Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

en avoient prefque entierement bannie. Appuïé de AN. 1570. l'autorité du pape, foûtenu du crédit du roi d'Espagne, plein d'efperance dans le fecours que ce prince lui promettoit de la part de la Flandre, il concevoit les plus hautes idées, & fe flattoit que tout alloit plier fous les efforts de son zele. On ne peut que loüer fes intentions, & admirer fon courage: mais Dieu ne permit pas que le fuccès y répondît. S'étant ligué avec Jacques Fitz Morris & un autre Fitz Edmond fénéchal d'Imokil, ils affiegerent ensemble Kilken; mais ils furent repoullés par la garnifon, qui fit une fortie fur eux. Le comte d'Ormond qui y fut envoïé d'Angleterre, perfuada à fon frere de fe foûmettre à la clemence de la Reine. Il le crut, & fe rendit prifonnier avec fes autres freres complices de la revolte; & le crédit du comte auprès d'Elizabeth, qui fut ravie de trouver cette occafion pour donner un témoignage signalé de sa bonté & de sa moderation, & qui voulut attacher cette maison à ses interêts, fut cause qu'on ne les fit point comparoître en justice. Les reftes de la rebellion furent diffipées par le Viceroi.

y

En Ecoffe on travailloit, au moins en apparence, au rétablissement de Marie. La reine d'Angleterre avoit envoïé à cet effet des ambaffadeurs; mais ils n'agirent que foiblement. Marie de son côté y envoïa Jacques Hamilton, chef, comme on l'a dit, de la maison la plus illuftre d'Ecoffe. Hamilton qui étoit comme exilé de fon pays, fut ravi d'y retourner à cette occafion; mais il n'y fit rien qui répondît à l'attente de la reine. Cependant Marie voïant qu'il y avoit de grandes divisions en An

[ocr errors]

A N. 1570

gleterre entre les grands du roïaume, s'appliqua à
en gagner quelques-uns, afin de se servir d'eux contre
Elifabeth dans le befoin. Elle fit entrer en particulier
dans ses interêts le duc de Nortfolk, en lui promet-
tant de l'époufer. Ce feigneur peu habile à dissimuler,
fe livrant à cette efperance, demanda legerement à
Elizabeth la permission d'épouser Marie, & l'assura
qu'il avoit le confentement de cette reine. Cette
imprudence lui coûta la liberté d'abord, & enfuite
la vie: Elifabeth qui craignoit quelque confpira-
tion, le fit mettre en prifon, & quelque tems après
lui fit couper la tête. Dès lors la reine d'Ecoffe fut en-
fermée & gardée étroitement. Environ ce même tems
le comte de Murray fut tué d'un coup de pistolet par
un feigneur de la maison des Hamiltons, & cette
mort fut fuivie de plufieurs confpirations en Angle-
terre, qui donnerent beaucoup de peine à Elifabeth.
Rome éclata aufli contre cette Princeffe, & lui fit
fentir tout le poids de fon autorité. Le Pie V.
pape
qui ne l'avoit attaquée jufqu'alors que d'une maniere communication
indirecte, la proscrivit publiquement, & l'excom、 De Thou lib. 46.
munia par une bulle du 25. Février. Elle est dépeinte
dans cette bulle comme une efclave de fes crimes, Pii V. conftit. 11
qui ruinoit la religion Catholique en Ecoffe & en An-
gleterre; qui s'étant approprié ce dernier roïaume,
y ufurpoit encore monftrueufement l'autorité & la
jurifdiction de fouverain chef de l'églife; qui avoit
aboli l'augufte facrifice de la Meffe pour établir les
impietés de Calvin ; qui perfecutoit les évêques, les
prêtres & tous les fideles par des banniffemens, des
prifons, & toutes fortes de cruels fupplices & des
vexations énormes, & qui étoit fi opiniâtre dans

II.

Le pape public une fentenced'ex

contre Elifabeth

Spond. ad hund

ann. n. 3.

In bullario tom. 2

fon impieté, que non feulement elle n'avoit pas A N. 1570. permis aux légats du faint fiege qui lui avoient été envoïés, d'entrer en Angleterre, mais encore qu'elle avoit méprisé les pieux avertiffemens & les prieres des princes fes voifins: pour toutes ces raifons, le pape déclare qu'il excommunie Elifabeth, en la séparant elle & tous ses adhérans de l'unité du corps de Jesus-Christ, comme des membres pouris, la privant de tout droit de roïauté, & difpenfant fes fujets du ferment de fidelité; défendant fous la même peine d'excommunication de lui obéïr, ou de déferer à aucuns de fes ordres & commandemens.

