Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[blocks in formation]

XXXI. I.

93

Cuiffart. Defcription de cette armure. xxx. 3. 92 Cuivre. Voyez Airain. Aucun métal ne prend mieux le moule. xcii. 6. & 7. 239. Le premier & le plus généralement employé. ibid. Moyens d'en faire tout ce que nous exécutons avec le fer. xciii. 6. & 7. 242. Voyez Trempe. Cuivre des armes anciennes allié avec du fer. Elles étoient jettées en moule, & enfuite réparées à la main. cxIII. 6. & 7. 244. & 245. Le cuivre dont les Romains faifoient leurs armes, étoit aigre & dur: c'est ce que nous appellons cuivre noir. ibid. Moyens de durcir le cuivre. ibid. 246. C'eft le plus pur des métaux, felon les Anciens. Il chaffe les fpectres, &c. On s'en fervoit dans les cérémo

nies Religieufes. XCVI. 2. 261. Du temps d'Augufte on préféroit fouvent le cuivre au fer. cv. I. 285. Dans la fuite on fit plus d'ufage du fer, dès qu'on le fçut travailler avec plus de facilité. ibid. Culote [efpèce de] d'un Mime. LXX. 183 Culte. Différens objets de culte réu

I.

nis fur un même monument. LXVI. 2. 177. A quoi l'on reconnoît le culte d'un peuple. Avert. pag. vij. Cuprum. Voyez Æs.

Cycnarium. Collyre blanc. xc. 3. 226 Cygne confacré à Vénus, & avoit

place fur le Parnaffe. xcv. 5. 260 Cylindres chargés de figures & de caractères gravés en creux: amulettes qui ont été faits à l'ufage des Perfes. Mais comment des figures Perfannes font-elles repré fentées avec des hiéroglyphes Egyptiens? XVIII. 1. & 2. 54. & 55. Cylindres de cuivre dont on pourroit fe fervir pour fabriquer des médailles. cv. 2. Cynocéphale. Efpéce de Singe, qui faifoit connoître le temps de la conjonction du Soleil & de la Lune. IX. 2. 33

290

4.

Cypfelus, Tyran de Corinthe. LIV. 148 Cyrénaïque. On y faifoit d'excellens ouvrages de gravûre. LX. 4. 166

[blocks in formation]

117

Diarrhodon. Collyre fait avec des
rofes. xc. 3.
Diafmyrnes. Collyre fait avec de la
myrrhe. xc. 3.

226

229

Dieu. Douze grands Dieux adorés par les Egyptiens. xxI. &c. 67 Dioméde enlevant le Palladium. XLV. 123 Diofcoride. Son enlévement du Palladium. XLV. 3. 123

3.

Difcuffions. Utilité de certaines difcuffions pour la connoiffance des ufages anciens. LVIII. I. 61 Divinité qui préfidoit aux travaux de la campagne parmi les Etrufques. XXVII. 1. 81. Divinités Etrufques représentées avec des aîles. XXXI. 2.

tion.

Delta. Voyez Triangle.
Demaratus s'établit en Etrurie avec
plufieurs autres Grecs. LIV. 4. 148.
Deffein cultivé par les Egyptiens. 6.
Deffeins inaltérables fur la pote-
rie de terre des Etrufques. 80. Le
temps a mis de la différence dans
la maniére de deffiner des Etruf-
ques. 81. Connoiffance du deffein,
néceffaire à un Antiquaire. LX. 5.
167. Pour connoître le goût na-
tional. Avert. pag. vij.
Détails. Les Egyptiens les négli-
geoient, & ne s'attachoient
qu'aux maffes. 6. Les Artiftes
Grecs s'attachoient par préfé-
rence à la beauté des détails. XLV.
3.
124
Détrempe. Ufage de la peinture en
détrempe chez les Romains.
LXXXV. &C.
191
Diacherale. Collyre fait avec la cen-
dre du hériffon brûlé. xc. 3. 229
Diacrocon. Collyre fait avec du faf-

fran. xc. 3. 226 Diademe formant la coëffure de Vé172

nus. LXIII. 2.

Dialepidium. Collyre fait avec la pafferage. xc. 3. 228 Diamant. On fe fervoit de la poudre de diamant pour retoucher au touret les camées, ou agathes de deux ou de trois couleurs. XCVII. 264 Diamify. Collyre fait avec le mify. 227 Diana Lucifera. Ses attributs. LXXXII.

1.

xc. 3.

E.

207

I.

Diane Patroa. Sa ftatue fort groffre E Claire. Plante à l'ufage des Mé

96

decins-Oculiftes. xc. 3. 227 Ecliptique. Le Soleil ne s'en éloigne pas. XXXII. Ecriture. Les Grecs empruntérent des Orientaux la coûtume d'écrire de droite à gauche. xx. 3. 63. L'origine de l'écriture ne pourra jamais être éclaircie par les témoignages des Auteurs Grecs & Latine. xxi. &c. 69. Avant le com

en Gréce. 118. Diane d'Ephèse. La premiére idée en vient d'Egypte. Toute femblable parmi les Grecs qui l'ont décorée. 119 Diapfa. Le même que le Diapforicum.

xc. 3.

229

Diapforicum. Collyre pour les ophthalmies féches. xc. 3. 227 Diarices. Mot corrompu. xc. 3. 226. Voyez Diacrocon.

192

94 Dominus. Ce titre ne convenoit qu'aux Romains du quatriéme ou cinquiéme fiécle. xciv. 8. 257 Dorer à froid. Pratique exécutée en Egypte. LXXIX. 1. Dorure faite avec du cuivre fur une caiffe de momie. x1. 140. Dorures mêlées avec des couleurs rouges & bleues. LXXIX. 1. 192. Pourquoi les dorures ne fubfiftent pas longtemps. ibid. Drapperie. Les plus anciens Etrufques ne fçavoient pas en exprimer les plis, & y mettoient des points, au lieu d'ornemens.xxviii.

194

1.

82

Dupérac. Peintre. Recueil de fes deffeins. LXXXIV.

209

mencement de ce fiécle on ne connoiffoit point l'écriture courante des Egyptiens. ibid. Développement ou expofition du fentiment de Warburton fur l'écriture des Egyptiens. ibid. 70. Voyez Lettres. Deux fortes d'écriture Egyptienne. ibid. 73. Ecriture vulgaire des Egyptiens. xxi. &c. 73. Ecriture fur les pierres, familiére aux Grecs, & d'une pratique très-difficile. XLV. 3. 124. Quelle étoit la portée de la ligne. xciv.

6.

255

Egyptien. L'origine des Egyptiens inconnue. 1. L'écriture fymbolique, caufe de l'obscurité de leur hiftoire. 2. Par le moyen des hiéroglyphes on ne peut qu'entrevoir quelques-unes de leurs penfées. Les Étrufques, les Grecs & d'autres peuples ont puifé chez les Egyptiens le goût pour les Sciences & les Arts. ibid. Ils avoient deux fortes d'écriture. xxi. &c. 73

Egyptienne [tête d'] de bois de fy

comore. Voyez Africaine. Email femblable au nôtre, dont les Egyptiens couvroient des figures de terre. v. 4. 21. Voyez Couverte. Admirable fragment d'émail.LXXIX.

1. 192. Email colorié, appliqué fur du verre. XCIV. 3. 252 Embaumemens des Egyptiens n'ont point été reçûs par les Etrufques; 79. ni par les Romains pendant leur commerce mutuel. LXXXV. } Encaustique. [peinture] On y mettoit en fufion la cire coloriée. LXXV. &c. 191 Enfans vainqueurs dans les jeux de la Gréce. LIII. 1. 141. Pourquoi tant de têtes d'enfans fur les mo209 Epée faite par M. Geoffroi le fils à l'imitation de celles des Romains. XCIII. 6. & 7. 245 Epiméléte. Quelles étoient fes fonctions. Expl. des Vign. pag. xviij.

numens. LXXXIV.

Epiphi. Nom d'un mois Egyptien. XXI. &c.

68

Efclaves. Les Romains leur abandonnérent prefque toûjours la pratique des Arts libéraux. 159. Plus ils avoient de talens, plus leur fervitude étoit dure. ibid. Esclave moiffonneur Ou vendangeur. LXXIV. 189. Efclaves Romains portoient des anneaux aux cuiffes. CII. 5. 277 Efculape. Les têtes de Jupiter & d'Efculape fe confondent aifé

ment. LVIII. I.

161

mains. XCIX.

Etamage du cuivre connu des Ro269. & 270 Etoiles de Caftor & de Pollux. LXVI. 177

2.

Etrufques. Aucun de leurs Hiftoriens n'eft venu jufqu'à nous. 77. Leurs infcriptions prefque inexplicables. ibid. Ils eurent pendant un temps l'empire de la mer. 78. Ils s'abandonnérent au luxe. Ils étoient fuperftitieux à l'excès.Les Gaulois & les Romains ont fubjugué les Etrufques. Un Sçavant a cru qu'ils devoient aux Egyptiens la connoiffance des Arts. Preuves du commerce des Etrufques avec les Egyptiens. ibid. Preuve de celui des Etrufques avec les Grecs. LIV. 4. 148. Leurs manufactures fourniffoient autrefois prefque tout le monde connu. LV. 2.151. Les Etrufques s'écartérent du goût & des ufages Egyptiens. 78. Ils ont donné plus de mouvement à leur compofition. 119. Le nom d'Achille gravé en caractères Etrufques fur une cornaline. xxx. 1. 91. Coëffure de femme qui a rapport à celle des Etrufques. LXXXV. 2. Expériences de M. Majault fur la maniére d'imiter les verres coloriés des Anciens. cvII. 10. 298 Ex-voto.Bufte de l'Empereur Claude.

211

LXV. I.

174

F.

F.

F

Aënza. Il y avoit en cette ville fur la fin du XV. fiécle une célébre Manufacture de vases de terre verniffée & coloriée. LXXxl. 3. 204

3.

Falconnet. [M.] Son explication des noms de drogues ou remédes gravés fur les pierres qui fervoient d'empreintes aux Oculiftes. xc. 225 Faunes [trois] à la fuite de Bacchus. LI. 2. 137. Tête de Faune, ouvrage Romain, trouvé en Egypte. LIX. 2. 163. Bufte de bronze repréfentant la femme d'un Faune. 186 Fauftine. Camée admirable copié d'après le revers de fon médaillon. LIX. 4. 164 Fayence. Une partie du travail des Etrufques en terre cuite comparée au travail des Manufactures de fayence & de porcelaine. xxix.

LXXII. 2.

I.

86 Fécondité. Le cochon en étoit le fymbole chez les Etrufques. xxx. 1.

102

Felex pour felix eft du Latin du quatriéme ou cinquiéme fiécle. XCIV. 257

8. Femme d'un Faune. Voyez Faune. Fer. Pour être mis en œuvre, il exige

deux fois plus d'opérations que le cuivre. On ne peut le jetter en -moule que pour des ouvrages groffiers. Il faut toûjours le forger. Il étoit rare en Gréce, en Afie & en Italie. Les Anciens en ont fouvent parlé par métaphore. xcIII. 6. & 7. 239. Homère en parle rarement. 240. Glaucus de Chio trouva le fecret de fouder le fer. ibid. Statue d'Hercule en fer. ibid. Rareté de ce métal, prouvée par une foucoupe de fer foudée & envoyée au temple de Delphes. ibid. 241. L'Auteur n'a jamais vû

que deux lames d'épées Romaines de fer. ibid. On n'a jamais trouvé en Egypte le plus petit morceau de fer. ibid. 242. Alliage du fer & du cuivre, que l'on a cru impoffible.ibid.244.246. Maniére d'aug menter la dureté du fer. xCIII. 6. & 7. 248. Voyez Trempe en paquet. Fers. Sorte d'inftrument dont les Etrufques fe fervoient pour faire certains ornemens au fond intérieur des vafes de terre. xxxvI. 4. 105 Fertilité de l'Etrurie. XL. 3. 96 Feuillage d'un goût exquis fur un vafe Etrufque. XLI. 1.

108 Fiches ou chevilles à la circonférence d'un trochus. LXXXI. 2. 203. Ficoroni. Son Traité des mafques de

théâtre. LIV. 1. 145. & 2. 146 Filet. Pourquoi fymbole d'Ifis. vI. I.

22

Flambeau. [Course du] Defcription de ce fpectacle. Expl. des Vign. p. xvij. Plufieurs difficultés à éclaircir fur ces jeux. Meurfius dit qu'aux Panathénées cette Course fe faifoit dans le Pirée. pag. xix. Pfellus dit le contraire de ce qu'on lit dans Paufanias au fujet de cette courfe. Ceux qui s'y exerçoient, étoient appellés Lampadiftes.ibid. Fléches [pointes de] de bronze.xciii. 6. & 7. 238 Flûte. L'ufage des doubles flûtes n'a

2.

pas commencé en Egypte. 111. 3. 16. Flûte à plufieurs tuyaux. LI. 137 Fluxion fur les yeux. Quel étoit l'ancien nom Latin de cette maladie. xc. 3. 226 Fonte du fer. M. de Réaumur a fait un excellent Ouvrage fur cette matiére. Extrait de ce Livre par rapport à la trempe. xc111. 6. & 7. 247. & 248 Fouet. Symbole d'Ofiris. 11. 1. & 2. 13 Fourmont. [M.] Digreffion fur M. l'Abbé Fourmont, & fur M.Four

mont fon neveu. XIX. $9. & 60 Fourrées. [médailles] Les faux Monnoyeurs nous ont laiffé beaucoup de médailles fourrées. cv. 2. 290 France. Antiquités trouvées en ce Royaume. Françoife. [langue] Elle n'a point de terme qui fignifie le fer d'un javelot. xciii. 5. Frefque. Morceau de peinture à frefque. LV. 1. 149. Celle des Anciens étoit pareille à la nôtre. LXXV,&c.

160

237

[blocks in formation]

CII. 5. 277 Gazettes. Sortes de pots couverts, dont les Etrufques fe fervoient auffi-bien que nous. XXIX. I. 88 Gènes. Manufacture de cette ville.

LIII. 2.

142

242

242

J.

Génies gardiens ou vans des mumies. Leurs attributs. v. 4. 20. La théologie Payenne peuploit l'Univers de Génies. xxI. &c. 68. Génies gravés fur une plaque de bronze du temps de Julien l'Apoftat. LXXXVI. 1. 214. Bon Génie. Voyez Agathodæmon. Genfac. Village où l'on a trouvé des lames d'épées antiques. XCIII. 6. & 7. Geoffroi [M.] le fils. Son opération pour retrouver la trempe du cuivre. XCIII. 6. & 7. Germain-des-Prés. [S.] Cabinet d'Antiquités dans cette Abbaye. LVIII. 162 Gladiateurs. Les Etrufques donnérent les premiers le spectacle des Gladiateurs. 78 Glandes qui tapiffent l'intérieur des paupières. xc. 3. 230 Glaucus de Chio. Célébre Graveur Grec. XCIII. 6. & 7. Goliath. Sa tête. LXVII. Gori. [M.] Sa conjecture au fujet de Dédale paroît un peu hazardée. XXVIII. 1.83. & 84.Examen d'une autre conjecture de cet Antiquaire. XXIX. 1. 85. Explication qu'il a donnée d'une figure de bronze. XXIX. 2. 89. & 90. Il feroit à fouhaiter que l'empreinte qu'il a publiée d'une cornaline représentant Achille, fût un peu plus exacte.. xxx. 3.91. Expofition des raisons que l'on pourroit oppofer à ce qu'il dit au fujet d'un bufte de femme, qu'il croit être celui de Proferpine. LXXXV. 2.. 211. & 212 Gourvieux. Village où l'on a trouvé des tombeaux. XCIV. 8. 258 Goût. Défaut de celui des Romains, & à quoi ils font attribués. 158.

240 178

« AnteriorContinuar »