Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

V.LS

OBSERVATIONS

SUR

LES ECRITS MODERNES.

LETTRE XCI.

V

aux Libel les contre le Breviaire

OUS sçavez , Monsieur ,

Réponse que

le

nouveau Breviaire de Paris, composé par des hom- .

mes sçavans & judicieux, & de Paris, revû par le Conseil éclairé d'un grand Prélat, dont la zelée & pacifique Orthodoxie égale la prudence & la douceur, s'est vû en naissant exposé aux traits injurieux de l'ignorance & de l'envie , qui toujours ennemies de la vérité & de la paix, ont fait de vains efforts pour décrier & flétrir ce chefd'ouvre de la science Ecclésiastique & de la piété Chrétienne. Il avoit paru jusqu'ici assez inutile de justifier un Ouvrage revêru d'une si respectable

autorité, & qui se justifie en quelque forte par lui-même. Cependant plufieurs personnes dépourvûes de lumieres, & féduites par les Libelles calomnieux publiés contre ce Breviaire, ont peut-être crû de bonne-foi qu'il donnoit réellement atteinte à des vérités Catholiques. On a donc jugé qu'il étoit nécessaire de publier à la face de l'U. nivers, & sous le sceau de l'Autorité Royale, une Apologie démonstrative de ce Breviaire injustement censuré; Apologie , qui couvre d'une éternelle confusion les ténébreux Ecrivains, qui ont osé l'attaquer. Cet Ecrit, dont une partie vient de paroître, est intitulé, Premiere Lettre de M. l'Abbé....à un de ses amis, en réponse aux Libelles qui ont paru contre le nouveau Breviaire de Paris. A Paris chez P. Simon, 21 pag. in-4°, avec Approbation de M. de Targny Docteur de Sorbonne, & avec Privilege du Roi.

Les chefs d'accusation intentés contre le nouveau Breviaire se réduisent à trois; le premier concerne la Mort de J. C. pour tous les hommes ; le second, le Culte de la Sainte Vierge ; le troisiéme, la Primauté du Pape, sa qualité de Vicaire de J.C. & de Chef visible de l'Eglise, & l'indéfectibilité

[ocr errors]

de l'Eglise Romaine. Il ne s'agit ici que du premier article, qui est le plus important.

On prétend que dans la vûë d'éloigner l'idée du Dogme de la Mort de J. C. pour tous les hommes, on a banni du nouveau Breviaire l'Hymne Christe Redemptor omnium & deux autres Hymnes. Mais cette Hymne Christe &c. n'a fait que changer de place, & des Matines de Noël, elle a été tranf.' portée à Vệpres. Si les Auteurs du nouveau Breviaire avoient eu la moin. dre opposition au Dogme qu'elle presente , ne l'auroient-ils pas entierement supprimée ? Ils ont eu soin aussi de conserver l’Hymne Lignum Crucis min rabile ; s'ils l'ont retranchée en quelques endroits , ont-ils eu tort de lui avoir substitué une Hymne élégante de Santeüil? L'Hymne Christe, &c. comme un peu barbare, a été supprimée dans les Breviaires de Sens, d'Au. xerre , de Roiien & de Bourges : a-t'on traité cette suppression d'attentat contre le Dogme de la Rédemprion générale? L'Hymne n'est que transposée dans le Breviaire de Paris, & on veut que certe transposition soit l'effet d'un projer hérétique, d'une conspiration contge la Doctrine orthodoxe. Quelle

[ocr errors][ocr errors]

absurdité, quelle mauvaise foi ! Mais

que d'endroits du nouveau Bre: viaire , surtout dans les Doxologies des Hymnes nouvelles, offrent à l'efprit le dogme de la Mort de J.C. pour tous les hommes ! L'Auteur de la Lettre entre lur cela dans une énuméra. tion, qui doit faire rougir les Contradicteurs; & il tire des autres Breviaires des exemples nombreux & déciGifs, qui leur ferment entierement la bouche. On a inséré dans le nouveau Breviaire ces paroles du dernier Breviaire de Sens : Qui venisti dare animam tuam redemptionem pro multis , avec cette difference, que dans le nouveau Breviaire de Paris on a mis, Qui dedifti redemptionem temetipfum pro omnibus. Peut-on après cela voir sans indignation, qu'on ait osé accuser les Auteurs du nouveau Breviaire d'innovation, par rapport au dogme de la Rédemption universelle?

On n'y a pas eu moins d'attention à conserver les expressions sacrées , qui prouvent que Dieu veut d'une volonté sincere sauver tous les hommes ; qu'il y a des secours communs & généraux, qui sont préparez à tous par une suite de cette volonté , & que c'est la pure faute de l'homme, s'il vient à se perdre,

« AnteriorContinuar »