Cette fentence d'excommunication imprimée à chée dans Londre Rome, fut affichée à Londres par Jean Felton au

III.
La bulle eft affi-

à la porte de l'é

veque.

ann. 11. 4.

commencement du mois d'Août fur le foir, à la Sanderus lib. de porte même de l'évêque de Londres. Elle y demeura expofée jufqu'au lendemain huit heures du matin, fans qu'on le doutât qui étoit celui qui avoit De Thou lib. 46. ainfi prêté fon ministere au pape. Un ami de Felton qui étoit dans le fecret, lui confeilla de se retirer; mais Felton répondit, qu'il ne refuseroit point de fouffrir la mort pour une caufe fi sainte. İl fut en effet pris fur de simples soupçons ; & ayant été interrogé pour fçavoir de lui qui avoit affiché cette bulle: Je veux bien vous délivrer, répondit-il, d'inquiétude & de peine ; je confeffe librement que c'eft moi qui l'ai affichée. Sur cet aveu il fut condamné à mort, & conduit au fupplice le huitiéme d'Août ; & quand on l'exhorta à reconnoître sa faute, & à en demander pardon à la reine, il repliqua, qu'il ne l'avoit point offenfée. Il eut d'abord la main droite coupée, & fut enfuite pendu

"2

vifib. lib. 7. ad finem. Spond. ad hunc

[ocr errors]
[ocr errors]

au lieu ordinaire: on lui arracha le cœur & les entrailles; on lui coupa auffi la tête, & fon corps fut AN. 1670. mis en quatre quartiers, pour fervir de spectacle en divers endroits.

les Catholiques.

La féverité de cette exécution caufa d'autant plus ordres de la rein de murmure parmi le peuple, qu'on en avoit déja Elifabeth contr fait de pareilles, & que plufieurs avoient été punis Leti vied" Elifabet de mort, feulement pour avoir parlé en faveur des tom. 1. p. 465. excommunications du pape. Cette conduite ne fut pas bien reçûë même des Proteftans, parmi lesquels il y avoit beaucoup de mécontens, finon de la reine, au moins de fes miniftres; & ces mécontens excitoient le peuple à la révolte. Elifabeth qui s'étoit mocquée d'abord de cette bulle du pape, reconnoiffant dans la fuite qu'elle avoit fait impreffion fur l'efprit de beaucoup de feigneurs, qui s'éloignoient de l'obéiffance qu'ils lui devoient, & que les Catholiques des provinces éloignées commençoient à remuer, crut qu'il étoit de fon interêt d'y remedier, & fit publier à son de trompe les défenfes fuivantes : Que perfonne n'eût, fur peine de la vie, à appeller la reine de vive voix, ni par écrit, hérétique, fchifmatique, infidele, ufurpatrice, &c. Que perfonne, fous la même peine, n'eût la hardieffe de nommer qui que ce fût héritier de la couronne, ou dire qu'après la mort de la reine fa couronne appartiendroit à celui-ci, ou à celui-là, à moins que ce ne fuffent les propres enfans de la reine: Que perfonne n'eût encore à faire venir dans le roïaume, garder ou diftribuer des Agnus Dei, des chapelets, des images & des croix en usage dans l'églife Romaine, fur peine de prifon arbitraire, & de

confifcation de biens: Que perfonne n'eût la téme. A N. 1570. rité de donner ou demander l'abfolution pour caufe d'hérefie, sous peine d'être traité comme criminel de leze-majesté: Que perfonne, fous la même peine, n'osât porter ou faire porter ou faire porter directement ou indirectement, tout ce qui s'appelle bulles, brefs apoftoliques, & autres écrits au nom du pape, ou de fes miniftres; ni entretenir aucune correfpondance avec la Cour de Rome, ni avec les miniftres & officiers du pape, & autres qui feroient à son fervice, à l'égard des chofes qui pourroient être préjudiciables à la couronne, ou aux interêts de la reine Que perfonne enfin, fous peine de confifcation de biens, n'allât s'établir dans les pays étrangers, & particulierement dans les états du pape, fans une permiffion expreffe de fa majesté.

V.

Le roi de France ne fut pas plus écouté d'Elisabeth: ce prince follicita en vain la liberté de la reibeth la liberté de ne Marie. Elifabeth fe contenta de répondre, qu'il

Le roi de France

demande à Elifa

Maric.

ne falloit pas être surpris, fi après avoir découvert des pratiques qui avoient beaucoup de rapport à une conjuration, elle jugeoit à propos de veiller de plus près fur fes propres affaires, & de ne pas mettre en liberté une princeffe, qui afpiroit au roïaume d'une autre par des moïens qui ne paroiffoient pas légitimes & fur qui les conjurez jettoient les yeux: que ce feroit une imprudence extrême, de négliger fon propre falut pour penser à ce lui des autres: Qu'au refte ni le roi de France, ni aucun autre prince, ne devoient trouver mauvais que dans tous les confeils qu'elle prenoit, elle fongeât fur toutes choses à la propre conservation,

;

Thou

De Them ut fup.

lib. 46. Cambden annal. regni Elifabeth.

« AnteriorContinuar »