Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ne à tout ce qu'il écrit ; sur la délicatesse avec laquelle il pense ; on sera bien plûtôt tenté de croire qu'il avoit oublié ce qu'il devoit à Pline, ou qu'il vouloit le faire oublier aux au

ܪ

tres.

[ocr errors]

Je l'avouërai pourtant ; il se trouve de la difference entr'eux. L'enjouëment fait le fond des Lettres de Voiture, & l'ornement de celles de Pline.

Le premier est plus hardi ; le second plus retenu dans ses plaisanteries. Jamais Pline n'eût hazardé la Lettre du Clou à une gran.

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

de Princesse, ni celle des Chevaux de poste à une Da. me qu'il eût respectée. Cei luy-là n'écric que pour rire ; celuy .cy ne ric que pour égayer ce qu'il écrit., Tous deux réjouissent quand ils badinent ; mais l'un ne prend point le sérieux que les Lecteurs n'y perdent ; l'autre , qu'ils n'y gagnent. Enfin, l'imagination peut trouver plus fon compte avec Voiture; le cæur avec Pline.

On ne peut jetter les yeux sur ses Lettres, sans y re. connoître la source de certe forte de politesse, qui,

e

ау

par des paroles obligeantés , multiplie le bienfait, & donne des graces' meme au refus. Il a des premiers enrichi le commerce des hommes de cette agréable flatterie qui plaît sans nuire , & qui s'éloigne également de la baffefse des Courtisans & de la bonté des Philosophes.

Il est surprenant que Montagne l'accuse de vanité. Si Pline, dans des discours publics, eût continuellemene ramené son mérite & fes fervices ; fi dans des traitez de Philofophie il eût à tout propos vanté la Nobleffe

de la race, les équipages de ses Ayeux, & le nombre de ses domestiques, l'accusation auroit peut-être ses apparences. Mais il parle de luy dans ses Lettres : pouvoit-il s'en dispenser ? L'amitié qui met les amis en société des biens & des maux, ne les oblige-t-elle pas

å se rendre compte de leur bonne & de leur mauvaise fortune ? Leur eft: il permis de refrancher de ce compte leurs prosperi. tez ; pour n'y faire entrer que leurs disgraces ? La même loy qui veut que l'ami malheureux répande une partie de la douleur dans le sein de son ami, veut aussi, par un juste retour, que l'ami heureux y verse une partie de la joye.

C'eft-là proprement l'office des Lettres. Ailleurs, c'est orgueil de parler de soy dans les Lettres, c'est nécessité. Nous y sommes le plus souvent historiens de nousmême : mais cette histoire, faite pour

demeurer incon. nuë, ne peut être raisonnablement suspecte d'une oftentation recherchée. Personne n'en fut jamais plus éloigné que Pline. L'avidité de gloire seroit peut - être

« AnteriorContinuar »