Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ve pas que dans une lettre on parle de certains faits à une personne qui en est exactement informée ?

Mais de tous les Rois d'Angleterre il n'y en a point qui se soit rendu plus célebre par la guérison des écrouelles qu'Edouard III. qui monta fur le trône en 13 27. Je ne doute point que ses prétentions sur la Couronne de France n'aient excité le zele qu'il avoit pour toucher des malades. Bradwardin, qui étoit fon Confesseur , & qui l'avoit suivi dans les guerres, parle avec emphase des cures merveilleuses de ce Prince : ». Vous qui niez les miracles , venez en ce Angleterre, dit-il; amenez à notre ca Prince quelque chrétien que ce soit, c. affligé de la maladie du Roi: il le gué- c. sira au nom de Jesus-Christ, en lui imposant les mains , & en faisant ce le signe de lu croix, quelque invé-.. téré que

soit le mal. » Il ajoûre qu’Edouard a guéri une infinité de gens en Angleterre , en Allemagne & en France. Il prend à témoin les peuples & les nations. Quicumque negas miracula Christiana ... veni in Angliain ad Regem Anglorum præfentem ; duc teEun Christianum quemcumque habentem eum

[ocr errors]
[ocr errors]

morbum Regium, quantumcumque invetératum , profundatum & turpem ; & oratione fufa , manu impofita, do benedictione sub figno crucis data , ipsum curabit in nomine Jesu Christi : Hoc enim facit continuè , & fecit fepissimè viris do mulieribus immundiflimis, & catervatim ad eum ruentibus , in Anglia, in Alemannia & in Francia circumquaque ; ficut facta quotidiana , ficut qui curati sunt , ficut qui interfuerunt , & viderunt , ficut populi nationum & fama quàm celebris certifsimè contestantur. Quod & omnes Reges Chrif tiani Anglorum folent divinitùs facere, Francorum , ficut libri Antiquitatum & fama Regnorum concors teftatur : unde do

. morbus Regius nomen fumpfit.Bradward. de causâ Dei coroll. pars 32. fol. 39. Il paroît par le témoignage de ce Théologien, qu'on donnoit aux écrouelles le nom de maladie du Roi, puisqu'il ajoûre que

les Rois de France jouissoient du même privilege. Une autre remarque à faire sur le texte de Bradwardin, c'est qu'il ne laisse pas même ' soupçonner qu'Edouard III. a guéri les écrouelles en qualité de Roi de France; puisqu'il dit clairement, Quod & omnes Reges Christiani Anglorum solent divinitùs facere

do Francorum

[ocr errors]

a

C'est donc sans fondement qu'on a prétendu que ce Prince, se regardant comme Roi de France, a commencé la guérison des écrouelles.

Il faut pourtant reconnoître qu'il est peut-être le premier qui ait réglé les cérémonies pratiquées en cette occasion, & qu'à l'exemple des Rois de France il a attribué cette vertu de guérir à Saint Marcoul ; car dans le Palais de Westminster il y avoit camera fancti Marculphi. Il est souvent parlé de cette sale, dans les Registres du Parlement fous Edouard III. On peut voir, dans la réponse de M. Heylin à l'Histoire Ecclésiastique de Fuller p. 47. la Liturgie dont les Rois se font fervis lorsqu'ils ont touché des malades , à qui on donnoit de l'argent: dans les comptes de l'Hôtel des anciens Rois d'Angleterre , on lit : Pro infirmis benedi&is à Rege ; & quelquefois on ajoûte , & per gratiam Dei cuo. ratis ; cuilibet unum denarium.

Les Rois d'Angleterre, même après la prétendue réformation de l'Eglise Anglicane, ont touché des gens af fligés des écronelles Tucker rapporte : un fait assez singulier, mais dont il De Charife auroit dû citer la preuve ; c'est qu'un

[ocr errors]

mase 6.6.p.92cm

.

[ocr errors]

Tome X. p. 9.39

[ocr errors]

Catholique, fort incommode d'une humeur squirreuse, fut guéri par l'at

touchement de la Reine Elizabeth. Hif. d'An. Guillaume III. s'étant frayé le chemin glet. par M. au trône, par les moyens que tout le de Rapin Tboy.

monde fait, ne le mit point en peine ras T. 1.1 378. 2 Edit d'exercer ce privilege.. George I. &

George II. ont suivi cet exemple.

Mais la Reine Anne, en montant sur Bibl. Ang

le trône, le faisir avidemment de toutes les prééminences qui y sont atta

у chées, & toucha, les malades qui se: présenterent. On dit

que

le Cheva. fier de Saint George , fils de Jacques II. a opéré des guérisons extraordinaires en Italie, où il est reconnu. Roi de la grande Bretagne,

Non-seulement les Rois d'Angle.

terre: se mêloient de guérir les d'Angletere, écrouelles, mais encore ils bénisfoient bénillent des · anneaux pour des anneaux qui préservoient de la guérir du mal cadue & de crampe & du mal caduc. Cette céré

monie se faifoit le Vendredi Saint,un peu avant l'adoration de la Croix : ces anneaux bénis fe diftribuoient le

même jour.. Dans l'oraison, on de.. Reg. de la Jar. Yff6.7.2. p.

mande à Dieu que tous ceux qui les 223: par. M.

porteront ne soient atraqués.ni de la Grampe, ni du mal caduca ut omnes: quicos geftabunt: hele kas: infeftet veld

: REL

VI:
Les Rois

ja.crampe.

[ocr errors]

nervorum contractio', vel comitialis morbi periculum. Le Roi, pour communiquer aux anneaux cette vertu salurai

les frotte entre les mains en difant: Manuum noftrarum confricatione , quas olei falri infusione externâ sanctificare dignatus es , pro ministerii nostri modo consecra. Ces anneaux , qui étoient d'or ou d'argent , écoient envoyés dans toute l'Europe, comme des préfervatifs infaillibles. Il en est fait mention dans différens monumens anciens : voici ce qui est marqué dans le dernier chapitre des reglemens pour la maison du Roi, faits fous le regne d'Edouard III. Item le Roi doit offrer de certein le jour de grant Vendredy à crouce 5. S. queux il est acustumez receive devers tui à la mene le Chapelein a faire ent anulx à doner par Médicine. M. Anstis, fouverain Roi d'Armes, de qui j'ai emprunté ce palfage, cite plaleurs comptes des Contrôleurs de la maifon du Roi , où il est fait mention de ces anneaux. Je me contenterai de transcrire ce que marque Jean d'Ipre, Contrôleur sous Edouard' III. In oblationibus Regis ja fatis adorando crucem in Capella sua. infrà caftrum (uum de Windefore, die

« AnteriorContinuar »