Imágenes de páginas
PDF
EPUB

nante. Malgré tant d'obstacles qu'il surmonta par la fermeté de son courage, il se vit fondateur d'une nouvelle Religion , & d'une nouvelle Jurisprudence, pour les loix civiles qu'il établit.

Une nombreuse arınée de fanatiques, disposée à tout pour lui obéir, n'attendoit que ses ordres. Les Arabes furent enfin rangés sous ses étendards; tout fut séduit & entraîné. Cet habile Politique avoit observé dans ses voyages en Syrie, la foiblesse de l’Empire d'Orient: les meilleures Places étoient sans défense. Il profita de cette conjoncture favorable, & de l'heureuse disposition de ses disciples armés. Il les anima encore par l'espérance du pillage: enflammé du zéle de sa Religion , il se mit à leur tête, sous le titre de Chef des Musulmans *, leur promit des victoires * Celt-à-dire, vrais Fidéles.

assûrées sur les Infidéles. A peine fut-il entré dans la Syrie , qu'il battit les troupes de l'Empereur, qui s'oppofoient à son passage, & entra dans leurs Provinces avec autant de rapidité qué de succès. Il proposa aux Syriens de se rendre Musulmans ou tributaires. Ses disciples étoient autant d'Apôtres de sa Doctrine, que de courageux soldats. Leur Religion ne laissoit plus qu'un pas à faire aux Hérétiques ou aux Chrétiens de nom, mal instruits, & dont les moeurs corrompuës n'étoient pas effarouchées des dogmes du Musulmanisme, ni de la morale. Mahomet ajoûta au titre de Prophete & de Législateur, celui de Conquérant ; il livra le soin & la conduite de ses armées, à ses partisans les plus distingués par leur zéle pour le Musulmanisme , & l'attachement à la personne. Ils poursui, raison & par

virent la carrière qu'il leur avoit ouverte: ses sujets s’aguerrirent, s'accoutumerent par Religion à la discipline militaire, & s'enrichirent des dépouilles des Syriens. Ceux qui se retirerent furent remplacés par de nouveaux essains de fanatiques, qui vinrent prendre part à la gloire & aux pillages des premiers venus. Quels motifs puissans pour des soldats, animés encore par l'espoir du Paradis de leur Prophete, s'ils mouroient pour la Propagation du Musulmanisme! Leurs armées comptoient autant de Héros

que

de combattans. Mahomet de retour en Arabie, couvert de gloire par ses rapides & étonnantes conquêtes, les laissa continuer à ses Généraux, animés de son même efprit , il s'appliqua au gouvernement politique de la nouvelle Monarchie & de fa Religion ;

و

pour conserver celle-ci dans la pureté, il dicta à des Secrétaires fon Alcoran *, livre rempli de contes , d'absurdités puériles , parmi plusieurs préceptes d'une faine morale , & parmi le grand nombre d'articles fur la Jurisprudence civile. Par ce mélange des loix politiques & morales, cet habile & ambitieux impofteur , unissoit en sa seule personne les droits de la Souveraineté, de la Magiftrature , & de la Religion. Il mourut enfin , ayant joui de la puissance temporelle & fpirituelle,ce qui étoit inoüi jusqu’as lors dans toutes les Monarchies, excepté dans le dernier Etat des Juifs", où les Asmonéens exers cerent cette double autorité.

Mahomet n'ayant point laissé d'enfans mâles , malgré l'incontinence de son tempérament,

* Alcoran signifie le Livre, ainsi nommé par excellence.

& la multiplicité de ses femmes, ses successeurs furent Electifs, sous le titre de Khalifes, c'està-dire, Commandans des vrais Fidéles, ou de celui d'Emir-alMoumenin. Ils jouirent comme Mahomet de sa double puissance. Sous le deuxiéme Khalife cette Monarchie naissante détruisit celle des Perses, par la seule victoire que les Arabes remporterent à Cadesiah sur Isdigerde , second du nom, qui perdit le Thrône & la vie , & fut le dernier de la Dinastie des Perses Seconds, appellée Artaxercides. Toute la Syrie fut soumise aux Musulmans. La prise de Jérusaa lem & d'Aléxandrie leur livrerent la conquêre entiere de la Judée & de l’Egypte.

Ali, le dernier des cinq Khalifes Electifs , étant mort, cette Monarchie naissante devoit être renversée par les discordes ci

« AnteriorContinuar »