Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

cusables. Les

[ocr errors]

rinuent en

?

& seulement dans la vûe de prononcer un jugement cortain fur des foupçons & des accusations de for. cellerie , où souvent l'on manque de prelives.

Il n'y avoit qu'à-dire à Rickius, & Juges inex

aux Magistrats qui pensoient & parbpreuves con- loient comme lui', que les Juges ne

sont obligés de juger que de ce qu'ils Westphalie.

connoissent; que rien ne les engage à demander des miracles' ; qu'ils doivent turtout se garder de recourir à des moyens-extraordinaires qui pourroient les tromper ; & qu'ils ne font nullement excusables lorsque ces sortes de moyens ont été généralement condamnés par l'Eglise. Mais il faut : répéter cela bien de fois avant que d'en être cru. Divers. Juges d’Allemagne ont persisté dans cette pratique jusqu'à présent. Car des Officiers François affurent qu'en Westphalie au Diocefe d'Osnabruc , ils ont vî plusieurs femmes subir l'épreuve de l'eau, surnager & encourir la peine du: feu.

Sur la fin du fiecle paffé , cet usam L'usage gë vint en France, où l'épreuve de:

l'eau froide n'étoit plus connue depuis le treizieme siecle. Si quelques:

[ocr errors]

*11.

een Fran.

Savans de ce temps ont dit qu'on baignoit autrefois les Sorciers , & qu'on les connoissoit par le jugement de l'eau froide, ils l'ont dit fans preuve & par méprise. A Toulouse, depuis un temps immémorial, Cage de fer on a baigné les Blasphémateurs dans pour plonger une cage de fer, qu'on tient toujours Luspendue sur la riviere , & qui s'é

& leve & s'abaisse dans l'eau par le moyen d'une bascule. Il y a plus d'un siecle qu’on a érendu cette peine aux femmes de mauvaise vie.L'Exécureur les fait aller par la Ville en chernise jusqu'au bas du Pont neuf où est cette cage de. fer, dans laquelle il les fait entrer , & les plonge

ainsi dans l'eau, dont elles ne peuvent éviter de boire quelques traits. Mais cela ne se fait que pour les punir , & leur faire une confulion publique pour le feu de la concupiscence qu'elles

. fomentent , & non pas pour connoître leurs crimes, ou pour découvrir quelque fait caché.

Autrefois on jetroit dans la riviere les personnes convaincues de forcel- autrefois lerie

non pour savoir elles en noyés, étoient coupables ou non, mais pour les noyer. Lorsque Lothaire leren

و

XIV. Les Sorcie

,

wem. 2.

Franc,

Du

qui

[ocr errors]

dît maître de Châlons en Bourgogne en $34.& que les Soldats mirent tout

& à feu & à sang, on jetra dans la Saône * Theg. n. une Religieule noinmée * Ger erge Du Chejne. non cheie pe à cause qu'elle étoit sæur du Duc

Bernard , & fille du Comie Guillaume. L'Auteur de la vie de Louis le Pieux dit qu'on la noya , comme

fi elle avoir été empoisonneuse ou Hilor. Sorciere. Sed & Gerberga, filia quonChesne, tim...

dam Villelmi Comitis , tanquam veneP. 312

fica, aquis præfocata eft. Nichard, écrivoit dans le même-temps, dit

aussi que c'étoit le supplice des SorIbid. p. 362

ciers ; Gerbergam , more maleficorum

in Ararim mergi præcipit. Variations fût alors en ulage, on ne disoit pas ,

Quoique l'épreuve de l'eau froide de l'épreuve de l'eau fioi- on ne pensoit pas même que les Sorde fonte divet. ciers dussent furnager. On les jetroit

dans l'eau , afin qu'ils y enfonçassent & y périssent: ils y enfonçoient en effet , & s’y noyoient. Mais les idées changent, & les expériences qui ne font pas naturelles changent aussi

. Celle de l'eau froide a changé bien des fois. Au temps de Pline * on difoit qu'en Scythie & ailleurs ceux

* Esse ejusdem generis in Triballis & Illyriis adait lligonus , qui visu quoque effascinent., interi

[ocr errors]

XV.

.

Les idées.

qui fascinoient & donnoient la mort par un regard, ce qu'on appelleroit à présent des Sorciers, n'enfonçoient

pas dans l'eau.

Parmi les Celtes, comme le dit S. Gregoire de Nazianze , on éprouvoit les enfans qui venoient de naître en les mettant sur le Rhin couverts d'un bouclier : s'ils demeuroient fermes fur l'eau , ils étoient censés légitimes; & s'ils enfonçoient, on n'en faisoit aucun cas. C'est l'épreuve superstitiense dont parle Claudien. Et quos nascentes explorat gurgite

Rhenus. Les Fideles ont toujours cru avec raison qu'il falloit un miracle pour préserver ceux qu'on jettoit dans l'eau ; & des personnes innocentes & pieuses,implorant le secours de Dieu, ont été souvent préservées des eaux où on les avoir jetrées pour les noyer.

Au neuvieme fiecle on s'imagina au contraire fuperftitieusement que

mantque quos diutiùs inducantur .... Hujus generis & feminas in Scythia, quæ vocantupBiihyæ, prodic Apollonides. Phylarchus & in Ponto Thybiorum genus, multosque alios ejusdem naturæ : quorum notas tradit in altero oculo geminam pupillam, in altero equi effigiem. Eofdem præterereà non poffe: mergi, ne veste quidem degravacos. Plin. lib.7.capo

[ocr errors]

ge

[ocr errors]

les culpables de vol ou d'adultere, & généralement ceux qui avoient fax quelque injustice , ne pourroient pas enfoncer dans l'eau. Cela fut en usa

durant cinq cents ans, & fic decouvrir plusieurs criminels ; à la ré

; serve des Sorciers, qu'on ne jertoit dans l'eau que pour les noyer, coninie on vient de le voir. Au milieu du feizieme fiecle on ne favoit pas encore en France qu'ils devoient demeurer sur l'eau , & l'on ne se fervoit point alors de l'épreuve de l'eau froide à l'égard des Sorciers, ni de quelque autre personne soupçonnée de crime. Cujās nous a dit positivement que ce jugement étoit hors d'ufage, planè exoletum ; & Bodin, qui

donna son Traité de la Démonomanie *L.4. C. 4. en 1580. dit * assez clairement que

cette maniere de connoître les Sorciers n'est en usage qu'en Allemagne. C'est de-là que cette pernicieuse pratique est venue en France. Voyons le progrès qu'elle y a fait , & le jugement qu'on en a porté.

* Le Jug' bien entendu joindra toutes les présomptions pour recueillir la vérité , pourvù toutefois qu'il nc fasse comme plusieurs Juges d'Allemagne, qui... font lier les deux pieds & mains à la Sorciere , & !a mettre doucement sur l'eau ; & fi elle est Sorciere, elle ne peut aller à fond... car le Diable fait parce moyen une sorcellerie de la Jusice qui doit êrce lacrée

*

« AnteriorContinuar »