Imágenes de páginas
PDF
EPUB

n'y en a aucun qui nous présente la moindre trace de l'étamage, qu'ils ont pourtant connu, & fans lequel ils n'auroient pas ofé fe fervir des vases de cuivre dans l'ufage ordinaire de la vie. On en a même, dit-on, trouvé quelques-uns dans les ruines d'Herculanum, dont l'intérieur étoit doré & argenté : feul exemple de l'étamage de ces monumens. Le paffage que je viens de rapporter, eft une preuve des détails où Pline eft entré. Il est le feul qui nous ait donné cet éclaircissement; & ce fçavant Naturaliste semble n'avoir rien négligé pour nous inftruire.

N. I.

CE beau vafe de bronze qui contient un peu plus de trois demi-feptiers de liqueur, eft celui dont j'ai parlé plus haut, Planche XCII. & dont j'ai détaché le manche de couteau terminé par une tête de bélier, & que l'on voit au N°. IV. de cette même Planche. Ce vase a quatre pouces neuf lignes de hauteur, & n'a de mérite qu'une certaine grace dans fa forme, & la fingularité de fon ouverture divifée en trois parties, pour verfer plus facilement la liqueur. Je crois que les Romains ont emprunté des Etrufques cette forme fi commode. J'en ai vû beaucoup de femblables dans les monumens de cette nation. Quoi qu'il en foit, la conservation de celui-ci eft complette; mais il n'a aucun ornement: car je ne donnerai pas ce nom à quelques filets bien placés, & marqués avec foin par le tour.

No. II.

CE vase de bronze qui n'a jamais eu d'anfe ni d'ornement, paroît ici tel qu'il a été fabriqué. Il contient une pinte moins un poiffon de liqueur. Sa hauteur eft de fix pouces dix lignes. Les cercles qui font tracés légérement au cou & fur le fond extérieur, prouvent que celui-ci, comme tous ceux de ce même métal rapportés dans ce

Recueil, ont été travaillés & terminés au tour avec beau-
coup de foin, après qu'ils ont été fortis du moule.
N°. III.

Ce petit vase dont l'anfe eft perdue, eft de bronze. La perte de cette anfe diminue beaucoup fans doute de l'agrément de fa forme. Il a trois pouces neuf lignes de haut, & l'ouverture ronde qu'il a dans le milieu de fon renflement & fur le côté, ne permet pas de douter qu'il n'ait été bouchée par une riche incrustation; ou bien qu'il n'ait porté un gouleau, tel peut-être que nous en voyons à nos teyéres. Le P. du Moulinet en a rapporté un semblable.

N. IV.

LA fimplicité du trait & l'élégance de la forme que préfente cette urne du plus bel albâtre, ne laissent rien à defirer. La jufteffe de fon couvercle & le peu d'épaiffeur confervée à toute la matiére, indiquent le goût & le talent de celui qui l'a exécutée. Toutes ces parties comparées avec des vafes antiques de matiéres précieuses, & principalement avec plufieurs vases de ce genre confervés chez

Roi, me permettent pas de douter que celui-ci ne foit antique, quoiqu'il n'ait aucun travail ni aucun caractère qui puiffent le prouver démonftrativement. Cet élégant morceau a fept pouces deux lignes dans toute fa hauteur, & quatre pouces trois lignes dans fon plus grand diamétre. Je ne déciderai rien fur l'ufage auquel il a été destiné. Cependant il me femble avoir fervi à renfermer des cendres; & fon extrême beauté ne doit point empêcher de s'arrêter à cette conjecture, parce que les Romains n'ont pas mis de bornes à leurs dépenfes funéraires. Je n'ai rien de certain à dire fur le pays & le temps où ce beau vase a été fabriqué; mais fa forme eft bien exacte: elle eft fi fine & fi bien pensée, que l'on a peine à fe perfuader qu'elle ne foit que d'un Romain. Le hazard me l'a fait trouver

dans Paris.

Cab. de fainte Genev. p. 26.

N. V.

CETTE urne lacrymatoire de verre blanc eft d'une forme finguliére: du moins j'en ai peu vû de femblables. Elle fut trouvée l'année derniére auprès de Naples. Sa base a deux pouces de largeur, & fa hauteur eft de cinq pouces & demi.

PLANCHE C

N. I.

CETTE efpéce de buire ou vafe de forme allongée eft de bronze, & de la plus belle confervation. Elle a dix pouces trois lignes de haut. Son anse fort bien travaillée eft rapportée féparément fous le même numéro. La compofition, & plus encore le genre du travail, font dignes de l'attention des Connoiffeurs.

On voit à l'extrémité de cette anse un Pâtre qui tire une chévre, & dans trois divifions qui occupent la longueur le Graveur a représenté différentes efpéces d'animaux dont les troupeaux font compofés. Enfin tous ces ornemens champêtres me paroiffent remonter à une très-haute antiquité. J'avoue même que je ne reconnois point le goût Romain ni dans l'ordonnance, ni dans la main de l'Artiste. Le défaut de piéces de comparaifon m'empêche de décider, & m'oblige de placer ce vase parmi les ouvrages Romains. Il contient deux pintes & trois poiffons, & fa largeur dans fon plus grand diamétre eft de fix pouces.

No. II.

[ocr errors]

CETTE autre buire eft de bronze, & ne fçauroit être mieux confervée. Le trait en eft bon: mais outre le mérite de fa forme, elle eft encore plus recommandable par fes belles oves, par fes beaux filets, enfin par un fi grand terminé, que l'orfévrerie elle-même n'eft pas travaillée

avec

avec plus de foin. Ce vafe a dix pouces fept lignes de hauteur, & fon anfe détaillée & rapportée fous le même numéro, donne une idée de fa délicateffe, & du genre de fon travail. Cette anfe a fept pouces & demi de longueur; & le vase, dont la largeur eft de quatre pouces & demi, contient une pinte & demi-feptier de liqueur. On voit fous les numéros de ce vafe & de celui qui le précéde, le travail fait au tour, dont leurs fonds font extérieurement ornés. Celui du No. I. est d'un relief assez saillant ; l'autre est simplement tracé à l'outil.

N°. III.

Ce petit vase de bronze, qui n'a jamais eu ni anse ni ornement, & dont tout le mérite confifte dans la pureté du trait & dans la correction, contient un demi-septier de liqueur, & fa hauteur eft de quatre pouces quatre lignes.

PLANCHE

C I.

No.
N. I.

CE vafe de bronze, d'une forme peu élégante, & d'une affez médiocre conservation, a été fondu très-mince ou plané au marteau. On y apperçoit à peine un refte de dorure. Sa hauteur eft de cinq pouces une ligne. L'anfe, qui eft gravée féparément & plus en grand fous le même numéro, fait le feul mérite de ce petit monument. Elle eft fort bien confervée, & représente une Sirène, dont le tour eft auffi fin qu'agréable, mais d'un genre qui n'est pas ordinaire dans les morceaux antiques, & qui pourroit faire regarder celuici comme moderne : ce que je n'oferois affûrer. La hauteur de ce vafe eft de quatre pouces, & il contient précisément une pinte de liqueur.

Oo

[ocr errors][merged small][merged small]

No. II.

La forme de ce vafe de bronze eft des plus finguliéres. Il a cinq pouces moins trois lignes de hauteur. L'anfe qui a cinq pouces & demi dans toute fa longueur, le furmonte d'un peu plus d'un pouce. Son ornement eft rapporté fous le même numéro. Le feuillage terminé par un cartel qui renferme un enfant affis, eft de bon goût; & quoique la forme de ce vase ne me paroiffe rapportée dans aucun des Recueils que j'ai vûs, je garantirois bien fon antiquité. Il contient une pinte moins un poiffon de liqueur.

No. III.

PLANCHE CII.

N. I.

LE fimpulum étoit un inftrument fervant aux facrifices avec lequel on puifoit le vin contenu dans un vase nommé préféricule, foit pour le goûter, foit pour en faire différentes *Nonnius,c.15. libations. Il y en avoit de bois, & de terre cuite : mais ceux

a

G. 12.

On voit fous ce numéro un vase, dont la forme est la même que celle du précédent. Il est aussi de bronze; mais le volume eft de moitié plus petit. Le vase n'a donc que trois pouces deux lignes de hauteur, & ne contient qu'un demi-feptier de liqueur. Il eft mal confervé, & fon anse a été perdue. Il n'a rien de fort remarquable, & n'est bon qu'à nous apprendre que cette forme a été au moins pendant un temps en ufage chez les Romains: ce qui me paroît prouvé par la répétition de la même forme avec des proportions différentes.

qu'on trouve dans les cabinets des Curieux, font communément de bronze. Celui-ci, dont la copie eft exactement deffinée dans le Recueil de M. de Peiresc, est tout-à-fait uni & de bronze. Il ne peut être mieux confervé. Il a neuf

« AnteriorContinuar »