Imágenes de páginas
PDF
EPUB

>

[ocr errors]

le

SIRE

les graces & les don's du Ciel, je veux dire ce con. cours heureux des Vertus Chrétiennes & Royales , qui vous élevent au-dessus de tous les Souverains, qui vous rendent digne de commander à toute la Terre.

Comme il étoit persuadé que Salut de la France, & la gloire de l'Eglise étoient inséparablement attachez aux jours à la prosperite de VOTRE MAJESTE', il s'occupoit sans cesse de cette pensée devant Dieu. C'étoit l'objet continuel de. fé's væux les pluss, arders : Ces sentimens pour votre Personne San crée n'étoient pas renfermez dans for cæur; il les inspiroit à tous ceux qui s'adressoient à luy de toutes parts pour se regler sur les avis , à tous ces saints Solitaires que fa reputation attiroit fous fa conduite ; er formant des Saints , il vous formoit, SIRE, des Sujets pleins de zele & il ne le passoit point de jour qu'ils ne levassent tous ensemble des mains pures vers le Ciel , pour attirer sur VOTRE MAJESTE', ces bene di&tions abondantes dont nous rellentons tous les jours les effets.

Vos bienfaits , SIRE , ces graces si essentielles répanduës tant de fois sur l'Abbaye de la Trappe , cette protection puissante accordée so souvent à l'illustre Abbé que Dieu avoit choisi pour y rassembler un fo grand nombre de Penitens uniquement occupez du soin de luy plaire , faisoient sans cesse sur ces cæurs le purs des impressions nouvelles, ils vous ont toujours regardê, SIRE, & ils vous regardent encore aujour. d'huy comme le protecteur de leur Reforme, il n'y en a point parmi eux qui ne croyent vous devoir ceta te fainte tranquillité dont il joüit, & ces moyens si seurs de fe fanéti. fier que vous avez bien voulu leur conferver au préjudice même de vos propres interêts.

Une partie de ces saints habitans du defert de la Trappe , a emporté ces sentimens dans le ciel, l'autre conserve sur la terre une reconnoissance infinie pour VOTRE MAJESTE', e je puis dire, SIRE, qu'il n'y a peut-être point de lieu dans le monde, ou l'on prie pour elle avec plus de putetë', plus de 'perseverance , & plus de ferveur. Aujourd'huy même ces Saints Solitaires emprun. tent ma plume , pour renouvelles VOTRE MAJESTE' les assurances du plus refpeétueux attachement qui fut jamais ; C'est pour en donner des marques publiques qu'ils ont fouhaité que la Vie de leur illuftre reformateur luy fût dediée, ils ont resenti vivement la grace que vous avez bien voulu me faire en me permettant de vous l'offrir en leur nom.

Nous devons esperer , SIRE; que cette vertu fi pure dont on a fait Profesion dans cette celebre Abbaye,

[ocr errors]

ne diminuëra point dans la suite des temps l'éclat de la gloire de vostre Regne

da que comme la penitence Chrétienne qu'on y pratique avec tant de benediction , aura sans doute une place honorable dans les Annales de l'Eglise ; la pofterité la comptera aussi parmi les merveilles du Regne de LOUIS LE GRAND; Je suis avec le plus profond respeit, & la foumilion la plus parfaite

ز

SIRE,

DE VOTRE MA JESTE',

Le tres-humble , tres-obéissant,

& tres-fidele Sujet & ferviteur. MARSOLLIE R.

[ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

L eût été à souhaiter que la Vie d'un aussi grand Homme que Dom ARMAND-JEAN

LE BOU THILL LER DE RANCE', Abbé Reformateur de la Trappe , fût tombée dans de meilleures mains que les miennes. J'ay été le premier à me rendre justice. On sçait qu'il n'a

pas tenu à moy que cette belle Histoirc n'ait été confiée à un plus habile Ecrivain que je ne suis , & qu'il n'a pas moins fallu

que

l'autorité du feu Roy d'Angleterre de glorieuse memoire

& de la Reine fon Epouse , pour m'obliger: à l'entreprendre.

Le respect infini dont j'ay toujours fait profession pour leurs Majestez Britanniques, la gloire de leur obéir , & l'honneur dont leur choix me combloir, ont dissipé toutes les difficultez que je pouvois faire. C'est ce qui m'a porté à

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »