Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[blocks in formation]

TRÈS-PUISSANT SEIGNEUR

LOUIS DE NOAILLES,
DUC D'AYEN,

Chevalier des Ordres du Roi, Lieutenant-Général
des Armées de SA MAJESTÉ, Capitaine de la
premiere Compagnie de fes Gardes, Gouverneur
du Rouffillon, Capitaine & Gouverneur de
Saint-Germain-en-Laye, &c.

M

Le goût que vous avez pour les Sciences me détermine à vous offrir cette partie de l'Histoire Naturelle du Sénégal. Elle renferme un grand nombre

ONSEIGNEUR,

[ocr errors]

d'obfervations nouvelles & intéressantes fur les Coquillages, avec une relation des différens voyages que j'ai faits dans l'intérieur du pays. Je n'ai rien négligé pour donner tous les agrémens & la perfection convenables aux fujets que je traite dans cet ouvrage, & votre approbation peut feule m'en affurer le fuccès. Vous m'avez permis de le faire paroître fous vos aufpices: j'ai fenti toute l'importance de cette grace. Heureux fi j'ai réuffi à le rendre digne de vous être présenté ! Plus heureux encore fi vous daignez l'honorer de votre protection.

Je fuis avec un profond respect,

MONSEIGNEUR,

Votre très humble, & trèsobéiffant ferviteur,

ADANSON.

EXTRAIT DES REGISTRES de l'Académie Royale des Sciences.

Du 4 Décembre 1756.

M

Effieurs DE REAUMUR & DE JUSSIEU le cadet, qui avoient été nommés pour examiner un Ouvrage de M. ADANSON, Correfpondant de l'Académie, intitulé: Hiftoire naturelle des Coquillages du Sénégal, précédée d'une courte Relation d'un Voyage fait en ce pays pendant les années 1749, 1750, 1751, 1752, 1753, &c. en ayant fait leur rapport, l'Académie a jugé que les vues ingénieufes de l'Auteur, fon exactitude dans les descriptions, & fa fagacité dans les obfervations, donnoient lieu de croire que ses travaux feroient reçus favorablement du Public, & étoient dignes de l'approbation de l'Académie. En foi de quoi j'ai signé le préfent certificat. A Paris, le 4 Décembre 1756.

GRANDJEAN DE FOUCHY,
Sec. perpétuel de l'Acad. Royale des Sciences.

PRIVILEGE DU ROI.

OUIS, PAR LA GRACE DE DIEU, ROI DE FRANCE ET DE NAVARRE: A nos

tenans nos des

"

"

Requêtes ordinaires de notre Hôtel, Grand-Confeil, Prevôt de Paris, Baillifs, Sénéchaux, leurs Lieutenans Civils & autres nos Jufticiers qu'il appartiendra, SALUT : Nos amés LES MEMBRES DE L'ACADEMIE ROYALE DES SCIENCES de notre bonne Ville de Paris, Nous ont fait exposer qu'ils auroient besoin de nos Lettres de Privilége pour l'impreffion de leurs Ouvrages. A CES CAUSES, voulant favorablement traiter les Expofans, Nous leur avons permis & permettons par ces Préfentes, de faire imprimer par tel Imprimeur qu'ils voudront choifir, toutes les recherches ou obfervations journa lieres, ou relations annuelles de tout ce qui a été fait dans les affemblées de ladite Aca

démie Royale des Sciences, les Ouvrages, Mémoires, ou Traités de chacun des Partculiers qui la compofent, & généralement tout ce que ladite Académie voudra faire paroitre, après avoir fait examiner lefdits Ouvrages, & jugé qu'ils font dignes de l'impreffion, en tel volume, forme, marge, caractere, conjointement ou féparément, & autant de fois que bon leur femblera, & de les faire vendre & débiter par tout notre Royaume pendant le tems de vingt années confécutives, à compter du jour de la date des Préfentes; fans toutefois qu'à l'occafion des Ouvrages ci-deffus fpécifiés, ils puiffent en imprimer d'autres qui ne foient pas de ladite Académie : Faifons défenses à tous Imprimeurs, Libraires & autres perfonnes, de quelque qualité & condition qu'elles foient, d'en introduire d'impreffion étrangere dans aucun lieu de notre obéiffance; comme auffi d'imprimer ou faire imprimer, vendre, faire vendre, débiter ni contrefaire lefdits Ouvrages, ni d'en faire aucune traduction ou extrait, fous quelque prétexte que ce puiffe être, fans la permiffion expreffe & par écrit des Expofans, ou de ceux qui auront droit de lui, à peine de confifcation des Exemplaires contrefaits, de trois mille livres d'amende contre chacun des contrevenans, dont un tiers à Nous, un tiers à l'Hôtel-Dieu de Paris, & l'autre tiers auxdits Expofans, ou à celui qui aura droit d'eux, & de tous dépens, dommages & intérêts; à la charge que ces Préfentes feront enregistrées tout au long fur le Regiftre de la Communauté des Imprimeurs & Libraires de Paris, dans trois mois de la date d'icelles ; que l'impreffion defdits Ouvrages fera faite dans notre Royaume & non ailleurs, en bon papier, & beaux caracteres, conformément aux Réglemens de la Librairie; qu'avant de les expofer en vente, les manufcrits ou imprimés qui auront fervis de copie à l'impreffion defdits Ouvrages, feront remis dans le même état où l'Approbation y aura été donnée, ès mains de notre très-cher & féal Chevalier, le Sieur DAGUESSEAU, Commandeur de nos Ordres, Chancelier de France; & qu'il en fera enfuite remis deux exemplaires de chacun dans notre Bibliothèque publique, un dans celle de notre Château du Louvre, un dans celle de notredit très-cher & féal Chevalier le Sieur DAGUESSEAU, Chancelier de France; le tout à peine de nullité des préfentes; du contenu desquelles vous mandons & enjoignons de faire jouir ledit Expofant & fes ayans causes, pleinement & paisiblement, fans fouffrir qu'il leur foit fait aucun trouble ou empêchement: Voulons que la copie des préfentes, qui fera imprimée tout au long au commencement ou à la fin desdits Ouvrages, foit tenue pour duement fignifiée, & qu'aux copies collationnées par l'un de nos amés & féaux Confeillers-Secrétaires, foi foit ajoutée comme à l'original; commandons au premier notre Huiffier ou Sergent fur ce requis, de faire pour l'exécution d'icelles tous actes requis & nécessaires, fans demander autre permiffion, & nonobstant clameur de Haro, Charte Normande & Lettres à ce contraires. Car tel eft notre plaisir, DONNÉ à Paris le dix-neuvième du mois de Mars, l'an de grace mil fept cent cin quante, & de notre Régne le quarante-deuxième. Par le Roi en fon Confeil.

MOL.

Regiftré fur le Regiftre 12 de la Chambre Royale & Syndicale des Libraires & Imprimeurs de Paris, No. 430. fol. 309. conformément au Réglement de 1723, qui fait défenfes à toutes perfonnes de quelque qualité qu'elles foient, autres que les Libraires & Imprimeurs, de vendre, débiter & faire afficher aucuns Livres pour les vendre en leurs noms, foit qu'ils s'en difent les Auteurs ou autrement; & à la charge de fournir à la fufdite Chambre huit Exemplaires prefcrits par l'article 108 du même Reglement. A Paris les Décembre 1750.

LE GRAS, Syndic,

« AnteriorContinuar »