Imágenes de páginas
PDF
EPUB

comme la bâze de la crainte & de l'esperance religieuze qui doivent dominer dans notre conduite; c'est pour cela , que j'ai samassé depuis plusieurs anées, les veües les plus propres pour perfc&tionner tous les jours cctte importante partie de la police humaine.

En général les hommes refsenblent un peu à 27. ou 28. ans - â ce qu'ils ont été à 17. ou

18. ans, Au sortir du Colcgc.. gis

As reficmblent vieux à ce qu'ils 'ont été à 28. ou 30.ans, les ob- . jets, les afaires, les situations de l fortune changent, mais les ha. De bitudes subliftent, il est vrai, que de dix en dix ans nous a querons ? quelquefois de nouvelles habitue en des, bonnes ou mauvaizes, mais : déz que l'âge, dans lequel les a passions sont plus vives , & les illuzions plus grandes, est passés les habitudes raizonables, les ma- ! ximes de prudence , que l'on a prizes durant ces premiers dix ans d'exercices, reprenent a la fin afféz ordinairement les dcfius dans les motifs de nos actions , & commencent à regler notre cona duite, soit pour notre propre bonheur, soit pour notre propre malheur, soit pour le bonheur, soit pour le malheur de ceux avec qui nous avons à vivre.

Ainsi il est de la derniere importance tant pour les particuliers jeunes, que pour leurs Concitoyens futurs, c'est-à-dire pour l'Etat avenir, que la Jeunesse prene durant ces dix anées d'Education de fortes habitudes à la prudence & à la raizon, pour choizir ce qui peut le plus contribuer à éviter les maux, & à augmenter leurs biens , & par consequent, il est absolument nécéffaire, que les Ecoliers prenent Une habitude la plus forte qu'il

[ocr errors]

fera possible, pour l'observation de la justice', pour la pratique de la bienfaizance , pour la pratique de l'a patience &. du pardon dans les injures, qui est l'a principale partie de la bienfaizancé, & que l'efprit aquiere l'habitude à l'aplication , qui est l'unique source de tous les grans talens propres à augmenter confiderablement notre bonheur & le bonheur des autres.

Si l'on veut conoître avec seureté quelles regles sont les plus iniportantes à pratiquer & à faire pratiquer dans les Coleges, il est absolument nécessaire , que ceux qui les dirigent, aient toûjours devant les yeux, le but qu'ils doivent se proposer dans l'Education de la Jeunesse, & les moyens généraux les plus propres pour ariver à ce but.

Il eft même nécésaire, que les Directeurs de ces Coleges conoiffent le degré d'eficacité & de facilité de chacun de ces moyens généraux, afin qu'ils do. nent dans le cours de l'Educa. tion, plus de tems & plus d'atention à les employer pour fai- . re a querir aux Ecoliers à force de répetitions diferentes, les habitudes qui leur sont les plus im. portantes, qu'à les employer pour leur faire a querir des habitudes ou des conoissances incomparablement moins importantcs ,, ce qui est le principal défaut denotre Education présente.

J'exposerai donc dans la premiere partie , le but général de l'éducation , qui est de rendre l'enfant plus prudent, & par conféquent plus moderé , plus retenu, plus temperant , acoutumé à dé liberer, 2o. de le rendre plus juste, 30. de le rendre plus bienfaizant, &

par conséquent plus patient dans les injures, 4o. de le

1

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small]

rendre plus circonspect dans fes jugemens, plus atentif à raizo. ner juste, go. de le rendre plus apliqué à cultiver sa mémoire , & à la remplir des faits & des maximes les plus utiles dans la societé: j'y examinerai donq ces cinq moyens généraux.

Je ferai dans la seconde partie plusieurs observations fur les mcïens particuliers les plus co. modes & les plus éficaces pour mètre en euvre ces moïens généraux, & pour faire aquerir aux enfans, au plus haut degré, les cinq habitudes les plus importantes. : Dans la troisiéme, je donerai par les réponses aux objections, les éclaircissemens les plus necesfaires au sujet.

Rendre les hommes beaucoup plus vertueux & beaucoup plus hureux qu'ils ne font, en perfec* tionant de beaucoup, l'éducation

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »