Imágenes de páginas
PDF
EPUB

eft dans cette contrée. La cinquieme eft Kennaferin où font Apr. J. C. L'an 1382. Alep, Hama, Sarmin & Antioche.

On divifoit encore la Syrie en différens Royaumes qui formoient autant de Gouvernemens. Celui de Ghaza qui avoit pour capitale la ville du même nom. Ramla n'étoit qu'une contrée qui avoit fous fa dépendance plufieurs lieux. Le Royaume de Krak n'étoit point de la Syrie, & formoit un Gouvernement à part, la capitale qui portoit le même nom étoit très-forte, & Schoubek en dépendoit. Le Royaume de Saphad ou Sephed, dont la capitale portoit le même nom, avoit dans fa dépendance Sour ou Tyr, ruinée, & Mafchouca fur le bord de la Mer, auffi ruinée; dans ce Gouvernement il у avoit des villages auffi confidérables que des villes. Le Royaume de Scham avoit pour capitale Damas, & fous fa dépendance Baifan, Salth, Napoulous, Adgeloun, Housban, Sarkhad, Soubaiba, autrement appellée Paneas fuivant Zaheri, Houran, Goutha & tout fon territoire, celui de Nouran, Zabadani, Krak de Nouh où eft la vallée de Tim, Souaïdia, Baalbek, Hemeffe, Bofra, Bicaaelaziz, Seïd ou l'ancienne Sidon, & Berout. Le Royaume de Tripoli dont Tripoli étoit la capitale, avoit dans fon territoire Sahioun, le château de Markab, le château des Kurdes, celui de Cadmous, Laodicée, Dgiabala, Arca, la fortereffe d'Oukar, celle de Dgialil, Kahf & Rouafa. Le Royaume de Hama dont Hama eft la capitale, avoit dans fa dépendance Salamia, Maara, la fortereffe de Fadaouïah & Mafiat. Le Royaume d'Alep, dont Alep eft la capitale, a fous fa dépendance Antioche, Dgiaber, Rohba, Sidgiar, Sarmin, les contrées de Bab & de Bouzaa, de Kalifa & d'Azaz, d'Harira, d'Hadida, d'Ayas, de Sis, de Tharfe, de Mafin, d'Adenah, de Ramadhania, d'Ouzaria, de Céfarée, d'Aïn-tab, de Schih, le château des Mufulmans, les villes de Bira, de Roha ou Edeffe, de Karkar, de Kakhta, le château de Manfour, les villes de Ba hafna, de Daranda, de Divirki, d'Arbekir, de Dgiafchmkar & de Khortobret. On ajoute encore le Royaume de Malathie qui a été conquis par le Sulthan Kelaoun. Le pays de Barca étoit auffi foumis aux Mameluks.

Le

Le Caire, capitale de ce puiffant Empire, étoit une ville très-vafte, divifée en plufieurs quartiers, remplis de Apr. J. C. Mofquées, de Colléges & d'édifices publics. Nous avons Zaheri Marakefchi déja remarqué qu'elle étoit compofée de trois villes, de Foftat bâtie par Amrou, c'eft ce que l'on appelle le vieux Caire; du Caire proprement dit, en Arabe Cahira, bâti par Dgiouher, Commandant des troupes du Khalif Moezz; enfin du Château de la montagne`, bâti par Caracousch pour le Sulthan Saladin. Ce château environné de murs très-élevés & très-fortifiés, eft conftruit fur le roc qui lui fert de fondement; on y a pratiqué un escalier fi aifé que les chevaux & les chameaux y montent chargés. Il renferme plufieurs palais, des portiques, des falles, des meïdans ou places publiques, de magnifiques écuries, des marchés, des bains fans nombre, des colléges & des mofquées. Parmi ces palais il y en avoit un nommé Ablac, qui étoit compofé de trois autres. Le pavé étoit de marbre de différentes couleurs, fes plat-fonds n'étoient qu'or & azur avec des peintures étrangeres. Il a été bâti par le Sulthan Mohammed qui avoit fait venir du fond de la Thébaïde de grandes colonnes de marbre. Il étoit destiné pour les grandes affemblées. Le même Prince avoit fait bâtir l'Ayouan, ou le grand Portique, la grande Mosquée où il pouvoit tenir cinq mille perfonnes en priere; elle étoit foutenue par des colonnes d'une groffeur prodigieufe. Il y avoit encore dans ce château douze thibâcs pour les Mameluks du Sulthan chacun de ces thibâcs étoit auffi grand qu'un village, & renfermoit des habitations pour mille Mameluks. Les palais étoient accompagnés de grands jardins.

?

Les armées d'Egypte étoient commandées par l'Atabek des armées, autrement appellé Beglerbegh; l'Emir Selah c'étoit celui qui étoit chargé de porter les armes du Sulthan, commandoit fouvent en chef. Voici l'état de ces troupes qui fait voir quelle étoit la puiffance de cet Empire (a).

(a) Cet état eft fait pour les Circaffes qui fuccédent, mais il convient éga lement aux Baharites.

Tome IV.

Ii

La Milice de la province de Damas à
Les Mameluks des Emirs

Apt. J. C.

La Milice d'Egypte montoit.

Les Mameluks du Sulthan .
Les Mameluks des Emirs

[ocr errors]

à

[ocr errors]
[ocr errors]

24000 hommes.

à

[ocr errors]

à

10000

8000

[ocr errors]

12000

[ocr errors]
[ocr errors]

3000

à

6000

[ocr errors]

2000

[ocr errors]

4000

1000

1000

1000

La Milice d'Alep.

Les Mameluks des Emirs.
La Milice de Tripoli.

Les Mameluks des Emirs.
La Milice de Sephed.
Les Mameluks des Emirs

à

à

Outre ces troupes que l'on nommoit les
Halcas, ou garnifons des différentes villes, il
y avoit encore dans les villes d'Egypte une Mi-
lice attachée aux Gouverneurs de ces villes ;
elle montoit à .

La Milice Arabe au fervice des
Sulthans étoit composée des
Beni nouaïri qui montoient.
Les Arabes de l'Hedgiaz.

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][subsumed][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][subsumed][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

Il y avoit encore un corps de cavaferie tiré du Midi de l'Egypte, qui montoit à .

[merged small][ocr errors][merged small]

Tous ces différens corps raffemblés forment une armée de près de trois cens mille hommes. Chaque Emir avoit une portion de terre qui lui étoit affignée, & le peuple étoit encore obligé de leur fournir certaines provisions. On leur diftribuoit de même qu'aux foldats une certaine quantité de pain. Cette maniere de payer & d'entretenir les troupes venoit probablement des anciens Egyptiens, qui donnoient à chaque foldat douze arures de terre & cinq livres de pain, deux livres de boeuf & deux pintes de vin. Dans l'Egypte, pays extrêmement fertile, il a toujours été plus aifé de payer en denrées qu'en argent. Quoique l'Egypte foit d'une médiocre étendue, fes Princes ont toujours été affez puissans pour mettre fur pied de nombreuses armées. D'ailleurs la Syrie, ou au moins une partie confidérable, paroît avoir toujours été de fa dépendance. L'Hiftoire en nous apprenant les révolutions des fiécles poftérieurs, nous indique la marche de celles qui font arrivées dans des fiécles plus anciens. Une province qui a toujours été le théatre de la guerre entre deux Empires dans les derniers tems, a dû l'être également dans les fiécles antérieurs, fur-tout lorfque les Princes, maîtres de ces Empires, étoient très-puiffans comme étoient ceux d'Egypte. Plus ce pays a été fertile, plus fes Princes ont été à portée de faire des conquêtes ; & lorfque nous voyons en Syrie plufieurs petits Rois, il y a lieu de croire qu'ils étoient les vaffaux & les tributaires du Monarque Egyptien.

Ben A

I

HISTOIRE

GÉNÉRALE

DES HUNS.

LIVRE VINGT-DEUXIEME.

LES

L

MAMELUKS

BORD GITES,

OU CIRCASSES EN EGYPTE.

ES SULTHANS d'Egypte accablés en quelque façon fous le joug de leurs Emirs qui étoient Turcs d'origine, allerent chercher des Mameluks parmi la nation des Circasses pour contrebalancer l'autorité des Turcs, & les eleverent aux premieres charges. Ceux-ci ne tarderent pas de faire leurs efforts pour faire paffer l'Empire dans leur nation, & ils y réuffirent. Les Circaffes, ou Circaffiens, qui s'appellent dans leur langue Kirkès, font les mêmes que les Kerkis, ou Kergis, peuples de la Sibérie,

« AnteriorContinuar »