Imágenes de páginas
PDF
EPUB

DIABLE BOITEUX,

PAR LESAGE,

Nouvelle Édition,

Ornée de igures.

TOME SECOND,

Paris,

CALZ LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉS,

1858.

[ocr errors]

LE DIABLE

BOITEUX.

CHAPITRE XIII.

La force de l'amitié.

HISTOIRE.

Un jeune cavalier de Tolède, suivi de son valet de chambre , s'éloignait à grandes journées du lieu de sa naissance, pour éviter les suites d'une tragique aventure. Il était à deux petites lieues de la ville de Valence , lorsqu'à l'entrée d'un bois il rencontra une dame qui descendait d'un carrosse avec précipitation : aucun voile ne couvrait son visage, qui était d'une éclatante beauté; et cette charmante personne paraissait si troublée, que le cavalier, jugeant qu'elle avait besoin de

secours,

ne manqua pas de lui offrir celui de sa valeur.

Généreux inconnu , lui dit la dame, je ne refuserai point l'offre que vous me faites : il semble

que le ciel vous ait envoyé ici pour détourner le malheur que je crains. Deux cavaliers se sont donné rendez-vous dans ce bois; je viens de les y voir entrer tout à l'heure : ils vont se battre ; suivez-moi, s'il vous plait, venez m'aider à les séparer. En achevant ces mots , elle s'avança dans le bois, et le Tolédan, après avoir laissé son cheval à son valet, se hâta de la joindre.

A peine eurent-ils fait cent pas, qu'ils entendirent un bruit d'épées, et bientôt ils découvrirent entre les arbres deux hommes qui se battaient avec fureur. Le Tolédan courut à eux pour les séparer; et, en étant venu à bout par ses prières et par ses efforts , il leur demanda le sujet de lcur différend.

Brave inconnu, lui dit un des deux cavaliers, je n'appelle don Fadrique de Mendoce, et mon ennemi se nomme don Alvaro Ponce. Nous aimons dona Théodora, cette dame que vous accompagnez; elle a toujours fait

peu

d'attention à nos soins, et quelques galanteries que nous ayons pu imaginer pour lui plaire, la cruelle ne nous en a pas mieux traités. Pour moi, j'avais dessein de continuer à la servir malgré son indifférence ; mais mon rival, au lieu de prendre le même parii , s'est avisé de me faire un appel.

Il est vrai, interrompit don Alvaro, que j'ai jugé à propos d'en usor ainsi : je crois que, si je n'avais point de rival, dona Théodora pourrait m'écouler: je veux donc tâcher d'ôter la vie à don Faurique, pour me défaire d'un homme qui s'oppose à mon bonheur.

Seigneur cavalier, dit alors le Tolédan, je n'approuve point votre combat: il offense dona Théodora; on saura bientôt dans le royaume de Valence que vous vous serez battus pour elle: l'honneur de votre dame yous doit être plus cher que votre repos et votre vie. D'ailleurs quel fruit

que

le vainqueur peut-il attendre de sa victoire ? Après avoir exposé la réputation de sa maîtresse, pense-t-il qu'elle le verra d'un vil plus favorable ? Quel aveuglement! Croyez-moi , faites plutôt sur vous, l'un et l'autre, un effort plus digne des noms que vous portez: rendez-vous maîtres de vos transports furieux, et par un serment inviolable engagez-vous tous deux à souscrire à l'accommodement que j'ai à vous proposer : votre querelle peut se terminer sans qu'il en coûte de sang.

Eh ! de quelle manière ? s'écria don Alvaro. Il faut que cette dame se déclare, répliqua le Tolédan, qu'elle fasse choix de don Fadrique ou de vous ; et l'amant sacrifié , loin de s'armer contre son rival, lui laisse le champ libre. J'y consens , dit don Alvaro, et j'en jure par tout ce qu'il y a de plus sacré, que dona Théodora se déterminé: qu'elle me préfère, si elle veut, mon rival, cette préférence me sera moins insupportable que

l'affreuse incertitude où je suis. Et moi , dit à son tour don Fadrique, j'en atteste le ciel : si ce divin objet que j'adore ne prononce point en ma faveur, je vais m'éloigner de ges charmes ; et si je ne puis les oublier, du moins je ne les verrai plus.

Alors le Tolédan se tournant vers dona Théodora: Madame, lui dit-il, c'est à vous de parler: vous pouvez d'un seul mot désarmer ces deux rivaux : vous n'avez qu'à nommer celui dont vous voulez récompenser la constance. Seigneur cavalier , répondit la dame, cherchez un autre

« AnteriorContinuar »