Lettres edifiantes et curieuses: ecrite des missions etrangères, Volumen20

Portada
Chez Nicolas Le Clerc, 1731
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 167 - ... faisant un feu continuel sur eux , et qui se vantèrent au village de les avoir tués. Les deux rameurs furent souvent tentés de se rendre ; mais encouragés par le missionnaire , ils firent peur à leur tour aux Sauvages. Une vieille arme qui n'étoit point chargée , ni en état de l'être , qu'ils leur montrèrent de temps en temps , leur fit faire souvent le plongeon dans leur pirogue , et les obligea enfin de se retirer. Dès qu'ils se virent débarrassés de leurs ennemis , ils pansèrent...
Página 125 - ... y loge jusqu'à ce que la famille lui ait fait bâtir une cabane particulière. Pendant qu'on la construit, il passe toute la journée à la chasse pour fournir aux repas qu'il donne à ceux qui y travaillent. Les lois permettent aux Natchez d'avoir autant de femmes qu'ils veulent: cependant ceux du petit peuple n'en ont d'ordinaire qu'une ou deux. Les Chefs en ont davantage, parce qu'ayant le...
Página 165 - ... à l'eau. Ayant avancé quelques pas , il saisit la pirogue dans laquelle s'enfuyoient deux des voyageurs, qui le croyoient mort de tous les coups qu'ils avoient entendu tirer sur lui : en montant dans la pirogue , et tournant la tête pour voir si on ne le...
Página 272 - ... ils étoient à la pêche , et que si je voulois repasser chez eux , je les trouverois de retour sur le midi. Je sortis assez content de ma visite, et leur ayant donné parole de revenir, j'allai au secours du moribond pour lequel on m'avoit appelé , et dont l'habitation n'étoit qu'à une petite lieue de la demeure de ces Sauvages. Après avoir dit la messe et confessé le malade , je lui donnai le saint viatique. Il trouva dans la participation des sacremens la santé du corps aussi bien que...
Página 376 - Pintade, cuite à la broche , n'est point inférieure au perdreau : les vieilles ne se mangent qu'en pAté ou bien à la daube ; c'est un mets très-délicat.' . Il semble que la bonté de cet oiseau et sa fécondité devraient engager nos habitans à en garnir leurs basses-cours , préférablement à toute autre volaille. Deux...

Información bibliográfica