Imágenes de páginas
PDF
EPUB

au

par tout ce qui peut distinguer aux yeux des hommes ; mais infiniment plus illustre par sa piete', par les exemples des Vertus Chrétiennes & Religieuses qu'il a donnez à tou. te l'Eglise sous voftre Regne, & fe je l'ose dire, par tout ce qui le pou, voit distinguer aux yeux de Dieu.

Il a toujours mis, SIRE, nombre des graces que Dieu luy avoit faites , celle d'être Sujet de VOTRE MAJEST E' , il en a cheri & rempli les devoirs , e rien n'a surpassé le zele, la fidelité, & l'admiration qu'il a toujours euë pour votre personne Sacrée. C'est tout ce qu'il emporta du siecle en le quittant , & jamais ces sentimens ne furent plus vifs , que depuis qu'il eût tout abandonné pour suivre J ES U s.CHRIST. Attentif à sa Doétrine do à fes exemples, il eût cru manquer à ce qu'il devoit à Dieu même , s'il n'eût pas eu pour le plus grand des Rois , qui en est la plus

vive image , tout le dévouëment qde la naissance inspire , & que la Religion ne manque jamais de

perfectionner

C'est ainsi qu'une pieté éclairée sçait rendre à Cesar ce qui appar. tient à Cefar, & à Dieu, ce qui est à Dieu. Bien loin de rompre , ou même de relâcher ces liens indisolubles qui nous attachent à nos Souverains , elle les ferre, elle les rend plus forts, & en gravant dans nos cæurs cette foumission sans bornes , que nous devons à cette Puissance infi. nie qui fait regner les Rois, elle y for. me en même temps cette fidelité in. violable que nous devons à ceux qui font les dépositaires de son aurorité, & dont elle se fert pour le Gouvernement du Monde.

Mais, SIRE , fi la Religion inspire ces fentimens pour tous les Souverains , tels qu'ils puissent étre, que ne doit-elle point inspirer pour VOTRE MAJES TE', pozor un

[ocr errors]

Roy qui en est le plus ferme appui, qui n'est occupé qu'à l'étendre, है l'affermir, a la proteger contre les efforts les plus violens de l'ambition & de l'herefie , qui ne combat , & qui ne triomphe que pour Elle , & qui n'ufe de fon pouvoir que pour faire respelter les loix faire regner la Pieté de la Justi

& pour

CC.

L'Abbé de la Trappe, SIRE, pénétré de ces sentimens, n'a jamais mis de bornes d l'attachement refpeftueux qu'il devoit à VOTRE MA JESTE'; élevé dés fes premieres années dans vôtre Cour, ou sa naissance , les grandes charges qui étoient dans Maison , Son merite même lui avoient donné entrée ; il se remplit de bonne-heure de la haute idée

que

les qualiter héroïques de VOTRE MAJESTE forment dans tous les esprits dans tous les cæurs. Il ne peut voir fans admiration cette fagele anti

cipée qui présidoit à tous vos com seils , cette application infatigable au gouvernement de l'Etat , & cette grandeur d'ame qui nous promettoit désors ces entreprises. fi bien concertées , ces việtoires, ces triomphes, & tous ces grands succes qui ont porté la gloire de votre Nom jusques aux extremitez de la Terre. De pareilles idées ne se détruisent pas aisément, eles se foutiennent par elles-mêmes, e les impressions qu'elles faisoient sur le cæur de l'Abbé de la Trappe étoient d'autant plus profondes, que vos grandes adions , SIRE, les, renouvelloient tous les jours.

La Renommée portoit dans son de sert les merveilles de votre Regne. Il apprenoit avec cette sainte joże. que l'amour de la justice a coutume d'inspirer, que

', que les vices étoient re. primer parvos Edits, l'impieté confonduë par vos exemples , l'heresie détruite par vos soins, & la Religion troimphante. Il n'ignoroit pas

á iiij

1

que tout ce qui pouvoit la rendre plus pure , plus majestueuse & plus venerable , étoit le premier objet de votre attention ; que non content de ne rien épargner pour le salut de vos Sujets, vous portiez votre zele jusques aux extremitez du monde, oud des Missionnaires envoyez fous vos auspices, e entretenus par vos liberalitez, fortoient aux Nations les plus éloignées, le Nom & la connoissance de JESUS-CHRIST.

Ces marques éclatantes de Religion, de Pieté, & de Justice que vous donnez à vos Peuples , ou plutôt d tout l'Univers ; la genereuse prote£tion accordée à des Princes magnanimes dépoüillez de leurs Etats, er en leur personne , à la Religion détrônée. L'heroïque moderation avec laquelle vous avez tant de fois donné la Paix à l'Europe ; toutes ces grandes choses étoient le sujet perpetuel de fon admiration. Il ne pouvoit se lasser de loüer en vous

« AnteriorContinuar »