Imágenes de páginas
PDF
EPUB

faire de fausse démarche dans une affaire fi imporA N. 1570. tante; & leur demanda leur avis; mais ce deffein ne fut pas plutôt connu à Milan, qu'on eut recours à faint Charles, pour le prier de détourner le coup, & il fut réfolu, en fuivant fon avis, qu'on envoïeroit à Rome le géneral, qui promettroit au pape d'accepter telle réforme qu'il lui plairoit, & que la ville en écriroit elle-même au faint pere; que fes lettres feroient accompagnées de celles du faint archevêque, & que l'on affureroit le pape que ces religieux étoient prêts d'accepter la réforme fans aucune contradiction.

XXXVIII. Le faint Pere abo

Le géneral étant arrivé à Rome, se prosterlit entierement cet na aux pieds de Pie V. & en répandant beaucoup ordre. de larmes, il lui présenta les lettres du cardinal & Giuffano ubi fu- celles de la ville le fupplia d'ufer de clémence Ciaconins invitis à l'égard de fon ordre, & lui fit efperer un changement réel & conftant pour l'avenir; mais Pie V.

prà c. 27.

pontific. tom. 3. pag. 894.

De Thou hift. lib. fut inflexible; il lui répondit, que l'énormité de 50. in Bullar, to: la faute que fon ordre avoit commife, & le peu

2. conftit. 119. Pii V. fol. 168.

d'efperance qu'il avoit de la converfion des religieux, ne lui permettoient pas d'agir avec indulgence, & que leur destruction étoit réfoluë. Ainfi ferme dans fon projet, après avoir beaucoup loüé la grande charité du cardinal & la pieté des Milanois, il affembla fon confiftoire, & de fon autorité apoftolique il fupprima l'ordre des Humiliez; cet ordre qui avoit autrefois quatre-vingtquatorze monafteres, n'avoit plus en tout que cent foixante-quatorze religieux, parce qu'il y avoit plufieurs prévôtés où le prévôt étoit feul joüiffant de tous les revenus. Cette fuppreffion fut faite par

[ocr errors]

:

:

deux brefs des sept & huit Février de l'année sui-
vante 1571. Le pape ordonna que le général, les A N. 1570%
fuperieurs & l'ordre entier feroit aboli; que les cent
foixante-quatorze religieux qui reftoient, se reti-
reroient dans les maisons qui leur feroient affignées
pour y mener une vie conforme à leur profession,
fous la jurifdiction des ordinaires, & que les novi-
ces feroient mis hors des monafteres il fit défen-
fes aux anciens profés d'en recevoir davantage, &
fe réserva la difpofition des benefices. Saint Char-
les aïant appris que la bulle de fuppreffion de cet
ordre avoit été renduë, députa à Rome un de fes
principaux domestiques, pour demander au pape
quelques-unes des maifons de ces religieux avec
leurs revenus, pour l'entretien de fes colleges & de
fes feminaires, & Pie V. lui accorda l'église & mai-
fon de Brera, dans laquelle il établit le college des
Jefuites & les écoles publiques; faint Jean à la por-
te d'orient, où il transporta fon grand feminaire;
la Canonica à la porte-neuve, qui fervit pour le fe-
minaire des jeunes clercs; fainte Marie à la même
porte, où il mit le college des nobles; & le saint-
Efprit pour le college des Suiffes, où il ya a mainte-
nant une communauté de filles ce college aïant
été transferé ailleurs.

XXXIX.
Il diftribue les

maifons & reve

nus de ces reli

gieux.

Giußano ut supa

lib. 1. cap. 27.

Le

Ciaconius in vitis

de Mai de l'année 1970. Pie V. fit une 17. promotion de feize cardinaux, quinze prêtres & un feize cardinaux diacre. Le premier fut Marc-Antoine Maffée, Ro- par Pie V. main, archevêque de Chieti, qui eut le titre de pontif. tom. 3. P faint Calixte : le fecond, Gaspard de Zuniga, Espa- 1038. & feq. gnol, évêque de Segovie, puis archevêque de Seville, il eut le titre de fainte Barbe: le troifiéme,

XL. Promotion de

Gafpard Cervantes, Espagnol, archevêque de MefA N. 1570. fine, puis de Salerne & de Tarragone, du titre de faint Martin aux monts : le quatrième, Nicolas de Pellevé, François, archevêque de Sens, puis de Reims, qui eut d'abord le titre de faint Jean & de faint Paul, enfuite celui de fainte Praxede : le cinquiéme, Jules-Antoine de Sanctorius, de Caferte dans la terre de Labour au roïaume de Naples, archevêque de San-Severino, du titre de fainte Barbe, grand pénitencier & évêque de Palestrine : le fixiéme, Pierre Donati Cefi, Romain, évêque de Narni, du titre de faint Vital: le feptiéme Charles de Graffis, Bolonois, gouverneur de Rome, du titre de fainte Euphemie : le huitième, Charles d'Angennes de Rambouillet, François, évêque du Mans, du titre de faint Jerôme : le neuviéme, Archange de Bianchi, Italien, théologien de l'ordre des freres Prêcheurs, évêque de Teano, du titre de faint Céfaire : le dixième, Felix Peretti, Italien, géneral de l'ordre de faint François, évêque de fainte Agathe & de Fermo, du titre de faint Simeon, & qui fut enfuite Pape fous le nom de Sixte V. le onzième, Paul Arétius, Italien, évêque de Plaifance, puis archevêque de Naples, du titre de fainte Pudentiane : le douzième, Jean Aldobrandin, Italien, frere du pape Clement VIII. évêque d'Imola, du titre de faint Simeon : le treiziéme, Vincent Juftiniani, Genois, géneral de l'ordre des freres Prêcheurs, du titre de faint Nicolas, puis de fainte Sabine : le quatorziéme, Jerôme Rusticuccio, Italien, fecretaire du pape Pie V. prêtre, du titre de fainte Sufanne, évêque de Sinigaglia,

vicaire du pape, & évêque d'Albano : le quinziéme, Jules Aquaviva, d'Arragon, des ducs d'Atri, A N. 1570. cardinal diacre, du titre de faint Theodore : le feiziéme, Jean Jerôme Albani, de Bergame, du titre de faint Jean Porte-Latine.

XLI. Mort du cardi

fiere.

Ciacon. ut fup. tom. 3. pag. 928. Aubery hist. des

cardinaux.

Frizon Gallia purpurata.

San Marthan, in
Gallia christia-

ná.

On compte cinq cardinaux morts dans cette année. Le premier eft, Philibert Babou de la Bour- nal de la Bourdaidaifiere, qui mourut à Rome le 25. Janvier, pendant qu'il y faifoit la fonction d'ambassadeur de France: il étoit le troifiéme fils de Philibert Babou de la Bourdaifiere, fécretaire du roi & fon argentier, surintendant des finances, & de la maifon de la reine Eleonore, qui mourut revêtu des charges in de maître d'hôtel du roi, & de confeiller du confeil privé, après avoir époufé Marie Gaudin, dame de la Bourdaifiere. Le cardinal Philibert étoit né en 1519. Après avoir fait fes études, & pris fes degrez dans l'univerfité de Paris ; il fut nommé d'abord à l'évêché d'Angoulême, peu de tems après la mort de Jacques fon frere, enfuite après celle du cardinal de Lenoncourt en 1563. il eut l'évêché d'Auxerre ; il fut fait confeiller d'état fous Henri II. qui lui connoiffant de grands talens pour les affaires, l'envoïa à Rome fous le pontificat de Paul IV. en qualité d'ambaffadeur, & il fut continué dans cet emploi après la mort d'Henri II. fous François II. & Charles IX. Ce dernier fut fi content de les fervives, qu'il demanda pour lui le chapeau de cardinal au pape Pie IV. dans la promotion que fit sa fainteté en 1560. Il s'emploïa beaucoup pour empêcher le roi d'affembler un concile national: il mourut à Rome, & il fut inhumé dans l'église de S. Loüis,

où l'on voit fon tombeau & son épitaphe. Pendant A N. 1570. près de vingt ans qu'il gouverna l'évêché d'Angoulême, il eut beaucoup à fouffrir des Calvinistes qui firent de grands ravages dans ce païs, & qui exercerent leur cruauté dans tout l'Angoumois; il préferva fes brebis de l'erreur, autant qu'il lui fut poffible.

XLII. Mort du cardi

Le fecond fut Marc-Antoine Amulio, né en nal Marc-Antoi- 1505. d'une illuftre famille de Venife: fes grands ne Amulio. talens pour la conduite des affaires, fa doctrine & pontif. tom. 3. pag. fa profonde érudition dans la science du droit, le

Ciacon. de vitis

929.

cardinaux.

Ve

net.

Aubery hift. des firent choisir par la république pour remplir diffeFerd. Ughel de rens emplois. Elle le fit, entr'autres, Podeftat de epifcop. Rentina. Verone, & l'envoïa en ambaffade auprès de Charles V. de Philippe II. & du Pape Pie IV. Amulio fçut fi bien gagner la confiance de ce dernier, que ce pape n'entreprenoit rien que par ses conseils, & le jugeant capable de remplir avec honneur les premieres dignitez de l'églife, il lui confera d'abord l'évêché de Verone. Čomme felon les loix de la république, il étoit défendu à fes ambaffadeurs d'accepter aucune dignité, ni de rien recevoir des princes étrangers fans l'agrément du fénat; on fut irrité à Venise de ce qu'il avoit accepté l'évêché de Verone, & aïant été déclaré coupable de contravention à cette loi, la république le révoqua, & nomma en fa place Jerôme Soranzo pour l'ambaffade de Rome. Le pape très-sensible à l'injure qu'on faifoit à un homme qu'il eftimoit, écrivit de fa propre main au fénat, pour lui représenter que tout le bien qu'il avoit fait à Amulio, venoit de son propre mouvement, fans que lui-même y eût aucu

ne

« AnteriorContinuar »