Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Core qu'ils ne soient pas fans cupidité,

que cette cupidité produise toujours quelque mauvais effet; neanmoins s'ils combattent avec fidelité ce peché qui habite encore en eux, s'ils travaillent à le détruire, s'ils l'affoiblissent tous les jours, il ne sera pas en état de dominer fur leur cour ; il ne les empêchera pas d'éviter tout le mal qui seroit capable de les perdre , ni de faire tout le bien qui eft néceffaire à leur falut.

Il est vrai qu'ils sont encore enviTonnez d'un corps de corruption, qui les fait gémir de ce qu'ils font fi peu de bien , & de ce qu'ils le font sé imparfaitement ; mais enfin s'ils invoquent Jesus - Christ, s'ils ont rea cours à ee medecin tout-puissant, il les guérira peu à peu de toutes leurs foiblesses , & il leur donnera par

fa grace, une pleine & entiere victoire kur le peche.

CHAPITRE XIII.

L'ignorance ca la cupidité jointes ensemble rendent la conversion

très-difficile.

qu'elles sont differemment jointes ensemble, forment une infinité de divers pechez. Notre ignorance favorise toujours notre cupidité : car nous nous portons avec plus de liberté & de, hardiesse à ưn mal que nous ne connoissons point être mal, & que nous prenons pour un bien. Et de même notre cupidité produit plus ou moins de tenebres, selon qu'elle est plus ou moins grande ; & elle peut arriver jusqu'à un tel degré qu'elle obfcurcit entierement notre esprit, qu'elle déregle notre cæur , qu'elle nous détourne de faire attention aux veritez qui nous pourroient detromper , qu'elle affaiblit tellement nos yeux qu'ils ne peuvent plus fupporter ja lumiere : & enfin notre pallion & notre aveuglement croissant l'un ayec

l'autre

l'autre , ils nous font enfin aimer les tenebres & haïr la lumiere ; ils nous engagent dans le peché, ils nous portent à le commettre avec joie , & avec la même fatisfaction que si nous faifions de bonnes cuvres.

2. De quelque aveuglement que nous soyons frappez, nous en pouvons guérir quand notre cupidité est foible; car alors nous ne resistons pas à la verité si elle se presente à nous avec toute sa force : & on peut dire de même, qu'il n'y a point de passion si violente que nous ne puissions surmonter , s'il nous reste encore assez de lumiere pour la voir telle qu'elle est , & pour la condamner. Il est comme impossible que nous connoissions bien notre peché, qu'il ne nous fasse horreur , & que cette horreur ne nous oblige enfin à le quitter.

Un usurier , par exemple, qui n'exerce l'usure que parce qu'il a été perfuadé dès son enfance qu'elle est permise , peut sortir aisément de son erreur , quelque grossiere qu'elle soit , s'il rencontre quelqu'un qui l'éclaire ; parce que son cæur n'est pas entierement corrompu. Tome I,

E

On peut dire ausi qu'un avare qui aime beaucoup fon argent,

mais qui voit le crime qu'il commet en l'aimant, & qui en est continuellement averti

par

les remors de fa conscience , peut être guéri par la verité fi on la lui represente bien fortement puisqu'il peut encore l'écouter & qu'il n'est pas entierement sourd.

En ces deux rencontres la verité peut venir à notre secours, nous la pouvons opposer à notre passion, elle peut nous en délivrer, & nous en rendre victoricux. Mais quand notre ignorance & notre cupidité ont fait ensemble une étroite alliance, le peché alors domine tellement en nous , qu'il nous est comme impossible d'en sortir sans un miracle ex. traordinaire de la grace & de la mise: ricorde de Dieu. 3. Pourquoi y a-t-il fi

peu

d'herctiques, de Juifs, de Mahometans, de grands pecheurs , & sur tout de riches qui se convertissent ? C'est qu'ils ne sont pas moins aveugles que corrompus; ils sont dans les tenebres & ils aiment leurs tenebres, ils s'y plaisent, & les préferent à la lumiere ; de-là vient l'opiniâtreté qui les porte à rélifter avec tant de chaleur à ceux qui les veulent détromper , & qui est telle qu'on peut dire d'eux cette parole de David : Noluit intelligere ut be- Pl. 35.43 He ageret. Ils ne veulent point connoître les voies de la verité, parce qu'ils ne veulent point y entrer ; ils ne veulent poine se convertir , & en punition de la dureté de leur cæur, ils ne fe convertissent jamais.

Ce sont ces sortes de gens qui felon l'Evangile , sont d'autant plus a-Joan. 9; veugles qu'ils se croyent plus éclai- 1.40.411 rez; qu'ils sont fages à leurs yeux , 15. & fi pleins des sentimens de leur propre sagesse , qu'ils n'écoutent jamais rien de ce qu'on leur dit pour

leur propre falut, parce qu'ils ne sont at tentifs qu'à ce que leur amour propre leur met dans le cæur : Non recipit Provisi stultus verba prudentia , nisi ea dixeris 2. qué verfantur in corde ejus.

4. Notre amour propre est une source très-abondante de fausses lumieres & de fausses raisons, & il a l'industrie de nous les faire

approuo ver, quelques extravagantes qu'elles foient : quoiqu'elles ne soient que des productions monstrucufes d’un efprit déreglé, nous ne laissons

pas

dc

« AnteriorContinuar »