Imágenes de páginas
PDF
EPUB

CHAPITRE IV.

Continuation de l'épreuve de l'eau fros

de en quelques endroits de France principalement en Bourgogne. Procès verbal fait à Montigny le Roi, l'on a jetté dans l'eau beaucoup de personnes soupçonnées de sortilege.

Extrait d'un

que l'épreuve est en usage en bien livre contre

d'autres endroits qu'en Westphalie. cet ulage.

Un Officier de conGdération la vit faire il y a deux ans à Mayence , où l'on jetta des personnes dans le Rhin,

pour savoir 'fi' elles étoient Sorcie Le R. P. Ma- res. Un Savant d'un mérite trèslebranche, distingué a vû la même épreuve

il y a long-temps, à Sedan ; & une autre personne digne de foi, qui demeuroit il y a trente ans sur les confins de Lorraine & de Champagne, a aulli vû faire l'expérience plus de trente fois dans ces quartiers, d'une maniere qui l'étonnoir. Comme bien des gens passoient pour Sorciers, les Magistracs ordonnoient assez souvent

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

qu'on feroit cette épreuve ; & l'on yoyoit des personnes maigres , qui en toute autre occasion auroient enfoncé comme une pierre demeurer, néanmoins toui - à - fait sur l'eau comme du liege ; & ce qui est plus étonnant , on ne pouvoit quelquefoi, les faire enfoncer dans l'eau, ni avec une perche , ni en pesant ou sautant sur eux. Alors

tout le monde étant convaincu que c'étoientlà des Sorciers, on les faisoit évader sans bruit si c'étoient des personnes considérables, ou bien on les exidoit dans les formes.

Depuis cent dix ans que l'épreuve est renouvellée en France, elle n'a jamais cessé en plusieurs endroits de Bourgogne. Quelquefois on l'a faite sans autorité de Justice, & quelquefois des Juges peu instruits se sont avisés de l'ordonner. Je ne parlerai que des faits arrivés depuis peu, & que je fai avec toute la certitude qu'on peut souhaiter dans les faits qu'on n'a pas

vû foi-même. Il y a près de trois ans qu'auprès de la Ville de Saint Florentin en Bourgogne, un ouvrier, qu'on soup.çonnoit d'être Sorcier , fut menacé

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

par le peuple d'être baigné. Cet homme , qui ne se croyoit nullement Sorcier, & qui savoit d'ailleurs qu'il enfonçoit dans l'eau , lorsqu'il no fe donnoit aucun mouvement,croyant pouvoir faire cesser tous les bruits qu'on répandoit contre lui,s'avisa de dire tout haut qu'on le baigneroit quand on voudroit

& qu'il feroit volontiers l'expérience. Le lieu de l'épreuve & le jour furent assignés. On s'y rendit de tous les Villages d’alentour; & ce pauvre malheureux , jetté dans l'eau pieds & poings liés , demeụra toujours sur l'eau, lors même que des enfans se jetterent sur lui pour tâcher de le faire enfoncer. Cela est cause que cet ouvrier , qui tenta si mal à propos cette épreuve , est réduit présentement à l'indigence, personne ne voulant le faire travailler, parcequ'il passe plus que jamais pour Sorcier, quoique le Curé du lieu atteste qu'il est des plus réglés & des plus dévots de la Paroisse.

Mais l'épreuve qui s'est faite à Montigny le Roi, à trois lieues d'Auzerre, a fait beaucoup plus de bruit, Plusieurs personnes de ce licu,home

>

mes & femmes, accusées depuis longtemps de sortilege, dirent à Mr. le Curé de la Paroisle de Montigny, qu'elles étoient disposées à faire l'épreuve de l'eau froide, pour se jultifier devant tout le monde des calomnies dont on les noirciffoir, & s'offroient à être baignées publiquement. Le peuple , curieux de ces for tes de spectacles, en parut ravi ; & l'épreuve se fit le Mercredi suivant, cinquieme de Juin, dans la riviere de Senin, près de l'Abbaye de Pontigny. Le jour venu , on sonna la cloche pour la solemnité de l'expérience plûtôt que pour avertir le peuple , que la curiofité n'attiroit que trop. On alla en foule à une lieue de-là, près de l'Abbaye de Pontigny, sur le bord de la riviere de Senin, où l'on vit un grand nombre de personnes des lieux voisins, Curés, Religieux, Gentilshommes, & autres personnes de tout sexe & de tout âge.

Là ceux qui devoient faire l'épreuve quitterent leurs habits. Des hommes leur lierent les bras & les mains aux jarrets & aux pieds , & leur passerent une longue corde sous les aillelles , pour pouvoir tirer de

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

l'eau ceux qui enfonceroient. On les jetta ainsi dans la riviere , les uns après les autres. Il y en eut deux qui enfoncerent. Tous les autres demeurerent toujours sur l'eau comme du liege, ou, selon l'expression du Notaire, comme des gourdes, c'est-àdire, des citrouilles seches & vuides, fans qu'il leur fût pollible d'enfoncer. Quelques-uns,

confus de se voir sur l'eau contre leur espérance , se récrierent que

les cordes dont on les avoit liés étoient ensorcelées : on en changea plus d'une fois; & cela ne servit qu'à augmenter leur confusion. Quoique la présence des Religieux Bernardins de l'Abbaye de Pontigny, & de plusieurs autres personnes de considération rendît l'expérience bien authentique, on voulut la faire juridiquement par un Acte dans les formes. Un Noraire fut chargé d'en dreffer le Procès Verbal, à la réquisition même de ceux qui voulurent faire l'épreuve, espérant d'enfoncer dans l'eau. Voici le Procès Verbal, dont on m'a envoyé la copie collationnée par le Notaire.

Ce jourd'hui , cinquieme jour du mois de Juin mil six cent quatre-vingt seio

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »