Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Goût d'un pays mêlé avec celui du peuple de qui il a tiré fes lumiéres. LXIII. 171. & LXXIII. 3. 188. Ce qui fait connoître le goût d'un peuple. Avert. pag.vij. Comparaifon de la différence du goût des peuples avec celle qui eft entre les couleurs primitives. ibid. pag.viij. Pourquoi les verres & les vafes de terre cuite font connoître le goût national. ibid. Goutte-feréne, ou paralyfie du nerf optique. xc. 3. 227 Graces. Leurs ftatues drappées. XLIX.

1. 131. & LIII. 2. 141. Leurs ftatues en bois avec des habits dorés, le vifage, les pieds, & les mains de marbre blanc. ibid. Grainetis fur les tranches d'un candélabre. LXXXII.1.207. & LXXXIII. 208 186

Gratus. [Julius] LXXII. 3. Gravelle. [M. de] Examen de fon fentiment au fujet d'une pierre gravée, qui représente, felon lui, Ajax & Caffandre. LVI. 2. 153 Graveurs Romains n'ont pas toujours mis leurs noms fur leurs ouvrages. LXXI. 3. 185. Graveurs en pierres fines copioient ordinairement les meilleures ftatues. XLVI. 126

2.

"

Gravure des pierres connue des Egyptiens. 6. & des Etrufques.79. Gravûre en bois comparée à une manœuvre des Ouvriers en terre cuite parmi les Etrufques. xxIX. 1. 87. Gravûres ne peuvent faire connoître le goût national.LXXXV. 2. 212. Utilité de la Gravûre pour la confervation des monumens antiques. Avert. pag. v. Grecs. Ils s'écartérent du goût & des ufages Egyptiens. 79. Leur vanité. 117. & 118. Leur Religion, leurs Arts & leur Gouvernement empruntés des Egyptiens. Temples dans la Gréce dédiés à Ifis, à Sérapis & à d'autres Divinités Egyptiennes. ibid. Les Grecs

fe font écartés du goût pour le grand, qui faifoit le caractère des Egyptiens. 119. Ce qui fortoit des mains des Grecs étoit plus élégant. Ils excelloient dans les Arts dont l'objet eft de plaire par l'imitation. ibid. Rareté des ouvrages du grand Grec. 120. Le filence des Grecs fur les Etrufques femble prouver qu'ils avoient emprunté de ceux-ci plufieurs ufages. LIV. 4. 148. Rome s'eft trouvée remplie d'Artistes Grecs, principalement fous les Empereurs. 159. Les caractères Grecs ont été formés des Phéniciens. xxi. &c. 74

Gryphons ailés fur les monumens Etrufques & Egyptiens. 78. Gryphon fur une agathe-onyce. LII. 4. 144. Gryphons traînant le char de l'Amour. Ils étoient parmi les Etrufques confacrés à Apollon, & l'image de la Poëfie. Confacrés auffi à Néméfis. LXV. 175. & 176 Gymnastique. [la] Recherches de M. Burette fur cet Art. LXXXI. 2. 208

H.

Habillement le plus commun des

106

Etrufques. xxxvii. Hache des anciens habitans du Pérou. LXI. 2. 168. Hache d'armes. 197

I.XXX. I.

Hadrien. Voyez Sauveur. Hadrien fe confacra à lui-même un autel dans la ville d'Athènes. xx. 1. 62. On lui donne dans deux infcriptions le titre de óral.ibid. Autel que l'on croit avoir été élevé en l'honneur de ce Prince. ibid. 61. Hadrien repréfenté fur un camée avec un lion qu'il combat. LI. 3. 138. Hadrien protecteur des Arts. 159. & I.XIX. 181 Harpocrate porte la main gauche à la bouche. VII. 1. 25. Deux figures de ce Dieu qui offrent quelques variétés. VIII. 1. & 2. 28. Voyez

Ornement. Harpocrate fur un camée porte la main droite fur le pied droit, & eft affis fur un culde-lampe terminé par trois feuilles d'acanthe ou de lotus. XLV. 2.

122

Harpon. Pourquoi fymbole d'Ifis. vI.

1.

22

Haye. [M. de la] La galerie de fa maifon eft admirée par les Connoiffeurs. LXIX. 182 Herculanum. Les enduits des murailles de cette ville étoient peints d'Arabesques & d'ornemens trèsgroffiers. Defcription de la peinture de ces murailles. L'extérieur des maifons étoit peint de gros jaune, de noir, ou de rouge-brun.

LV. I.

150

Hercule-Mufagétes, ou jouant de la lyre. XLVII. 2. 125. Hercule marchant, & ayant la maffue fur l'épaule. LXI. 1. 168. Deux ftatues de ce Héros dans le lieu où combattent des Lutteurs. Dans l'une Hercule a un caducée. LXXXVIII. 217. & 218. Hercules-Mercures: Statues qui réuniffoient les fymboles de ces deux Divinités. LXXXVIII. 218

229

24

Hériffon brûlé. Sa cendre bonne pour empêcher les cheveux de tomber. xc. 3. Hermaphrodite ou la Nature. xxxvIII. 106. Cette figure tient un plat rempli de fruits, & paroît être une Divinité qui préfidoit à quelque faifon. XLII. 3. 111 Hermes. Ses Livres écrits en caractères hieroglyphiques. VI. I. Hermophilus. Le collyre de fon invention cité par Galien. xc.3. 226 Héros Grec allant avec fes armes aux exercices publics. XLIX.3.132 Hefperides [pommes des] dans la main d'Hercule. LX. 2. 165 Heures. Déeffes. LI. 2. 137 Hieroglyphes. Les Egyptiens ne difpofoient pas toûjours leur écriture hieroglyphique de la même ma

niére. xIx. 59. Warburton a détruit l'erreur où l'on étoit que les Prêtres Egyptiens avoient inventé les hiéroglyphes pour cacher leur fcience. xxi. &c. 70. Quelques hieroglyphes ont paffé dans l'écriture courante des Egyptiens, fans éprouver le moindre changement. ibid. 72 Hippopotame de bronze, dont l'ouvrage eft Romain. 11. 3. 13 Hiftoire. Les difficultés hiftoriques font fouvent expliquées par des monumens antiques. Avert.pag.ij. Homère utile aux Artistes. xxx. 3.91. Il a été admiré chez les Etrufques. 98

XXXIII.

26

Honorius, Empereur, porté fur les épaules de quelques jeunes gens de qualité. vII. 2. Horus & Harpocrate représentés. comme déux Divinités différen tes. VII. 1. 25. Horus, Harpocrate & le Soleil n'étoient qu'une même chofe. vIII. 1. & 2. 30. Horus affis fur la fleur du lotus. ix. 1. 32 Houlette. Symbole d'Ifis. vi. I. Hydrauliques. [machines] Les anciens Auteurs en parlent. LXXIV. 189 Hymette. Il y a fur ce mont un Monaftère de S. Jean. Expl. des Vign. pag. xix.

22

J.

J

Ambes. Pourquoi réunies dans les ftatues Egyptiennes. S Japon. Voyez Chine. Javelot [fer de] de bronze. xcii. 5. 237 Ibis de bronze. x. 4. 38. & 39 Ichneumon. [l'] XIII.4. 48 Jets-d'eau. Les Romains en faifoient. 189

LXXIV.

Jeu d'adreffe parmi les Etrufques.

XL.

107

Jeunesse Romaine. Ses occupations.

158

Jeux. Voyez Spectacles. Jeux fcéniques. Les Romains les reçûrent

149

des Etrufques. LIV. 4. Images des Ancêtres chez les Romains. C'étoient des buftes.Ufage à cette occafion. LXXXI. I. 200. De quelle matiére étoient ces images. ibid. Imaguncula. Ce mot, auffi-bien que celui de Plaguncula, fignifie dans les Lettres de Cicéron à Atticus, de petites poupées de cire qui repréfentoient les perfonnes au naturel. LXXV. &c.

190

Imitation des Auteurs & des Artiftes Grecs. LIII. 141. On imitoit les camées, ou plutôt les agathes de : deux ou de trois couleurs. xcvii. 1. 264. Imitation des pierres fines & de certains verres antiques. 293

CVII.

Impetus. Explication de ce mot en termes de Médecin-Oculifte. xc. 3. 226

Imprimerie. Il est étonnant que les anciens Romains ne l'aient pas inventée, puifqu'ils faifoient des cachets, fur lefquels ils gravoient des caractères évuidés avec la faillie fuffifante pour leur faire prendre la couleur, fans que le fond pût marquer, &c. xciv. 6. 254. & 255. L'Imprimerie ne differe de cette gravûre que par la mobilité des caractères. Si les Anciens euffent porté leur invention jufqu'à l'Imprimerie, leurs planches n'auroient été travaillées que d'un côté. ibid. Incruftation pratiquée par les Anciens fur des pierres fines. LXI. I. 167. & 168. & LXXI. 2. 185. Sur du verre. Voyez Verre. Incruftation d'émail dont les murailles étoient revêtues. LXXIX. I. 192. Incruftation de métaux. LXXXIX.

[merged small][ocr errors][merged small]

aux hommes diverfes maniéres de fe vêtir. LVIII. 1. 161 Intelligence. Les Sculpteurs Egyptiens en manquoient dans les détails. 6 Ionique. [Ordre] Son chapiteau. Voyez Ove.

Jofepin a deffiné la pierre gravée ou le camée du N°. 2. de la Pl.LI. 137 Iota a été ajoûté au Datif Dorique : dans la fuite on le foufcrivit. Voyez Onga.

Ifiaque. [Table] Les Cercopithéques qu'on y voit ne tiennent point la table chargée d'hieroglyphes qu'on voit dans la Pl. xvi. 2. 51 Ifis de bronze, dont la coëffure eft finguliére. iv. 1. & 2. 17. Buftes d'Ifis. IV. 3.18. & 19. Cette Déeffe eft ordinairement représentée affife. v. 2. 20. Sa puiffance. vi. I. 22. Elle a été prife pour le bon Génie. ibid. Ses Miniftres paroiffoient en certaines cérémonies avec les fymboles des Divinités les plus puiffantes. vi. 4. 24. Tête d'Ifis faite de terre, & accompagnée de la dépouille d'une poule de Numidie. xv. 4. 50. Ifis avec la figure d'Ofiris placée debout devant elle. Expl. des Vign.pag.xv, Ifochrufa. Explication de cette épithéte de certains collyres. xc. 3.

229

Ifotheon. Explication de cette épithéte du collyre Diasmyrnum. xc..

3.

229

Italie. Il y a 18. fiécles qu'on y veille à la confervation des Antiques.

120 27

Juges fans mains. v11. 2. Julia Domna, mere de Caracalla & de Géta. cv. 3. 287 Julia Mafa, fœur de Julia Domna, eft nommée Augufte fur des médailles. cv. 2. 287 Julie, fille d'Augufte: fon portrait en marbre. XLVIII. I.

129

Julien l'Apoftat rétablit le culte des Divinités Egyptiennes. Médailles

I.

fur lefquelles il a la forme de Sérapis, & où fa tête eft en regard avec celle d'Ifis, comme fur la plaque de bronze de la Pl.LXXXVI. 213 Ivoire. Les Anciens en faifoient beau coup de cas. LVII. I. 155 Jupiter Melichius. Sa ftatue fort groffiére en Gréce. 118. La tête de Jupiter aifée à confondre avec celle d'Efculape. LVII. 1. 161. Jupiter gravé fur une cornaline. 125 Juftice [Chef de la] parmi les Egyptiens. VII. 3. 27

XLVI. 2.

231

Lettres Egyptiennes n'étoient que des hieroglyphes fimplifiés & mo◄ difiés par le befoin & par l'ufage. XXI. &c. 70. Monumens fur lefquels fe trouve peut-être tout l'alphabet Egyptien. 71. Examen

K.

Kircherianum. [Mufeum] Le P. Lieles lettres Egyptiennes cavoibid

Bonanni en a été l'éditeur.LXXXII.

noms de ceux où l'on a découvert
des Antiques.
160

Ligne. [portée de la] Voyez Ecriture.
Lion. Sur quoi étoit fondée la coù-
tume des Egyptiens de terminer
par des têtes de lion les tubes &
les autres conduites qui portoient
l'eau dans leurs bains, & le vin
dans leurs preffoirs. XVII. 1. & 2.
52. Lions aîlés fur les monumens
Etrufques & Egyptiens. 78. Tête
de lion imprimée fur la platterie
la plus commune des Etrufques.
XLIII. 5.
· 113

Lit. Trois différens lits d'une aga-
the-onyce de trois couleurs. LII.
4.
140
Littérature. Les anciens Auteurs four-
niffent des modéles accomplis en
chaque genre de littérature. LIII.
141
Livre facré. Voyez Rituel.
Lombardie. Partie de la Gaule Cifal-
pine.
160

Lotus. Plante particuliérement con-
facrée à Ofiris. vi. 4. 24. Elle fem-
ble régler fes mouvemens fur ceux
du Soleil. Horus eft fouvent affis
fur fa fleur. IX. 1. 32. Hadrien
vouloit qu'on donnât au lotus le
nom d'Antinoüs. LI. 3. 138.

I.

206

Kziri. Mot Arabe. Giroflier. xc. 3.

230

L.

L.c.

102

C. Lubens curavit. LXXII.3.186 Labourage. Le cochon en a fait naître l'idée. xXXV. I. Labyrinthe. Les deux labyrinthes & les ruines de Thèbes font dignes d'admiration.

des. LVI. 4.

par Polydore, Athénodore & Agefander, Sculpteurs de Rho154 Laraire. Taureau confacré dans un Laraire. LXIV. 2. 174 Lares. Pendant les Saturnales on couvroit de petits masques le vi¬ fage des Dieux Lares. LIV. 4. 146 Larves ou Lémures. x. 1. 36 Lene. Epithéte d'un collyre. xc. 3.

Lacrymatoire [urne] de verre blanc.
XCIX. 5. 272. & cii. 3. 275
Lacrymatum, diftillé.Epithéte du col-

lyre appellé Melinum. xc. 3. 230
Lait dans une urne de verre blanc,
trouvée dans le tombeau d'un
enfant. LXXX. 2.
198
Lambert. [le Préfident] Son goût
pour les belles choses. LXIX. 182
Lampadiftes. Voyez Courfe du flam-
beau, fous Flambeau.
Lampes fépulchrales de Pietro Santi
Bartoli. LXXIII. 1. 187. Lampe de
plâtre. xc. 1. 221. Trois lampes
Romaines. XC1.232. Lampe à trois
lumignons. XCII. 3. 234. Lampe
de chambre. XCIII. 3.
237
Lance de bronze. xcvi. 3.
262
Laocoon. Fameux grouppe compofé

Mariage. Cochon immolé chez les Etrufques dans les cérémonies du mariage. xxxv. 1. Martial cité au fujet du trochus. 203

102

LXXXI. 2.

Martiale ou bolaire. [terre] Voyez Bolaire.

Loup. Tête de loup en terre, qui fervoit de couvercle à un vase.Pourquoi. xv. I. & 2. 48. & 49 Lucine. Sa ftatue drappée. XLIX. I. 131

Lutteurs. LXXXVIII. 217. Régles de

leurs combats. ibid. Lycae. On appella quelquefois ainfi le mont Olympe en Arcadie. L. 2. 134 Lyonnois. On y trouve des mines de cuivre noir, qui eft aigre & dur. XCIII. 6. & 7. 245 Lyfiponum. Collyre qui procure le calme. xc. 3. 230 Lyfippe. Nous avons perdu depuis long-temps fes ouvrages. Il avoit feul la permiffion de faire le portrait d'Alexandre. XLV. I.

121

M.

MEnalius, [mont] fur lequel

2.

10.

21

on s'imaginoit entendre Pan jouer de la flute à plufieurs tuyaux. L. 134 Magoula. Autels qu'on y a trouvés. XIX. & xx. I. 61. & 62 Majault. [M.] Ses expériences fur les verres coloriés des Anciens. CVII. 298 Maillet [M.] a envoyé en France une bande de toile tirée d'une mumie. xxi. &c. 71. Voyez Momie. Mains croifées d'Ifis. vi. 1. Manche de couteau terminé par une tête de bélier. xcII. 4. 234 Mandrin. Combien il étoit néceffaire pour foûtenir les coins des médailles antiques. cv.1.284. & 285 Manganeze. Même matiére que la terre bolaire des Etrufques. XXIX. 86 Manilius. Poëte- Aftronome Latin. 182 Manteau par-deffus le fagum dans une figure de Jupiter. LVIII. I. 162 Mappa. Voyez Nappe. Marche des Divinités Egyptiennes.

LXXIV.

VII. 2.

26

Mafcarons. Ce que c'eft. xcvIII. I. 266

Mafque ou fauffe tête. x. 1. 35. Mafque de fycomore qui avoit été mis à plat fur les bandelettes qui couvroient le vifage d'un mort. XI. 3. 41. Mafques relevés fur le haut de la tête, & qui laiffent voir à découvert les vifages de deux Acteurs. LIV. 1. 145. Mafque d'une Actrice. LIV. 2. 145. A quoi fervoient les grandes boucles de cheveux qui pendoient fur le cou des Acteurs mafqués. ibid. & 146. Les Romains ne chargeoient pas toûjours avec excès les mafques des vieillards. LIV. 3. 146. Les Egyptiens n'ont pas connu les mafques. ibid.4. 147. Ils furent inventés en Gréce par Efchyle, felon Horace, qui eft contredit par Ariftote. ibid. Les Grecs reçûrent des Etrufques l'ufage des mafques.ibid. Les mafques fervoient quelquefois à couvrir le vifage des Dieux Lares. LI. 4. & LXXIII. 4. 189 Masse dont on fe fervoit à la guerre. 197 Maffue d'Hercule que ce Dieu tenoit horizontalement. LX. 2. 165 Matiére. Les Artiftes Grecs n'employoient que la plus belle matiére. LII. 3.

LXXX. I.

140

Maxyens. Ils ne confervoient des cheveux que du côté droit. LXXXI.

1.

201

Médailles ne peuvent pas inftruire auffi parfaitement que la fculpture de la maniére dont les Dames Grecques & Romaines fe coëffoient.Lxxv.&c. 191.Le Pois, Savot & d'autres ont cru que les Anciens fe fervoient de coins &

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »