Imágenes de páginas
PDF
EPUB

TOT SPHINGES MULTOS QUÆRUNT EDIPODAS

D'ANTIQUITÉS

EGYPTIENNES,
ETRUSQUES, GRECQUES,

ROMAINES
ET GAUL OISES.

[merged small][ocr errors]

Hene hicet tubia labor wili

17:1-YORD

A PARIS;
Chez N. M. TILLIARD, Libraire, quai des Augustins,

à Saint Benoît.

M. DCC. LXIV.
AVEC APPROBATION ET PRIVILÉGE DU Ror.

PRÉ FACE LA

A saine & la véritable Critique est fans con

| tredit la source de la vérité que tout honnête homme doit chercher; mais cette Critique doit avoir des bornes dictées par la raison & par l'équité, pour empêcher qu'on n'exige d’un Antiquaire plus qu'on ne doit. La comparaison d'un Voyageur m'a paru convenir aux différentes remarques que l'on peut

faire sur les Monumens. Un Voyageur, en arrivant dans un pays étranger,

voit les objets, pour ainsi dire, sans les voir; il en est ébloui : bien éloigné de distinguer la différence des états, il est également frappé de tout; par conséquent ses idées sont long-tems imparfaites, ou plutôt très-obscures. Il elt donc certain que si, dans de pareilles circonstances, un homme vouloit parler & décider, il ne pourroit prononcer que des absurdités; & que ses décisions ne pourroient être que douteuses ou du moins trèshasardées. Je veux qu'il ait le bon sens de ne point parler: peut-il être assuré, par rapport à lui-même, d'avoir fait des réflexions justes sur tout ce qu'il a vû ? Je fçais que , revenu dans sa Patrie, il aura quelquefois le secours du récit des Voyageurs qui l'auront précédé ; mais de pareils Mémoires n'auront fervi, le plus souvent, qu'à établir des fentimens, & qu'à donner des impressions contraires à la vérité. En effet, le plus grand nombre de ceux qui ont donné les Mémoires de leurs voyages, ont été des Marchands conduits par l'intérêt, rarement des gens Lettres, encore plus rarement des Philosophes. L'exemple des Grecs nous apprend dans quelles erreurs les Egyptiens ont plongé les plus grands esprits de l'Antiquité. Le Voyageur que je continue de supposer, n'est point souvent assez inftruit pour contredire les Relations déja publiées; car il faut une espèce de supériorité dans une matière, pour contredire avec utilité. Il est vrai que cet homme que je regarde toujours comme honnête & véridique , poffede le grand avantage d'avoir vû; mais sous quel afpect? Souvent dans une disposition & sous un point de vûe auquel il ne peut placer son Lecteur; & quand on pense au grand nombre de faces fous lesquelles le même objet peut être considéré, la décision fait trembler un homme fage.

Tel est un Antiquaire, non-seulement dans le commencement de ses recherches, mais fouvent dans plusieurs circonstances particulières. Il

« AnteriorContinuar »