, il te fault, pour mieux le contenter Et pour mieux arracher profict de son dommage, Ayant veu son urine, ordonner un potage, Qn'il fault mignardement...
Página 97 - Je ne veulx que long temps à l'estude il pallisse, Je ne veulx que resveur sur le livre il vieillisse, Feuilletant studieux tous les soirs et matins Les exemplaires Grecs, et les authcurs Latins.

Información bibliográfica