Imágenes de páginas
PDF
EPUB

AN. 1929.
Sleid, in com.

CXXV. Erat de la reli

nius rerierna

.29 را مA1

و

gne, Pierre Flosteld & Adolphe Clarebach , hommes

sçavans avoient été mis en prison , pour avoir des senlib. 6. p. 200. timens erronez sur l’eucharistie, & sur d'autres articles

de la religion Catholique. Après plus de dix-huit mois de captivité, ils furent enfin condamnez à être brûlez.

Rien n'arrêtoit les progrès du Lutheranisme en gion en Suéde. Suéde, où la vraye religion se trouvoit presque en

Joan. Love tierement abolie. Dès le commencement de cette anSucc. lib. 6. née 1529. le roi Gustave convoqua une assemblée

générale, dans laquelle il fit recevoir les sentimens des Luthériens pour regle de foi, & renoncer solemnelle. ment à l'obéissance du pape. Cette assemblée se tine à Orebro, petite ville capicale de la Nericie , sur la ri. viere de Erosa ; l'on y établir un usage uniforme dans toutes les églises. Le roi recommanda aux évêques un certain nombre de prédicateurs qu'il avoit entendus, afin qu'on leur donnât des bénéfices, & qu'on les défendît contre la violence. Quelques hérétiques furent maltraitez : l'évêque de Scaren dans la Vestrogothlande obligea celui qu'on lui envoya de prendre la fuite ; le recteur du college commençant à expliquer l'évangile de faint Matthieu à ses disci. ples, pensa être accablé à coups de pierres, & se fauva à Vadsteg , ville de l'Ostrogothie. Les auteurs de ces troubles furent quelques seigneurs de la Go. thie occidentale qui conspirerent contre le roi pour maintenir la religion Catholique ; mais le chef de certe conspiration, appellé l'Huro - Jean , fut arrêté & mis en prison, d'où il ne sorcit qu'apres six mois, à la recommandation de George son fils , qui étoit dans la faveur de Gustave ; cependant les Suédois one

moins

ich

moins changé que les autres ; car ils ont des évêques , An. 1529.
des prêtres & des diacres mariez ; leurs églises sont
peu différentes des nôtres; ils ont une liturgie allez
semblable à celle de l'église Romaine ; aux grandes
fêtes ils vont à confesse , & se mettent quelquefois dix
ou douze aux pieds de leurs ministres pour recevoir la
pénitence. Le Lutheranisme en Dannemark faisoit
aussi de semblables progrès.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

An. 15.30.

LIVRE CENT TRENTE-TROISIEME:

I. Couronnement de Charles V. à Boulogne par le pape Clement VII.

comment. lib. 7. pag. 207 Guicciard. lib. 10.

'EMPEREUR Charles V. écoit toujours à Boulogne, où il attendoit le jour mar. qué pour la cérémonie de son couronne

ment. Ce jour tant désiré étant enfin arri. Sicidan, in vé, le pape accompagné de quinze cardinaux , vingt

deux évêques, huit abbez, & de tous ses officiers , fe transporta le matin dans l'église de faint Petronio qu'on avoit magnifiquement ornée. Peu de tems après l'on vit arriver l'empereur en manteau impérial, donc Sforce duc de Milan, & Charles duc de Savoye por toient la queuë. Le marquis d'Astorga portoit le sceptre, le duc d'Ascalona l'épée , & le marquis de Montferrar la couronne de fer, & le globe étoit porté par Alexandre de Medicis , déja reconnu pour gendre de sa majesté impériale ; tous étoient suivis d'un grand nombre de seigneurs. Cette couronne, dite de fer,

quoiqu'elle soit d'or, est ainsi nommée à cause d'un Card.Pascal. cercle de fer blanc qui est en-dedans ; d'autres disent

qu'il n'y a de fer qu'une petite pointe qu'on peut à peine remarquer : le dessein de Charlemagne, en la faisant faire ainsi, étoit d'apprendre aux empereurs que pour conserver leur puissance en Italie, il falloit employer le fer & la force. Cette couronne étoit gardée dans la ville de Monza en Lombardie , & servoit à déclarer l'empereur roi des Lombards, ce qui lui con. serve les prétentions qu'il a sur l'Italie; car dans le couronnement qui se fait à Aix - la - Chapelle avec la couronne d'argent, il est seulement déclaré roi de

lib. de roronss.

AN. 15305

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

Germanie. Selon un decrec de Charlemagne, Charles
V. auroit dû recevoir la couronne de fer à Monza ,
mais voulant éviter la multiplicité des cérémonies,
ou faire plus d'honneur à la ville de Boulogne où écoic
le pape, il aima mieux en être couronné dans cette
ville. Environ trois jours après, il se prépara à recevoir
la couronne d'or des mains mêmes du pape, ce qui se
fit ainsi. S'écant présenté devant le trône où étoit
Clement VII. ce pape lui donna le surplis & l'aumusse
pour

le faire chanoine de saint Pierre & de saint Jean
de Latran, & prit ensuite les habits pontificaux pour
dire la messe , pendant que les chanoines de ces
deux églises , qui étoient venus avec le pape pour cet-
te fonåion, revêtoient l'empereur des habits de
diacre ,

, pour servir à la messe pontificale. Le saint pere, revêcu de ses habits, s'approcha de l'autel, & commença solemnellement la messe avec deux chceurs de musique ; l'empereur donna à laver au pape, & communia de fa main, étanc à genoux à ses pieds selon la coutume, entre un cardinal évêque & un cardinal prêtre, deux maîtres des cérémonies tenant la nape. La messe achevée, & la bénédiction donnée à l'ordinaire, le souverain pontife, toujours revêtu de fes habits pontificaux, s'allit devant l'autel, & l'empereur retourna sur son trône, où les mêmes chanoines qui lui avoient mis les habits de diacre, les lui ôterent, & dans le même tems les électeurs de l'empire le revêcirent des habits & du manteau impérial, pour aller ensuite se mettre à genoux aux pieds du pape , & rece. voir la couronne d'or....

Le pape, qui étoit aslis, commença par donner à l'empereur le sceptre d'or enrichi de pierreries , qu'il

[ocr errors][ocr errors][merged small]

An. 1530.

reçue de la main du marquis d’Astorga , & qu'il mit entre les mains de Charles V.en prononçant ces paroles du cérémonial Romain : a Empereur , notre fils,

prenez ce sceptre, & servez-vous-en pour regner sur » les peuples de l'empire, ausquels Dieu, nous & les

électeurs vous avons trouvé digne de commander ». Ensuite s'approcha le duc d'Ascalona qui portoit l'épée de l'empire toute nuë, & qui la présenca au pape, étant à genoux. Le saint pere la prit & la mit dans la main de l'empereur , en prononçant ces autres paroles : Prenez cette épée, de laquelle vous devez vous

servir pour la défense de l'église, contre les ennemis » de la foi.- A cette cérémonie succéda celle du globe d'or que portoit Alexandre de Medicis; ce globe avoit une croix dessus, & étoit tout semé de pierreries. Sa fainreté le reçur, & le donna à l'empereur, en lui difant:

Ce globe que nous vous donnons représente le monde, que vous devez gouverner avec beaucoup de

de religion & de fermeté ». Enfin s'approcha Gonzague, marquis de Montferrat , qui s'étant aufli mis à genoux devant le pape, lui présenta la couron. ne d'or enrichie de diamans, & d'autres pierres précieuses, de la valeur de cent mille ducats. L'empe. reur ayant baissé la tête, la reçut de sa fainteté, qui lui dit encore ces paroles : « Charles, empereur invincible, » recevez cette couronne, que nous vous mettons fur

la tête, qui doit servir de témoignage à toute la ter» re, de l'autorité qui vous est conférée, pour vous

faire honorer , servir & obéir de tous les peuples qui sont soumis à votre puissance ». Frederic de Gonzague, marquis de Mantoüe , ne fe trouva point à la cérémonie , ni même dans. Boulogne, pour éviter de

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »