Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Francisco Un Religieux des Freres Mineurs, da Peuglia,

nommé * le Pere François de la Pouille , prêcha vigoureusement au contraire , que l'Excommunication étoit valide , & que tout ce que le Domi-nicain avançoit étoit chimérique. Si. l'on en croit Pic de la Mirande, Auteur de la vie de Savonarole, le Dominicain s'offrit à prouver la vérité de ces propositions par le feu.D'autres Auteurs contemporains, tels que:

: Nardi, l'Ammirato , & Perusin, font entendre que le Franciscain fut le : premier à demander cette épreuve. Quoi qu'il en soit ,. ils convinrent qu'on en viendroit à une semblable expérience, & furent cités devant la. Seigneurie. Là, après plusieurs difputes, le Cordelier ne voulant entrer

dans le feu qu'avec le Pere Savonaro$: On peut le, on dreslá S un Acte

par

main de tout au long , Notaire, le 6. de Mars 1498. dans & l'Extrait lequel il fut arrêté que le Pere Domi

nique de Pescia entreroit dans un avons cités feu, duquel il prétendoit sortir sain ditions à la & lauf, pour soutenir la cause de Savio.de savo vonarole', & là vérité des proposi

. narole, primées chez'tions ci-dessus énoncées ; & qu'en Billaine en même temps un Frere Mineur , pré1674, par le R. P. Queif. fenté par le Pere François de la Pouil Dominicaine

voir cet Acte

Auteurs.

que nous

dans les ad

im

[ocr errors]
[ocr errors]

>

[ocr errors]

le , y entreroit aussi , assurant qu'il s'y brûleroit avec le Dominicain, pour détromper le peuple.

Cet Acte authentique , étant devenu public,donna lieu à diverses disputes. Plusieurs personnes assuroient que : ces expériences étoient défendues par les saints Canons; que c'étoit tenter Dieu, & que des doutes sur la validité de l'Excommunication , qui devoient être résolus par les connoilfances ordinaires, ne devoient pas exiger des preuves surnaturelles & des miracles..

D'autres au contraire prétendoient qu'on ne pouvoit résoudre la difficulté que par cette voie ; qu'on suivroit en cela ce qui s'étoit fait en plusieurs rencontres : ils citoient sur ce point deux ou trois exemples assez mal choisis ; l'un d'Helenus; Evêque d'Heliopolisau second siecle, lequel, disoit-on , s'étoit jerté dans un feu ,, & en étoit sorti sans se brûler', pour mettre fin à une hérésie ; l'autre d'un Moine nonimné Coprès , qui avoit demeuré une demi-heure dans un feu ,, pour réfuter miraculeusement l'hérés fie de Manès. Ces faits ne se trouvent pas dans les anciens Auteurs : mais la.

:

critique n'étoit pas alors fort cultivée. D'ailleurs on alléguoit un autre fait, & d'autres raisons , qui donnerenc lieu au partage des sentimens , & engagerent les Magistrats de Florence à consulter Rome fur ce point. Le Pape Alexandre VI. assembla le Consistoire, où il fut déclaré que ces sortes d'épreuves ne pouvoient être permises. Mais cette décision vint trop tard. Le premier d'Avril, à l'issue d'un sermon pathétique du Dominicain, tous les Religieux & les Associés du Couvent de Saint Marc, & un grand nombre de Citoyens dirent hautement qu'ils étoient prêts d'entrer dans le feu ; & quelques-uns même s'y obligerent. par des écrits de leurs mains. Deux, ou trois Religieux des Freres Mineurs s'obligerent aussi par écrit à la même épreuve ;, & le peuple empressé de. voir lequel d'entr'eux se brûleroit , la Seigneurie , fans attendre la réponse de Rome, ordonna que l'expérience feroit faite le Samedi suivant, veille des Rameaux, 6. d'Avril, à une

à heure après midi. Certe nouvelle se sépandit de toutes parts ; & l'on prépara un feu d'une dimension étonnante, dans la grande Place de Florence;

[ocr errors]

où un monde infini de la Ville , & de tous les lieux voisins se rendit; eny. sorte qu'il falue faire mettre beau-coup de Soldats sous les armes, pour garder les avenues , & empêcher le tumulte.

Le jour venu, quatre Huisliers de la Seigneurie allerent annoncer l'heu-re aux principaux Acteurs du spectacle. Le Franciscain se rendit à la Place sans cérémonie ; mais Savonarole: & Dominique , qui avoient passé tout le matin à chanter folemnellement l'Office & la Mefie, fortirent de l'Eglise en procession , suivis d'un très-grand monde. Le Pere Dominique, qui devoit entrer dans le feu ayant un Crucifix à la main ,marchoid entre un Diacre & un Soûdiacre , & & le Pere Savonarole portoit le trèsfaint Sacrement. Dès qu'ils furent arsivés à la Place', & que tout le monde s'attendoit à l'épreuve , le Franciscaiu François de la Pouille , délaprouvant ce grand appareil , dema 11da

que le: Pere Dominique n’entrar pas

dans le feu avec la saiore Hoftieg & voulut même qu'il changeât d'har. bit, de peur de quelque enchante:-ment. Les habits furent changés; mais;

j

.

on ne relâcha rien sur l'autre article; & les contestations durant jusqu'au foir, le peuple, fort mécontent de ne voir entrer personne daus le feu, auroit fort maltraité le Pere Savonarole, & son Compagnon, si le respect dû au faint Sacrement, & la crainte qu'excitoient les Soldats n'eussent été pour eux une sauvegarde , qui les mit à couvert de toute insulte jusqu'au Couvent de saint Marc. Ils ne furent pas si heureux le lendemain; car leurs ennemis & le peuple soulevé , profitant de cette occasion , engagerent la Seigneurie à les faire saisir la nuit du Dimanche des Rameaux au Lundi. Leur procès fut fair assez vite , & ils furent brûlés vifs le 23. de Mai suivaut, veille de l'Ascension, dans la même Place où s'étoit dû faire la célebre épreuve. Le peuple, qui sembla fe rejouïr de les voir brûler, auroie sans doute été plus aise qu'ils eussent été préservés du feu le 7. d'Avril, lorsque le Pere Dominique avoit promis d'en sortir sain & fauf. Mais ce font-là des miracles rares ; & il est étrange qu'après tout ce qui avoit été dit depuis deux siecles,pour moncrer que c'étoit tenter Dieu que de.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »