Imágenes de páginas
PDF
EPUB

doit comme un homme trop attaché à ses sentimens AN. 1570. Ils lui firent comprendre que ce docteur n'étoit point foumis de bonne foi à la bulle qui condamnoit fes erreurs, fous prétexte qu'elle n'avoit pas été publiée folemnellement, & qu'elle avoit été feulement lûë dans le logis du docteur Raveftein, en présence de quelques théologiens de l'université; & ils n'omirent rien de ce qu'ils purent faire, pour l'engager à ordonner que ladite bulle feroit publiée dans les écoles de Louvain, & que tous les docteurs, & Baïus lui-même, feroient obligez à la foufcrire. Le duc écrivit en conféquence aux prélats qui fe écrit aux évêques trouvoient affemblez à Malines, pour les preffer din concile de Ma- de publier folemnellement la bulle de Pie V. contre voir la bulle. les foixante & seize articles, & de la faire souscrire Baiana ut fup. par tous les docteurs fans aucune exception. Les prélats promirent de tout exécuter, & ordonnerent que Maximilien Morillon fe rendroit de nouveau à Louvain pour y faire publier folemnellement la bulle,& exiger des théologiens la foufcription.

XXVIII.
Le duc d'Albe

lines pour rece

pag. 200.

que

Mais avant d'en venir là, ils jugerent à propos de députer à Louvain les évêques d'Ypres & de Gand, afin de communiquer à Baïus la résolution du fynode. Les députez s'étant rendus dans cette vilconcile à Baius.le, allerent trouver Baïus, confererent avec lui, & Baiana ut fup. lui communiquerent les ordres du concile. Ce docteur diffimulant ses veritables difpofitions, les afsura qu'il aimoit la paix, qu'il fe conformeroit avec plaisir aux vûës du fynode, & qu'il fe foumettroit à fes réfolutions, tant que la verité n'y feroit point bleffée. Les deux évêques, fans faire attention à une clause fi captieufe, parurent fatisfaits de cette ré

XXIX. Députation du

pag. 201.

[ocr errors]

AN.

ponse, & allerent trouver à Bruxelles le duc d'Al-
be, auquel ils rapporterent le fuccès de leur
miffion : ce qui parut faire beaucoup de plaisir au

duc.

De Bruxelles, les députez allerent à Malines où ils rendirent compte de leur députation; & fur leur rapport on fit aufli-tôt partir le grand vicaire Morillon pour fe rendre à Louvain, où il arriva le 16. de Novembre.

Ce grand-vicaire s'étant préfenté à l'affemblée des théologiens, y publia folemnellement la bulle de Pie V. fans en laiffer de copie, & preffa les docteurs & les profeffeurs de la figner : ils déclarerent tous unanimement qu'ils étoient prêts de s'y foumettre mais aucun ne parla de foufcription. Le même jour sur le soir le recteur à l'insçû du doyen, qui étoit Balthazar Textor religieux Dominiquain, envoïa de fon autorité privée, un bedeau de la faculté à tous les docteurs avec la formule fuivante qu'il leur presenta à figner: « Nous souffignez les recteur, doyen & profeffeurs en théologie de l'univerfité de Louvain, faifons profeffion de recevoir avec respect la définition du S. fiége apoftolique fur les foixante & seize articles con- « tenus dans la bulle du premier Octobre 1567. & « que dans la dispute, les leçons publiques & les « avis que nous pourrons donner, nous y confor merons entierement nos fentimens : En foi de quoi nous avons tous figné le préfent écrit par noms & furnoms, le feize Novembre 1570. »

cc

cr

«

<<

"

[ocr errors]

1570.

Balthafar Textor ayant pris lecture de cette for- Baiana tom. 2. mule, refusa de la figner, & le lendemain dix-fept

opera Paij, pag.

165.

X X X,
La faculté refu-

acceptation.

fe

du même mois de Novembre, il fit affembler la A N. 1570. faculté de théologie dans le grand college, pour demander à tous les docteurs leur avis furcette affaire. La faculté répondit unanimement, 1°. qu'elfe de figner fon le exigeoit qu'on lui remît une copie de la bulle afin de connoître plus parfaitement, comment elle Baïana ut fup. devoit se comporter à l'égard de ces cenfures: 2°. Ex actis facul. Que quant à ce qui concernoit la fouscription, elle theol. Lovan. ex croioit qu'on avoit fatisfait aux intentions des préque ad ann. 1572. lats du concile de Malines, en publiant la bulle avec toutes les folemnitez qu'on demandoit : Que fi le concile avoit des raifons qui duffent engager à exiger la fignature des docteurs, on devoit les leur faire connoître, & qu'alors ils s'y rendroient fans difficulté; mais que jufques-là ils ne figneroient point. Morillon s'en retourna mécontent; & dès qu'il fut parti, il fe répandit un bruit, qu'il étoit venu de fon propre mouvement & fans aucun ordre du concile, fignifier cette bulle aux docteurs, & exiger d'eux une nouvelle foufcription; qu'il avoit couvert fon entreprise du nom des évêques, & qu'il ne vouloit avoir la fignature des docteurs, qu'afin de trouver un prétexte plausible pour les accufer d'avoir foutenu quelques-uns des articles condamnez, après avoir été profcrits par la bulle du

pag. 201.

lib. an. 1515.

pape.

Morillon ne fut pas plûtôt informé de ce bruit, qu'il écrivit à Rithovius évêque d'Ypres, & à Janfenius évêque de Gand, pour leur marquer combien il étoit indigné des foupçons qu'on avoit conçûs contre lui, & les prier de le juftifier, puifqu'euxmêmes l'avoient chargé de la commiffion, qui fai

[ocr errors]

AN. 1570%

СС

XXXI.

Lettre des deux evêques d'Ypres &

CC

ce

GO

foit le fondement de ce que l'on répandoit contre
lui. Les deux prélats eurent égard à fes plaintes,
& le 23. de Décembre ils écrivirent en commun la
lettre fuivante à la faculté de théologie de Louvain.
Le grand - vicaire Morillon nous a écrit, qu'on
l'accufoit auprès de vous d'avoir agi de fon au- «
torité privée, en fe fervant du nom des évêques de Gand, pour ju-
qui font affemblez en fynode à Malines, comme «
s'il n'avoit pas reçû la commiffion de faire publier
le rescrit apostolique dans vos écoles, au sujet de «
quelques propofitions qu'il avoit reçues de Rome;
& comme il defire fort être juftifié fur un tel «
foupçon; nous vous avouerons ingénûment que
cette commiffion lui a été donnée, tant pour nous "
acquitter de la parole que nous avions donnée au «
duc d'Albe il y a quelques mois, que parce que «
cette affaire qui n'étoit connue auparavant que
des.
feuls docteurs de la faculté, & qu'on efperoit en- «
fevelir dans le filence, étoit devenuë fi publique, «
que plufieurs en murmuroient, & fupportoient «
avec peine qu'on ne tirât pas de l'oubli ce qui con- «
cernoit également tout le monde, & qui mena-
çoit des cenfures ecclefiaftiques. C'eft pourquoi il
a femblé, qu'en fupprimant plus long-tems"
cette bulle, outre les autres inconvéniens, nous c
attirerions l'indignation publique contre la fa-
culté, & nous expoferions fa réputation. Nous "
croïons que l'approbation & la souscription de la- «
dite bulle ne doivent fouffrir aucune difficulté: car «
comme les profeffeurs de théologie font une pro-
meffe & une proteftation ouverte de fe foumettre
& d'obéir à ceux qui font prépofez pour ramener

ca

GC:

Co

ઃઃ

[ocr errors]

Baiana interopera Baij, tom. 2. pag. 149. & 186.

[ocr errors][merged small]

dans le chemin de la verité ceux qui s'en écar» tent, dans la décision des questions difficiles : "pouvoit-on prendre un parti plus convenable, »que d'acquiefcer à la définition réiterée du fou»verain pontife, principalement lorsqu'on étoit » certain, que ceux qu'on accufe de chercher les » occafions de vous inquiéter, prendroient vos dé»lais pour des refus, & se serviroient de cette occafion pour vous faire regarder comme des opi»niâtres & des réfractaires?

در

در

»De plus, toute cette affaire a été auparavant

>> communiquée à notre maître Michel Baïus, qui

» eft l'ancien de votre faculté : & le rapport que

» nous en avons fait à fon excellence, lui a été trèsagréable, & a diminué de beaucoup l'indignation qu'elle avoit conçue contre ce docteur; nous en avons fait part de même au préfident Viglius, & »tous les peres par le confeil defquels nous nous fommes rendus à Louvain, & fur-tout les reverendiffimes feigneurs l'Archevêque de Cam» brai & l'évêque d'Arras, approuverent tellement »notre deffein, qu'ils nous en féliciterent, comme » d'une action très-loüable : ainfi nous doutons fort,

"

qu'on puisse se dispenser fans de très fortes raifons d'exécuter une chofe qui a été reçûë avec un » applaudiffement géneral. Le fieur Morillon écrit, » qu'il y en a quelques-uns parmi vous, qui regardent cette foufcription qu'on leur demande, com»me un piége qu'on veut leur tendre, pour les ac» cufer d'être retombés dans l'erreur, & que pour » cela feul ils refusent leur fignature. Pour nous, notre pensée eft, que vous diffiperez beaucoup

در

د.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

د.

د.

« AnteriorContinuar »